Je n’irai pas aux Journées du Patrimoine cette année. Témoignage et réflexion sur la valeur du travail estudiantin, par Laureline Meizel

Et par ailleurs, je serais très contente d’ajouter une ligne à mon CV (inutile de taire cette partie du problème). Dans un long mail, je recadre donc le contenu de mes recherches, rappelle celles de ma collègue, et propose différentes modalités de conférence (une ou deux, par ma collègue et moi-même par exemple, d’une ou plusieurs heures au besoin : nous sommes très adaptables). Concernant les formalités pratiques, il suffirait de nous défrayer, la ville étant très éloignée de notre lieu de résidence (nous ne sommes que d’humbles doctorantes, il s’agit d’une petite commune, je ne pense même pas à d’autres types de rémunération). Je finis par les mots habituels mais néanmoins pensés : réitérer, grand plaisir, remerciements, veuillez agréer, expression de mes sentiments les meilleurs, etc. Et j’attends.

Au bout de deux semaines, j’envoie de nouveau mon message, au cas où l’absence de réponse soit due à un problème de boîte mail. Et de nouveau j’attends.

Avril 2014 : ma collègue a brillamment soutenu sa thèse quelques semaines auparavant. Elle m’apprend alors qu’un chercheur vient de la contacter pour obtenir son manuscrit, avec lequel il aimerait préparer la conférence qu’il donnera sur le photographe en septembre prochain, à la demande du service culturel de la municipalité en question dans ce billet. Entre juillet et août 2013, ma collègue avait d’ailleurs été contactée à plusieurs reprises par ce service, pour avoir accès d’abord au manuscrit de sa thèse en cours, puis aux renseignements qu’elle avait pu récolter sur le photographe. À cette occasion, elle avait transmis un certain nombre d’informations susceptibles d’aider à la préparation de ces Journées. Mais, dans l’un et l’autre cas, elle a bien sûr refusé l’envoi de son manuscrit. Étonnamment (ou évidemment ?), elle n’a pas été directement approchée lorsqu’il s’est agi de trouver un conférencier.

 

Six mois plus tard, il y a quelques jours en fait, le service culturel nous envoie dans un mail commun le programme de ces Journées. Nous apprenons alors officiellement que 1. ni l’une, ni l’autre n’y réalisera de conférence ; que 2. les informations que nous avons pris la peine de donner ne méritent pas de remerciements, pourtant très détaillés, sur le programme. Dans le même temps, le mail nous invite à relayer largement l’événement auprès de nos contacts. C’est bien vu ; nous et « nos contacts » constituons sans doute l’un des cœurs de cible de ces Journées du Patrimoine. Pourtant, et malgré tout l’intérêt que j’attache au personnage et aux chercheurs qui s’y consacrent, je n’ai pas très envie de faire office d’annonceur gratuit. J’ai déjà l’impression d’avoir un peu aidé le projet à titre gracieux et, à la lecture de ce mail, d’avoir été prise pour une pomme.

Il faut bien sûr raison garder : je ne me suis pas fait voler mon travail, que j’ai même communiqué avec joie, dans des échanges qui ne m’ont pas pris un temps démesuré (mais un peu quand même). Que je ne fasse pas la conférence ne me pose aucun problème : l’histoire n’a pas de chasse gardée. Qu’on ne m’ait jamais répondu m’ennuie, mais je peux mettre ça sur le compte de l’incorrection ponctuelle (et relative) qui menace toute communication avec un tiers (la faute à pas d’chance). Que je ne sois pas dans les remerciements me chagrine un peu, mais je m’en remettrai (et puis peut-être oublierais-je moi-même des personnes dans les remerciements de ma thèse). L’association non-réponse/non-remerciement a quant à elle tendance à m’énerver, mais je suis tatillonne. En effet, cette histoire est consternante de banalité ; elle arrive quotidiennement à de nombreux chercheurs et elle ne devrait sans doute pas faire l’objet d’un billet (même d’humeur).


2 réflexions au sujet de « Je n’irai pas aux Journées du Patrimoine cette année. Témoignage et réflexion sur la valeur du travail estudiantin, par Laureline Meizel »

  1. Salut Laureline,
    ouh la la. Désolée de lire cette mésaventure et de constater la mesquinerie des services culturels français! Mais de ce point de vue, gauche ou pas gauche, les impératifs culturels sont désormais ceux de la concurrence ultra-libérale, et à la fac aussi (franchement, pour moi, c’est là que c’est le plus dur à avaler). En tout cas, tu as tout à fait raison de ne pas laisser passer cette exploitation gratuite du travail doctoral – qui est un travail de recherche, point barre! ce n’est pas une question de diplôme, ni de titre!
    Bon courage pour la fin de thèse surtout :))
    M.

    1. Salut Magali,

      Merci beaucoup pour ton message et tes encouragements. Bon, le temps a passé, mais la question du billet (qui n’a malheureusement rien de très originale) demeure : celle du rapport des services publics (culturels et, comme tu le soulignes, d’enseignements et de recherches dans le supérieur) et de l’entité assez flou, sans sécurité contractuelle et financière (le contrat doctoral de 3 ans ne suffit pour l’instant pas à assurer cette sécurité sur la durée d’une thèse en SHS pour les problèmes que l’on connaît, par ex. celui-ci : http://www.espacestemps.net/articles/production-de-savoir-universite/) que constituent les doctorant.e.s (j’y engloberais aussi les masterant.e.s).
      En y repensant aujourd’hui, je crois quand même que, dans le contexte de la dérive ultra-libéral des services publics que tu pointes à juste titre, le statut de titulaire est fondamental, pour la liberté qu’il offre de refuser certaines propositions et de donner son point de vue (bon, après il y a toujours l’épée de Damoclès du placard, comme partout) ; j’ai l’impression que, de plus en plus, les doctorant.e.s (essentiellement en SHS) constituent une masse de travailleurs captifs, pour certaines des raisons décrites dans ce billet (puisque finalement, je n’ai jamais rien refusé, au contraire). Bref, je n’ai toujours pas de solution, si ce n’est la bonne vieille méthode : obtenir son doctorat (une bifurcation ici pourrait être de partir de France), essayer de décrocher un poste et ne pas oublier sa situation antérieure une fois en place pour tenter de changer les choses de l’intérieur, ce que tu fais (et merci encore !). Je vais donc me remettre tout de suite à mon manuscrit 🙂 (je te recontacterai dès la rentrée d’ailleurs car j’ai plein de questions à te poser pour mon intro et ma conclu).
      A bientôt, et d’ici là bel été,
      Laureline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *