« Le spectacle de la colonie ? Photographier et filmer l’autre au cours de la mission Ogooué-Congo », com. par Anaïs Mauuarin, 2 février 2016

Nous avons le plaisir de vous convier à la 3e séance de l’Atelier en Anthropologie et histoire visuelle des doctorants du CRAL (EHESS), qui portera sur les « Cultures visuelles du colonialisme « .

Anaïs Mauuarin, membre de l’ARIP, y présentera une communication intitulée  : « Le spectacle de la colonie ? Photographier et filmer l’autre au cours de la mission Ogooué-Congo (1946) ».

Rendez-vous Mardi 2 février (10h-13h)
EHESS, Salle M. & D. Lombard
(96 Bd Raspail, 75006, Paris)

 

Résumé : Cette contribution a pour but d’éclairer les relations qui s’élaborent avec l’Autre sur le terrain à travers les prises de vues photographiques et cinématographiques en ethnologie, en prenant pour unité d’analyse la Mission Ogooué-Congo (1946). Cette mission est en effet un cas d’étude très intéressant : elle est organisée par l’ethnologue Noël Ballif au sein de la Société des explorateurs, encadrée par le Musée de l’Homme, financée en partie par une maison de production cinématographique et soutenue par les Ministères des Colonies et de l’Education Nationale. Et surtout, elle a fait l’objet d’un récit par Noël Ballif (Les Danseurs de Dieu, 1954), qui fait une large place aux situaitons de prises de vue. En partant de cet ouvrage, nous analyserons les rapports qui se tissent autour des situations de prises de vue durant cette mission, qui sont le lieu privilégié d’une ambivalence -à une époque charnière-, entre domination coloniale et reconnaissance de la capacité d’émancipation de l’Autre, des Pygmées et de Noirs, en situation coloniale.

La séance sera également l’occasion d’entendre les interventions de :

Aurélie Journée (EHESS-LAS) : « Démarche(s) appropriationniste(s) et re/construction(s) identitaire(s). L’archive photographique coloniale au cœur des processus de création des artistes contemporain-e-s nord-amérindien-ne-s ».

Marie Pierre-Bouthier (Université Paris I – Panthéon-Sorbonne) : « Les usages des formes visuelles populaires dans ‘Mémoire 14’ d’Ahmed Bouanani. Une tentative de décolonisation du cinéma documentaire marocain ».

La répondante – discussante sera Maureen Murphy (Université Paris I – Panthéon-Sorbonne)

Au plaisir de vous y voir nombreuses et nombreux !

_______

Image en tête :
Noêl Ballif ou André Didier, Dupont et Séchan familiarise Bakembé avec la camera ; à droite : Léonard, un de nos interprètes, in Noël Ballif, Les Danseurs de Dieu (1954), pl. 12.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *