Tous les articles par ARIP

Compte-rendu de la réunion du 5 novembre

La réunion a lieu de 18h à 20h, en salle CIRHAC, à l’INHA. Une vingtaine de personnes sont présentes.

L’ordre du jour de la séance est le suivant :
I/ Présentation détaillée du programme de l’année
II/  Description des chantiers
III/ Renouvellement du bureau
IV/ La question du site de l’ARIP sur le site Culture visuelle

I/ PRÉSENTATION DÉTAILLÉE DU PROGRAMME DE L’ANNÉE :

Suite à l’appel à communication lancé à la rentrée (invitant : « tout·e jeune chercheur·e, quelle que soit sa discipline de rattachement, son objet d’étude photographique et sa manière de l’envisager, à venir présenter ses travaux, en prenant soin d’en situer particulièrement les enjeux méthodologiques et épistémologiques. »), L’Arip a reçu 20 propositions et en a choisi 12.

L’année sera donc divisée en 7 séances comprenant à chaque fois deux présentations de 30 minutes faites par deux chercheur.e.s et 1h réservée aux questions. De plus deux séances seront réservées à des réunions de bilan en février et en juin.

Pour les 7 séances de présentations, les membres de l’ARIP ont orienté leur choix en fonction de la clarté d’énonciation des objets et des méthodes, ainsi que des éventuelles compatibilités, résonances entre les différents sujets. L’idée principale étant de faire dialoguer les chercheur.e.s entre eux. Ces séances de présentation seront aussi dédiées à parler des éventuelles difficultés rencontrées lors des recherches, et des positionnements méthodologiques et épistémologiques adoptés.

  • Présentation de toutes les séances : cf. programme sur le carnet de recherche de l’ARIP (http://arip.hypotheses.org/285).

II/ LES CHANTIERS :

Cf : la description des projets de chantiers dans le drive de l’ARIP.

1/ Le chantier « Import/Export, Aux sources du langage théorique en photographie » proposé par Laureline Meizel.

Ce chantier transdisciplinaire est ouvert à tou.te.s et les réunions se feront en dehors des réunions de l’ARIP. Il donnera lieu à deux réalisations, qui restent à discuter et à préciser lors de la première réunion :

_ Un lexique collaboratif ;

_ Un cycle d’entretiens avec les personnes (professeur.e.s, conservateur.e.s, galeristes, …) qui ont participé à l’élaboration du langage sur la photographie (des années 1950 aux années 1980 environ).

A cause d’un emploi du temps chargé, la première réunion aura lieu assez tardivement, avant les vacances de Noël, mais le cycle d’entretiens devrait démarrer en janvier, avec Michel Frizot.

2/ Le chantier « Que faire de l’historiographie anglo-saxonne sur la photographie ? » proposé par Véra Léon et Anaïs Mauuarin

Une première réunion a eu lieu le 20 octobre (cf : compte rendu de la réunion dans le drive de l’ARIP) et a consisté en la mise en commun des connaissances sur l’historiographie anglo-saxonne et plus particulièrement sur les cultural studies.

Ce chantier aura lieu en dehors des réunions de l’ARIP et s’organisera en deux temps :

_ Dans un premier temps, les personnes concernées pourront venir aux réunions pour partager leurs lectures et critiques sur l’historiographie anglo-saxonne.

_ Dans un deuxième temps, il s’agira d’interroger cette historiographie en fonction des sujets de chacun.e.

  • Les membres intéressé.e.s par ce chantier sont invité.e.s à assister à la journée d’études “Politiques de la scientificité. Les studies à l’étude”, le 24 novembre, qui s’intéressera largement à ces questions : cf programme sur http://calenda.org/305248

Remarques :

  • Toute personne peut envoyer des comptes rendus d’exposition ou billets à l’adresse e-mail de l’ARIP afin qu’ils soient publiés sur le site de l’ARIP. Un comité de lecture est en cours de création (par Laureline Meizel et Thierry Sugitani).

  • Un google doc sera mis en place sur le drive de l’ARIP par une membre afin de mettre en commun des outils pour la recherche et pour la rédaction des thèses/mémoires qui comprendra :

_ les listes de diffusion concernant la photographie

_ les sites utiles pour la rédaction des thèses

_ les sites qui permettent de rechercher les thèses déjà publiés en France et à l’étranger

III/ LE BUREAU :

Le bureau de l’ARIP organise les réunions et gère les outils de l’ARIP (sites, mails,…). Les membres actuels de l’ARIP sont : Guillaume Blanc, Véra Léon et Anaïs Mauuarin. L’organisation du bureau est collégiale.

Après un tour de table, Jessica Blanc s’est également proposée pour intégrer le bureau ainsi que Sara Lo Porto à partir de janvier et Thierry Sugitani pour gérer le site (et éventuellement créer un groupe facebook de l’ARIP – en plus de la page facebook- qui serait un lieu de discussion instantanée).

Les personnes présentes pendant la réunion ont lu la charte de l’ARIP puis voté. Le nouveau bureau de l’ARIP est élu à l’unanimité et se compose de : Guillaume Blanc, Jessica Blanc, Véra Léon, Anaïs Mauuarin, Sara Lo Porto et de Thierry Sugitani pour l’administration du site.

IV/ LA QUESTION DU SITE DE L’ARIP SUR CULTURE VISUELLE :

Culture visuelle est une plateforme donnant accès à plusieurs blogs. Après un échange et un tour de table argumenté par un membre, il a été décidé qu’il serait plus intéressant pour le site de l’ARIP de figurer sur Culture visuelle car il gagnerait en visibilité tout en gardant son autonomie.

Les points de l’ordre du jour étant tous abordés, un tour de table est proposé. Les personnes présentes sont invitées à prendre la parole tour à tour pour faire d’éventuelles suggestions :

_ Laureline Meizel indique que les personnes intéressées par le chantier sur le langage employé en photographie peuvent commencer à préparer des questions pour l’entretien de Michel Frizot, en visitant les deux expositions dont il est le co-comissaire (avec Cédric de Veigy) : Photo trouvées (maison Doisneau) et Toute photographie fait énigme (MEP)

_ Éléonore Challine travaille avec Catherine Meneux et Marie Gispert à l’élaboration d’une base de données sur la critique d’art. Elle invite les membres à lui envoyer un mail pour lui communiquer des noms de critiques en photographie du XIXe et du XXe peu connus.
Tous les points de l’ordre du jour ayant été soulevés, la séance se termine à 20h.

Photographie d’en-tête de Rose-Lyne Fisher

Prochain séminaire le 2 décembre : Photographie, architecture et territoire

Rendez-vous pour la prochaine réunion de l’ARIP

Mardi 2 décembre, 18h-20h
salle Demargne, INHA (rez-de-chaussé),
2 rue Vivienne, Paris

Nous consacrerons cette séance au thème Photographie, architecture et territoire.

Deux chercheuses viendront nous présenter leurs travaux, Frédérique Mocquet (ENSA Paris-Malaquais/Université Paris-Est) et Carolin Görgen (Universtié Paris VII Diderot).

  • Frédérique Mocquet : Paysages photographiques : photographie, prospective et aménagement du territoire

L’étude de la commande photographique de paysage du point de vue de l’architecte permet notamment d’observer, en considérant la spécificité technico-artistique du médium, le renouvellement des formes documentaires et des possibilités épistémologiques, qui mêlent aujourd’hui enjeux techniques et scientifiques, artistiques et culturels, institutionnels et administratifs. L’hypothèse ? Une coproduction fructueuse entre photographie et recherche, permettant de produire des visibilités nouvelles sur notre mode d’habiter le monde et ses représentations.

  • Carolin Görgen : Le rôle des photographes amateurs à San Francisco, 1890 – 1915

Cette présentation analyse la documentation photographique de l’espace urbain à San Francisco pendant les années 1900. En s’appuyant sur un corpus de photographie amateur, le but sera de montrer comment la photographie est devenue un moyen pour, non seulement capturer le développement urbain, mais aussi pour créer une nouvelle vision de la ville après le tremblement de terre en 1906. Cette analyse va intégrer le concept de  »historical imagination » afin de montrer l’ambition de reconstruire visuellement, historiquement et moralement une ville.

Ces présentations donneront ensuite lieu à une discussion avec tous les participant.e.s.

Nous réservons un temps à la fin du séminaire de manière à évoquer les éventuelles questions ou actualités photographiques : n’hésitez pas à présenter une question méthodologique ou d’organisation, un livre, une exposition, une découverte, etc.

L’ARIP, Association de recherche sur l’Image Photographique

Photographie de la ‘San Francisco Earthquake and Fire Collection’, Bancroft Library (Californie)

Programme du Séminaire de l’ARIP 2014-2015

Suite à l’appel à communications lancé en septembre dernier, nous avons établi un programme de séminaires thématiques, en sept séances, qui entend faire une grande place aux questions méthodologiques.

D’autres événements viennent également  ponctuer l’année universitaire, notamment une séance commune avec l’HiPaM (Histoire du Patrimoine et des Musées) où nous invitons deux personnalités du monde de la photo à venir parler des enjeux politiques des collections photographiques, ainsi que des séances-bilan privilégiant l’échange et la discussion.

  • Programme :

    Mardi 2 décembre
    18h-20h, salle Demargne (INHA)

    Photographie, architecture et territoire

    • Frédérique Mocquet
      Paysages photographiques : photographie, prospective et aménagement du territoire

    L’étude de la commande photographique de paysage du point de vue de l’architecte permet notamment d’observer, en considérant la spécificité technico-artistique du médium, le renouvellement des formes documentaires et des possibilités épistémologiques, qui mêlent aujourd’hui enjeux techniques et scientifiques, artistiques et culturels, institutionnels et administratifs. L’hypothèse? Une coproduction fructueuse entre photographie et recherche, permettant de produire des visibilités nouvelles sur notre mode d’habiter le monde et ses représentations.

    • Carolin Görgen
      Le rôle des photographes amateurs à San Francisco, 1890 – 1915

    Cette présentation analyse la documentation photographique de l’espace urbain à San Francisco pendant les années 1900. En s’appuyant sur un corpus de photographie amateur, le but sera de montrer comment la photographie est devenue un moyen pour, non seulement capturer le développement urbain, mais aussi pour créer une nouvelle vision de la ville après le tremblement de terre en 1906. Cette analyse va intégrer le concept de  »historical imagination » afin de montrer l’ambition de reconstruire visuellement, historiquement et moralement une ville.

    Mercredi 14 janvier
    18h-20h, salle Demargne (INHA)

    Culture visuelle

    • Corentin Cohen
      Une interprétation par les images du conflit de 2006 entre le Hezbollah et Israël

    Cette recherche explore l’adhésion d’une partie de la société libanaise à l’idée d’une « divine victoire » du Hezbollah au lendemain du conflit de 2006 contre Israël. La constitution de corpus d’images et leur analyse grâce à des typologies, aux concepts d’index et de cadre cognitifs, puis le recours à la sociologie de la production permettent de montrer comment une interprétation du conflit favorable à la Résistance libanaise s’est imposée puis enracinée dans la société malgré les stratégies israéliennes d’influence des perceptions.

    • Thierry-Itaru Sugitani
      Images du Boson de Higgs : aux origines dynamiques et culturelles d’un ensemble iconographique

    Partant d’un champ spécifique (la physique des particules élémentaires) et d’un objet iconographique précis (le boson de Higgs), cette communication propose d’analyser la dynamique d’un ensemble d’images scientifiques, de leur production dans les laboratoires à leur appropriation par différents milieux (magazines de vulgarisation, quotidiens, réseaux sociaux, … ). A quels besoins répond l’image ? Comment circule-t-elle d’un milieu à l’autre ? Au prix de quelles transformations visuelles ?
    A partir de ce cas d’étude, on tentera de dégager des méthodes utiles pour aborder de façon générale le régime contemporain de circulation massive des images.

    Mardi 10 Février
    18h-20h, salle Jullian (INHA, 1er étage)

    Bilan à mi-course et ouverture

    • Bilan des chantiers de recherches
    • Retour sur les séminaires et les méthodologies
    • Présentation du travail photographique de Camilo Léon : Femmes engagées à Medellín: une réalité complexe

    Exposition à la Maison des Initiatives Etudiantes-Bastille (50 rue des Tournelles, 75003 Paris, vernissage le 3 février à 18h30). Cette présentation sera l’occasion d’interroger et de mettre en perspective les pratiques de la sociologie et de l’anthropologie visuelle. Elle sera ainsi une manière d’ouvrir le débat, dans la lignée de notre dernier séminaire, sur des problématiques qui débordent le champ de l’art, et que mettent en perspectives des pratiques contemporaines.

    Mardi 10 mars
    18h-20h, salle Jullian (INHA, 1er étage)
    Séminaire commun avec l’HIPAM

    Enjeux politiques d’une collection de photographie

  • Jean-Gabriel Lopez, artiste photographe et Pascal Beausse, responsable des collections photographique du CNAP

Alors que la photographie a toujours été un moyen de collecter et d’accumuler des représentations et des savoirs, elle est devenue elle-même un objet collectionné, que ce soit par les artistes, les particuliers, les institutions culturelles, ou encore par des entreprises. Or, toute collection met en jeu des problématiques muséales et curatoriales, qui appartiennent cependant plus largement au champ social dans lequel elle s’inscrit (économique, culturel, social).
Que signifie aujourd’hui collectionner la photographie au sens large, documentaire comme artistique ? En quoi collectionner des photographies peut être un geste politique ? Ce geste est-il encore possible aujourd’hui ? Et plus encore, l’institutionnalisation de la photographie est-elle nécessairement synonyme d’une neutralisation de l’espace d’une pensée critique ?

 


Mardi 17 mars
18h-20h, salle Jullian (INHA, 1er étage)

Transferts internationaux dans la photographie (1)

  • Fedora Parkmann
    L’influence de Man Ray sur les photographes tchèques de l’entre-deux-guerres

Dans le contexte des transferts entre la France et la Tchécoslovaquie dans la photographie de l’entre-deux-guerres, cette communication propose d’analyser l’influence de Man Ray sur la création tchèque. Parler d’influence se justifie ici dans la mesure où l’on assiste à la définition d’une figure tutélaire dont les photographes tchèques subissent l’ascendant. Il convient cependant de compléter la démonstration de l’influence stylistique des rayographies, solarisations et photographies documentaires de Man Ray en retraçant leur diffusion et l’histoire de leur réception dans le pays.

  • Yoko Tsuchiyama
    Les réactions françaises sur le passage de l’exposition The Family of Man en 1956

L’exposition photographique « The Family of Man », organisée par le MoMA à New York, est présentée à Paris en hiver 1956. En France, cette exposition a d’abord marqué l’art photographique, et a fait reconnaître la valeur artistique de la photographie documentaire. Dans cet exposé, nous allons examiner quelques remarques lues dans la presse française lors de l’ouverture de l’exposition : les réactions se sont exprimées majoritairement du point de vue artistique plutôt que sur le contexte politique de la Guerre froide. Cependant, certains articles ont critiqué la vision américaine de la démocratie représentée dans l’exposition pour l’Europe après la Seconde Guerre mondiale.

 

Mercredi 8 avril
18h-20h, salle Demargne (INHA)

Transferts internationaux dans la photographie (2)

  • Lucas Mendes Menezes
    Les photographies brésiliennes présentées lors des expositions de la Société Française de Photographie de 1946 á 1953

La Société Française de Photographie (SFP), créée à Paris en 1854,  héberge une riche collection internationale d’images photographiques. Après une période de déclin annoncée par la Seconde Guerre, la SFP reprend ses activités dès 1946 à l’occasion de la réouverture du Salon d’Art Photographique (organisé depuis le début du XXe siècle et interrompu en 1939). À ce moment-là, la SFP est confrontée au renouveau du milieu photographique amateur : elle assiste à la participation progressive des pays de l’Amerique du Sud, Europe de l’Est, Asie et Afrique attestant ainsi du développement d’un nouveau circuit d’échange. Quels sont les pays qui font partie de ce nouveau scénario ? Quelles sont les particularités du cas brésilien ? Comment mesurer les conséquences (artistiques, institutionnelles etc.) de cet échange ?

  • Claire-Sophie Dagnan
    L’association FotoAtiva au Brésil : l’émergence de la “visibilité amazonienne”

Mon intervention porte sur la représentation de l’Amazonie brésilienne, “frontière” géographique et sociale au sein du Brésil et aux yeux du monde. Il s’agit de mettre en regard la production externe d’images que suscite cet espace, avec la production existant à échelle locale aux moyens de diffusion limités mais à la diversité vibrante. Je m’attacherai particulièrement à l’approche pédagogique et artistique du photo-club de Belém, FotoAtiva, pour soulever les enjeux politiques et sociaux de l’auto-représentation et de l’apprentissage de la photographie.

 

Mercredi 6 mai
18h-20h, salle Demargne (INHA)

Photographie, musée et altérité

  • André Delaplace
    La collection photographique du Musée National de l’Histoire de l’Immigration

En France, le Musée de l’Histoire de l’Immigration (jusqu’en 2013 : Cité nationale de l’Histoire de l’Immigration), qui a ouvert ses portes en octobre 2007, se distingue par l’originalité de son projet et les discussions qu’il a suscitées dans divers domaines (du milieu académique aux réseaux d’associations qui s’occupent des immigrés en France). Le musée présente au public une approche historique et culturelle de l’immigration ainsi que des œuvres d’Art Contemporain traitant du sujet.
Lors de ma communication,  on s’interrogera sur comment ce musée constitue une tentative de reconnaître le patrimoine de l’immigration comme un patrimoine national et comment s’est constitué la collection photographique du musée.

  • Anaïs Mauuarin
    Au-delà du document ? Le statut de la photographie au Musée d’Ethnographie du Trocadéro dans les années 1930

Cette contribution vise à soulever la question du statut de la photographie au sein du Musée d’Ethnographie du Trocadéro (Paris), réorganisé en 1928 et devenu le Musée de l’Homme en 1938. Ces années 1930 voient la photographie conquérir de nouveaux espaces au sein du musée, et une photothèque se mettre en place, progressivement doublée d’un service commercial. Le statut de la photographie se trouve par là-même troublé : au-delà d’un simple élément de documentation, elle est de plus en plus envisagée selon les qualités qui lui seraient propres.

 

Mardi 2 juin
18h-20h, salle Jullian (INHA)

Ouverture et Assemblée générale

  • Amandine Servais
    L’histoire et ses marges : les récits photographiques d’Arlette Farge

Au départ d’une étude de cas – certains travaux de l’historienne Arlette Farge – nous verrons comment l’image, en l’occurrence photographique, par les médiations qu’elle institue et les relations qu’elle autorise, alimente et façonne, autant qu’elle éclaire, des modalités singulières du faire de l’histoire. Il s’agira donc de révéler et de comprendre l’agence historiographique de l’image au sein d’un régime d’intelligibilité particulier que j’ai nommé le paradigme visuel.

  • Assemblée générale
    Bilan des activités de l’année, idée pour l’année prochaine, renouvellement du bureau.
  • Bourse de thèse
    Point sur les bourses de thèse et de fin de thèse, et sur les réseaux par lesquels elles sont diffusées.

*   *   *

images : Etienne-Jules Marey, Trois surfaces concaves associées, angle de 30 degrés, quatrième et dernière version de la machine à fumée, équipée de 57 canauxet Plan incliné, angle de 65 degrés, troisième machine à fumée contenant 21 canaux
© Cinémathèque française

Prochaine réunion de l’ARIP, le mercredi 5 novembre

Nous avons le plaisir de vous convier à la prochaine réunion de l’Association de Recherche sur l’Image Photographique (ARIP) qui se tiendra :

le mercredi 5 novembre,
de 18h à 20h à l’INHA (salle CIRHAC, 1er étage),
2 rue Vivienne, 75002 Paris

Il s’agit d’un moment important puisque cette réunion, qui constituera une véritable assemblée générale de l’association, lancera nos activités pour l’année 2014-2015. Dans ce cadre, toutes vos propositions, vos questions et vos remarques seront les bienvenues.

Nous aborderons donc les questions concernant le déroulement de l’année à venir  :

  • A cette occasion, nous présenterons le programme de l’année. Suite à l’appel à communications, les réunions mensuelles seront cette année thématiques, et nous vous révélerons donc à ce moment les présentations de recherches retenues, riches en variété mais aussi en complémentarité. D’autres événements viendront ponctuer l’année universitaire, notamment une séance commune avec l’HiPaM (Histoire du Patrimoine et des Musées), et d’autres rendez-vous scientifiques à déterminer.

  • En résonance avec ces activités, nous discuterons de l’organisation des chantiers de recherche – « Import/Export – Aux sources du langage sur la photographie » et « Que faire de l’historiographie anglo-saxonne sur la photographie ? » – que nous avons lancés lors de la précédente réunion. Ces chantiers fonctionneront surtout de manière autonome, mais l’avancée de leurs travaux sera discutée collectivement par tou·te·s les membres de l’ARIP lors de bilans qui viendront scander le milieu puis la fin de l’année.

  • Il sera enfin question du renouvellement du bureau de l’association qui, après une période de transition, doit désormais être pérennisé par un vote à bulletin secret. Le bureau actuel présentera son projet et ses objectifs pour l’année à venir. Les membres qui le désirent pourront présenter des projets différents ou intéger le bureau actuel. Ce sera l’occasion de clarifier les bases de l’organisation de l’association et du bureau. Les volontaires peuvent se manifester en amont en nous écrivant à l’adresse mail de l’association.

Au plaisir de vous voir parmi nous.

L’ARIP
Guillaume Blanc, Anaïs Mauuarin, Clément Gaillard, Véra Léon
arip.contact@gmail.com
arip.hypotheses.org

Compte-rendu de la réunion du 6 octobre

La réunion compte 20 participants. Elle commence à 18h, en salle Cirhac à l’INHA. Les principaux ordres du jour concernent la présentation de l’ARIP et de son fonctionnement (I), ainsi que le programme envisagé pour l’année à venir et les chantiers (II).

I. PRÉSENTATION DE L’ARIP, SON FONCTIONNEMENT ET SES RÉUNIONS

* Présentation du fonctionnement de l’organisation
Il s’agit d’une organisation horizontale. Le bureau a un rôle organisateur et modérateur. Il veille à proposer des axes de recherches et à susciter l’investissement des membres au sein de l’association mais chacun peut proposer de lui-même un ajout à l’ordre du jour des réunions ou une idée d’axe de recherche, de chantier, de projet.

 * Présentation du déroulement des réunions de l’année dernière et de ce qui est envisagé pour cette année
– un appel à communication qui court jusqu’au 15 octobre, ouvert à tous, a été lancé et diffusé par nos canaux habituels de communication (visuel, photohist, carnet de recherche de l’ARIP, mailing list).
– cette année, chaque personne choisie suite à l’appel à communication présentera le sujet qu’elle a proposé en première partie de réunion, et en discutera avec les membres. Les membres sont tou·te·s invité·e·s à proposer de présenter leurs recherches en cours et les problèmes qu’elles suscitent, dans le cadre de l’appel à communication comme de façon informelle au cours de l’année.
– le reste du temps de la réunion sera dédié au partage d’informations, à des suggestions d’idées quant aux modalités de travail au sein de l’ARIP, à des questions relatives à nos objets de recherche…

* Présentation du carnet de recherches sur hypothèses
http://arip.hypotheses.org. Carnet de recherche hébergé par le site international OpenEdition. Il s’agit d’un carnet de recherche collectif pour publier les CR des réunions et autres informations liées aux activités de l’ARIP, ainsi que pour proposer une possibilité de publication plus libre que les canaux classiques de publication/communication (revues, etc.). Le carnet est ouvert à tou·te·s et chacun·e peut y proposer une publication.

* Un tour de table de présentation des membres et de leur recherche est fait
Le bureau rappelle aux membres qu’ils sont invités à s’ajouter au répertoire des membres accessible depuis le Google Drive de l’ARIP : Répertoire membres ARIP. Le bureau prend la décision d’envoyer un mail contenant les liens du Google Drive, et plus précisément ceux du répertoire et du compte-rendu de la réunion aux anciens et nouveaux membres.

II. PRÉSENTATION DU PROGRAMME DE L’ANNÉE

* Le bureau a pris la décision, avec l’aide et les suggestions de certains membres d’ouvrir des chantiers de recherche. Deux chantiers sont déjà proposés : le premier porte sur le langage photographique, le second sur l’intérêt et l’apport potentiel des études anglo-saxonnes dans le champ de l’histoire de la photographie en France.

* Présentation du but des chantiers
Les chantiers auront leur propre calendrier, non calé sur celui des réunions. L’idée est de travailler en groupe, de réunir plusieurs jeunes chercheur·e·s autour d’intérêts communs qui parcourent transversalement leurs recherches respectives. La possibilité pour chacun·e de proposer leurs propres chantiers est réaffirmée.

Il s’agit à la fois de :

  • Mettre en commun des réflexions méthodologiques et créer un savoir collectif

  • Renforcer les affinités scientifiques et intellectuelles entre des personnes aux sujets différents mais complémentaires

  • Faire avancer des thématiques de recherche ou des épistémologies qui nous semblent jusque là insuffisamment exploitées

  • Permettre une certaine autonomisation des groupes de travail afin d’éviter la saturation organisationnelle du bureau de l’ARIP Continuer la lecture de Compte-rendu de la réunion du 6 octobre