Appel à communication : Quel avenir pour la commande publique de photographie en France ?

APPEL À COMMUNICATIONS

Quel avenir pour la commande publique de photographie en France ?
Conférence organisée par l’ARIP (Association de Recherche sur l’Image Photographie) et l’association FETART dans le cadre des
« Rencontres Photo du 10e »

Samedi 18 novembre 2017 

L’histoire de la photographie considère la Mission héliographique de 1851 comme la première commande publique collective. La Commission des monuments historiques sélectionne cinq photographes pour parcourir la France et documenter les édifices avant leur restauration. Gustave Le Gray, Auguste Mestral, Hippolyte Bayard, Edouard Baldus et Henri Le Secq, tous membres de la Société héliographique, répondent à l’appel de la Commission pour « recueillir des dessins photographiques d’un certain nombre d’édifices historiques. »

Cette première mission restera un modèle pour tous les commanditaires désirant représenter un territoire. Plus d’un siècle plus tard, en 1984, est créée la Mission photographique dans le cadre d’un acte d’aménagement du territoire. Depuis la mission photographique de la DATAR, il n’est pas rare en France que des administrations invitent des photographes à représenter les territoires sur lesquels ils opèrent. La commande photographique peut ainsi apparaître comme une constituante ordinaire de la pratique photographique.

Effectivement, les organismes étatiques français et les collectivités locales, par leur collaboration avec des photographes, initient la création d’ensembles d’images importants reflétant les réalités contemporaines. Orientant la demande, ils invitent régulièrement des photographes à représenter les problématiques sociales, paysagères, territoriales, culturelles ou architecturales des territoires.

Toutefois, le décalage entre territoire vécu, territoire représenté et discours tenus interroge quant à l’existence, aux attentes et aux résultats concrets de ces commandes publiques. En répondant à la commande et aux contraintes inhérentes, ces invitations génèrent des productions diversement artistiques et/ ou documentaires. Si les images produites peuvent être taxées d’images « attendues », vouées à valoriser ou à patrimonialiser les territoires, que dire des enjeux de la commande publique ? Quelle lecture donner des commandes passées et des pratiques contemporaines ?  Peut-on encore parler de photographie de recherche, de photographie d’enquête ou s’agit-il seulement de produire une iconographie espérée ? Entre représentation géographique, document et quête artistique, de quoi ces commandes rendent-elles réellement compte ? Quel rôle entendent tenir donneurs d’ordre et photographes ? Quelle marge de travail pour questionner, problématiser voire critiquer les choix étatiques ?

Oscillant toujours entre recueil d’illustrations des politiques d’aménagement et véritable travail de recherche, les commandes peuvent participer d’une forme culturelle de « marketing urbain », tout en contribuant à l’enrichissement des collections muséales nationales et locales. Aussi, quel discours tenir sur les collections constituées ? Quelles attentes pour celles à venir ?

 

Axes de recherches :

Axe 1 / Contexte historique (XIXe siècle et XXe siècle) : débuts et essor de la commande publique en photographie
Axe 2 / Projets contemporains (XXIe siècle) : quelle réalité contemporaine de la commande publique et quel futur possible ?
Axe 3 / Entre art, document et illustration : la commande publique comme renouvellement des visibilités ou comme réitération d’attendus ? Au delà du traitement du territoire, la commande publique traite-t-elle d’autres questions, devrait-elle traiter d’autres questions : représentations des personnes, du travail, de l’habitat (photos d »intérieurs et non plus seulement territoire), de communautés, etc. ?
Axe 4 / Enjeux politique de la commande publique : quelle collaboration entre les photographes et les stratégies des aménageurs ?
Axe 5 / Liberté du photographe : possibilité d’interroger et de formuler des hypothèses visuelles ?

 

Modalités de soumission : 

Les jeunes chercheur·e·s et chercheur·e·s confirmé.e.s de tous les champs disciplinaires rattachés aux humanités et aux sciences sociales sont particulièrement encouragé·e·s à candidater. Les propositions émanant de personnes n’exerçant pas la recherche à titre principal, mais souhaitant investir ce domaine depuis leurs propres champs de compétence (conservation, pratique artistique…) sont également les bienvenues. Les communications, d’une durée de 30 minutes, devront être faites en français.

Les propositions de communication se présenteront sous la forme suivante :
– Nom et prénom de l’auteur·e / des auteur·e·s
– Affiliation(s) et statut(s)
– Titre de l’intervention
– Résumé de 400 mots de l’intervention.
– Une courte bibliographie pourra également être incluse.

Elles seront envoyées au plus tard le 4 septembre 2017 à l’adresse suivante :commandepubliquephoto@gmail.com 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *