Archives de catégorie : Actualités des membres

JE « L’Ethnologie en images : collecter, classer, publier » (4 nov. 2016, MQB)

Cher.e.s membres, cher.e.s collègues,

Deux membres de l’ARIP, Camille Joseph et Anaïs Mauuarin, vous invitent à la journée d’étude « L’Ethnologie en images : collecter, classer, publier », organisée dans le cadre d’un projet Photographie et dessin en anthropologie (1920-1950). Elle fait suite à celle qui s’est tenue le 8 avril dernier à l’INHA sur les pratiques de terrain.

Elle aura lieu le vendredi 4 novembre au Musée du quai Branly-Jacques Chirac, en Salle Cinéma.

pgmje2_1 pgmje2_12

Programme :

9h30 | Accueil et introduction par Frédéric Keck (Musée du quai Branly-Jacques Chirac) et Anaïs Mauuarin (Hicsa-Université Paris I/Musée du quai Branly)

Session 1
Président de séance : Frédéric Keck (Musée du quai Branly-Jacques Chirac)

9h45 | Vincent Debaene (Université de Genève – Columbia University) :
Cadrage cannibale. Les photographies de Tristes tropiques

10h30 | Christine Barthe (Musée du quai Branly-Jacques Chirac) :
Alfred Métraux, par la photographie

11h15 / Pause café

Session 2
Président de séance : Christos Lynteris (University of Cambridge)

11h30 | Thomas Beaufils (Université Lille 3) :
Dessins et photographies de l’entre-deux-guerres dans les collections des musées d’ethnographie néerlandais

12h15 | Alban von Stockhausen (Musée d’Histoire de Berne, Université de Vienne) :
Images, Impacts and Identities: The “archival” history of the Nagas of Northeast India

13h / Déjeuner

Session 3
Présidente de séance : Jessica de Largy Healy (Musée du quai Branly -Jacques Chirac)

14h30 | Camille Joseph (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis) :
Des images archétypiques : postérités de la photographie anthropométrique aux Etats-Unis

15h15 | Teresa Castro (Université Paris III) :
Races (1930) – à propos d’un ouvrage oublié de Jean Brunhes

16h | Marie Durand (Université d’Aix-Marseille-CNRS-CREDO) :
Populariser les hommes et les territoires, diffusion scientifique et grand public des recherches d’Edgar Aubert de la Rüe dans les
colonies françaises

Au plaisir de vous y rencontrer nombreuses et nombreux !

JE « Eighties Incomprises. Art et société dans les années 1980 » (11 mai, Centre Pompidou)

EIGHTIES INCOMPRISES

 ART ET SOCIÉTÉ DANS LES ANNÉES 1980 

Longtemps mal aimé et mal compris, l’art des années 1980 fait depuis peu l’objet de nouvelles lectures de la part de l’histoire de l’art. La décennie 1980 tend en effet à être perçue comme un moment hédoniste et « léger », succédant au « moment théorique » des années 1960-1970. Or, l’inflexion récente des méthodes de l’histoire de l’art en direction de l’histoire culturelle permet de réévaluer la décennie 1980, marquée certes par un certain désenchantement politique, mais aussi par de nouvelles formes de réinvestissement social de l’art. Dans la décennie du « grand tout culturel » se pose la question du lien entre l’art et les industries de l’image (publicité, clips vidéo), mais aussi celle de l’aspect visuel de nouvelles contre-cultures.
La photographie connaît alors un profond changement,
avec le déclin des modèles du photojournalisme au profit d’une photographie dite « plasticienne », cultivant
une certaine hybridité avec le pictural et le théâtral. Alors même que semble triompher « l’image fabriquée
», s’élaborent parallèlement de nouvelles stratégies documentaires. En lien avec l’exposition « Les années 1980, l’insoutenable légèreté », cette journée d’étude sera
donc l’occasion de revisiter les enjeux socioculturels
de l’art des années 1980 en s’appuyant sur la contribution de critiques, d’historiens de l’art et des idées, constituant ainsi une plateforme d’échanges pour des recherches en cours.

Equipe organisatrice :  

Jean-Pierre Criqui,
 Inès Henzler
 – Centre Pompidou Service de la Parole

Karolina Ziebinska-Lewandowska – Cabinet de la Photographie

Marie Auger, Clara Bastid,
 Max Bonhomme
 – Association Profession Photographie

Partenaires : Université Paris I Panthéon–Sorbonne : EA 4100, Histoire
 Culturelle et Sociale de l’Art  / Université Paris X-Nanterre : Laboratoire HAR, 
Ecole doctorale 395

Graphisme : Matthieu David – Fisheye

PROGRAMME :

11H : Introduction 

JEAN-PIERRE CRIQUI, KAROLINA ZIEBINSKA-LEWANDOWSKA. ASSOCIATION PROFESSION PHOTOGRAPHIE 

11H30 : FRANÇOIS CUSSET, professeur à l’université Paris X – Nanterre. / « Les équivoques du visible: ostentation décomplexée et pulsion scopique dans la culture des années 1980 »

12 H : CHRISTINE BUIGNET, professeure à l’université Toulouse Jean-Jaurès. / « Fiction : la “part maudite” de la photographie ? »

12H30 : MICHEL GAUTHIER, conservateur au MNAM Centre Pompidou, professeur associé à l’université Paris IV. / « La photographie sans le réel »

14h30 : THIBAULT BOULVAIN, chargé d’études et de recherche, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), doctorant à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. / « Histoires de voir. La représentation du sida dans la photographie des années 1980-1990 »

15H : NICOLAS BALLET, chargé d’études et de recherche, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), doctorant à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. / « « After Cease to Exist ». Le vertige des musiques industrielles »

15H30 : MARIE VICET, doctorante, Université Paris Ouest Nanterre La Défense / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. / « Le clip vidéo: un nouveau format de création pour les artistes? »

16H00 : Table Ronde avec KAREN KNORR, artiste et
MARTIN GUTTMANNartiste, du duo Clegg & Guttmann / discussion menée par l’historienne de la photographie Marion DUQUERROY

Image à la Une: Hergo, Sophie, série « Mythos », 1994, épreuve gélatino-argentique, Centre Pompidou, Musée national d’art moderne. Don de l’artiste, 2014

JE « Photographie et sculpture: de l’interaction à l’hybridation depuis 1960 » (13 avril 2016, Musée Rodin)

En lien avec l’exposition Entre sculpture et photographie, cette journée d’études propose d’aborder les alliances très fécondes qui se sont nouées entre ces deux médiums depuis la fin des années 1960, moment décisif de redéfinition et d’élargissement des catégories esthétiques traditionnelles. Si les relations entre photographie et sculpture ont fait l’objet de nombreuses publications et expositions, il s’agira de privilégier les usages conceptuels du médium photographique, qui ont contribué à une reformulation radicale de la notion de sculpture. Seront ainsi éclairées les préoccupations communes d’artistes dans l’élaboration d’une « sculpture photographique » témoignant des diverses modalités d’interaction entre ces deux vocabulaires formels, jusqu’à un processus d’hybridation les rendant indissociables.

Responsable scientifique 

Alexandre Quoi, Maître de conférences en histoire de l’art contemporain, Aix-Marseille Université, UMR Telemme-CNRS

Comité scientifique et de coordination

Michel Frizot, Historien de la photographie, commissaire de l’exposition « Entre sculpture et photographie »

Hélène Pinet, Chef du service de la Recherche, commissaire de l’exposition « Entre sculpture et photographie », en charge de la collection de photographies, Musée Rodin

Hélène Zanin, Chargée des colloques, service de la recherche, de la bibliothèque, des archives et de la documentation, Musée Rodin

PROGRAMME

9h 15 – 9h30 Accueil des auditeurs

9h30 Hélène Pinet, Musée Rodin

9h45 Michel Frizot, Historien de la photographie, commissaire de l’exposition « Entre sculpture et photographie »

1966-1970 : décidément « entre sculpture et photographie »

10H30 Alexandre Quoi, Aix-Marseille Université

Une photosculpture mise en scène, autour de Bruce Nauman, William Wegman et Robert Cumming

11h00 Pause

11h15 Alexander Streitberger, Université Catholique de Louvain

Une présence scénique. Les sculptures photographiques de Michael Kirby entre situation et théâtre

11h45 Discussion

14h00 – 14h15 Accueil des auditeurs

14h15 Giuliano Sergio, Accademia di Belle Arti d’Urbino

Giuseppe Penone : analyse du corps, formes du document

14h45 Marie Auger, Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Photographie et sculpture : une comparaison révélée par le format de l’exposition de 1970 à nos jours

15h15 Claire Kueny, Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis

Un idéal inter-média. L’ombre entre photographie et sculpture et vice-versa

16h15 Discussion suivie d’une pause

16h45 Mac Adams, State University of New York, College at Old Westbury

The narrative void

Mercredi 13 avril 2016 de 9 h 30 à 18 h 00, 21 boulevard des Invalides, 75007 Paris. Accessible aux personnes à mobilité réduite. Entrée libre, dans la limite des places disponibles. Ouverture des portes 15 minutes avant le début de la journée d’études

Image à la Une:  Mac Adams, Rabbit, Shadow-Sculpture, 2010, Paris © Galerie gb agency

JE : « La photographie comme arme », Photographie sociale et documentaire dans les années 30, (25 mars 2016, INHA)

Rendez-vous à 9h, à l’INHA, salle Vasari (1er étage)

Proposée par Christian Joschke et Clément Chéroux, coordonnée  avec le concours de Max Bonhomme (membre de l’ARIP), cette journée sera l’occasion de revenir sur l’implication des photographes dans les organisations communistes dans les années 1930, ainsi que sur les différents organes de diffusion (la revue Regards en particulier).

Résumé
L’engagement des photographes dans les structures de la gauche révolutionnaire des années 1930 est aujourd’hui encore une zone d’ombre de l’histoire de la photographie et de la presse illustrée. Pour de nombreux photographes, la photographie représentait pourtant le médium révolutionnaire par excellence. En travaillant pour la presse illustrée communiste (Regards, L’Humanité, Ce Soir) et en s’engageant dans l’ Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires (AEAR), ils défendaient une vision politique de leur activité, considérant la photographie comme une « arme de classe ».

Matin

Que sait-on des photographes de l’AEAR ?

9:00 Accueil

9:30 Clément Chéroux, Christian Joschke, Damarice Amao : Introduction

10:00 Simon Dell : Qu’est ce que l’AEAR aujourd’hui ?

10:30 Damarice Amao : Eli Lotar, un photographe engagé ?

11:00 Eva Verkest : La peinture en échec face à la photographie ? A propos de deux expositions de l’AEAR

11:30 Discussion

11:45 Pause

12:00 Patrice Allain : Le surréalisme et l’AEAR : champ-contrechamp

12:30 Nathalie Neumann : Willy Ronis – ses années caméléon entre avant-gardes et photographie traditionnelle

13:00 Pause déjeuner

Après-midi

Le magazine Regards et ses photographes

14:30 Clément Chéroux : Henri Cartier-Bresson, dans l’ombre de la maison brune

15:00 Valérie Vignaux : Georges Sadoul et le cinéma à Regards ou la photographie 24 images par seconde

15:30 Christian Joschke : Regards et l’AIZ : analyse d’un transfert culturel

16:00 Discussion et pause

16:30 Mathilde Esnault : De la photographie amateur à la photographie d’auteur : le magazine Regards et ses photographes

17:00 Maxime Courban : Le fonds iconographique de L’Humanité aux AD de Seine Saint-Denis

17:30 Dominique Versavel : Le fonds iconographique Ce Soir-L’Humanité de la BNF

18:00 – 18:30 Discussion finale

Cette journée d’études est organisée dans le cadre du projet « Captures du monde social. Photographies sociales et documentaires des années 1930 », mené conjointement par le HAR EA 4414 (Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense), le EPHA EA1040 (Université Paris 8) et le Centre Pompidou, dans le cadre du Labex Arts H2H.

Présentation du projet
Pour de nombreux photographes comme Claude Cahun, Eli Lotar, Pierre Jamet, Loré Krüger, Germaine Krull, Tracol, André Papillon, René Zuber, Henri Cartier-Bresson ou Willy Ronis, la photographie représentait pourtant le médium démocratique par excellence. Ces photographes travaillaient pour la presse illustrée communiste (Regards, L’Humanité, Ce Soir) et s’engagèrent dans l’Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires (AEAR) créée par Paul Vaillant-Couturier en 1932.

Par le biais de ces structures, dans les différents médias et au cours des différentes expositions organisées par l’AEAR, ils défendaient une vision politique de leur activité, considérant la photographie comme une « arme de classe ». Certains d’entre eux publièrent des appels aux amateurs et organisèrent des collectes d’images et des concours d’amateurs photographes ouvriers ; d’autres fondèrent bientôt les premières coopératives indépendantes de photographes.

Mais à glorifier la figure du photographe engagé, ne risque-t-on pas de tomber dans l’illusion biographique et de mettre au second plan l’action motrice des structures collectives ? A brosser l’idéal type de la culture visuelle communiste, ne risque-t-on pas non plus d’oblitérer les tensions tant esthétiques que politiques d’un mouvement aussi riche que contrasté ?

« Le spectacle de la colonie ? Photographier et filmer l’autre au cours de la mission Ogooué-Congo », com. par Anaïs Mauuarin, 2 février 2016

Nous avons le plaisir de vous convier à la 3e séance de l’Atelier en Anthropologie et histoire visuelle des doctorants du CRAL (EHESS), qui portera sur les « Cultures visuelles du colonialisme « .

Anaïs Mauuarin, membre de l’ARIP, y présentera une communication intitulée  : « Le spectacle de la colonie ? Photographier et filmer l’autre au cours de la mission Ogooué-Congo (1946) ».

Rendez-vous Mardi 2 février (10h-13h)
EHESS, Salle M. & D. Lombard
(96 Bd Raspail, 75006, Paris)

 

Résumé : Cette contribution a pour but d’éclairer les relations qui s’élaborent avec l’Autre sur le terrain à travers les prises de vues photographiques et cinématographiques en ethnologie, en prenant pour unité d’analyse la Mission Ogooué-Congo (1946). Cette mission est en effet un cas d’étude très intéressant : elle est organisée par l’ethnologue Noël Ballif au sein de la Société des explorateurs, encadrée par le Musée de l’Homme, financée en partie par une maison de production cinématographique et soutenue par les Ministères des Colonies et de l’Education Nationale. Et surtout, elle a fait l’objet d’un récit par Noël Ballif (Les Danseurs de Dieu, 1954), qui fait une large place aux situaitons de prises de vue. En partant de cet ouvrage, nous analyserons les rapports qui se tissent autour des situations de prises de vue durant cette mission, qui sont le lieu privilégié d’une ambivalence -à une époque charnière-, entre domination coloniale et reconnaissance de la capacité d’émancipation de l’Autre, des Pygmées et de Noirs, en situation coloniale.

La séance sera également l’occasion d’entendre les interventions de :

Aurélie Journée (EHESS-LAS) : « Démarche(s) appropriationniste(s) et re/construction(s) identitaire(s). L’archive photographique coloniale au cœur des processus de création des artistes contemporain-e-s nord-amérindien-ne-s ».

Marie Pierre-Bouthier (Université Paris I – Panthéon-Sorbonne) : « Les usages des formes visuelles populaires dans ‘Mémoire 14’ d’Ahmed Bouanani. Une tentative de décolonisation du cinéma documentaire marocain ».

La répondante – discussante sera Maureen Murphy (Université Paris I – Panthéon-Sorbonne)

Au plaisir de vous y voir nombreuses et nombreux !

_______

Image en tête :
Noêl Ballif ou André Didier, Dupont et Séchan familiarise Bakembé avec la camera ; à droite : Léonard, un de nos interprètes, in Noël Ballif, Les Danseurs de Dieu (1954), pl. 12.