Tous les articles par ARIP

Assemblée générale de l’ARIP – 12 septembre 2017

Chères et chers collègues,

Nous vous invitons à venir discuter avec nous de l’avenir de l’ARIP demain, mardi 12 septembre, à 19h en salle du CIRHAC à l’occasion de l’Assemblée Générale de l’ARIP.

L’Assemblée sera l’occasion d’aborder plusieurs points comme la possibilité de rejoindre le bureau ou devenir membre actif ; discuter des nouveaux projets, du planning, des chantiers ; effectuer un bilan et discuter du développement du carnet.

Venez nombreux discuter et échanger autour de l’avenir de l’ARIP !

Rendez-vous mardi 12 septembre,
de 19h à 21h à l’INHA (salle du CIRHAC.1er étage)
6, rue des Petits-Champs, 75002 Paris (entrée par la Galerie Colbert)

Pour plus d’informations : événement Facebook 

AGENDA DE L’ARIP / AUTOMNE 2017 

26 SEPTEMBRE 2017 / 19H / SALLE CIRHAC

Atelier Méthodologique avec :

* Chiara Naldi (Université de Udine – Italie): « Une collection photographique peut-elle devenir la source d’une nouvelle méthode historiographique ? Le cas du fonds Jean Paul Milliet de l’INHA. »

* Fabiana Bruce (Université Fédérale Rurale de Pernambuco – Brésil) : « La ville de Recife photographié par Benicio Whatley Days (1914-1976) : quel hommage, quelle  » beauté documentaire  » ? »

3 OCTOBRE 2017 / 19H / SALLE CIRHAC

Atelier Méthodologique avec :

* Suzannah Henty (Panthéon-Sorbonne Paris 1) : « Identity displacement: A study of the creation of fictional geographies and the Franco-Belge and Franco-Algerian experience of colonialism. »

19 OCTOBRE 2017 / 19H / SALLE WALTER BENJAMIN

Rencontre et discussion avec Marc Lenot autour de son livre « Jouer contre les Appareils (de la Photographie expérimentale) » (préface de Michel Poivert – éditions Photosynthèses)

SAMEDI 18 NOVEMBRE 2017

Quel avenir pour la commande publique de photographie en France ?

Conférence organisée par l’Association de Recherche sur l’Image Photographie) et l’association FETART dans le cadre des « Rencontres Photo du 10e »

5 DECEMBRE 2017 / 19H / SALLE CIRHAC

Atelier Méthodologique avec :

– Yogan Muller (ENSAV La Cambre et Université libre de Bruxelles) :
« Redonner matière à l’image photographique »

 

Au plaisir de vous voir parmi nous,

L’ARIP
Max Bonhomme, Taous Dahmani et Amandine Gabriac

crédit image : Carrie Mae Weems, Portrait of Myself as an Intellectual Revolutionary, Gelatin Silver Print, 1988
Whitney Museum of American Art, New York ; Purchase, with funds from the Photography Committee
© artist

Parution du dossier « (Re)politiser les discours sur la photographie »

 

L’équipe du chantier Photo/savoirs/critiques a le plaisir de vous annoncer la sortie du numéro 18.2 de la revue Image and Narrative, en libre accès dès maintenant sur le site dédié.

Il contient notamment un dossier thématique intitulé « (Re)politiser les discours sur la photographie », dirigé par Eliane de Larminat, Véra Léon, Anaïs Mauuarin, et Alice Morin.


L’introduction présente d’abord les enjeux d’une telle démarche (versions française et anglaise disponibles en PDF) :

Comment et pourquoi inviter aujourd’hui à (re)politiser les discours sur la photographie ? Le parti pris de ce dossier est de chercher l’articulation entre photographie et politique moins au niveau des objets photographiques – vecteurs de propagande ou d’engagement militant – qu’au niveau des discours sur la photographie. L’attention aux enjeux politiques des images se joue dans la manière dont on les regarde et dont on en parle, et pas seulement dans l’analyse d’un corpus restreint aux images politiques ou politisées. (Re)politiser les discours c’est tenter de changer d’approche et de décentrer le regard afin d’envisager la photographie dans son ensemble ‒ ses pratiques, ses acteurs et ses objets ‒ comme un espace de relations politiques.

 Le dossier présente quatre perspectives différentes de repolitisation des discours sur la photographie :
– The Residual Poetics of Mutiny in Allan Sekula’s Ship of Fools / The Dockers’ Museum (2010-2013)

Jeroen Verbeeck (PDF)

– The 1990s and 2000s politicization of British photography over identity issues—class, ethnicity, nation—and beyond

Karine Chambefort-Kay (PDF)

– Photographier la catastrophe, témoigner de l’humain. La Nouvelle-Orléans après Katrina

Maude Oswald (PDF)

– De positions en situations, Antoine d’Agata au prisme de la philosophie de la praxis
Clément Paradis (PDF)

Dès le mois de septembre, une réunion sera organisée pour discuter des prochains projets du chantier Photo/savoirs/critiques de l’ARIP pour l’année 2017-2018.

