Archives de catégorie : Actualités des membres

JE « Photographie et sculpture: de l’interaction à l’hybridation depuis 1960 » (13 avril 2016, Musée Rodin)

En lien avec l’exposition Entre sculpture et photographie, cette journée d’études propose d’aborder les alliances très fécondes qui se sont nouées entre ces deux médiums depuis la fin des années 1960, moment décisif de redéfinition et d’élargissement des catégories esthétiques traditionnelles. Si les relations entre photographie et sculpture ont fait l’objet de nombreuses publications et expositions, il s’agira de privilégier les usages conceptuels du médium photographique, qui ont contribué à une reformulation radicale de la notion de sculpture. Seront ainsi éclairées les préoccupations communes d’artistes dans l’élaboration d’une « sculpture photographique » témoignant des diverses modalités d’interaction entre ces deux vocabulaires formels, jusqu’à un processus d’hybridation les rendant indissociables.

Responsable scientifique 

Alexandre Quoi, Maître de conférences en histoire de l’art contemporain, Aix-Marseille Université, UMR Telemme-CNRS

Comité scientifique et de coordination

Michel Frizot, Historien de la photographie, commissaire de l’exposition « Entre sculpture et photographie »

Hélène Pinet, Chef du service de la Recherche, commissaire de l’exposition « Entre sculpture et photographie », en charge de la collection de photographies, Musée Rodin

Hélène Zanin, Chargée des colloques, service de la recherche, de la bibliothèque, des archives et de la documentation, Musée Rodin

PROGRAMME

9h 15 – 9h30 Accueil des auditeurs

9h30 Hélène Pinet, Musée Rodin

9h45 Michel Frizot, Historien de la photographie, commissaire de l’exposition « Entre sculpture et photographie »

1966-1970 : décidément « entre sculpture et photographie »

10H30 Alexandre Quoi, Aix-Marseille Université

Une photosculpture mise en scène, autour de Bruce Nauman, William Wegman et Robert Cumming

11h00 Pause

11h15 Alexander Streitberger, Université Catholique de Louvain

Une présence scénique. Les sculptures photographiques de Michael Kirby entre situation et théâtre

11h45 Discussion

14h00 – 14h15 Accueil des auditeurs

14h15 Giuliano Sergio, Accademia di Belle Arti d’Urbino

Giuseppe Penone : analyse du corps, formes du document

14h45 Marie Auger, Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Photographie et sculpture : une comparaison révélée par le format de l’exposition de 1970 à nos jours

15h15 Claire Kueny, Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis

Un idéal inter-média. L’ombre entre photographie et sculpture et vice-versa

16h15 Discussion suivie d’une pause

16h45 Mac Adams, State University of New York, College at Old Westbury

The narrative void

Mercredi 13 avril 2016 de 9 h 30 à 18 h 00, 21 boulevard des Invalides, 75007 Paris. Accessible aux personnes à mobilité réduite. Entrée libre, dans la limite des places disponibles. Ouverture des portes 15 minutes avant le début de la journée d’études

Image à la Une:  Mac Adams, Rabbit, Shadow-Sculpture, 2010, Paris © Galerie gb agency

JE : « La photographie comme arme », Photographie sociale et documentaire dans les années 30, (25 mars 2016, INHA)

Rendez-vous à 9h, à l’INHA, salle Vasari (1er étage)

Proposée par Christian Joschke et Clément Chéroux, coordonnée  avec le concours de Max Bonhomme (membre de l’ARIP), cette journée sera l’occasion de revenir sur l’implication des photographes dans les organisations communistes dans les années 1930, ainsi que sur les différents organes de diffusion (la revue Regards en particulier).

Résumé
L’engagement des photographes dans les structures de la gauche révolutionnaire des années 1930 est aujourd’hui encore une zone d’ombre de l’histoire de la photographie et de la presse illustrée. Pour de nombreux photographes, la photographie représentait pourtant le médium révolutionnaire par excellence. En travaillant pour la presse illustrée communiste (Regards, L’Humanité, Ce Soir) et en s’engageant dans l’ Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires (AEAR), ils défendaient une vision politique de leur activité, considérant la photographie comme une « arme de classe ».

Matin

Que sait-on des photographes de l’AEAR ?

9:00 Accueil

9:30 Clément Chéroux, Christian Joschke, Damarice Amao : Introduction

10:00 Simon Dell : Qu’est ce que l’AEAR aujourd’hui ?

10:30 Damarice Amao : Eli Lotar, un photographe engagé ?

11:00 Eva Verkest : La peinture en échec face à la photographie ? A propos de deux expositions de l’AEAR

11:30 Discussion

11:45 Pause

12:00 Patrice Allain : Le surréalisme et l’AEAR : champ-contrechamp

12:30 Nathalie Neumann : Willy Ronis – ses années caméléon entre avant-gardes et photographie traditionnelle

13:00 Pause déjeuner

Après-midi

Le magazine Regards et ses photographes

14:30 Clément Chéroux : Henri Cartier-Bresson, dans l’ombre de la maison brune

15:00 Valérie Vignaux : Georges Sadoul et le cinéma à Regards ou la photographie 24 images par seconde

15:30 Christian Joschke : Regards et l’AIZ : analyse d’un transfert culturel

16:00 Discussion et pause

16:30 Mathilde Esnault : De la photographie amateur à la photographie d’auteur : le magazine Regards et ses photographes

17:00 Maxime Courban : Le fonds iconographique de L’Humanité aux AD de Seine Saint-Denis

17:30 Dominique Versavel : Le fonds iconographique Ce Soir-L’Humanité de la BNF

18:00 – 18:30 Discussion finale

Cette journée d’études est organisée dans le cadre du projet « Captures du monde social. Photographies sociales et documentaires des années 1930 », mené conjointement par le HAR EA 4414 (Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense), le EPHA EA1040 (Université Paris 8) et le Centre Pompidou, dans le cadre du Labex Arts H2H.

Présentation du projet
Pour de nombreux photographes comme Claude Cahun, Eli Lotar, Pierre Jamet, Loré Krüger, Germaine Krull, Tracol, André Papillon, René Zuber, Henri Cartier-Bresson ou Willy Ronis, la photographie représentait pourtant le médium démocratique par excellence. Ces photographes travaillaient pour la presse illustrée communiste (Regards, L’Humanité, Ce Soir) et s’engagèrent dans l’Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires (AEAR) créée par Paul Vaillant-Couturier en 1932.

Par le biais de ces structures, dans les différents médias et au cours des différentes expositions organisées par l’AEAR, ils défendaient une vision politique de leur activité, considérant la photographie comme une « arme de classe ». Certains d’entre eux publièrent des appels aux amateurs et organisèrent des collectes d’images et des concours d’amateurs photographes ouvriers ; d’autres fondèrent bientôt les premières coopératives indépendantes de photographes.

Mais à glorifier la figure du photographe engagé, ne risque-t-on pas de tomber dans l’illusion biographique et de mettre au second plan l’action motrice des structures collectives ? A brosser l’idéal type de la culture visuelle communiste, ne risque-t-on pas non plus d’oblitérer les tensions tant esthétiques que politiques d’un mouvement aussi riche que contrasté ?

« Le spectacle de la colonie ? Photographier et filmer l’autre au cours de la mission Ogooué-Congo », com. par Anaïs Mauuarin, 2 février 2016

Nous avons le plaisir de vous convier à la 3e séance de l’Atelier en Anthropologie et histoire visuelle des doctorants du CRAL (EHESS), qui portera sur les « Cultures visuelles du colonialisme « .

Anaïs Mauuarin, membre de l’ARIP, y présentera une communication intitulée  : « Le spectacle de la colonie ? Photographier et filmer l’autre au cours de la mission Ogooué-Congo (1946) ».

Rendez-vous Mardi 2 février (10h-13h)
EHESS, Salle M. & D. Lombard
(96 Bd Raspail, 75006, Paris)

 

Résumé : Cette contribution a pour but d’éclairer les relations qui s’élaborent avec l’Autre sur le terrain à travers les prises de vues photographiques et cinématographiques en ethnologie, en prenant pour unité d’analyse la Mission Ogooué-Congo (1946). Cette mission est en effet un cas d’étude très intéressant : elle est organisée par l’ethnologue Noël Ballif au sein de la Société des explorateurs, encadrée par le Musée de l’Homme, financée en partie par une maison de production cinématographique et soutenue par les Ministères des Colonies et de l’Education Nationale. Et surtout, elle a fait l’objet d’un récit par Noël Ballif (Les Danseurs de Dieu, 1954), qui fait une large place aux situaitons de prises de vue. En partant de cet ouvrage, nous analyserons les rapports qui se tissent autour des situations de prises de vue durant cette mission, qui sont le lieu privilégié d’une ambivalence -à une époque charnière-, entre domination coloniale et reconnaissance de la capacité d’émancipation de l’Autre, des Pygmées et de Noirs, en situation coloniale.

La séance sera également l’occasion d’entendre les interventions de :

Aurélie Journée (EHESS-LAS) : « Démarche(s) appropriationniste(s) et re/construction(s) identitaire(s). L’archive photographique coloniale au cœur des processus de création des artistes contemporain-e-s nord-amérindien-ne-s ».

Marie Pierre-Bouthier (Université Paris I – Panthéon-Sorbonne) : « Les usages des formes visuelles populaires dans ‘Mémoire 14’ d’Ahmed Bouanani. Une tentative de décolonisation du cinéma documentaire marocain ».

La répondante – discussante sera Maureen Murphy (Université Paris I – Panthéon-Sorbonne)

Au plaisir de vous y voir nombreuses et nombreux !

_______

Image en tête :
Noêl Ballif ou André Didier, Dupont et Séchan familiarise Bakembé avec la camera ; à droite : Léonard, un de nos interprètes, in Noël Ballif, Les Danseurs de Dieu (1954), pl. 12.

Les innovations photo/graphiques au service du peuple, conférence par Laureline Meizel (Paris, 1er déc. 2015)

La prochaine conférence du cycle Histoires de photographies (2). 1914-2016 : un siècle d’appropriations ?, réalisé par Laureline Meizel, membre de l’ARIP, se tiendra le mardi 1er décembre 2015, de 19h à 21h, au Pavillon Carré de Baudouin (Paris, 20e).

Elle s’intitule « Les innovations photo/graphiques au service du peuple« .

L’entrée est libre et gratuite.

RésuméDans les années 1920, les avant-gardes allemandes et russes font de la photographie l’un de leurs principaux matériaux de création. Elles la considèrent en effet comme un moyen apte à émanciper le regard de l’individu dans une société de l’information visuelle en plein essor. Progressivement, les innovations photo/graphiques mises en place dans ce cadre vont nourrir les médias de masse. On s’attachera ici à étudier les enjeux de cette rencontre, jusqu’au possible dévoiement des idéaux politiques qui animaient les artistes du Bauhaus et des Vkhutemas.

Image à la une : Aleksander Rodchenko, Lengiz. Livres sur toutes les branches de la connaissance, affiche publicitaire pour le Département de Gosizdat à Leningrad, gouache et papiers découpés sur photographie, 1924 © The Pushkin State Museum of Fine Arts

Journée d’étude La photographie et l’espace, 4 décembre, Paris, musée Rodin

Nous avons le plaisir de vous convier à la journée d’étude « La photographie et l’espace », organisée au Musée Rodin en partenariat avec l’ED 441 Histoire de l’art de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Cette journée d’étude sera l’occasion de réinterroger les rapports complexes que la photographie entretient à l’espace, à travers le prisme de huit interventions de docteurs ou doctorants en histoire de l’art et en architecture (voir programme ci-dessous).

Elle se déroulera le vendredi 4 décembre 2015, de 9h30 à 18h30 dans l’auditorium du musée Rodin, au 21 bd des Invalides. L’entrée est libre et se fera la limite des places disponibles.

Comité scientifique et d’organisation
Michel Poivert, Professeur des Universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Marie Auger, Doctorante, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, membre de l’ARIP
Hélène Pinet, Chef du service de la Recherche, en charge de la collection de photographies, musée Rodin
Hélène Zanin, Chargée des colloques, musée Rodin

* Image à la une : Edward Steichen, Balzac, photographie au charbon direct, 15,7 x 19,1 cm, Paris, musée Rodin © musée Rodin


La photographie et l’espace

 

« Il semblerait que la photographie ait tout enregistré. L’espace, pourtant, a échappé à son mauvais œil cyclopéen. [] Il n’y a probablement pas de défense possible contre les capacités maléfiques de la photographie à convertir tous les aspects visibles du monde en une image statique et consommable [] la photographie est un déni de l’expérience. » Robert Morris s’insurgeait ainsi contre le médium photographique dans son essai de 1978 The Present Tense of Space. À rapprocher de toute une pensée critique sur la faillite de l’expérience et du pouvoir aliénant de la photographie, ses affirmations nous interrogent par leur partialité : la photographie faillit-elle dans sa tentative de captation de l’espace ? Est-il pertinent d’insister de la sorte sur le déni de l’expérience ? Doit-on nécessairement voir dans le passage de la troisième dimension à la deuxième dimension une simple opération de réduction des données sensibles ? Cette journée d’étude au musée Rodin entend revisiter les rapports complexes qu’entretient le médium photographique à l’espace.

PROGRAMME

Matinée
9h15 – 9h30

Accueil des auditeurs

9h30
Catherine Chevillot, Directrice du Musée Rodin
Michel Poivert, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Hélène Pinet, Musée Rodin
Accueil

9h45

Marie Auger, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Introduction

10H00

Rémi Parcollet, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne – HiCSA
L’espace d’exposition mis en abyme par la photographie

10h30

Frédérique Mocquet, LIAT ENSA Paris-Malaquais et EDVTT Université Paris-Est
Habiter l’espace : la pratique photographique comme « être au monde »

11h00

Pause

11h15

Nina Leger, Université Paris 8 Vincennes-Saint Denis
 »Photography is Not Transparent’‘ : quand Mel Bochner prit la mesure de la photographie

11h45

Margot Nguyen, École du Louvre
Les natures mortes d’Irving Penn (1917 – 2009) : des hétérotopies photographiques ?

Après-midi
14h15 – 14h30

Accueil des auditeurs

14h30

Allison Huetz, Université de Genève
Les dispositifs photographiques du Parc de Plaisance : Une mise en spectacle du monde

15h00

Nolwenn Mégard, Université de Genève
Avec un œil ou deux ? La profondeur de l’image photographique et les vues d’en haut

15h30

Pause

15h45

Ségolène Liautaud, Université Paris IV Sorbonne
Profondeur du miroir et planéité de la photographie, l’espace dans les tableaux-miroirs de Michelangelo Pistoletto

16h15

Jean-Rémi Touzet, Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Le lointain et l’intérieur : l’espace de l’atelier dans les autoportraits photographiques surpeints de Gerhard Richter (1986-1991)

 

logo rodinlogo aripED441_texte_v