Je n’irai pas aux Journées du Patrimoine cette année. Témoignage et réflexion sur la valeur du travail estudiantin, par Laureline Meizel

Cependant, j’ai du mal à la dissocier de certaines réflexions de mon ancien propriétaire. Cet homme, très sympathique au demeurant, était totalement ébahi que l’État français me verse une allocation de recherches pour que je puisse travailler sur la photographie et que, un jour peut-être, ce même État (et le contribuable à travers lui) continue à me payer pendant 40 années (soyons fous !). Mon ancien propriétaire est rentier. Aux dernières nouvelles, il habitait Neuilly-sur-Seine et sa photo de profil facebook le représentait en compagnie de Sarkozy. La municipalité évoquée dans ce billet est plutôt à gauche, voire à la gauche de la gauche (la maire est PCF, chose rare aujourd’hui). Ceci me paraît plus problématique (d’où le billet). Cependant, à quel titre aurais-je pu être, ne serait-ce que citée sur ce fameux programme ? Quelle est la valeur de mes informations et du temps que j’ai consacré à les trouver puis à les formuler ? Quelle est la valeur de mon aide, en tant que chercheure non encore passée sous les fourches caudines d’un jury de thèse (mais quand même sous celles d’un jury de master recherche) ? Les échanges auraient-ils été différents si j’avais été docteure, maître de conférences, professeure, titulaire ? Sans doute pas dans le premier cas, comme le prouvent les demandes réitérées à ma collègue. Mais alors, le divorce entre recherche, culture et politique2 est-il si consommé qu’il soit possible de demander à un doctorant de fournir gracieusement le fruit de cinq années de travail sans se poser de questions ?

Dans le cas évoqué, ce divorce est patent. Je pense donc aujourd’hui qu’un statut de titulaire n’aurait rien changé. D’autres témoignages vont dans ce sens3, qu’il faudrait néanmoins préciser, en s’intéressant par exemple à la législation relative au droit d’auteur des étudiants, des enseignants et des chercheurs4. Sans aucun doute, la séquence décrite dans ce billet n’est-elle-même due qu’à un manque de temps de la part des organisateurs. Mais bon, c’est décidé, je n’irai pas aux Journées du Patrimoine cette année.


2. On l’aura compris, qu’il s’agisse d’une municipalité de gauche me sidère car, naïve que je suis, il me semble que la gauche politique a pour devoir de respecter et de favoriser la recherche et l’étude. Mais le problème serait le même avec une mairie de droite.

3. Lire par exemple, pour le contexte éditorial, le billet de Sylvain Maresca du 26 février 2013 (et ses commentaires), réagissant à une sollicitation de participation gratuite, mais créditée, à un ouvrage sur l’histoire de la photographie (« La Générosité sans limite des éditeurs », La Vie sociale des images, sur Culture visuelle http://culturevisuelle.org/viesociale/3921). J’ai bien sûr participé à cet ouvrage. Rappelez-vous : le CV !

4. Sur cette question, on lira avec profit le mémoire de recherche pour le diplôme de conservateur des bibliothèques cosigné par Liliane Baudrier, Benjamin Gilles, Olivier Poncin, Le Chercheur, l’enseignant et l’étudiant face au droit d’auteur, réalisé à l’ENSSIB sous la direction d’Alain Marter, maître de conférence dans cette école, et soutenu en juin 2003, mis en ligne sur le site de l’école : http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/648-le-chercheur-l-enseignant-et-l-etudiant-face-au-droit-d-auteur.pdf.