Je n’irai pas aux Journées du Patrimoine cette année. Témoignage et réflexion sur la valeur du travail estudiantin, par Laureline Meizel

Cette année, les Journées du Patrimoine auront été l’occasion d’une déconvenue, d’une grogne et d’une interrogation sur la valeur du travail que je produis, en tant qu’étudiante non-docteure.

La séquence qui a produit ce triple mouvement débute en 2012. À cette date, je contacte le secrétariat d’une municipalité1, afin d’en savoir plus sur les archives d’un photographe du XIXe siècle qu’elle conserve peut-être. Quelques mois plus tard (et après avoir fait un relatif chou-blanc du côté archivistique), son service culturel m’écrit un mail très poli, au titre de mes recherches. S’intéressant particulièrement « à l’histoire de [la] commune et à celle de ses citoyens illustres », ce service me demande si j’aurais « l’amabilité de [lui indiquer] de quelle manière [il] pourrait avoir de plus amples renseignements biographiques [sur ce photographe] et sur la portée de « son » invention ? ». Ça tombe bien : je viens de publier un article sur le procédé du bonhomme auquel je me suis intéressée dans le cadre de ma thèse, et je serais très heureuse que mon travail ait la possibilité de sortir du champ universitaire. Quelques temps plus tôt, une collègue et moi avons consacré une communication à ce même personnage lors d’un colloque. Je donne donc la référence de l’article (qui contient lui-même de nombreux renvois aux travaux d’autres chercheurs), celle de la thèse en cours de ma collègue (dont une grosse partie est consacrée au photographe), et j’y ajoute plusieurs pistes pour trouver des informations dans les sources imprimées (où trouver ses ouvrages, ses articles, les nécrologies qui lui ont été consacrées, etc.). On me remercie (merci !).

Trois mois passent : nouveau mail du service culturel. On me prévient que ce photographe sera mis à l’honneur par la municipalité lors d’une prochaine manifestation (peut-être les Journées du Patrimoine). Nous sommes en avril 2013 et je me réjouis d’avance de l’événement. À l’occasion de cet échange, j’envoie l’adresse de ma collègue, afin qu’elle soit mise au courant. À sa suite, je constate sur mon profil academia que mon article est fréquemment consulté dans cette ville et ses environs. Plaisir d’offrir, réjouissances renouvelées !

Décembre 2013 : la cheffe du service culturel me contacte pour me demander, dans un mail qui sent l’urgence, si ma thèse sur « [ce photographe] et la photographie documentaire » « pourrait faire l’objet d’une conférence grand public pour [les] journées du patrimoine de septembre  2014 ». On me remercie d’avance d’« en dire plus sur [le] contenu [de ma thèse], sur son actualité et sur les conditions de [mon] intervention éventuelle ». Depuis le dernier échange de mails, l’information est mal passée. Ma thèse a pour sujet les liens de la photographie et du livre à la fin du XIXe siècle, non ce photographe, non plus que la photographie documentaire. Mais je réponds immédiatement. Doctorante, « jeune chercheure », je serais bien sûr ravie de donner une conférence, de quelque type qu’elle soit, sur l’un des pans de mon travail.


1. Dont il ne me paraît pas utile de stigmatiser l’ensemble de ses acteurs en la nommant.


2 réflexions sur « Je n’irai pas aux Journées du Patrimoine cette année. Témoignage et réflexion sur la valeur du travail estudiantin, par Laureline Meizel »

  1. Salut Laureline,
    ouh la la. Désolée de lire cette mésaventure et de constater la mesquinerie des services culturels français! Mais de ce point de vue, gauche ou pas gauche, les impératifs culturels sont désormais ceux de la concurrence ultra-libérale, et à la fac aussi (franchement, pour moi, c’est là que c’est le plus dur à avaler). En tout cas, tu as tout à fait raison de ne pas laisser passer cette exploitation gratuite du travail doctoral – qui est un travail de recherche, point barre! ce n’est pas une question de diplôme, ni de titre!
    Bon courage pour la fin de thèse surtout :))
    M.

    1. Salut Magali,

      Merci beaucoup pour ton message et tes encouragements. Bon, le temps a passé, mais la question du billet (qui n’a malheureusement rien de très originale) demeure : celle du rapport des services publics (culturels et, comme tu le soulignes, d’enseignements et de recherches dans le supérieur) et de l’entité assez flou, sans sécurité contractuelle et financière (le contrat doctoral de 3 ans ne suffit pour l’instant pas à assurer cette sécurité sur la durée d’une thèse en SHS pour les problèmes que l’on connaît, par ex. celui-ci : http://www.espacestemps.net/articles/production-de-savoir-universite/) que constituent les doctorant.e.s (j’y engloberais aussi les masterant.e.s).
      En y repensant aujourd’hui, je crois quand même que, dans le contexte de la dérive ultra-libéral des services publics que tu pointes à juste titre, le statut de titulaire est fondamental, pour la liberté qu’il offre de refuser certaines propositions et de donner son point de vue (bon, après il y a toujours l’épée de Damoclès du placard, comme partout) ; j’ai l’impression que, de plus en plus, les doctorant.e.s (essentiellement en SHS) constituent une masse de travailleurs captifs, pour certaines des raisons décrites dans ce billet (puisque finalement, je n’ai jamais rien refusé, au contraire). Bref, je n’ai toujours pas de solution, si ce n’est la bonne vieille méthode : obtenir son doctorat (une bifurcation ici pourrait être de partir de France), essayer de décrocher un poste et ne pas oublier sa situation antérieure une fois en place pour tenter de changer les choses de l’intérieur, ce que tu fais (et merci encore !). Je vais donc me remettre tout de suite à mon manuscrit 🙂 (je te recontacterai dès la rentrée d’ailleurs car j’ai plein de questions à te poser pour mon intro et ma conclu).
      A bientôt, et d’ici là bel été,
      Laureline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *