Tous les articles par ARIP

Journée d’Etude – Photographie & Capitalisme (Paris, Samedi 20 mai 2017)

Photographie & Capitalisme
samedi 20 mai 2017
INHA (Salle Jullian)

Veuillez trouver ci-dessous le programme de la Journée d’Etude « Photographie & Capitalisme » qui se tiendra à l’INHA (Salle Jullian), le samedi 20 mai 2017.

Cette journée est organisée par l’université Paris I (ED 441 – HICSA).

Présentation

Historiquement présentée comme un « art pour tous », la photographie est associée aux valeurs démocratiques. Qu’en est-il, cependant, de ses relations avec le capitalisme dont elle est contemporaine ? Sur le plan économique et culturel, la production des photographies met-elle en jeu des valeurs différentes de celles que lui attribuaient les promoteurs de l’invention au XIXe siècle ? Associée au monde des images, aux enjeux politiques du pouvoir, aux formes de propagande et à une société de consommation, la photographie n’est pas étrangère aux débats sur l’aliénation et les dérives du capitalisme. Il est temps d’ouvrir le chantier d’une étude poussée des relations entre la photographie et le système capitaliste, et d’analyser les ambiguïtés d’un médium toujours dépendant des pratiques et des usages.

Les interventions proposées lors de cette journée aborderont les liens entre photographie et capitalisme au XXe siècle, appréhendé ici non pas dans sa seule dimension économique, mais en tant que valeur politique et idéologique. C’est sous un angle inédit que seront confrontés les paradoxes d’un art entretenant une relation ambigüe au système capitaliste, accentuant sa domination ou nourrissant sa contestation.

Sylvain Couzinet-Jacques , Untitled (Standard&Poors), 2013.

Programme

10h-10h30 Café d’accueil
10h30-10h45 Introduction par Michel Poivert

Marché de l’image, image du marché
10h45-11h45

Isabella Seniuta
« Le marché de la photographie dans les années 1960-1970 : de la collection à l’objet de spéculation »
Sophie Cras
« Images, spectacle et spéculation »

Ripostes photographiques
12h-13h

Taous Dahmani
« Colonialisme/capitalisme. Proposition d’une articulation à trois variables : race, classe et photographie en Angleterre »
Anne le Tallec
« L’école de San Diego: questionnements artistiques et stratégies de contestation, dans, contre et au regard du système capitaliste américain des années 1970 »

Crises du capitalisme, crises de l’image
14h30-15h30

Max Bonhomme
« Visualiser la crise: photomontage et économie dans les années 1930 »
Guillaume Blanc
« L’auteur contre le producteur : ordre et désordre de la photographie amateur autour de mai 68 »

La photographie anticapitaliste aujourd’hui : une anti-photographie ?
15h45-17h

Entretien avec Sylvain Couzinet-Jacques

mené par Camille Balenieri

Vous êtes tous chaleureusement invités à venir prendre part à nos échanges

Responsables scientifiques : Michel Poivert, Camille Balenieri, Guillaume Blanc, Taous Dahmani, Isabella Seniuta

Galerie Colbert, Institut National d’Histoire de l’Art, Salle Jullian, au 1er étage Métro Bourse, 2, rue Vivienne 75002 Paris

Entrée libre.

Ecrire aux organisateurs : photographiecapitalisme@gmail.com

Evénement Facebook

***

Study Day / History of photography

Photography & Capitalism

Saturday 20th May 2017

Historically described as an « art for all », photography is associated with democratic values. But what about its relations with the capitalism of which it is contemporary? On the economic and cultural level, does the production of photographs involve different values from those attributed by the promoters of its invention in the 19th century? Associated with the world of images, the political stakes of power, forms of propaganda and a consumer society, photography is not unconnected with the debates on alienation and the excesses of capitalism. It is time to open the field of a thorough study of the relations between photography and the capitalist system and to analyze the ambiguities of a medium dependent on practices and customs.

The study day is considered as a starting point for joint research. The papers will focus on the links between photography and capitalism in the 20th century, not only in its economic, but also as a political and ideological dimension. It is from a new angle that the paradoxes of an art maintaining an ambiguous relationship with the capitalist system will be confronted, accentuating its dominance or nourishing its contestation.

You are all warmly invited to come and take part in our exchanges.

Scientific officers : Prof. Michel Poivert, Camille Balenieri, Guillaume Blanc, Taous Dahmani and Isabella Seniuta

Free admission, limited seating available

Galerie Colbert, National Institut of Art History (INHA), Salle Jullian, 1st floor, Métro Bourse, 2, rue Vivienne 75002 Paris

Contact : photographiecapitalisme@gmail.com

12 AVRIL – ATELIER DE L’ARIP : LA NOTION DE PERSONNAGE

Venez nombreuses et nombreux assister au 3e atelier mensuel de l’année 2017 !

La séance se tiendra le 12 avril de 18h à 20h à l’INHA

Nous recevrons Svitlana Kovalova pour une présentation de ses recherches doctorales en esthétique.

 

« Le cas du personnage : quel potentiel pour une ouverture interdisciplinaire de la photographie ? »

Certaines notions circulent entre plusieurs disciplines, et c’est notamment le cas de celle du personnage. Sans être univoque, cette notion est très étudiée en littérature. En même temps, elle constitue le sujet de plusieurs ouvrages consacrés au théâtre et au cinéma. La photographie, quant à elle, l’emprunte, sans pourtant l’expliciter : employé dans de nombreuses légendes mais aussi dans beaucoup d’ouvrages théoriques, le mot même apparaît à la fois comme évidence et comme énigme. Comment appréhender le personnage dans la photographie, en rapport avec le contexte des recherches existant dans d’autres disciplines ?

Cette séance sera l’occasion de faire le point sur le fonctionnement du carnet de l’ARIP, blog de recherche hébergé par la plateforme Hypotheses.org. Il s’agira notamment de constituer un nouveau comité de lecture et de simplifier la procédure d’anonymisation des articles soumis. Une réflexion sera engagée sur les moyens de susciter de nouvelles contributions.

visuel : William Henry Fox Talbot, « A Scene in a Library », Salted paper print from paper negative, 1844, Gilman Collection, MET museum.

JE : « Écrire l’image. Dialogues en histoire de la photographie autour des sources et de leurs usages » (Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine, 20 avr. 2017)

Les Archives nationales organisent une journée d’étude à l’occasion de leur participation au Mois de la Photo du Grand Paris 2017. La publication de l’ouvrage De l’image fixe à l’image animée (1820-1910) : actes des notaires de Paris pour servir à l’histoire des photographes et de la photographie en 2015, en est un point de départ, ainsi que l’exposition En avion au-dessus de…, dialogues entre Mathieu Pernot et le fonds LAPIE, présentée du 4 avril au 19 septembre 2017 sur les deux sites des Archives nationales.
L’objectif de cette journée est de croiser différentes approches sur les sources, écrites ou imagées, qui enrichissent une histoire du visuel et leurs usages dans différents contextes. Des initiatives individuelles, universitaires et institutionnelles sont à l’origine de la constitution d’outils prosopographiques. Quelles méthodologies ont été envisagées ? Quels usages chercheurs, représentants d’institutions, professionnels du marché de l’art et collectionneurs font-ils de ces mêmes outils dans leurs domaines d’expertise respectifs ?

Au-delà des outils, l’histoire de la culture visuelle, vaste champ d’investigation en sciences sociales, se bâtit aussi autour des échanges entre ces différents acteurs. C’est pourquoi, à travers plusieurs études de cas à deux voix, il s’agira d’ouvrir la réflexion sur l’exploration et l’exploitation des sources dans les domaines de l’image fixe comme de l’image animée. Les photographies constituant par ailleurs un type de source abondamment représenté dans les archives publiques, se pose la question de leur identification comme de leur repérage et de leur valorisation, qui sera abordée lors d’une quatrième session.

L’archive photographique peut enfin inspirer un travail de création, comme en témoigne l’oeuvre de Mathieu Pernot, conçue à partir de cartes postales issues du fonds LAPIE des Archives nationales. Jeux visuels et déplacements de sens traduisent le dialogue de l’artiste avec l’objet photographique : la présentation de son travail par l’artiste lui-même débouchera, à l’issue de la journée, sur l’inauguration de l’exposition.

PROGRAMME

9h – Accueil des participants
9h20 – Ouverture de la journée d’étude (Françoise Banat-Berger, directrice des Archives nationales)

Présidence : Gilles Désiré dit Gosset, directeur de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine

Session 1. – Dictionnaires et répertoires. Exemples de productions institutionnelle, personnelle et collaborative : quelle méthodologie pour leur élaboration ?

9h30 – Le dictionnaire des photographes d’après les minutes des notaires de Paris : méthodologie, moyens, résultats (Marc Durand, Archives nationales, Minutier central des notaires de Paris)
9h50 – Recensement des photographes professionnels au XIXe siècle (François Boisjoly, photographe, fondateur du musée de la Photographie de Saint-Bonnet-de-Mure)
10h10 – Le monde du livre à l’ère de l’open source : l’expérience du Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle [DEF19] (Jean-Charles Geslot et Viera Rebolledo-Dhuin, université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines/CHCSC)
10h30 – Pause

Session 2. Expositions, marché de l’art, recherche universitaire. Outils prosopographiques : quels apports, quels usages pour le domaine photographique ?

10h50 – Les sources du dictionnaire des calotypistes français publié dans le catalogue de l’exposition Primitifs de la photographie : le calotype en France, 1843-1860, BnF/SFP, 2010 (Paul-Louis Roubert, président de la Société française de photographie, maître de conférences à l’université Paris VIII et Sylvie Aubenas, BnF, directrice du département des Estampes et de la Photographie)
11h10 – L’expertise et le marché de l’art : l’apport des dictionnaires, des répertoires et des systèmes de classement (Serge Plantureux, marchand de photographies et expert)
11h30 – Les virtualités du dictionnaire, de l’invention du livre illustré de photographies à l’émergence des acteurs de sa mise en circulation (Laureline Meizel, doctorante en histoire de la photographie, université Paris I-Panthéon Sorbonne)
11h50 – Discussion

12h15 – Pause déjeuner

Présidence : Emmanuel Rousseau, directeur des Fonds aux Archives nationales

Session 3. – Le visuel en histoire : dialogue autour des sources entre responsables de collections, collectionneurs et chercheurs

13h30 – Écrire l’histoire visuelle des XIXe-XXIe siècles : quelles sources ? (André Gunthert, maître de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales)
13h50 – Le rôle d’un comité scientifique dans le cadre de la rénovation du musée départemental Albert Kahn (Valérie Perlès, directrice)
Une étude comparée des Archives de la planète et des actualités Gaumont pour l’année 1925 (Jacques Siracusa, maître de conférences à l’université Paris VIII)
14h10 – Henri Gaden, photographe en Afrique de l’Ouest, 1894-1939 (Isabelle Dion, responsable des fonds aux Archives nationales d’outre-mer et Roy Dilley, chercheur de l’université de St Andrews)
14h30 – Le dialogue collection privée/recherche, ou partager une curiosité pour la photographie (Kim Timby, chercheur indépendante, chargée de cours à l’École du Louvre et Serge Kakou, collectionneur de photographies du XIXe siècle)
14h50 – Pause

Session 4. Les sources de l’histoire de la photographie dans les archives : état des lieux et perspectives

15h20 – Recenser les photographies, identifier les contextes de production. État des sources photographiques aux Archives nationales (Sandrine Bula et Marie-Ève Bouillon, Archives nationales, Mission de la photographie)
15h40 – Réseau des archives et photographie : panorama de l’offre des archives départementales (François Bordes, inspecteur des Patrimoines (collège Archives) et Sylvie Le Goëdec, Archives nationales, Bibliothèque)
16h – Entre documentation et mémoire : les Archives nationales dans l’œil de l’objectif (Claire Béchu, Archives nationales, Mission de la diffusion scientifique)
16h20 – « Appelez-moi Dorica » : des usages des archives photographiques (Mathieu Pernot, Dorica Castra, installation aux Archives nationales dans le cadre du Mois de la Photo du Grand Paris)
16h40 – Discussion

17h10 – Conclusion (Michel Quétin, conservateur général honoraire aux Archives nationales, et Sandrine Bula)

17h30 – Inauguration de l’exposition En avion au-dessus de…, dialogues entre Mathieu Pernot et le fonds LAPIE et de l’installation Dorica Castra, cartes postales, présentées aux Archives nationales dans le cadre du Mois de la Photo du Grand Paris, en présence de Mathieu Pernot

Image à la une : Delintraz, Exposition universelle de 1878 : palais du Champ-de-Mars et statue de la Liberté du sculpteur Bartholdi. Archives nationales, F/12/11914.

JE : « L’INTERNATIONALE DE LA PHOTOGRAPHIE SOCIALE » (3 MARS 2017, INHA)

L’Internationale de la photographie sociale

Les réseaux transnationaux dans le Paris des années 1930

 

Lieu : INHA, Salle Vasari, premier étage

2, rue Vivienne, 75002 Paris

9h30 – 17h30

Organisé par Damarice Amao et Christian Joschke

L’arrivée d’une jeune génération de photographes venue de toute l’Europe a inscrit le Paris des années 1930 dans des réseaux internationaux de la photographie sociale. Aussi furent éditées, vues et discutées les productions visuelles de nombreux pays. Les photographes furent associés aux organisations culturelles de la gauche internationaliste et anticolonialiste, contribuant à faire de Paris tout à la fois une caisse de résonance des transformations du monde et un haut-lieu de débats sur les rapports entre les images et la politique.

Cette journée d’étude s’inscrit dans la suite de celle du 25 mars 2016 sur la « photographie comme arme de classe » et s’intéressera tout particulièrement aux circulations transnationales et aux transferts culturels dans la gauche des années 1930.

Télécharger ici le programme détaillé

Matin

9:30 Introduction : Damarice Amao & Gabrielle de la Selle

Modération : Bernard Lebrun

10:00 Gwenn Riou : Les théories soviétiques sur l’art en France dans les années 1930. Diffusion, réception, réadaptation.

10:30 Max Bonhomme : Le photomontage en France dans les années 1930, identités politiques et transferts culturels

11:00 Pause

Modération : Damarice Amao

11:15 Béla Albertini : The photo group of the Hungarian Munka-kör (Work-circle) 1930-1932

11:45 Fedora Parkmann : Aspects internationaux de la photographie sociale en Tchécoslovaquie

12:15 Karolina Lewandowska : Brassaï et la « sensibilité sociale »

12:45 pause

Après-midi

Modération : Françoise Denoyelle

14:00 Kerstin Meincke : Germaine Krull and the Media Configuration of « World Art »

14:30 Lorraine Audric : Devenir photographe. Gisèle Freund et le monde communiste dans les années 1930

Modération : Christian Joschke

14:45 Sarah Frioux-Salgas : La presse panafricaine anticolonialiste à Paris dans les années 1920-1930. Description d’un corpus

15:15 Julie Jones : Vers une image « authentique » de l’Afro-Américain ? Usage de la photographie documentaire dans la Negro Anthology (1934).

15:45 pause

Archives

16:00 Hendrik Ollivier : Les collections photographiques d’Amsab-Institut d’histoire sociale

16:30 Eric Lafon : La photographie sociale, amateur et professionnelle du Front populaire en banlieue. L’exemple de Marcel Cerf, France Demay, Jan Renard et anonyme

17:00 Conclusion

Cette journée d’étude est organisée dans le cadre du projet « Captures du monde social. Photographie sociale et documentaire des années 1930 », mené conjointement par le HAR EA 4414 (Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense), le EPHA EA1040 (Université Paris 8) et le Centre Pompidou. Elle bénéficie d’une aide de l’ANR au titre du programme Investissements d’avenir (ANR-10-LABX-80-01). 

Légende du visuel : Carlo Rim et Maximilien Vox, Tout est foutu, édité par VU, Paris, 23 avril 1932, p. 25.

Atelier Méthodologique – Février 2017

Atelier Méthodologique de l’ARIP

Séance 2

Jeudi 23 février 2017 – 18h30-20h30, salle AVD, porte 133, INHA

Bonsoir à tous, l’ARIP vous invite à sa séance inaugurale des rencontres mensuelles 2017 autour d’un questionnement méthodologique et de la conduite de la recherche.
Au programme Véra Léon et Max Bonhomme nous présenteront deux aspects de la recherche, questionnant à la fois la problématique des sources disponibles et celle des images.

Résumés :
Véra Léon : L’histoire des photographes sans les images est-elle possible ?

Pour écrire une histoire sociale des photographes, il est nécessaire de décentrer le regard des productions iconographiques vers les conditions de formation et d’exercice du métier. Cette démarche se traduit par le recours à des sources renouvelées, comme des archives d’établissement ou des registres des métiers. Dans cette communication, on se demandera cependant dans quelle mesure les sources visuelles restent indispensables à l’écriture de cette histoire, et ce d’autant plus quand la démarche ambitionne de mettre en lumière les asymétries et assignations de genre qui saturent ces espaces sociaux, mais qui, comme souvent, sont invisibles dans les sources (Perrot, 1998).

Max Bonhomme : Comment faire une histoire de la presse illustrée des années 1930, en l’absence d’archives ? 

Lorsque l’on entreprend des recherches sur les usages politiques du photomontage dans les années 1930, on se trouve confronté à une certaine disparité dans les sources. À l’abondance des publications imprimées (magazines, brochures, affiches) s’oppose la rareté des archives susceptibles de les documenter. Les revues communistes, notamment, souffrent d’un réel défaut d’archives dû à l’entrée du parti dans l’illégalité en 1939, ainsi qu’aux exils et disparitions au cours de la Seconde guerre mondiale. Je m’interrogerai donc sur les moyens de pallier cette rareté des archives, par exemple en retournant vers une lecture rapprochée des images (ce que permet selon moi le domaine émergeant de l’iconographie politique).

Venez nombreuses et nombreux et n’hésitez pas à partager l’information !