« 6×6 » ou le monde carré de Marcel Bovis, par Esther Jakubec

Derrière le périphérique, dans la commune de Gentilly au sud de Paris, se trouve la petite bâtisse en pierre qui abrite la Maison Robert Doisneau. Ce lieu dédié à la photographie auquel le célèbre photographe a donné son nom présentait, du 6 février au 26 avril 2015, une exposition monographique de l’œuvre de Marcel Bovis (1904-1997). Comme le précise le dossier de presse[1], l’analyse des 10 000 négatifs que le photographe a légués à l’État en 1991 révèle une prédominance du format 6×6 d’où le titre énigmatique, « 6×6 », que porte l’exposition. On retrouve effectivement à l’intérieur une sélection de soixante-cinq images carrées, qui illustrent la prédilection de l’auteur pour ce format. En tant que photographe-illustrateur, Marcel Bovis a cherché tout au long de sa vie à faire publier ses clichés pour les partager avec un public. En réalisant cette exposition, la Maison Doisneau rend donc hommage à l’artiste mais également à son désir de montrer son œuvre.

L’exposition se déploie sur deux étages et quatre espaces. Il n’y a pas de parcours officiel, et puisqu’elle ne s’organise pas de manière strictement chronologique, il est possible de déambuler assez librement au cœur du travail de l’artiste. On pourrait ici faire un parallèle entre la liberté de l’agencement et celle perceptible dans la démarche de certains photographes humanistes. Concrètement, cette liberté se traduit par une pratique déambulatoire, au cours de laquelle les auteurs photographient le quotidien qui les entoure. C’est cet intérêt pour le quotidien qui caractérise le courant photographique dit « humaniste ». Pour Marcel Bovis, elle se définit ainsi : « mémoriser tout ce que je voyais et me touchait profondément pour des raisons indéfinissables »[2]. Photographe illustrateur plus que reporter, comme le souligne Matthieu Rivallin, co-commissaire et responsable du fonds Marcel Bovis de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, dans son interview[3] avec Anne-Frédérique Fer, Marcel Bovis travaillait peu sur commande. Il préférait prendre des photos spontanément qu’il proposait ensuite à la publication.

Outre une certaine souplesse scénographique, quelques regroupements thématiques sont discernables : le premier espace est consacré à sa vie parisienne ; le second à des architectures, des scènes de rue et des paysages ; le troisième à la série dite des « Grands Boulevards » et le dernier au voyage. La sélection, bien que réduite, permet ainsi d’offrir au visiteur un panorama du travail de Marcel Bovis. Panorama qui s’accorde avec les ambitions de la Maison Doisneau qui cherche à exposer, comme le dit le second co-commissaire Michaël Houlette, « la photo du réel, la photo documentaire »[4].

L’exposition se présente ainsi : on entre face aux escaliers et au bureau d’accueil, flanqués de part et d’autre par deux espaces d’exposition. A droite de l’entrée se trouve un cartel qui retrace la vie de Marcel Bovis et la genèse de l’exposition. Viennent ensuite les premières images. On y découvre le thème de la rue, à travers divers points de vue, très rapprochés ou plus lointains. Ces univers urbains sont suivis d’une série de portraits. Les individus en question, photographiant et photographiés, apparaissent derrière leurs appareils ou leurs chambres photographiques. Ce sont les membres de l’association photographique « le Rectangle » créée en 1936, qui deviendra le Groupe des XV après la Seconde Guerre mondiale. Parmi eux, René-Jacques, Willy Ronis, ou encore Marcel Bovis lui-même, immortalisé par ses amis. En regard de ces portraits, le fameux Rolleiflex utilisé par l’artiste pour ces prises de vues. Les photographies sont espacées ou regroupées, alignées ou décalées, de formats carrés plus ou moins grands. Ces légères variations donnent un rythme à la scénographie et une dynamique agréable à la lecture des images. Les légendes, extrêmement discrètes et succinctes (titre et année), sont placées sur la plinthe du mur sous chaque cliché. Après les photographes, des images de Paris, des saynètes de la vie quotidienne – un salon de coiffure, un boxeur. Structurées par la lumière ou l’architecture, ces photographies deviennent de véritables compositions qui traduisent le regard que Marcel Bovis porte sur le monde. Le deuxième espace tend, quant à lui, à nous éclairer sur la démarche de l’artiste. Pour ce faire, les commissaires de l’exposition ont développé la scénographie en y intégrant une troisième dimension, matérialisée par la présence de cubes au centre de la pièce. Lorsque l’on se penche sur ces cubes, on y découvre des photographies. La mise en scène de ce point de vue en plongée évoque l’utilisation du Rolleiflex, appareil que l’on tient sur l’abdomen et où l’on observe la scène par le haut, celle-ci étant projetée sur un dépoli horizontal. Ce dispositif conditionne le regard du photographe, mais il libère aussi sa relation au sujet photographié, en ce sens que l’appareil n’est plus interposé entre l’observateur et l’observé. La série « des Grands Boulevards », à l’étage, fait état de cette condition, à la fois contraignante et libératrice, et propose un ensemble thématique qui exalte le dynamisme de la ville. Le cartel qui l’accompagne précise que les images auraient été prises le même jour, faisant ainsi à nouveau allusion aux pratiques déambulatoires des photographes humanistes. Pour souligner l’effervescence des Grands Boulevards mise en avant par Marcel Bovis, les commissaires de l’exposition ont choisi d’enrichir la visite en proposant une composition musicale contemporaine. Sous forme d’un vinyle, le spectateur décide ou non de la déclencher. Cet accompagnement sonore a été pensé et réalisé par R. Moreau et G. Loizillon spécialement pour ces images. Il est destiné à « générer de nouvelles formes de lecture des images »[5], en réponse à Marcel Bovis qui cherchait et parvenait à « concrétiser des ambiances ». Après la richesse visuelle et auditive de cette salle, le dernier espace est plus calme, plus poétique et moins chargé. Y sont exposées des images de Londres, joyeuse et habitée ; de la Rochelle, déserte, ou encore de Marseille, détruite au sortir de la guerre.

D’une manière générale, la lisibilité des images prime sur leur histoire. Par exemple, ni la technique ni le support des photographies ne sont indiqués. Il est donc difficile d’apprécier le sens de certaines images – outre leur qualité esthétique –, notamment celles à caractère historique. C’est le cas des portraits de l’association « Le Rectangle » : les noms des individus apparaissent, mais il faut alors connaître leur histoire pour comprendre leur importance par rapport à Marcel Bovis.

L’approche du travail de Marcel Bovis que propose cette exposition est centrée sur une conception de l’artiste en tant que photographe-illustrateur. Ce statut est lisible à travers les sujets photographiés mais surtout à travers la manière dont ils sont appréhendés par Marcel Bovis. Le Rolleiflex, par sa facilité d’usage et la vision qu’il offre au photographe, est ici présenté comme emblème d’une pratique déambulatoire, au sein d’une photographie humaniste. La scénographie minimale, bien qu’elle manque peut-être de quelques éléments explicatifs, mais également dynamique par des changements de formats ou de plans, contribue à une lecture agréable de cette œuvre.

[1] Dossier de presse de l’exposition – URL : http://www.maisondoisneau.agglo-valdebievre.fr/sites/default/files/dossier_de_presse_exposition_marcel_bovis.pdf

[2] Citation de l’artiste, elle apparaît dans le fascicule de l’exposition mais aussi dans l’un des cartels qui explique sa démarche.

[3] FER Anne-Frédérique, « Interview de Matthieu Rivallin, co-commissaire de l’exposition », FranceFineArt, 5 février 2015 – URL : http://www.francefineart.com/index.php/agenda/14-agenda/agenda-news/1642-1541-maison-robert-doisneau-marcel-bovis

[4] EVEN D., « Culture – Entretien avec Michaël Houlette, directeur de la maison de la photographie de Gentilly », Le 13 du mois, 15 juillet 2014 – URL : http://www.le13dumois.fr/component/content/article/50-42/454-culture-entretien-avec-michael-houlette-directeur-de-la-maison-de-la-photographie-de-gentilly

[5] Dossier pédagogique de l’exposition – URL : http://www.maisondoisneau.agglo-valdebievre.fr/sites/default/files/dossier_pedagogique_centre_de_loisirs_-_marcel_bovis_-_maison_de_la_photographie_robert_doisneau_-_copie.pdf

Image de couverture : BOVIS Marcel, Graffiti et chaussures blanches, La Rochelle, 1938 © Ministère de la culture – Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais/Marcel Bovis


Une réflexion sur « « 6×6 » ou le monde carré de Marcel Bovis, par Esther Jakubec »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *