Tous les articles par ARIP

Prochaine réunion de l’ARIP, le mercredi 5 novembre

Nous avons le plaisir de vous convier à la prochaine réunion de l’Association de Recherche sur l’Image Photographique (ARIP) qui se tiendra :

le mercredi 5 novembre,
de 18h à 20h à l’INHA (salle CIRHAC, 1er étage),
2 rue Vivienne, 75002 Paris

Il s’agit d’un moment important puisque cette réunion, qui constituera une véritable assemblée générale de l’association, lancera nos activités pour l’année 2014-2015. Dans ce cadre, toutes vos propositions, vos questions et vos remarques seront les bienvenues.

Nous aborderons donc les questions concernant le déroulement de l’année à venir  :

  • A cette occasion, nous présenterons le programme de l’année. Suite à l’appel à communications, les réunions mensuelles seront cette année thématiques, et nous vous révélerons donc à ce moment les présentations de recherches retenues, riches en variété mais aussi en complémentarité. D’autres événements viendront ponctuer l’année universitaire, notamment une séance commune avec l’HiPaM (Histoire du Patrimoine et des Musées), et d’autres rendez-vous scientifiques à déterminer.

  • En résonance avec ces activités, nous discuterons de l’organisation des chantiers de recherche – « Import/Export – Aux sources du langage sur la photographie » et « Que faire de l’historiographie anglo-saxonne sur la photographie ? » – que nous avons lancés lors de la précédente réunion. Ces chantiers fonctionneront surtout de manière autonome, mais l’avancée de leurs travaux sera discutée collectivement par tou·te·s les membres de l’ARIP lors de bilans qui viendront scander le milieu puis la fin de l’année.

  • Il sera enfin question du renouvellement du bureau de l’association qui, après une période de transition, doit désormais être pérennisé par un vote à bulletin secret. Le bureau actuel présentera son projet et ses objectifs pour l’année à venir. Les membres qui le désirent pourront présenter des projets différents ou intéger le bureau actuel. Ce sera l’occasion de clarifier les bases de l’organisation de l’association et du bureau. Les volontaires peuvent se manifester en amont en nous écrivant à l’adresse mail de l’association.

Au plaisir de vous voir parmi nous.

L’ARIP
Guillaume Blanc, Anaïs Mauuarin, Clément Gaillard, Véra Léon
arip.contact@gmail.com
arip.hypotheses.org

Compte-rendu de la réunion du 6 octobre

La réunion compte 20 participants. Elle commence à 18h, en salle Cirhac à l’INHA. Les principaux ordres du jour concernent la présentation de l’ARIP et de son fonctionnement (I), ainsi que le programme envisagé pour l’année à venir et les chantiers (II).

I. PRÉSENTATION DE L’ARIP, SON FONCTIONNEMENT ET SES RÉUNIONS

* Présentation du fonctionnement de l’organisation
Il s’agit d’une organisation horizontale. Le bureau a un rôle organisateur et modérateur. Il veille à proposer des axes de recherches et à susciter l’investissement des membres au sein de l’association mais chacun peut proposer de lui-même un ajout à l’ordre du jour des réunions ou une idée d’axe de recherche, de chantier, de projet.

 * Présentation du déroulement des réunions de l’année dernière et de ce qui est envisagé pour cette année
– un appel à communication qui court jusqu’au 15 octobre, ouvert à tous, a été lancé et diffusé par nos canaux habituels de communication (visuel, photohist, carnet de recherche de l’ARIP, mailing list).
– cette année, chaque personne choisie suite à l’appel à communication présentera le sujet qu’elle a proposé en première partie de réunion, et en discutera avec les membres. Les membres sont tou·te·s invité·e·s à proposer de présenter leurs recherches en cours et les problèmes qu’elles suscitent, dans le cadre de l’appel à communication comme de façon informelle au cours de l’année.
– le reste du temps de la réunion sera dédié au partage d’informations, à des suggestions d’idées quant aux modalités de travail au sein de l’ARIP, à des questions relatives à nos objets de recherche…

* Présentation du carnet de recherches sur hypothèses
http://arip.hypotheses.org. Carnet de recherche hébergé par le site international OpenEdition. Il s’agit d’un carnet de recherche collectif pour publier les CR des réunions et autres informations liées aux activités de l’ARIP, ainsi que pour proposer une possibilité de publication plus libre que les canaux classiques de publication/communication (revues, etc.). Le carnet est ouvert à tou·te·s et chacun·e peut y proposer une publication.

* Un tour de table de présentation des membres et de leur recherche est fait
Le bureau rappelle aux membres qu’ils sont invités à s’ajouter au répertoire des membres accessible depuis le Google Drive de l’ARIP : Répertoire membres ARIP. Le bureau prend la décision d’envoyer un mail contenant les liens du Google Drive, et plus précisément ceux du répertoire et du compte-rendu de la réunion aux anciens et nouveaux membres.

II. PRÉSENTATION DU PROGRAMME DE L’ANNÉE

* Le bureau a pris la décision, avec l’aide et les suggestions de certains membres d’ouvrir des chantiers de recherche. Deux chantiers sont déjà proposés : le premier porte sur le langage photographique, le second sur l’intérêt et l’apport potentiel des études anglo-saxonnes dans le champ de l’histoire de la photographie en France.

* Présentation du but des chantiers
Les chantiers auront leur propre calendrier, non calé sur celui des réunions. L’idée est de travailler en groupe, de réunir plusieurs jeunes chercheur·e·s autour d’intérêts communs qui parcourent transversalement leurs recherches respectives. La possibilité pour chacun·e de proposer leurs propres chantiers est réaffirmée.

Il s’agit à la fois de :

  • Mettre en commun des réflexions méthodologiques et créer un savoir collectif

  • Renforcer les affinités scientifiques et intellectuelles entre des personnes aux sujets différents mais complémentaires

  • Faire avancer des thématiques de recherche ou des épistémologies qui nous semblent jusque là insuffisamment exploitées

  • Permettre une certaine autonomisation des groupes de travail afin d’éviter la saturation organisationnelle du bureau de l’ARIP Continuer la lecture de Compte-rendu de la réunion du 6 octobre

Réunion de rentrée de l’ARIP le 6 octobre

Au vu de l’intérêt qu’ont sucité les réunions mensuelles de l’ARIP l’an dernier, nous repartons pour un nouveau cycle cette année 2014-2015.

Nous vous convions à notre réunion de rentrée qui se tiendra
le lundi 6 octobre 2014, de 18h à 20h à l’INHA.

Notre ambition première reste d’offrir, par ces réunions, un lieu où puissent se rencontrer et se réunir des jeunes chercheur·e·s, du master au post-doc, venant de toutes les disciplines, ainsi que des professionnel·le·s du monde de la photographie. Le principe de mutualiser les recherches et les expériences concernant l’image photographique continue d’être notre mot d’ordre.

Cette première réunion sera l’occasion d’évoquer les projets que nous souhaitons engager avec vous pour l’année à venir :

  • Nous reviendrons sur l’enjeu que représentent les réunions et sur la manière dont on envisage leur déroulement.

  • Nous évoquerons le nouveau site de l’ARIP, qui se veut un outil complémentaire aux réunions, et sur lequel les membres sont invité·e·s à publier.

  • Et enfin, nous vous présenterons les chantiers de recherche que l’on envisage de mettre en place cette année. Ces chantiers réuniront des membres de l’ARIP autour de problématiques spécifiques, en fonction de vos intérêts. Nous avons songé à deux axes qui ont une résonance particulière avec nos propres travaux  : “Le langage photographique” et “La photographie peut-elle faire l’objet de savoirs critiques ?”. Nous vous invitons également à venir nous faire part de toutes vos suggestions.

Rendez-vous le lundi 6 octobre,
de 18h à 20h à l’INHA (salle CIRHAC, 1er étage),
2 rue Vivienne, 75002 Paris

Appel à communication pour le séminaire mensuel de l’ARIP

Séminaire 2014-2015

             Ce séminaire mensuel a une visée épistémologique et méthodologique. Il est destiné avant tout aux jeunes chercheur·e·s, du master au post-doc, qui sont particulièrement encouragé·e·s à participer. L’équipe de l’ARIP souhaite proposer un cadre pour ouvrir la discussion entre les différentes disciplines qui prennent en charge l’analyse des productions photographiques et de leurs usages et questionner l’état et l’histoire des recherches autour de la photographie, jusqu’ici traitées de manière très éclatée.
Ces séances seront donc l’occasion d’engager un travail de réflexivité, que ce soit en posant la question des sources, des angles d’approche, des méthodologies, ou encore en se prêtant à une analyse de la constitution du champ des études sur la photographie. Les propositions de communication souhaitées émaneront volontiers de divers champs disciplinaires, de l’histoire (de l’art) mais aussi volontiers de la sociologie, de l’anthropologie, des sciences de l’information et de la communication, de la philosophie, etc.

             Nous invitons donc tout·e jeune chercheur·e, quelle que soit son champ disciplinaire, son objet d’étude photographique et sa manière de l’envisager, à venir présenter ses travaux, en prenant soin d’en situer particulièrement les enjeux méthodologiques et épistémologiques.

En complément, et pour engager la discussion, voici quelques axes de questionnement sur lesquels l’ARIP entend déjà travailler, sans qu’ils soient exclusifs :

  • Face au primat d’une approche esthétique et/ou artistique dans les recherches sur l’image photographique, se développent, depuis quelques années déjà, des études qui tendent à prendre en compte les contextes de production politiques, sociaux, techniques, culturels, idéologiques et économiques des photographies : dans quelle mesure les recherches sur la photographie et ses usages peuvent participer à la production de savoirs critiques et contribuer à l’intelligence du monde social ?
  • On pourra également interroger l’évidence actuelle de certaines expressions du langage sur la photographie, tels que « medium photographique », “surface sensible” ou « boîte noire », devenues idiomatiques. Quelle(s) tradition(s) théorique(s), disciplinaire(s), épistémologique(s), culturelle(s) et linguistique(s), convoquons-nous lorsque nous employons ces expressions ? Des études de cas, du XIXe au XXIe siècles, pourraient être proposées, afin de retracer collectivement la généalogie de ces concepts.

Modalités de soumission
Les propositions seront adressées avant le 15 octobre 2014 à l’adresse suivante : arip.contact@gmail.com
D’une longueur maximale de 3000 signes, elles devront comporter un titre et un résumé de la communication. Quelques indications bibliographiques peuvent être ajoutées. Merci de préciser vos nom, prénom et rattachement institutionnel.

Les notifications d’acceptation seront adressées aux auteur.e.s au plus tard le 2 novembre 2014.
Le séminaire a lieu une fois par mois à l’INHA, 2 rue Vivienne, Paris.

L’ARIP
Véra Léon, Anaïs Mauuarin, Guillaume Blanc, Clément Gaillard

Le fonds iconographique François-Franck, Allison Huetz

Le fonds iconographique François-Franck. L’étude des émotions au Collège de France au début du XXe siècle 

Mémoire de master 2 à l’école du Louvre, Allison Huetz

Mes recherches portent sur un fonds de plaques de verre conservé au Collège de France, appartenant à un professeur du début du siècle, nommé Charles-Nicolas Emile François-Franck, qui fut l’assistant puis le successeur d’Etienne-Jules Marey à la chaire d’Histoire naturelle des corps organisés. Ces plaques de verres étaient projetées lors de ses cours pour illustrer ses recherches sur l’expression des émotions humaines et des expressions faciales. Le fonds regroupe des reproductions d’œuvres d’art (sculptures, peintures et objets ethnographiques), des portraits d’aliénés ainsi que des photographies d’acteurs et d’animaux. Ce scientifique collectionna entre 1899 et 1903 un répertoire d’expressions qui lui permit ensuite de développer ses théories. A partir de 1904, il se concentre sur l’expression des émotions, dites ‘profondes’, à savoir la réaction des muscles et des organes aux stimuli extérieurs. Il invente à cette occasion la méthode, dite « grapho-photographique », permettant d’associer aux prises de vues d’un organe en mouvement, les enregistrements graphiques de ses changements d’état. Cinq ans plus tard, assistée de sa future femme, Lucienne Chevroton, il met au point un banc de microcinématographie grâce à l’aide logistique de la société Gaumont. Ces expériences photographiques et micro-cinématographiques interrogent ainsi la façon dont les scientifiques fabriquaient les images scientifiques au début du siècle et leur lien avec la naissance d’une nouveau modèle ‘d’objectivité mécanique’.

A travers cet exemple, il convient de poser la question des usages de la photographie comme médium scientifique, celle de son objectivité et de ses capacités d’illustration et d’interroger la façon dont la photographie participe à l’élaboration de nouvelles techniques d’observation à la fin du XIXème siècle. L’étude des recherches scientifiques de François-Franck montre comment la photographie est placée au centre du dispositif d’expérimentation et participe en conséquence à la mise en observation du sujet et à la mise à distance de l’expérimentateur. Ce sujet pose de nombreux enjeux de recherche ; le premier d’entre eux étant la relation qui liait François-Franck à son maître Etienne-Jules Marey. D’autres enjeux pourront aussi être abordés, tels que le rôle de sa seconde femme, Lucienne Chevroton dans la constitution de sa collection d’images scientifiques ainsi que le relatif oubli qui a entouré ce fonds considérable pendant plus de deux décennies. Etudier les recherches scientifiques de François- Franck, ainsi que son intérêt pour la tradition artistique de la représentation des passions humaines, implique d’abord de faire le point sur la quasi-absence de son nom, jusqu’alors, dans les histoires de la photographie et dans celles des débuts du cinéma. En effet, le fonds ayant été au départ oublié puis mal attribué, très peu de chercheurs y ont eu accès jusqu’à maintenant.

Néanmoins, il paraît important de montrer que ce sujet découle de plusieurs intérêts croisés et participe de plusieurs disciplines à la fois. Les premières personnes à s’intéresser à ce type d’archives sont les historiens de la photographie et du début du cinéma qui entament dès les années 1970-1980, un travail de redécouverte de l’œuvre d’Etienne-Jules Marey. Dans les années 1990, d’autres chercheurs vont s’intéresser de plus ou moins près aux travaux scientifiques de François-Franck et de Lucienne Chevroton. Majoritairement anglo-saxons, ces historiens des sciences étudient la naissance du film scientifique, et mentionnent brièvement les noms de ce scientifique et de sa femme pour souligner leurs contributions respectives à l’élaboration de nouvelles techniques micro- cinématographiques. Enfin, plus récemment, des historiens de l’art, tels que Philippe-Alain Michaud ou encore Georges Didi-Huberman, en s’intéressant aux écrits d’Aby Warburg et à l’iconographie de la Nouvelle Salpêtrière, ont renouvelé l’approche que les chercheurs avait eue jusqu’ici de ce type d’archives scientifiques. Il s’agit donc d’intégrer à la réflexion, ces trois grand moments méthodologiques, afin d’étudier en profondeur les enjeux complexes liés à ce fonds de photographie.