Aux membres du Comité de lecture

Pour des échanges urbains

Quelques conseils aux membres du Comité de lecture du carnet de recherche de l’ARIP

Chère lectrice, cher lecteur,

Pour toi qui a gentiment accepté de prendre sur ton temps pour relire, corriger et commenter la prose d’autrui, voici quelques conseils pour que l’entente reste cordiale de part et d’autre de la barrière éditoriale.

1. Qu’il s’agisse d’une simple correction orthographique ou d’une relecture critique, le plus efficace est d’ajouter, aux corrections et commentaires dans le texte, un paragraphe en tête du document, qui synthétise l’impression générale. Cette impression peut être lapidaire (et tenir en deux mots ou en une phrase) ; elle peut aussi être précisée et, par exemple, se scinder en forme et fond, ou proposer des pistes de réécriture.

2. Se rappeler que l’auteur, surtout quand il a peu d’expérience (mais même quand il en a), peut être farouche, voire susceptible ; un rien peut l’effrayer ou le blesser, et le carnet de perdre un billet. Bref, la lectrice et le lecteur prendront garde à tourner leurs corrections comme des propositions (utiliser le conditionnel), à les dépersonnaliser (bannir les “je” qui s’opposent aux “tu”), et à adoucir leurs commentaires et leurs corrections (utiliser le conditionnel, penser fengshui).

3. Dans le même esprit, la lectrice et le lecteur ne se borneront pas à souligner les fautes ou les obscurités. Au contraire, ils n’hésiteront pas à remarquer dans leurs commentaires qu’une idée est pertinente, ou qu’un passage est particulièrement bon.

A bon entendeur, bonnes lectures, et bonnes corrections

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Association de recherche sur l'image photographique