D’ici là, nous vous souhaitons une très bonne lecture ainsi qu’une belle rentrée.

L’équipe de coordination du numéro
Eliane de Larminat, Véra Léon, Anaïs Mauuarin, et Alice Morin

Appel à communication : Quel avenir pour la commande publique de photographie en France ?

APPEL À COMMUNICATIONS

Quel avenir pour la commande publique de photographie en France ?
Conférence organisée par l’ARIP (Association de Recherche sur l’Image Photographie) et l’association FETART dans le cadre des
« Rencontres Photo du 10e »

Samedi 18 novembre 2017 

L’histoire de la photographie considère la Mission héliographique de 1851 comme la première commande publique collective. La Commission des monuments historiques sélectionne cinq photographes pour parcourir la France et documenter les édifices avant leur restauration. Gustave Le Gray, Auguste Mestral, Hippolyte Bayard, Edouard Baldus et Henri Le Secq, tous membres de la Société héliographique, répondent à l’appel de la Commission pour « recueillir des dessins photographiques d’un certain nombre d’édifices historiques. »

Cette première mission restera un modèle pour tous les commanditaires désirant représenter un territoire. Plus d’un siècle plus tard, en 1984, est créée la Mission photographique dans le cadre d’un acte d’aménagement du territoire. Depuis la mission photographique de la DATAR, il n’est pas rare en France que des administrations invitent des photographes à représenter les territoires sur lesquels ils opèrent. La commande photographique peut ainsi apparaître comme une constituante ordinaire de la pratique photographique.

Effectivement, les organismes étatiques français et les collectivités locales, par leur collaboration avec des photographes, initient la création d’ensembles d’images importants reflétant les réalités contemporaines. Orientant la demande, ils invitent régulièrement des photographes à représenter les problématiques sociales, paysagères, territoriales, culturelles ou architecturales des territoires.

Toutefois, le décalage entre territoire vécu, territoire représenté et discours tenus interroge quant à l’existence, aux attentes et aux résultats concrets de ces commandes publiques. En répondant à la commande et aux contraintes inhérentes, ces invitations génèrent des productions diversement artistiques et/ ou documentaires. Si les images produites peuvent être taxées d’images « attendues », vouées à valoriser ou à patrimonialiser les territoires, que dire des enjeux de la commande publique ? Quelle lecture donner des commandes passées et des pratiques contemporaines ?  Peut-on encore parler de photographie de recherche, de photographie d’enquête ou s’agit-il seulement de produire une iconographie espérée ? Entre représentation géographique, document et quête artistique, de quoi ces commandes rendent-elles réellement compte ? Quel rôle entendent tenir donneurs d’ordre et photographes ? Quelle marge de travail pour questionner, problématiser voire critiquer les choix étatiques ?

Oscillant toujours entre recueil d’illustrations des politiques d’aménagement et véritable travail de recherche, les commandes peuvent participer d’une forme culturelle de « marketing urbain », tout en contribuant à l’enrichissement des collections muséales nationales et locales. Aussi, quel discours tenir sur les collections constituées ? Quelles attentes pour celles à venir ?

 

Axes de recherches :

Axe 1 / Contexte historique (XIXe siècle et XXe siècle) : débuts et essor de la commande publique en photographie
Axe 2 / Projets contemporains (XXIe siècle) : quelle réalité contemporaine de la commande publique et quel futur possible ?
Axe 3 / Entre art, document et illustration : la commande publique comme renouvellement des visibilités ou comme réitération d’attendus ? Au delà du traitement du territoire, la commande publique traite-t-elle d’autres questions, devrait-elle traiter d’autres questions : représentations des personnes, du travail, de l’habitat (photos d »intérieurs et non plus seulement territoire), de communautés, etc. ?
Axe 4 / Enjeux politique de la commande publique : quelle collaboration entre les photographes et les stratégies des aménageurs ?
Axe 5 / Liberté du photographe : possibilité d’interroger et de formuler des hypothèses visuelles ?

 

Modalités de soumission : 

Les jeunes chercheur·e·s et chercheur·e·s confirmé.e.s de tous les champs disciplinaires rattachés aux humanités et aux sciences sociales sont particulièrement encouragé·e·s à candidater. Les propositions émanant de personnes n’exerçant pas la recherche à titre principal, mais souhaitant investir ce domaine depuis leurs propres champs de compétence (conservation, pratique artistique…) sont également les bienvenues. Les communications, d’une durée de 30 minutes, devront être faites en français.

Les propositions de communication se présenteront sous la forme suivante :
– Nom et prénom de l’auteur·e / des auteur·e·s
– Affiliation(s) et statut(s)
– Titre de l’intervention
– Résumé de 400 mots de l’intervention.
– Une courte bibliographie pourra également être incluse.

Elles seront envoyées au plus tard le 4 septembre 2017 à l’adresse suivante :commandepubliquephoto@gmail.com 

Entretien avec Clara Bouveresse : Histoire de l’agence Magnum

Le jeudi 22 juin à 19h, l’ARIP vous invite à écouter et discuter avec Clara Bouveresse en salle Demargne (INHA, Galerie Colbert)

La rencontre avec Clara Bouveresse se fait à l’occasion de la parution de son livre, Histoire de l’agence Magnum. L’art d’être photographe, chez Flammarion. Ce livre est fondé sur sa thèse de doctorat menée sous la direction de Michel Poivert et de Jean Kempf à l’université Paris 1.

Magnum, coopérative de photographes créée en 1947 à Paris et New York, rassemble quelques-uns des « grands noms » de l’histoire de la photographie. Témoins des bouleversements du XXe siècle, ses membres ont réalisé des images emblématiques. Chaque année, ils élisent de nouveaux associés. Ensemble, ils tentent de distinguer les « meilleurs » de leurs confrères. Mais comment définir ce qui fait un « bon » photographe ? Les membres de Magnum ne cessent de débattre et de s’interroger sur leur métier. Au fil des générations successives et des crises qui secouent la coopérative, c’est ainsi tout un « art d’être photographe » qui se dessine. Ce livre propose pour la première fois un voyage approfondi dans l’histoire de Magnum, à partir de l’étude d’archives longtemps ignorées.

Rendez-vous le jeudi 22 juinà 19h à l’INHA (salle Demargne, rez-de-chaussée de la Galerie Colbert)
6 Rue des Petits Champs, 75002 Paris

6e atelier méthodologique : la photographie de mode et la « post-photographie »

Le mardi 13 juin aura lieu le 6e atelier méthodologique de l’ARIP.
Nous aurons le plaisir d’accueillir Marlène Van de Casteele (Université Lumière LYON 2) et Julie Martin (Université Toulouse Jean Jaurès).

 

Marlène Van de Casteele :  « La photographie de mode, une approche multi-méthodologique. »

Résumé : La photographie de mode cristallise en elle les tensions existantes au cœur du système de valeurs de la culture. Perçue comme une ressource documentaire, testimoniale et promotionnelle au service de la mode, avant d’être considérée comme un mode de représentation et un objet d’études scientifiques, elle constitue un phénomène culturel à la rencontre du high et du low. De ce fait, n’est-elle pas un médium manifeste venu remettre en question les champs disciplinaires ? Relayant une histoire de la mode et du genre, une histoire esthétique et sociale, une histoire des techniques, elle s’inscrit dans une pluralité de la pensée et non seulement dans une histoire de la photographie. Afin d’analyser les spécificités de la photographie de mode et de révéler la complexité du processus de conversion d’une image de mode commerciale en un objet esthétique décontextualisé, ne semble-t-il pas plus approprié d’adopter une approche multi-méthodologique ? La photographie de mode appelle en effet à une variété d’approches extraites de différentes disciplines (Fashion Studies, Cultural Studies, Visual Studies, Museum Studies, Exhibitions Studies et études matérielles) pour déterminer les diverses spécificités de production, de collecte d’images de mode au sein des institutions muséales françaises et de sa finalité, l’exposition.

Julie Martin, « Post-médium, post-internet, post-photographie, post documentaire. Un champ d’étude qualifié en post : des étiquettes neutralisantes ou des concepts prometteurs ? »

Résumé : Le contexte artistique et photographique actuel est fréquemment qualifié en post : post-médium, post-photographique, post-internet, post-documentaire. Ces termes sont couramment convoqués par les commissaires d’exposition et les critiques d’art pour identifier et singulariser certaines démarches artistiques.
Cependant, nous nous demandons actuellement comment recourir, dans une recherche universitaire, à ces jeunes notions pour certaines encore peu théorisées. Si le préfixe post désigne une succession, après quoi se situe-t-on ? Le concept de post-média a été commenté et largement analysé (Guattari, Krauss, Manovich), peut-on considérer que les concepts de post-internet et post-photographique constituent des ramifications de cette réflexion ? Les démarches artistiques ainsi désignées ne couvrent-elles pas un champ si hétérogène que le concept devient inopérant ?
Plutôt qu’à un usage classificatoire ne pourrait-on pas avoir recours à ces termes dans une visée plus analytique ? Plutôt que de critères typologiques ne s’agirait-il pas plutôt d’en faire des outils d’étude des œuvres ?

Rendez-vous le mardi 13 juin en salle CIRHAC
de 18h à 20h à l’INHA
2 rue Vivienne, 75002 Paris

Nous vous invitons à ramener de quoi boire et/ou grignoter pour plus de convivialité.