Neurdein frères, Ruines romaines de Thamugadi. [Timgad]. Voie triomphale,1897, archives coloniales d'Aix en Provence, FR ANOM 8Fi436_47

Photographie, ruines archéologiques et politique coloniale en Algérie au XIXe siècle, par Anissa YELLES

L’Algérie, en tant que pays « exotique » de la rive sud méditerranéenne, fait partie intégrante du « Grand Tour » et attire intellectuels et artistes de tous bords. Dès les années 1840 et l’invention du daguerréotype, on observe la présence de photographes à Alger, ces voyageurs d’un nouveau genre sont les témoins « directs » de la politique coloniale entreprise notamment à l’égard du patrimoine archéologique. Les photographes arrivent en effet en un flux incessant tout au long du XIXe siècle et s’appliquent à dresser un inventaire des richesses culturelles et architecturales qu’ils découvrent lors de leur séjour. Dans ce vaste corpus, les vues représentant les sites romains (numides, mégalithiques) occupent une place particulière qui traduit de prime abord une volonté scientifique de reproduire le plus fidèlement possible les sites archéologiques découverts lors de fouilles ou missions (personnelles ou militaires). Il s’agira également de mettre en scène ces vestiges dans une tradition esthétique « ruiniste ». L’influence de la photographie pour ce qui concerne l’imaginaire de l’Algérie dans le champ culturel « métropolitain » est aujourd’hui amplement reconnue. Pour les images constituant des vues de ruines, nous verrons que les choses sont complexes et traduisent des objectifs multiples et parfois bien difficiles à cerner.

Diffa au camp, près de Tlemcen, 1865, Moulin Félix Jacques Antoine (1802-1879),  Bnf, PETFOL-QE-842, (Le couple Impériale en visite aux ruines médievales de Mansourha)
Diffa au camp, près de Tlemcen, 1865, Moulin Félix-Jacques Antoine (1802-1879), BnF, PETFOL-QE-842, (Le couple impérial en visite aux ruines médiévales de Mansourha).

Photographie en Algérie au XIXe siècle

Même si le « voyage photographique » reste une entreprise délicate, avec son lot de difficultés techniques quotidiennes, la « pacification » progressive de l’Algérie ouvre peu à peu de nouvelles perspectives d’exploration. Le sentiment de plus grande sécurité permet de repousser des limites géographiques jusqu’aux parties les plus inaccessibles du pays (notamment dans le Grand Sud). Dès les années 1850, les photographes voyageurs s’aventurent dans les villes de Province. Les parcours des photographes actifs en Algérie tout au long du XIXe siècle sont variés allant du simple touriste, à l’architecte envoyé en mission, au militaire enrôlé. Leurs travaux s’inscrivent le plus souvent dans une perspective administrative, documentaire (rendre compte de fouilles archéologiques1) ou bien encore commerciale. De fait, ces objectifs peuvent tout à fait se combiner dans la production d’un même photographe.

Au cours de leur périple dans les provinces d’Algérie, la grande majorité propose des vues topographiques de la colonie intégrant les villes mythiques, Alger, Tlemcen, Oran, Constantine, Biskra. Et si la plupart incluent au moins un site, voire un monument romain dans leur programme de route, plus rares sont ceux qui manifestent un réel intérêt scientifique au point de consacrer un reportage entier à la découverte du patrimoine romain d’Algérie. Il est d’ailleurs à noter que nombre des photographes qui produisent un corpus important sur cette thématique sont liés à des institutions officielles, scientifiques ou militaires, et donc investis d’une mission bien précise.

Neurdein frères, Ruines romaines de Thamugadi. [Timgad]. Voie triomphale,1897, archives coloniales d'Aix en Provence, FR ANOM 8Fi436_47
Neurdein frères, Ruines romaines de Thamugadi. [Timgad]. Voie triomphale,1897, Archives coloniales d’Aix-en-Provence, FR ANOM 8Fi436_47.

Ruines archéologiques et photographes militaires en Algérie

La « photographie » en Algérie au XIXe siècle combine science, esthétique et stratégie politique, sans qu’il soit généralement possible de séparer les divers objectifs poursuivis. Rappelons que cette production s’inscrit dans un contexte bien particulier, marqué en partie par l’omniprésence de l’armée, responsable aussi des sites et des fouilles archéologiques. Rien d’étonnant, dans ces conditions, si dès les débuts de la conquête française en Algérie l’armée ait recours à l’image pour cartographier les différents sites romains. Au dessin, à la peinture, mais aussi à la photographie. On constate ainsi la présence systématique d’un photographe dans les colonnes expéditionnaires organisées en nombre tout au long de la conquête coloniale. Ces missions intègrent bien souvent l’exploration des sites archéologiques dans leur itinéraire. Voilà pourquoi on trouve, dans les Archives nationales, nombre d’albums de militaires photographes amateurs qui rassemblent un ensemble important de vues de sites antiques.

Parmi les parcours les plus représentatifs, citons celui du capitaine Gustave de Courcival2. Posté en Algérie, il intègre la « Colonne du Sud » en 1861, avec pour mission d’explorer le Sahara algérien, en particulier l’Oued Souf et la région de Touggourt. En tant qu’officier de cavalerie, Courcival photographie le trajet de la colonne et recueille un ensemble de 107 photographies (déposées dans les archives de la Société de Géographie3). Parmi ces vues figurent les ruines de Timgad, Sétif, Batna, sans oublier les monuments numides tels que le Medracen. Autre exemple, celui du capitaine Piboul. Posté également en Algérie dans les années 1860, il produit de nombreuses images de ruines de la région de Lambèse4.

De par le caractère nomade de leurs missions, les images produites par ces photographes d’un genre particulier sont le plus souvent des vues d’ensemble qui ne s’attardent pas sur les détails architecturaux ou ornementaux des monuments. Il s’agit là davantage d’une production ayant pour but de proposer un catalogue pour l’armée des sites rencontrés au cours de l’exploration.

Les militaires participent ainsi à l’inventaire du patrimoine antique par le biais de la photographie et témoignent de l’intérêt significatif que porte l’armée aux vestiges antiques, et ce dès le début du XIXe siècle, dans un but largement stratégique. Il s’agit en fait de tenter de rattacher historiquement et symboliquement une partie de l’Afrique romaine à la Gaule, dans une visée de réappropriation de l’espace algérien. Citons à titre d’exemple un certain capitaine Rozet, qui n’hésite pas à attribuer dans une correspondance datée de 1831 une origine druidique aux Djedars5 :

« Je viens vous prier de communiquer de ma part à l’académie un fait qui me paraît assez curieux pour attirer son attention, c’est la découverte de tombeaux druidiques dans les environs d’Alger. Ces monuments sont tout à fait semblables à ceux que j’ai vus dans plusieurs parties de la France, et particulièrement dans le département de l’Aveyron. Ni les Maures, ni les Arabes n’ont jamais rien fait de semblable aux ruines du petit port : elles sont d’origines gauloises peut-être ? […] La présence de ces monuments en Afrique soulève une question historique du plus haut intérêt. Sont-ils l’œuvre d’un peuple ayant habité ce pays à une époque très ancienne ou ont-ils été élevés par des cohortes bretonnes qui, sous les Romains, y ont tenu garnison ?6« 

Capitaine de Courcival, Environs de Sétif, ruines de Djemila, arc de triomphe, 1861-1862, fonds Société de Géographie, SGE SG WE-25
Capitaine de Courcival, Environs de Sétif, ruines de Djemila, arc de triomphe, 1861-1862, fonds Société de Géographie, SGE SG WE-25.

Photographes amateurs et ruines romaines en Algérie

En parallèle de cette « production militaire », on ne saurait oublier les photographes amateurs, les photographes voyageurs, et les artistes de passage qui diffusent en masse leur production auprès du public de la métropole. L’un des exemples les plus célèbres est sans aucun doute Félix-Jacques Antoine Moulin7. Au cours d’un périple d’un an et demi, ce photographe de métier produira environ 300 images qu’il publiera en trois volumes sous un reportage intitulé L’Algérie photographiée8.

L’approche de Moulin s’apparente à celle d’un guide touristique. Il choisit de faire un inventaire de tous les lieux remarquables et « légendaires » de la colonie. Moulin présente un nombre significatif de sites antiques et traite une grande diversité de sujets : les mausolées numides, les grands sites romains, mais aussi les découvertes faites au cours des fouilles et accumulées dans les musées (notamment d’Alger). Les images de Moulin comportent un important travail de composition, combinant des effets de lumière, de contraste et de focale pour faire davantage ressortir la structure des monuments et leur caractère majestueux. Le tout selon des considérations esthétiques s’inscrivant dans la tradition « ruiniste ».

Moulin appartient à la lignée des expéditions photographiques encadrées par des institutions officielles et ayant pour objectif une meilleure connaissance du territoire algérien. En effet, si ce photographe arrive à réaliser une telle expédition, c’est essentiellement grâce au soutien du ministère de la Guerre9. Cette information conduit à analyser son corpus d’un œil plus vigilant. Pour lui, il s’agit ni plus ni moins que de faire état des richesses naturelles et patrimoniales de la colonie afin de « contribuer à populariser beaucoup l’Algérie10 » et donc, peut-on supposer, à rendre plus pertinent le projet colonial aux yeux de l’opinion publique française.

Photographie, politique, et imaginaire de la ruine en Algérie au XIXe siècle

La riche production des clichés de type « orientaliste » au XIXe siècle et leur remarquable diffusion confortent aujourd’hui l’idée que l’image fut un outil précieux de communication auprès de l’opinion publique métropolitaine vis-à-vis de la politique coloniale appliquée dans les pays du Sud. Avec le perfectionnement des techniques, l’utilisation de la photographie par les autorités dépasse largement le cadre des commandes de portraits officiels et concerne de multiples domaines. Malgré la disparition partielle des collections impériales11, les fonds conservés dans différentes archives (en particulier à la BnF12) permettent de se faire une idée assez précise et cohérente de l’utilisation publique du médium. L’exposition organisée en 2004 sur les albums de Napoléon III a permis de revoir un pan méconnu des rapports entre « pouvoir et photographie » au XIXe siècle, analysant pour cela les collections personnelles de l’empereur. Ainsi le catalogue revient notamment sur les deux voyages du couple impérial en Algérie (en 1860 et 1865) au cours desquels ces derniers sont accompagné systématiquement par un photographe13. La politique coloniale est donc loin d’être en reste dans l’usage du médium, ce dernier s’étant tout naturellement offert comme un instrument permettant de diffuser le discours officiel dans un but d’information, mais aussi de sensibilisation du public. Dans ce contexte particulier, l’intérêt envers le processus historique de romanisation en Algérie lié à la recherche d’une légitimité « scientifique » pour l’occupation coloniale de la France a engagé une partie des photographes à s’intéresser aux sites archéologiques. Les photographes voyageurs ont ainsi été un relais de cette quête identitaire axée sur les origines lointaines et mythiques de la culture européenne. En cela, la photographie de ruines témoigne indéniablement de cette curiosité révélée pour la présence romaine en Algérie. Cette curiosité pour la ruine (qu’elle soit romaine, médiévale, ou numide) à travers la photographie va s’intensifier au XIXe siècle (en Algérie et dans tous les pays du Maghreb), et ce en particulier à partir des années 1880. Deux facteurs y contribueront, l’apparition de la carte postale et l’organisation des premières fouilles scientifiques d’envergure.

Anissa Yelles, Doctorante, Paris I Panthéon-Sorbonn ARSCAN

Cet article est dérivé en grande partie d’un texte précédemment publié sous le titre « Photographie et archéologie en Algérie sous Napoléon III », dans Histoires de France, n°14, oct. 2014, p. 44-48.

Expédition en Algérie, sites archéologiques, 1865, Lambèse, album réalisé par un militaire photographe posté à Lambèse), archives Société de Géographie (PETFOL-VH-287)
Expédition en Algérie, sites archéologiques, 1865, Lambèse, album réalisé par un militaire photographe posté à Lambèse), Archives Société de Géographie (PETFOL-VH-287).

 

Bibliographie complémentaire

Dondin-Payre, Monique, « Le premier reportage photographique archéologique en Afrique du Nord : les fouilles du tombeau de la Chrétienne en 1855-1856 », L’Africa Romana XIV, Sassari, 2000, Rome, 2002, p. 2119-2146.

Fredet, Estelle, L’Algérie photographiée : 1856-1857 de Félix-Jacques Antoine Moulin et la politique algérienne de l’Empire, mémoire de maîtrise, 1994, université d’Aix-en-Provence.

Pillorget, René, « Les deux voyages de Napoléon III en Algérie (1860 et 1865) », Revue du Souvenir napoléonien, n°363, fév. 1989, p. 30-36.

1. L’Algérie a bénéficié de l’un des premiers reportages de fouilles archéologiques de l’histoire. En effet, le photographe John Beasley Greene est mobilisé par l’archéologue Berbrugger pour suivre les fouilles du tombeau de la Chrétienne organisées entre l’hiver 1855 et le printemps 1856. Voir John Beasley Greene, album Tombeau de la Chrétienne, Folio Z154D, Fonds Institut.

2. Voir Anissa Yelles, « Le marquis de Courcival : itinéraire d’un photographe militaire en Algérie sous Napoléon III », Napoleonica. La Revue, n°153, 2012, p. 120-132.

3. Voir Capitaine de Courcival, 107 photos d’Algérie en 1861-1862, don du capitaine Bernard en 1884, BnF, fonds Société de Géograpie, SGE SG WE-25.

4. Rares sont les archives nous permettant d’avoir quelques informations sur ce personnage (hormis son dossier militaire aux Archives de la Défense à Vincennes). De plus, il est difficile de retrouver le corpus de ce militaire. Il semble qu’il ait produit environ 200 photographies de la région de Lambèse, avec beaucoup de vues de ruines.

5. Les Djedars constituent un ensemble de treize mausolées qui se trouvent au sud-ouest de Tipaza et dans la région de Frenda. Les archéologues ont pu attester qu’il s’agissait de tombeaux princiers de l’époque numide. De plan carré et de forme pyramidale, revêtus de pierre de taille, ils sont entourés d’une enceinte, possèdent un noyau funéraire et un système de galeries. Les monuments les plus emblématiques sont le tombeau de la Chrétienne, le Medracen, le mausolée du Khroub et le mausolée de Beni Rhénane. Au XIXe siècle, on ignorait bien évidemment leur origine historique, et c’est pourquoi ces monuments ont fait l’objet de nombreux mythes et légendes.

6. Capitaine Rozet, Correspondance [1831], cité par Monique Dondin-Peyre, « L’identité de l’Algérie antique à l’épreuve des faits avant et après 1830, identité imaginée, identité réelle », in C. Briand-Ponsart et alii (dir.), L’Afrique du Nord antique et médiévale. Mémoire, identité et imaginaire, Rouen, Broché éditeurs, 2002.

7. Photographe de genre, Félix-Jacques Antoine Moulin (1802-1879) rencontre un certain succès à Paris avec la production de portraits de nus. Il a un atelier rue du Faubourg-Montmartre, en association avec Jules Malacrida. Il fait régulièrement l’objet de critiques favorables, et même flatteuses, dans le journal spécialisé La Lumière. Il embarque pour l’Algérie en 1856, accompagné d’Achille Quinet fils, et parcourt en un an et demi les trois provinces d’Algérie. Aujourd’hui encore, L’Algérie photographiée est considérée comme l’un des reportages photographiques les plus complets sur l’Algérie du Second Empire.

8. Le reportage que Moulin consacre à l’Algérie fut largement diffusé en métropole et publié en revue (L’Illustration). C’est pourquoi on retrouve de manière assez fréquente des reproductions de L’Algérie photographiée dans de nombreuses archives, notamment à la BnF abritant les trois albums que l’artiste a offerts à Napoléon III à son retour en métropole, mais aussi aux Archives militaires des Invalides, ou bien encore aux Archives du département des Antiquités du musée du Louvre, voire dans des archives étrangères (Archives Alinari).

9. « Une lettre de recommandation du ministre de la Guerre, largement interprétée par M. le maréchal-gouverneur, m’a ouvert toutes les portes, aplani tous les obstacles… », voir F.-J. A. Moulin, L’Algérie photographiée, Nota, 1859.

10. Voir « La photographie en Algérie », La Lumière, n°25, 1856, p. 2.

11. Les incendies de la Commune, sans compter l’exil de la famille Bonaparte après la chute de l’Empire qui entraîne la disparition et la dispersion des Archives impériales.

12. Voir Sylvie Aubenas (dir.), Des photographes pour l’empereur : les albums de Napoléon III, Paris, BnF, 2004, p. 196.

13. En 1860, Disdéri accompagne le couple impérial et produit un reportage d’environ 250 photographies intitulé Le Voyage de Napoléon III en Algérie en 1860. En 1865, le second déplacement de l’empereur dans la colonie est suivi par les photographes Alary et Geiser.


Une réflexion sur « Photographie, ruines archéologiques et politique coloniale en Algérie au XIXe siècle, par Anissa YELLES »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *