Archives de catégorie : Actualités / News

Relire Eggleston à la fondation Henri Cartier-Bresson, par Laureline Meizel

Inaugurée le 9 septembre dernier à la fondation HCB, l’exposition William Eggleston: From Black & White to Color s’attache à présenter le passage du noir et blanc à la couleur effectué, dans les années soixante, par celui que l’exposition du MoMA en 1976 allait consacrer comme le père de la photographie artistique en couleurs. À ma connaissance, la dernière rétrospective d’Eggleston à Paris date de 2001, et se tenait à la fondation Cartier. De mes visites il y a treize ans, reste le souvenir d’un émerveillement face à la saturation lumineuse des tirages Dye Transfer1, qu’un accrochage très aéré dans de grands cubes blancs laissait s’épanouir.

Autre temps, autre lieux, autre Cartier aussi et donc, autres images. Dans l’espace intimiste de ses deux salles en longueur, formant comme deux galeries superposées, la fondation Henri Cartier-Bresson nous convie à apprécier les sources du mythe egglestonien. Avec le soin qu’on lui connaît, toujours respectueux des choix de l’artiste à l’honneur2, l’équipe de la fondation menée par Agnès Sire a créé un accrochage qui fait habilement dialoguer les travaux noir et blanc et les œuvres en couleurs du photographe, qui sont contemporaines. Ce faisant, il signifie le poids que prendra cette dernière dans la carrière de l’artiste, en jouant de l’étagement des galeries et de l’élévation topographique du spectateur à mesure de sa visite. Dans la salle du premier étage, les longueurs sont occupées par des tirages en noir et blanc quand les petits côtés présentent des photographies couleur, rapport qui s’inverse dans la salle supérieure. Avec une grande économie de moyens, l’exposition invite ainsi le spectateur à observer le photographe à sa pratique soit, pour citer Agnès Sire, à détailler « l’invention d’un langage3 », dont la spontanéité et la banalité calculées fondent le sentiment d’étrangeté ressenti face aux images.

L’ensemble des critiques parues jusqu’à présent s’accorde d’ailleurs sur ce point4 ; sans aucun doute, l’« étrangeté » est le mot le mieux partagé par les commentateurs. S’y ajoutent l’expression d’une inquiétude, celle d’une tension latente et, mêlées, la conscience de la banalité du quotidien, de la solitude, de l’aliénation de l’individu, la sensation d’une radicalité enfin.

S’il est vrai qu’Eggleston est, selon ses propres mots, « en guerre avec l’évidence5 », ses stratégies relèvent en effet d’une guerre de position plus que d’une guerre de mouvement. Photographe grégaire, campé dans le Mid-South américain, sa prédilection pour les sujets vernaculaires est accentuée par la focalisation dont ils font l’objet dans l’espace de l’image. Donnant l’impression d’une photographie très lisible, elle est cependant pervertie par le choix de points de vue décalés, parfois très franchement (les vues de plafond en contre-plongée ou celles prises du sol), parfois plus subtilement (voir par exemple la photographie de l’intérieur d’un garage où gît un enfant recroquevillé)6. Parallèlement, les cadrages sont souvent incongrus, coupant ici ou là un pied, un visage, une partie de ce qui fait sujet7. Bref, comme l’analyse parfaitement Agnès Sire8, tout est fait pour que nous croyions à une photographie spontanée et sans ambiguïtés, alors même qu’elle en est lardée et qu’elle est le fruit d’une construction maîtrisée. L’apport de l’exposition est ainsi de démontrer que les principes de cette confusion sont déjà à l’œuvre dans les photographies noir et blanc, mais que le choix du film kodachrome et du tirage Dye Transfer en parachève le système. Appliquant à la couleur les préceptes de sa photographie monochrome, Eggleston ne cherche pas à la distordre ou à l’abstraire directement. Son procédé de tirage favori ajoute par exemple à l’illusion mimétique, tout en hyperesthésiant la couleur ; il lui donne notamment une brillance, une saturation et un contraste plus-que-réels qui, fascinant le spectateur, ont tendance à lui masquer les jeux de correspondances et de compositions auxquels se livre le photographe.

De cette faillite du discours organisée au sein de l’image provient sans doute l’idée, qu’on a pu lire dans certains comptes rendus, que ces photographies sont autant de miroirs universels à nous destinés. À leur décharge, ce point Godwin de la critique photographique, ethnocentriste comme la loi éponyme, avait déjà été atteint en 1976 par John Szarkowski lui-même. Commentant les travaux en couleurs du photographe dans l’introduction du livre qui accompagnait l’exposition, le conservateur et commissaire écrivait ainsi :

Pour beaucoup d’excellentes raisons, […] il serait commode de pouvoir prétendre, ou suggérer, que ce livre de photographies répond, ou contribue à répondre, à quelque grande question sociale ou culturelle […]. Le fait est que les photographies d’Eggleston ne semblent pas concernées par quelque grande question de ce type. Elles semblent simplement préoccupées à décrire la vie. […] On peut donc dire que, dans ces photographies, la forme et le contenu sont indissociables – ce qui revient à dire que les images signifient précisément ce qu’elles paraissent signifier. Tenter de traduire ces apparences avec des mots est, à n’en pas douter, une course vaine, dans laquelle aucun compétiteur ne choisirait les mêmes mots décevants.9

S’il faut replacer cette citation dans son contexte – Szarkowski défendant alors un nouveau « style documentaire », dont l’exposition montre bien la part qu’y prend Eggleston par la grande proximité de ses photographies avec celles d’un Winogrand ou d’un Friedlander –, on note que son analyse a depuis fait florès, nombre de critiques brodant sur l’impossibilité ou l’inanité à commenter les travaux du photographe. Le laconisme du principal intéressé ajoute en outre à ce mutisme des images. En 1998 par exemple, il reçoit le Hasselblad Award et, à cette occasion, répond à une question d’Ute Eskildsen sur sa définition de la couleur : « […] La manière dont j’ai toujours envisagé cela est que le monde est en couleurs. Il n’y a rien que nous puissions faire à ça.10 » Orchestrée dans les images, l’aphasie contamine leurs discours d’escorte. Que dire en effet de la vie ? Comment décrire le réel ou le monde dans sa globalité ? Par où commencer ? Adoptant une posture de dandy (peu loquace, secret, toujours soigneusement habillé et armé de son Leica), Eggleston se plaît à accentuer l’aura de mystère et de sérieux entourant ses photographies. Exacerbant l’intranquillité ressentie face aux images, cette attitude contribue donc à la distanciation consentie par le spectateur.

Toutes ces raisons expliquent pourquoi, sans l’amie anthropologue, donc non-spécialiste, qui m’accompagnait et que je n’avais heureusement pas eu le temps de briefer, je serais encore passée à côté d’une caractéristique de son travail qui m’apparaît majeure aujourd’hui : l’humour. Je lui exprime donc toute ma reconnaissance pour m’avoir fait percevoir une nouvelle dimension de cette œuvre que je croyais connaître. Autres qualités du dandysme que l’on attribue très rarement au photographe11, la légèreté et l’ironie, l’humour grinçant, tendre ou désabusé, la dérision enfin, traversent, quand on y prend garde, l’ensemble de l’exposition. Jouant des formes et des couleurs, Eggleston crée d’incroyables raccourcis, révélant autant de traits d’époque dont on peut sourire avec lui. Cette malice est évidente dans une photographie visible au deuxième étage, dans laquelle un buisson ornemental devient la couronne de gloire d’une femme enceinte dont les vêtements, par leurs couleurs et leurs motifs, la fondent dans son environnement suburbain. Elle est en outre soulignée par Agnès Sire, qui rapproche par exemple les photographies d’un chignon superbement dressé et d’une rangée de barbes-à-papas fuligineuses, baignant dans les mêmes tonalités acidulées. Soulignant l’inversion des valeurs qui se joue dans la société de consommation, cet autre registre de lecture ne modifie pas le sens social que l’on peut voir dans le travail d’Eggleston. Il en infléchit cependant l’atmosphère, souvent jugée mélancolique, et offre sans conteste une porte de sortie à l’aliénation de l’individu que dégagent les analyses traditionnelles de ses travaux.

Ainsi que nous le rappelle une citation inscrite à l’entrée de l’exposition, Eggleston conçoit ses photographies comme les éléments du roman qu’il est en train d’écrire12. On a d’ailleurs souvent rapproché son œuvre de celle de Faulkner13. Comme elle, la réception du travail d’Eggleston semble donc souffrir du syndrome d’étrécissement qui menace toute œuvre systématique. Selon lui, le poids des analyses passées, associées à un discours fortement structuré dans et autour de l’œuvre, finit par en verrouiller la lecture et le souvenir, contaminant chaque nouvelle confrontation. Et sans aucun doute, les discours métastasent dans les œuvres photographiques plus profondément que dans les œuvres littéraires. Mais si les romans de Faulkner – et ceux de son modèle, Balzac – ne sauraient être réduits au drame psychologique, si Le Bruit et la fureur ne peut se concevoir sans Moustiques, ni Le Lys dans la Vallée sans Les Employés, les photographies d’Eggleston ne sauraient être confinées dans la représentation de l’inquiétante étrangeté. C’est donc à relire cette œuvre riche que nous convie l’exposition de la fondation Henri Cartier-Bresson, qui reste ouverte jusqu’au 21 décembre prochain.

 


1. Selon Jean-Paul Gandolfo, le Dye Transfer est « une procédure de tirage longue et complexe », mais qui permet une très bonne conservation des tirages, ainsi qu’un contrôle total du rendu final des couleurs. Voir J.-P. Gandolfo, « Dye transfer (Tirage) », in Anne Cartier-Bresson dir., Vocabulaire technique de la photographie, Paris, Marval/Paris Musées, 2008, p. 263-265.

2. Ce qui lui a parfois valu des critiques. La petite taille de certains des tirages d’Harry Callahan présentés lors de son exposition en 2010, pourtant conforme aux souhaits du photographe, lui a par exemple été reprochée dans un compte-rendu publié sur l’un des blogs de Culture Visuelle. Les commentaires ont mis à jour un débat très intéressant – et loin d’être clos (voir par exemple le parti-pris de Michel Frizot et Cédric de Veigy pour l’exposition Photos trouvées, actuellement à la maison Doisneau) – sur l’exposition de tirages d’époque, le respect dû au photographe ou, à tout le moins, à l’histoire d’une photographie, le confort du spectateur, la plasticité des images photographiques et la possible collusion avec le marché de l’art.

3. A. Sire, « L’Invention d’un langage », reproduit dans le dossier de presse de William Eggleston: From Black & White to Color, p. 6-10, et développé dans le catalogue éponyme de l’exposition, Göttingen, Steidl, 2014.

4. C’est l’avantage d’arriver après la bataille : on peut se livrer à une recension des comptes rendus publiés. Pour cet article, outre le dossier de presse dont le communiqué a été repris par de nombreux médias, nous nous basons sur : Pierrick Allain et Frédérique Chapuis (réal.), Visite guidée : les photographies de William Eggleston à la fondation HCB [commentées par Patrick Tosani], vidéo publiée sur le site de Télérama le 10/09/2014 ; Luc Desbenoit, « William Eggleston. Du noir et blanc à la couleur », Ibid., le 20/09/2014 ; les podcasts des émissions de France Culture : La Dispute du 24/09/2014, animée par Arnaud Laporte, avec Éric Loret (Libération) et Corinne Rondeau (MCF à l’université de Nîmes) (à partir de la 42e minute) et La Grande table du 1/10/2014 animée par Caroline Broué, qui offre, avec la visite commentée de l’exposition par Gilles Mora, l’analyse la plus longue, à écouter absolument pour quiconque s’intéresse au photographe et plus généralement à la photographie américaine des années 1950-1980 ; Marine Minier, « Composition d’une Amérique décomposée », mis en ligne sur le blog Marcel et Simone le 9/10/2014 ; Frédérique Briard, « Fenêtres sur l’Amérique », mis en ligne sur le site de Marianne le 19/10/2014 ; Brigitte Ollier, « Eggleston, dandy du shopping », mis en ligne sur le site de Libération le 10/10/2014 ; et, enfin, Olivier Corsan, « Une minute, une expo : William Eggleston à la Fondation Henri Cartier-Bresson », vidéo publiée sur le site du Parisien le 21/10/2014. L’ensemble a été consulté le 8 novembre 2014.

5.I am afraid that there are more people than I can imagine who can go no further than appreciating a picture that is a rectangle with an object in the middle of it, which they can identify. They don’t care what is around the object as long as nothing interferes with the object itself, right in the centre. Even after the lessons of Winogrand and Friedlander, they don’t get it. They respect their work because they are told by respectable institutions that they are important artists, but what they really want to see is a picture with a figure or an object in the middle of it. They want something obvious. The blindness is apparent when someone lets slip the word ‘snapshot’. Ignorance can always be covered by ‘snapshot’. The word has never had any meaning. I am at war with the obvious. [Je souligne]”, W. Eggleston, “Afterword” [From a conversation with Mark Holborn, at breakfeast, Greenwood, Mississippi, February 1988], The Democratic Forest, London, Decker & Warburg, 1989, p. 172-173 ; repris dans Ancient and Modern, New York, Random House, Inc., 1992, p. 96.

6. Eggleston s’est expliqué sur ce point dans Ancient and Modern, op. cit., p. 50 : “Sometimes I like the idea of making a picture that does not look like a human picture. Humans make pictures which tend to be about five feet [un mètre cinquante] above the ground looking out horizontally. I like very fast flying insects moving all over and I wonder what their view is from moment to moment. I have made a few pictures which show that physical viewpoint. I photographed a stuffed animal in an attempt to make a picture as if the family pet were holding a camera – from a dog or a cat’s view.

7. Patrick Tosani parle de photographie « pas très bien cadrées », avant d’ajouter « tant mieux », in Pierrick Allain et Frédérique Chapuis (réal.), vidéo cit., à 1’.

8. A. Sire, art. cit.

9. [Je traduis de l’anglais] William Eggleston’s Guide [1976], Essay by John Szarkowski, 2e ed., New York, The Museum of Modern Art, 2002, p. 12.

10. [Je traduis de l’anglais] “A conversation with William Eggleston by Ute Eskildsen”, The Hasselblad Award 1998 – William Eggleston, Göteborg / Zurich Berlin New York, Hasselblad Center / Scalo, 1999, n. p.

11. Par exemple, dans l’ensemble des critiques de l’exposition que nous avons consulté, seule Corinne Rondeau évoque cette caractéristique dans La Dispute (France Culture), qui lui est immédiatement contestée par Éric Loret.

12. “I think of them [mes photographies] as parts of a novel I’m doing.ˮ, W. Eggleston répondant à Walter Hopps, à propos de ce qu’il pensait avoir accompli à travers son œuvre, “Eggleston’s world by Walter Hopps”, The Hasselblad Award 1998 – William Eggleston, op. cit., n. p.

13. À qui il a consacré un ouvrage, voir W. Eggleston, Faulkner’s Mississippi, text by Willie Morris, Birmingham, Oxmoor House, Inc., 1990.

Programme du Séminaire de l’ARIP 2014-2015

Suite à l’appel à communications lancé en septembre dernier, nous avons établi un programme de séminaires thématiques, en sept séances, qui entend faire une grande place aux questions méthodologiques.

D’autres événements viennent également  ponctuer l’année universitaire, notamment une séance commune avec l’HiPaM (Histoire du Patrimoine et des Musées) où nous invitons deux personnalités du monde de la photo à venir parler des enjeux politiques des collections photographiques, ainsi que des séances-bilan privilégiant l’échange et la discussion.

  • Programme :

    Mardi 2 décembre
    18h-20h, salle Demargne (INHA)

    Photographie, architecture et territoire

    • Frédérique Mocquet
      Paysages photographiques : photographie, prospective et aménagement du territoire

    L’étude de la commande photographique de paysage du point de vue de l’architecte permet notamment d’observer, en considérant la spécificité technico-artistique du médium, le renouvellement des formes documentaires et des possibilités épistémologiques, qui mêlent aujourd’hui enjeux techniques et scientifiques, artistiques et culturels, institutionnels et administratifs. L’hypothèse? Une coproduction fructueuse entre photographie et recherche, permettant de produire des visibilités nouvelles sur notre mode d’habiter le monde et ses représentations.

    • Carolin Görgen
      Le rôle des photographes amateurs à San Francisco, 1890 – 1915

    Cette présentation analyse la documentation photographique de l’espace urbain à San Francisco pendant les années 1900. En s’appuyant sur un corpus de photographie amateur, le but sera de montrer comment la photographie est devenue un moyen pour, non seulement capturer le développement urbain, mais aussi pour créer une nouvelle vision de la ville après le tremblement de terre en 1906. Cette analyse va intégrer le concept de  »historical imagination » afin de montrer l’ambition de reconstruire visuellement, historiquement et moralement une ville.

    Mercredi 14 janvier
    18h-20h, salle Demargne (INHA)

    Culture visuelle

    • Corentin Cohen
      Une interprétation par les images du conflit de 2006 entre le Hezbollah et Israël

    Cette recherche explore l’adhésion d’une partie de la société libanaise à l’idée d’une « divine victoire » du Hezbollah au lendemain du conflit de 2006 contre Israël. La constitution de corpus d’images et leur analyse grâce à des typologies, aux concepts d’index et de cadre cognitifs, puis le recours à la sociologie de la production permettent de montrer comment une interprétation du conflit favorable à la Résistance libanaise s’est imposée puis enracinée dans la société malgré les stratégies israéliennes d’influence des perceptions.

    • Thierry-Itaru Sugitani
      Images du Boson de Higgs : aux origines dynamiques et culturelles d’un ensemble iconographique

    Partant d’un champ spécifique (la physique des particules élémentaires) et d’un objet iconographique précis (le boson de Higgs), cette communication propose d’analyser la dynamique d’un ensemble d’images scientifiques, de leur production dans les laboratoires à leur appropriation par différents milieux (magazines de vulgarisation, quotidiens, réseaux sociaux, … ). A quels besoins répond l’image ? Comment circule-t-elle d’un milieu à l’autre ? Au prix de quelles transformations visuelles ?
    A partir de ce cas d’étude, on tentera de dégager des méthodes utiles pour aborder de façon générale le régime contemporain de circulation massive des images.

    Mardi 10 Février
    18h-20h, salle Jullian (INHA, 1er étage)

    Bilan à mi-course et ouverture

    • Bilan des chantiers de recherches
    • Retour sur les séminaires et les méthodologies
    • Présentation du travail photographique de Camilo Léon : Femmes engagées à Medellín: une réalité complexe

    Exposition à la Maison des Initiatives Etudiantes-Bastille (50 rue des Tournelles, 75003 Paris, vernissage le 3 février à 18h30). Cette présentation sera l’occasion d’interroger et de mettre en perspective les pratiques de la sociologie et de l’anthropologie visuelle. Elle sera ainsi une manière d’ouvrir le débat, dans la lignée de notre dernier séminaire, sur des problématiques qui débordent le champ de l’art, et que mettent en perspectives des pratiques contemporaines.

    Mardi 10 mars
    18h-20h, salle Jullian (INHA, 1er étage)
    Séminaire commun avec l’HIPAM

    Enjeux politiques d’une collection de photographie

  • Jean-Gabriel Lopez, artiste photographe et Pascal Beausse, responsable des collections photographique du CNAP

Alors que la photographie a toujours été un moyen de collecter et d’accumuler des représentations et des savoirs, elle est devenue elle-même un objet collectionné, que ce soit par les artistes, les particuliers, les institutions culturelles, ou encore par des entreprises. Or, toute collection met en jeu des problématiques muséales et curatoriales, qui appartiennent cependant plus largement au champ social dans lequel elle s’inscrit (économique, culturel, social).
Que signifie aujourd’hui collectionner la photographie au sens large, documentaire comme artistique ? En quoi collectionner des photographies peut être un geste politique ? Ce geste est-il encore possible aujourd’hui ? Et plus encore, l’institutionnalisation de la photographie est-elle nécessairement synonyme d’une neutralisation de l’espace d’une pensée critique ?

 


Mardi 17 mars
18h-20h, salle Jullian (INHA, 1er étage)

Transferts internationaux dans la photographie (1)

  • Fedora Parkmann
    L’influence de Man Ray sur les photographes tchèques de l’entre-deux-guerres

Dans le contexte des transferts entre la France et la Tchécoslovaquie dans la photographie de l’entre-deux-guerres, cette communication propose d’analyser l’influence de Man Ray sur la création tchèque. Parler d’influence se justifie ici dans la mesure où l’on assiste à la définition d’une figure tutélaire dont les photographes tchèques subissent l’ascendant. Il convient cependant de compléter la démonstration de l’influence stylistique des rayographies, solarisations et photographies documentaires de Man Ray en retraçant leur diffusion et l’histoire de leur réception dans le pays.

  • Yoko Tsuchiyama
    Les réactions françaises sur le passage de l’exposition The Family of Man en 1956

L’exposition photographique « The Family of Man », organisée par le MoMA à New York, est présentée à Paris en hiver 1956. En France, cette exposition a d’abord marqué l’art photographique, et a fait reconnaître la valeur artistique de la photographie documentaire. Dans cet exposé, nous allons examiner quelques remarques lues dans la presse française lors de l’ouverture de l’exposition : les réactions se sont exprimées majoritairement du point de vue artistique plutôt que sur le contexte politique de la Guerre froide. Cependant, certains articles ont critiqué la vision américaine de la démocratie représentée dans l’exposition pour l’Europe après la Seconde Guerre mondiale.

 

Mercredi 8 avril
18h-20h, salle Demargne (INHA)

Transferts internationaux dans la photographie (2)

  • Lucas Mendes Menezes
    Les photographies brésiliennes présentées lors des expositions de la Société Française de Photographie de 1946 á 1953

La Société Française de Photographie (SFP), créée à Paris en 1854,  héberge une riche collection internationale d’images photographiques. Après une période de déclin annoncée par la Seconde Guerre, la SFP reprend ses activités dès 1946 à l’occasion de la réouverture du Salon d’Art Photographique (organisé depuis le début du XXe siècle et interrompu en 1939). À ce moment-là, la SFP est confrontée au renouveau du milieu photographique amateur : elle assiste à la participation progressive des pays de l’Amerique du Sud, Europe de l’Est, Asie et Afrique attestant ainsi du développement d’un nouveau circuit d’échange. Quels sont les pays qui font partie de ce nouveau scénario ? Quelles sont les particularités du cas brésilien ? Comment mesurer les conséquences (artistiques, institutionnelles etc.) de cet échange ?

  • Claire-Sophie Dagnan
    L’association FotoAtiva au Brésil : l’émergence de la “visibilité amazonienne”

Mon intervention porte sur la représentation de l’Amazonie brésilienne, “frontière” géographique et sociale au sein du Brésil et aux yeux du monde. Il s’agit de mettre en regard la production externe d’images que suscite cet espace, avec la production existant à échelle locale aux moyens de diffusion limités mais à la diversité vibrante. Je m’attacherai particulièrement à l’approche pédagogique et artistique du photo-club de Belém, FotoAtiva, pour soulever les enjeux politiques et sociaux de l’auto-représentation et de l’apprentissage de la photographie.

 

Mercredi 6 mai
18h-20h, salle Demargne (INHA)

Photographie, musée et altérité

  • André Delaplace
    La collection photographique du Musée National de l’Histoire de l’Immigration

En France, le Musée de l’Histoire de l’Immigration (jusqu’en 2013 : Cité nationale de l’Histoire de l’Immigration), qui a ouvert ses portes en octobre 2007, se distingue par l’originalité de son projet et les discussions qu’il a suscitées dans divers domaines (du milieu académique aux réseaux d’associations qui s’occupent des immigrés en France). Le musée présente au public une approche historique et culturelle de l’immigration ainsi que des œuvres d’Art Contemporain traitant du sujet.
Lors de ma communication,  on s’interrogera sur comment ce musée constitue une tentative de reconnaître le patrimoine de l’immigration comme un patrimoine national et comment s’est constitué la collection photographique du musée.

  • Anaïs Mauuarin
    Au-delà du document ? Le statut de la photographie au Musée d’Ethnographie du Trocadéro dans les années 1930

Cette contribution vise à soulever la question du statut de la photographie au sein du Musée d’Ethnographie du Trocadéro (Paris), réorganisé en 1928 et devenu le Musée de l’Homme en 1938. Ces années 1930 voient la photographie conquérir de nouveaux espaces au sein du musée, et une photothèque se mettre en place, progressivement doublée d’un service commercial. Le statut de la photographie se trouve par là-même troublé : au-delà d’un simple élément de documentation, elle est de plus en plus envisagée selon les qualités qui lui seraient propres.

 

Mardi 2 juin
18h-20h, salle Jullian (INHA)

Ouverture et Assemblée générale

  • Amandine Servais
    L’histoire et ses marges : les récits photographiques d’Arlette Farge

Au départ d’une étude de cas – certains travaux de l’historienne Arlette Farge – nous verrons comment l’image, en l’occurrence photographique, par les médiations qu’elle institue et les relations qu’elle autorise, alimente et façonne, autant qu’elle éclaire, des modalités singulières du faire de l’histoire. Il s’agira donc de révéler et de comprendre l’agence historiographique de l’image au sein d’un régime d’intelligibilité particulier que j’ai nommé le paradigme visuel.

  • Assemblée générale
    Bilan des activités de l’année, idée pour l’année prochaine, renouvellement du bureau.
  • Bourse de thèse
    Point sur les bourses de thèse et de fin de thèse, et sur les réseaux par lesquels elles sont diffusées.

*   *   *

images : Etienne-Jules Marey, Trois surfaces concaves associées, angle de 30 degrés, quatrième et dernière version de la machine à fumée, équipée de 57 canauxet Plan incliné, angle de 65 degrés, troisième machine à fumée contenant 21 canaux
© Cinémathèque française

Bouffée d’oxygène aux Rencontres d’Arles, par Véra Léon

L’édition 2014 des Rencontres d’Arles a été quasi unanimement critiquée. Qui n’y est pas allé de son commentaire sur la faiblesse de la programmation ou son absence d’audace ? Dans cet éventail de propositions photographiques inégales, une exposition organisée par Safia Belmenouar, Bons baisers des colonies, s’est pourtant distinguée.

Au sein d’un festival de photographie très généraliste comme les Rencontres d’Arles, les expositions à caractère historique (photographiquement parlant) sont rarement mises en avant, et c’est moins encore le cas quand elles mettent au premier plan des aspects particulièrement problématiques de l’histoire européenne. Ici, la collection de cartes postales du premier vingtième siècle représentant des femmes colonisées, rassemblée par la commissaire et Marc Combier, attire d’abord le regard sur une période de l’histoire française, à travers sa culture matérielle et visuelle coloniale.

Le titre déjà, Bons baisers des colonies, reprenant celui de l’ouvrage qu’avait publié en 2007 la commissaire de l’exposition (1), annonce bien le caractère ambivalent des images rassemblées. Elles ont été produites dans un but commercial et dans un contexte colonial, mais font également circuler des imaginaires construisant érotisme et exotisme de concert. Si les légendes se font scientistes avec leurs catégories pseudo ethnologiques -dont les chimériques “mauresques”-, les signes qu’ont laissés les expéditeurs de ces cartes confirment l’ampleur de la diffusion des idéologies évolutionnistes, racistes et misogynes. Les visiteurs sont en effet amenés à déchiffrer les inscriptions à l’encre, non moins lubriques que les images originelles, ou encore à repérer l’emplacement des timbres, parfois collés de façon explicite sur les parties sexualisées du corps.

Avec les lunettes forgées par des luttes telles que les guerres d’indépendance ou les mouvements féministes, l’asymétrie apparaît aujourd’hui de façon criante entre le photographe et son sujet, le colon et la colonisée. D’ailleurs, la monstration de telles images rappellerait un peu trop clairement les expositions coloniales si elle n’était pas accompagnée de textes à l’argumentation ciselée. Surtout, un dispositif scénographique amène dès l’entrée de la salle un contre-point de vue essentiel. Tout en résonance avec la pensée de Levinas, ce sont des visages qui nous accueillent en toute humanité. Continuer la lecture de Bouffée d’oxygène aux Rencontres d’Arles, par Véra Léon

« Ceci n’est pas un livre de photos » par Anaïs Mauuarin

à propos d’Afrique musiquante de Gilbert Rouget (Éditions Riveneuve, 2014)

A première vue, il n’y aurait pas grand chose à dire ici à propos du dernier ouvrage, même richement illustré, que fait paraître l’un des maîtres fondateurs de l’ethnomusicologie, Gilbert Rouget. Ce serait sans compter cependant sur le mot ironique de l’auteur qui a pris le soin de placer au milieu d’une des premières pages du livre, isolé en face du préambule et en lettres capitales : Merci Magritte « Ceci n’est pas un livre de photos ».

Il y aurait en effet de quoi s’y tromper : le livre se caractérise par son grand format et sa couverture rigide illustrée, un papier dense et satiné, et surtout par la présence de grandes photographies à presque chaque page de l’ouvrage ! Mais passée cette première impression, on comprend où Gilbert Rouget veut en venir par cet avertissement : un CD est inséré dans l’ouvrage, des chapitres organisent les photographies, et celles-ci sont légendées, largement commentées et associées à un numéro de piste audio. Les photographies ne sont donc pas tout, et le livre, paradoxalement, en appelle autant à nos oreilles qu’à notre regard. Si nous sommes ainsi prêts à admettre que nous n’avons pas affaire à un livre de photos, il n’en reste pas moins que la phrase que Rouget met en exergue nous interpelle. Elle semble mettre en jeu une conception assez vague de ce que serait ce genre de livre, contre lequel, en tant qu’ethnologue, il se situe absolument. Il y aurait donc hiatus ?  Si Rouget offre peu d’indices pour le cerner, la phrase ne manque pas toutefois de nous y inviter.

En quoi des livres qui accordent une place principale à l’image photographique pourraient être susceptibles de poser problème à un ethnologue ? La réponse pourrait être double, selon la manière dont on comprend cette notion de livre de photos. Elle semble se prêter en effet à deux longueurs de focale : elle peut désigner d’une part un genre de beaux-livres à grand succès, contemporain de Rouget ; elle peut, d’autre part, servir à qualifier plus généralement une simple forme de livre, qui se caractérise par la présence de photographies, et qui pourrait alors s’avérer problématique en soi, quand il s’agit de porter le discours d’une science humaine.

L’ethnologie contre l’exotisme

Les ouvrages que désigne Gilbert Rouget en tant qu’ethnologue africaniste, quand il évoque les livres de photos, ne pourraient-ils pas être, en effet, ceux qui occupent régulièrement les rayons des librairies, en bonne place : les beaux livres, à caractère ethnologique, qui souvent flirtent avec ses objets de recherche, mais offrent aux yeux des lecteurs une Afrique et un ailleurs plus ou moins fantasmés ? On connaît notamment les ouvrages d’un Salgado tel Africa en 2007, qui ne sont pas sans faire débat. On en voit d’autres, où le nom du photographe reste à l’arrière des images, tels ceux d’Olivier Föllmi par exemple, qui a consacré de nombreux beaux-livres à l’Asie et publie en 2006 Hommage à l’Afrique. Les éditions Marval et de La Martinière sont des références en la matière1.

Sans les juger à priori, on peut s’interroger parfois sur la vision de l’altérité exta-européenne que génèrent ces livres de photos. À propos de Pygmées, l’esprit de la forêt, du photographe Bernard Descamps(Marval, 1997), Pierre-Jérôme Jehel souligne que les « images n’insistent pas sur la réalité d’aujourd’hui et visent plutôt l’intemporalité. Le lecteur ne devine que de rares objets manufacturés, il est plongé directement parmi la communauté pygmée sans aucune progression qui aurait pu lui donner une idée des contacts extérieurs ou du cadre politique de la région »2. Au delà de celui de Descamps, c’est souvent ce qui se dégage de ce genre de livres, qui ancrent rarement les personnes photographiées dans un contexte social et politique, et qui tendent plutôt à leur insuffler une intemporalité, et à susciter ainsi un regard bienveillant et humaniste. Ces ouvrages naissent toutefois, le plus souvent, d’un sentiment louable qui consiste à vouloir préserver la trace des hommes, des peuples et des coutumes que les contacts avec la « modernité » – la mondialisation – tendent à faire disparaître. Mais cela risque souvent de donner lieu à la création d’une altérité radicale – que l’on veut authentique – dans les images, qui recouvre la réalité de l’autre d’un exotisme romantique.

Si le fait de garder des traces reste une ambition de l’ethnologie, elle en a repensé les enjeux et les modalités depuis les années 1950, et surtout depuis les années 1980. Elle a travaillé à replacer les sociétés qu’elle étudie dans la sphère de l’historique et du contemporain, et à prendre en compte les contacts et les acculturations. Ces livres de photos, qui véhiculent ainsi des images souvent lisses d’une humanité fantasmée, colleraient assez mal en cela au projet scientifique de la discipline, en cohérence avec lequel Rouget pense sans doute son ouvrage.

L’écueil du regard

Mais ce reproche d’exotisme envers le livre de photos, n’est peut-être pas le seul qu’il y a à lire sous la plume de Rouget. La critique pourrait bien être plus structurelle, et aller au-delà d’une tendance dans l’édition contemporaine. En effet, il faut peut-être interpréter la position de Rouget comme celle du doute quant à la validité d’un ouvrage d’ethnologue qui s’apparenterait à un livre de photos, c’est-à-dire un livre avant tout composé d’images photographiques, s’articulant entre elles.

N’y aurait-il pas le risque en effet que la dimension formelle de ces images vienne recouvrir leurs enjeux documentaire et scientifique ? Dès 1951, Paul Lévy, ethnologue et directeur de l’École Française d’Extrême Orient, pointe les limites de ce type d’ouvrage dans la préface à Viet Nam, livre qui accorde pourtant une place majeure aux images : « le dommage habituel c’est que beaucoup feuillettent avec agrément les albums illustrés, et que bien peu les  »regardent ». Encore parmi eux se trouve-t-il plus d’amateurs de belles plastiques que d’appliqués à retenir avec les lignes, le sens et la leçon »3. Lévy pointe donc là un écueil de ce type de livrequi pourrait être celui que vise Rouget : quand, sous le regard du lecteur, la forme des photographies, leur surface plastique, viennent occulter ce qu’elles sont censées montrer. Bien plus que les photographies elles-mêmes, c’est là le rôle du lecteur-regardeur qui est en question. Et en ce sens, il ne s’agit pas de mettre en cause la capacité de la photographie à jouer le rôle de document mais plutôt sa capacité à induire le regard qu’on pose sur elle, la lecture qu’on doit en faire, au sein d’un livre de photos. De par sa nature, ce genre de livre ne serait donc pas en mesure de susciter l’étude et le travail que demande un ouvrage d’ethnologue.

Le sacrifice des images ?

La distance que Rouget affirme prendre avec le livre de photos ne l’empêche donc pas d’introduire de nombreuses photographies dans son ouvrage, et notamment des photographies d’auteur tel Pierre Verger. La dimension esthétique d’une image ne serait en effet pas contradictoire en soi avec un propos scientifique – et peut-être Rouget pense-t-il même qu’elle saurait le rendre plus prégnant – à Rouget4partir du moment où la photographie n’est pas laissée errante, mais est bien prise dans un cadre éditorial et scientifique précis.

On pourrait toutefois opposer à cette conviction de Rouget, que les photographies qui composent son ouvrage peuvent devenir aussi opaques que dans un livre de photos : se transformer en surface image, plutôt que faire voir ce que Rouget veut montrer. Le contexte éditorial aide certes les photographies à interpeller le spectateur, mais il lui revient nécessairement une part du travail pour actualiser leur potentiel scientifique4. Plus encore, ces belles images prises en Afrique présentent le risque de jouer, malgré l’intentionnalité qui les gouverne et le discours qui les entoure, le rôle de « complices impuissant[e]s » – selon la formule de Georges Balandier qui qualifiait ainsi les objets ethnographiques des musées occidentaux5. Le lecteur-regardeur peut y projeter, tout autant que dans un livre de photos, un ailleurs imaginaire et fantasmé. Les photographies sont ouvertes. C’est peut-être pour cette raison d’ailleurs, pour le fait qu’elles ne sont jamais complètement soumises au discours et à l’intention, que certains ethnologues, tel Rouch, leur ont délibérément préféré le film6.

Est-ce à dire que les images, et les belles images, sont interdites à l’ethnologue ? Que la science doit faire le sacrifice de l’esthétique ? Tout en prenant ses distances avec les livres de photos et leurs écueils, exotique et esthétique, Rouget semble bien ne pas être de cet avis. Et il tente à sa manière de dépasser le hiatus, de réconcilier les images et l’intention scientifique, en faisant pour cela appel aux mots eux-mêmes. Peut-être en effet faut-il voir dans la phrase qu’il place en exergue et dont découle notre propos, Merci Magritte : « ceci n’est pas un livre de photos », une ultime tentative pour se prémunir des regards qui ne s’intéresseraient qu’aux images. C’est peut-être une manière d’informer son livre, en voulant suggérer par là un pacte éthique avec son lecteur. Cette phrase courte et très visible semble en effet engager, presque moralement, celui qui la lit, plus encore qu’une préface : le lecteur serait nécessairement conscient, et ne pourrait plus faire mine d’ignorer l’angle sous lequel l’auteur a pensé son ouvrage.

Anaïs Mauuarin
mauuarin.anais@gmail.com

* * * * *

1 On peut remarquer qu’aucun photographe africain n’a publié ce genre de livre chez ces éditeurs, qui ne doivent pourtant pas ignorer le dynamisme de la scène africaine : Marval est l’éditeur attitré du catalogue de festival de photographie de Bamako.

2 Pierre-Jérôme Jehel, « Photographie : sujet sensible », Journal des anthropologues [En ligne], 80-81 | 2000, mis en ligne le 28 octobre 2010, consulté le 16 octobre 2014. URL : http://jda.revues.org/3190.

3 Viet Nam, préf. Paul Lévy (photos Michel Huet, P. Verger, J. Y. Claeys et S. De Sacy), Paris, Éditions Hoa-Qui, 1951.

4 Abigail Solomon-Godeau, « Photographier la catastrophe », Terrain [En ligne], 54 | mars 2010, mis en ligne le 15 mars 2010, consulté le 16 octobre 2014. URL : http://terrain.revues.org/13962 ; DOI : 10.4000/terrain.13962 : « La photographie d’une catastrophe, comme toute photographie, adresse en somme une injonction à celui qui la regarde ; libre à ce dernier d’y répondre en réagissant activement à son contenu ou bien, comme c’est le plus souvent le cas, d’ignorer cette injonction ».

5 Georges Balandier, Afrique ambiguë, Paris, Gallimard (coll. Terre Humaine), 2008 [1957], p. 136.

6 Il a toutefois produit des milliers de photographies, mais elles représentaient peu de choses par rapport au film dans sa pratique. Elles ont été découvertes dans les années 1990, lorsqu’il les a déposées au Musée de l’Homme. Une exposition et un catalogue leur a été consacrée en 2000. Elles sont maintenant conservées à la BNF.

Prochaine réunion de l’ARIP, le mercredi 5 novembre

Nous avons le plaisir de vous convier à la prochaine réunion de l’Association de Recherche sur l’Image Photographique (ARIP) qui se tiendra :

le mercredi 5 novembre,
de 18h à 20h à l’INHA (salle CIRHAC, 1er étage),
2 rue Vivienne, 75002 Paris

Il s’agit d’un moment important puisque cette réunion, qui constituera une véritable assemblée générale de l’association, lancera nos activités pour l’année 2014-2015. Dans ce cadre, toutes vos propositions, vos questions et vos remarques seront les bienvenues.

Nous aborderons donc les questions concernant le déroulement de l’année à venir  :

  • A cette occasion, nous présenterons le programme de l’année. Suite à l’appel à communications, les réunions mensuelles seront cette année thématiques, et nous vous révélerons donc à ce moment les présentations de recherches retenues, riches en variété mais aussi en complémentarité. D’autres événements viendront ponctuer l’année universitaire, notamment une séance commune avec l’HiPaM (Histoire du Patrimoine et des Musées), et d’autres rendez-vous scientifiques à déterminer.

  • En résonance avec ces activités, nous discuterons de l’organisation des chantiers de recherche – « Import/Export – Aux sources du langage sur la photographie » et « Que faire de l’historiographie anglo-saxonne sur la photographie ? » – que nous avons lancés lors de la précédente réunion. Ces chantiers fonctionneront surtout de manière autonome, mais l’avancée de leurs travaux sera discutée collectivement par tou·te·s les membres de l’ARIP lors de bilans qui viendront scander le milieu puis la fin de l’année.

  • Il sera enfin question du renouvellement du bureau de l’association qui, après une période de transition, doit désormais être pérennisé par un vote à bulletin secret. Le bureau actuel présentera son projet et ses objectifs pour l’année à venir. Les membres qui le désirent pourront présenter des projets différents ou intéger le bureau actuel. Ce sera l’occasion de clarifier les bases de l’organisation de l’association et du bureau. Les volontaires peuvent se manifester en amont en nous écrivant à l’adresse mail de l’association.

Au plaisir de vous voir parmi nous.

L’ARIP
Guillaume Blanc, Anaïs Mauuarin, Clément Gaillard, Véra Léon
arip.contact@gmail.com
arip.hypotheses.org