Total Records. Quel renouveau aux Rencontres d’Arles ?, par Véra Léon

L’exposition Total Records, présentée dans le cadre des Rencontres d’Arles, se donne à voir d’emblée comme une proposition accrocheuse. Quoi de plus dans l’air du temps que cette monstration de 600 pochettes de vinyles au goût nostalgique, à l’heure où tous les médias interrogent la dématérialisation de la musique comme de la photographie ? Son sous-titre, « La grande aventure des pochettes de disques photographiques », invite d’ailleurs à une lecture exaltante voire héroïque de l’accrochage. Son principe, exposer des pochettes de tous les courants musicaux ayant marqué l’histoire du vinyle — du rock au jazz en passant par la pop et le classique —, et le visuel d’exposition associé, plus qu’alléchant lui aussi — celui de Guy Bourdin pour le disque Middle Man de Boz Scaggs (voir image 1) —, résonnent comme un chant de sirène irrésistible pour toute une génération de fans, et donc susceptible d’attirer un très large public.

Images : 1/ Boz Scaggs, « Middle Man », Columbia FTC 36106, 1980, États-Unis. Photographie de Guy Bourdin. Avec l’aimable autorisation de The Guy Bourdin Estate, 2015.
Image 1 :  Boz Scaggs, « Middle Man », Columbia FTC 36106, 1980, États-Unis. Photographie de Guy Bourdin. Avec l’aimable autorisation de The Guy Bourdin Estate, 2015.

Au-delà de cette première vision, euphorisante pour tout amateur de photographie comme de musique, l’originalité de cette exposition réside notamment dans le fait qu’elle est irriguée par la notion de culture visuelle, dans ses apports théoriques et curatoriaux. Les commissaires Antoine de Beaupré, Serge Vincendet et Sam Stourdzé mettent en avant la continuité des références visuelles entre photographes, artistes et fans, en exposant dans la deuxième partie les détournements et appropriations des couvertures iconiques. Mais plus avant, ils réancrent ces images devenues nébuleuses visuelles, dont le comble est qu’elles sont à la fois si familières, si célèbres, et pourtant rarement identifiées, en rappelant le rôle des photographes qui en sont à la source, par une discrète mais systématique mention dans les cartels. À défaut de retracer entièrement les processus de production de ces images — sauf marginalement, avec la cimaise consacrée aux images backstage prises par Linda McCartney au moment du shooting de l’incontournable couverture d’Abbey Road —, restituer cette signature déplace déjà le regard : la pochette, objet fétiche par excellence, dévoile peut-être par là une autre fétichisation contemporaine, celle de l’image.

Si mettre en avant des objets promotionnels issus de la culture de masse n’est pas complètement nouveau — et résonne d’ailleurs avec une autre exposition des Rencontres, admirable monstration des magazines grâce auxquels Walker Evans gagnait sa vie en y publiant son travail photographique —, une telle démarche reste encore marginale dans le paysage hexagonal. Elle permet de revoir sous un autre œil toute une histoire de la photographie : loin de montrer les tirages isolés des Depardon, Friedlander, et autres figures construites comme de « grands photographes », cette exposition a le mérite de retisser les liens historiques — tous commerciaux qu’ils soient aussi — entre l’inventivité visuelle des photographes, des graphistes et celle des artistes musicaux et de leurs labels. Frôlant parfois le risque de tomber dans un délire pléthorique et exhaustif de collectionneur, avec la multiplication de sections thématiques qui pour certaines mériteraient plutôt de donner lieu à une exposition à part entière, certaines trouvailles — (re)découverte de telle collaboration, de tel choix artistique — sont en tout cas particulièrement éclairantes. On pense à Tom Waits élisant avec une grande justesse comme couverture de son album Rain Dogs une image de la série Café Lehmitz de Anders Petersen (voir image 2), ou à la construction par ECM Records d’une identité visuelle de label, à travers un fort univers poétique, aux limites de l’abstraction.

2/ Tom Waits, « Rain Dogs », Anti Records, 1985. Photographie d'Anders Petersen. Avec l'aimable autorisation de l'Agence VU'.
Image 2 : Tom Waits, « Rain Dogs », Anti Records, 1985. Photographie d’Anders Petersen. Avec l’aimable autorisation de l’Agence VU’.

Avec cette exposition, l’intention du nouveau directeur artistique de Arles, Sam Stourdzé, de faire des « résonances » de la photographie avec d’autres arts un thème récurrent du festival, se concrétise par un essai plutôt concluant. Dans le prolongement, les Rencontres d’Arles pourraient participer, à terme, à décloisonner la photographie et de la réancrer dans les contextes artistiques, sociaux et historiques qui sont nécessaires à sa compréhension. On se prend en tout cas à l’espérer.


7 réflexions au sujet de « Total Records. Quel renouveau aux Rencontres d’Arles ?, par Véra Léon »

  1. Vivement contente de vous rencontrer bientôt! je vois qu’on a dejà quelque grands débat sur le feu.

    Pour la question de l’archeologie de medias. Vous me trouvez intéressée.

    Bises,
    Sara

  2. Salut Véra,

    Merci pour ce chouette billet, qui tire bien les fils d’un tel choix :
    – la volonté de gagner un public nouveau – en jouant sur ce que Simon Reynolds a appelé la « Retromania » (le genre d’étude qui tire bien la bourre à la prétendue dématérialisation de la musique et des images ; voir ici un petit article à charge de son bouquin : http://fluctuat.premiere.fr/Musique/News/Doit-on-totalement-adherer-au-syndrome-Retromania-de-Simon-Reynolds-3277640)
    – et celle de réancrer l’étude de la photographie dans une sociologie des usages de l’image (je ne suis pas sûre de te suivre sur le fait qu’il s’agisse d’une démarche très marginale en France (mais on peut en discuter) ; je pense notamment à l’étude des magazines et des bouquins avec photos faite par de nombreux chercheurs français qui, il est vrai, ne sont pas forcément de purs historiens de la photo ou de l’art).
    Comme tu l’évoques, cet angle de recherche s’appuie souvent sur une pratique de la collection (et là, comme le fait une amie qui travaille sur la collection de vinyls à l’ULB, on pourrait (re)lire Francis Haskell), de même que sur le comparatisme (qui est quand même un vieux cheval de bataille), deux axes qu’on retrouve aussi aux sources des études sur la diffusion de la photographie dans les médias imprimés.
    J’ai aussi l’impression que pas mal d’étudiant.e.s et de doctorant.e.s de l’EHESS, plutôt inscrit en musico ceci dit mais avec un réel intérêt pour l’image, travaillent sur cette thématique ces dernières années.
    Enfin, pour ceux que le sujet intéresse,il me semble qu’un des premiers universitaires à avoir publié en France sur ce sujet est Paul Edwards, MCF à Paris 7, photographe, membre de l’OuPhoPo et du projet PhLIT (photographie et littérature), musicien et collectionneur, qui a dirigé un ouvrage sur les pochettes de disques : http://phlit.org/press/?p=406.

    Encore merci pour ce billet (qui m’a permis de me tenir au courant aussi),
    Bises et bel été,
    Laureline

    1. Salut Laureline,

      Merci beaucoup pour ce commentaire nourri, qui déploie de surcroît des références qui pourront venir largement prolonger la lecture de ce billet !
      Tu as tout à fait raison de souligner l’importance -pionnière même !- des études sur la photographie dans les journaux et les magazines illustrés, qui participent d’ailleurs à ouvrir la voie à ce type d’exposition sur la culture populaire. C’est sur les rapports plus spécifiques entre photographie et objets de consommation type vinyles qu’il me semblait que c’était plus nouveau, mais je suis toute prête à revoir cela car je suis loin d’être spécialiste du sujet !
      En tout cas merci à toi de prendre le temps d’éclairer notre lanterne -en plein été et en pleine rédaction- et bel été aussi !

      Bises,
      Véra

      1. Pas de souci pour la rédaction : d’une, je ne rédige pas encore h24 (malheureusement) ; de deux, ton billet résonne beaucoup avec l’historiographie de mon sujet (et il en serait même un écho de l’actualité ; donc je commence quand même à voir ma thèse partout :)).

        Ce que je pointais comme non marginal, c’était plutôt l’approche sociologique de l’étude des images photographiques. Par contre tu as tout à fait raison de dire que les objets ou supports étudiés dans le cadre de l’histoire de la photographie en France – qui relèvent de la culture de masse et sont plutôt éphémères – se cantonnent encore aux journaux (quand il s’agit des livres, on n’étudie pas particulièrement les couvertures ou l’illustration des bestsellers). ça commence toutefois : je pense notamment aux passionnants travaux de Marie-Eve Bouillon sur les faïences de Sarreguemine décorées des photos de Neurdein : http://culturevisuelle.org/photogenic/archives/107
        Enfin, si les études sur ce genre d’objets se multipliaient (comme elles ont l’air de le faire avec le développement des études sur la culture visuelle et comme le montre ton billet), on assisterait sans doute (et il semble qu’on assiste déjà) à un tournant anthropologique dans les études sur la photographie (avec option culture matérielle), que je trouve bienvenu et qui, on le voit déjà, est source de renouvellement pour la recherche et ses implications, mais aussi pour la création.
        Dans d’autres champs, comme la littérature, j’ai l’impression que les recherches qui se sont massifiées dans les 70’s sur la paralittérature et la bande dessinée (la littérature et le dessin populaires) ont été plutôt bénéfiques.
        Un autre biais pour approcher ces objets seraient peut-être l' »archéologie des médias » (qui a l’air de commencer à se développer timidement dans l’hexagone).
        Tu n’en parles pas donc je te pose la question : est-ce qu’il y a une réflexion (historique et théorique) qui est faite, dans le catalogue ou les cartels, sur les rapprochements entre la photographie et le vinyle – comme moyen d’enregistrement, de restitution et de distorsion/représentation d’une image/d’un son et d’une temporalité ? Il y a toute une généalogie d’inventeurs, de théoriciens, d’artistes et de critiques qui ont réfléchi là-dessus – de Charles Cros à Christian Marclay en passant par Panofsky. Il y a aussi pas mal d’accointances structurels (l’usage de la cire, l’aspect mécanique). D’ailleurs, est-ce qu’il y avait des parallèles avec les pochettes qui ne présentaient pas de photos, mais des dessins ? Bref, est-ce qu’elles étaient réinscrites dans un contexte plus large (si ce n’est dans l’expo, du moins dans le catalogue) ?

        Merci d’avance de tes réponses,
        Laureline

      2. Finalement, les dernières questions sont celle de la méthode utilisée pour traiter ces objets ; je schématise : si on étudie de nouveaux objets avec de vieilles méthodes, qu’est-ce que ça signifie ?

      3. Je suis certaine que la rentrée, avec notamment la prochaine réunion de l’ARIP, nous donnera l’occasion d’en discuter tou·te·s ensemble, à partir de ces questionnements qui promettent de fructueux débats !
        -je botte en touche, certes, mais c’est pour revenir d’autant plus en forme à la rentrée 😉
        Bien à toi,
        Véra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *