Lee Miller : une guerre photographique à Londres, par Véra Léon

L’Imperial War Museum de Londres accueille jusqu’au 24 avril 2016 une exposition intitulée Lee Miller: A Woman’s War, conçue par Hilary Roberts, commissaire et auteure du catalogue éponyme. Stimulante à plus d’un titre, cette exposition consacre la richesse de la production de la photographe Lee Miller.

Comme le titre de l’exposition l’indique, son travail est interrogé au carrefour de deux axes principaux. Le premier consiste à scruter l’importance de la guerre dans sa carrière, tant comme période clé que comme signifiant socioculturel irriguant toute la société d’alors, y compris en dehors des bornes chronologiques conventionnelles, en incluant donc l’entre-deux-guerres et l’après-guerre. Choisir cette approche, c’est focaliser stratégiquement l’attention du public sur la carrière de photoreporter de Lee Miller, trop longtemps oubliée au profit de son statut de modèle pour Vogue ou de muse de Man Ray. Le second angle d’approche consiste en la définition d’une thématique : le corpus est principalement axé sur la représentation des femmes. Il revient à mettre en avant et à questionner le genre de la photoreporter de guerre – femme dans un métier d’homme – tout autant que les questions de genre dans les représentations à proprement parler que cette dernière produit. En ce sens, les textes explicatifs amènent un éclairage très informé sur ces questions, tout au long des quatre sections, Women before the Second World War ; Women in Wartime Britain ; Women in Wartime Europe ; Women after the Second World War.

Le plaisir est grand à parcourir ces salles et à y découvrir la sélection d’images, d’une grande qualité. L’accrochage, quoique relativement conventionnel, révèle les talents accomplis et multiples de la photographe, sans tomber dans le piège de l’hagiographie : non seulement il présente d’excellentes images produites dans des contextes austères, notamment de fascinants instantanés sur le quotidien des femmes britanniques pleinement engagées dans la guerre et dans l’appareil militaire, mais encore il démontre que par ses cadrages, ses sujets, ses points de vue, Lee Miller témoignait d’une grande réflexivité et d’un humour certain, que ce soit sur les rapports de genre, sur le monde de la mode ou sur la culture de guerre. L’exposition constitue en cela un manifeste efficace pour la reconnaissance du travail de la photographe au même titre que ses meilleurs alter ego contemporains, qu’ils soient surréalistes ou photoreporters.

Anna Leska, Air Transport Auxilliary, Polish pilot flying a spitfire, White Waltham, Berkshire, England 1942 by Lee MillerAnna Leska, Air Transport Auxilliary, Polish pilot flying a spitfire, White Waltham, Berkshire, England 1942, Lee Miller © Lee Miller Archives, England, 2014.

Ainsi, si l’exposition peut être critiquée, ce serait plutôt pour l’usage quasi exclusif qui est fait du fonds d’archives de l’artiste et pour sa mise en scène parfois douteuse. Pour rassembler les matériaux constituant l’exposition, la commissaire s’est en effet appuyée essentiellement sur ce fonds d’archives (Lee Miller Archives), fondé par le fils, Anthony Penrose, après la mort de sa mère et toujours dirigé par lui. Certes, cet apport essentiel a donné accès à des images jusque là peu connues du public voire jamais tirées, donnant à ces tirages modernes un savoureux caractère d’inédit ; de même, ont ainsi été rendus visibles des pans de correspondance entre Lee Miller et ses commanditaires, parmi d’autres intéressants documents relevant du for privé. Cela dit, on peut s’étonner du recours un peu anachronique aux vitrines exposant des objets d’époque – des appareils photographiques aux tenues militaires – ayant appartenu à la photographe. Surtout, cet appel aux objets comme garants d’authenticité peine à compenser l’absence totale de tirages originaux.

Car autant la fétichisation du tirage vintage est à questionner, autant on s’étonne qu’un fonds d’archives comprenant 60 000 négatifs et 20 000 tirages originaux ne permette de présenter que des tirages modernes – quoique la qualité de ces derniers soit remarquable. Il suffit de consulter la base en ligne de 4 000 images présente sur le site dédié pour débusquer des planches contacts et des tirages d’époque qu’il aurait été passionnant de confronter avec ces images contemporaines, forcément un peu moins fidèles et plus homogénéisantes. Imaginerait-on que la peinture de Picasso figurant Lee Miller montrée au début de l’exposition ne soit pas présentée dans sa version originale ? De même, la mise en contexte de ces images, destinées à la publication pour la plupart, par leur présentation dans les journaux illustrés de l’époque aurait été plus que judicieuse.

Ainsi, si l’exposition réjouit sur plusieurs aspects, elle laisse planer une question qui n’a probablement pas finie d’être posée à une heure où les objectifs grand public et d’exigence ne vont pas toujours de pair : dans quelle mesure les expositions photographiques, en plein essor dans les programmations culturelles actuelles, peuvent-elles se passer de leurs objets originaux ? Œuvrer pour la visibilité grandissante de la photographie sans accompagner ce travail de la reconnaissance de ses spécificités – notamment sa matérialité et sa circulation – pourrait revenir à scier la branche sur laquelle on est assis.

Image de couverture : Fire Masks, London, England 1941, Lee Miller © Lee Miller Archives, England, 2014.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *