Bouffée d’oxygène aux Rencontres d’Arles, par Véra Léon

L’édition 2014 des Rencontres d’Arles a été quasi unanimement critiquée. Qui n’y est pas allé de son commentaire sur la faiblesse de la programmation ou son absence d’audace ? Dans cet éventail de propositions photographiques inégales, une exposition organisée par Safia Belmenouar, Bons baisers des colonies, s’est pourtant distinguée.

Au sein d’un festival de photographie très généraliste comme les Rencontres d’Arles, les expositions à caractère historique (photographiquement parlant) sont rarement mises en avant, et c’est moins encore le cas quand elles mettent au premier plan des aspects particulièrement problématiques de l’histoire européenne. Ici, la collection de cartes postales du premier vingtième siècle représentant des femmes colonisées, rassemblée par la commissaire et Marc Combier, attire d’abord le regard sur une période de l’histoire française, à travers sa culture matérielle et visuelle coloniale.

Le titre déjà, Bons baisers des colonies, reprenant celui de l’ouvrage qu’avait publié en 2007 la commissaire de l’exposition (1), annonce bien le caractère ambivalent des images rassemblées. Elles ont été produites dans un but commercial et dans un contexte colonial, mais font également circuler des imaginaires construisant érotisme et exotisme de concert. Si les légendes se font scientistes avec leurs catégories pseudo ethnologiques -dont les chimériques “mauresques”-, les signes qu’ont laissés les expéditeurs de ces cartes confirment l’ampleur de la diffusion des idéologies évolutionnistes, racistes et misogynes. Les visiteurs sont en effet amenés à déchiffrer les inscriptions à l’encre, non moins lubriques que les images originelles, ou encore à repérer l’emplacement des timbres, parfois collés de façon explicite sur les parties sexualisées du corps.

Avec les lunettes forgées par des luttes telles que les guerres d’indépendance ou les mouvements féministes, l’asymétrie apparaît aujourd’hui de façon criante entre le photographe et son sujet, le colon et la colonisée. D’ailleurs, la monstration de telles images rappellerait un peu trop clairement les expositions coloniales si elle n’était pas accompagnée de textes à l’argumentation ciselée. Surtout, un dispositif scénographique amène dès l’entrée de la salle un contre-point de vue essentiel. Tout en résonance avec la pensée de Levinas, ce sont des visages qui nous accueillent en toute humanité.

En effet, alors que sur la plupart des cartes postales, l’attention est focalisée sur les corps, tour à tour mis en scène, scrutés, érotisés, chacune des quatre cimaises placées en regard à l’entrée est couverte de l’agrandissement d’un visage présent dans l’exposition. Ces recadrages, occupant subitement une surface surdimensionnée, redonnent une singularité, une expressivité et une dignité aux femmes représentées. Tournant littéralement le dos à leur instrumentalisation à travers des stéréotypes tant genrés que racisés, ces dernières semblent là opposer leur capacité d’agir –les théoriciens anglo-saxons diraient agency-, ou dans un vocabulaire plus directement politique, clamer leur sororité subalterne, sans distinction géographique.

On souhaiterait imaginer, comme en contrechamp, des cartes-photos comme celles qui circulaient à cette époque, comme autant d’imaginaires de soi. Elles donnaient en effet l’occasion de se mettre en scène le temps d’un portrait, de créer sa propre image, puis de la distribuer sous forme de cartes à son effigie -en l’occurrence des femmes (dé)colonisées. Par la monstration de telles images, elles exprimeraient véritablement leur agentivité, leur distanciation vis-à-vis de ces stéréotypes et plus avant leur capacité à fabriquer leur propre regard(2). Mais cela relèverait presque d’un anachronisme, car qui sait où se cachent de telles archives, et si même elles ont jamais pu être produites, la domination coloniale se surajoutant à l’hégémonie masculine comme autant d’obstacles à une production photographique, a fortiori de soi.

Seul regret : la scénographie choisie pour l’ensemble du lieu d’exposition, à savoir la lumière rouge baignant les lieux avec comme seul éclairage des lampes individuelles d’appoint mises à disposition de chacun·e, nuit plutôt à cet accrochage qui présente des objets de taille réduite. Les spectateurs et spectatrices se retrouvent surtout à reproduire le geste du voyeur, dans un rapport aux images peu compatible avec la distanciation à laquelle invitent les notices de salle.

En tout cas, dans un contexte politiquement clivé sur les questions d’identité, et intellectuellement rétif à l’analyse critique du passé colonial français, cette exposition est une heureuse prise de position. Elle s’inscrit à l’inverse de toute une dynamique curatoriale qui cache trop souvent derrière un écran d’esthétique les rapports sociaux pourtant bien présents dans les images, qu’elles soient historiques ou contemporaines. Les photographies en elles-mêmes sont déjà des décontextualisations par leurs cadrages et leurs mises en scène propres. Or cet effet d’extraction (et de construction) du réel est le plus souvent corroboré par les politiques d’exposition qui coupent régulièrement les objets de leur origine sociale et symbolique, jusqu’à les sacraliser, quand ils n’en travestissent pas complètement le sens. Ici, la commissaire (re)met avec brio au centre de la perception des productions visuelles la question du contexte de production.

Il reste à souhaiter qu’une telle réflexivité se développe vis-à-vis des images qui, fussent-elles contemporaines, n’auraient pas moins besoin d’être envisagées avec ce regard critique. Mais c’est là un tabou qui est encore loin d’être levé dans la hiérarchie des valeurs du monde artistique occidental où il reste bien souvent tacite que l’esthétique prime sur le politique.

Notes :

(1) Safia Belmenouar et Marc Combier, Bons baisers des colonies : images de la femme dans la carte postale coloniale, Paris, Alternatives, 2007. (retour au texte)

(2)On peut penser à la façon dont Juliette Rennes, dans son ouvrage, Femmes en métiers d’hommes (Cartes postales, 1890-1930). Une histoire visuelle du travail et du genre, Saint-Pourçain-sur-Sioule, Bleu Autour, 2013, a judicieusement complété le corpus de cartes postales stéréotypées qu’elle étudie avec des cartes-photos manifestant la conscience et la maîtrise de leur image par des femmes exerçant des métiers d’hommes.(retour au texte)


2 réflexions sur « Bouffée d’oxygène aux Rencontres d’Arles, par Véra Léon »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *