Archives de catégorie : Chantier Import/Export

Entretien public avec Agathe Gaillard, Paris, 28 septembre 2015

Après cette période estivale, c’est avec grand plaisir que nous vous invitons à la reprise de notre cycle d’entretien 1960-1990. Les voix de la photographie lancé par le chantier de recherche Import/Export. Aux sources du langage sur la photographie. Il se tiendra le lundi 28 septembre à l’INHA.

Rendez-vous le
lundi 28 septembre, 18h30-20h30,
INHA, 2 rue Vivienne
75002 Paris

NB : La salle sera communiquée dans le courant de la semaine prochaine.

A l’occasion de cette sixième séance du cycle d’entretiens publics, nous aurons le plaisir de recevoir Agathe Gaillard.

Agathe Gaillard est une des premières galeristes de photographie en France. Avec l’appui de nombreux photographes dont Jean-Philippe Charbonnier et Ralph Gibson, elle ouvre à Paris en juin 1975 un des premiers espaces uniquement dédiés à la photographie. Dans les années 1980, elle devient présidente de l’APO (Association pour la Promotion de la photographie Originale) et participe à l’expertise des photographies lors des ventes du commissaire priseur Pierre Cornette de Saint-Cyr. Tout au long de sa carrière, elle a également constitué une collection de photographies qui comprend des œuvres de Manuel Alvarez Bravo, Michel Journiac ou encore Édouard Boubat (dont une partie est vendue chez Christie’s le 14 novembre 2013 à Paris). Située au 3 rue du Pont Louis-Philippe, sa galerie expose depuis quarante ans des photographes de renom tels que Robert Doisneau, André Kertesz ou August Sander mais aussi des photographes moins connus, dans le but de faire valoir la photographie en tant qu’expression artistique. Cet entretien sera l’occasion de revenir sur l’action menée par Agathe Gaillard des années 1970 à 1990, mais aussi de discuter plus avant du contenu de son récent ouvrage Mémoire d’une Galerie (Gallimard, 2013).

L’animation de cet entretien sera assurée par Marie Auger (ED441-Paris1/ HiCSA) et Isabella Seniuta (ED441-Paris 1/HiCSA/PRES heSam).

Avec le soutien du Collège des Écoles doctorales de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ainsi que de l’École doctorale 441 – Histoire de l’art de Paris 1.

 

logo_coul_frED441_texte_v

Image à la une : Agathe Gaillard, en 2002, à Mexico, lors d’une rétrospective du photographe Manuel Alvarez Bravo. © Fonds de dotation Agnès B.

Entretien public avec Daniel Wolf, Paris (INHA), 12 juin 2015

C’est avec grand plaisir que nous vous invitons, dans le cadre du chantier Import/Export, à un entretien public avec le collectionneur et galeriste américain Daniel Wolf, que nous sommes très heureux de recevoir en parallèle au cycle 1960-1990. Les voix de la photographie.

Rendez-vous le
vendredi 12 juin, 17h-19h,
Salle Grodecki, INHA (rez-de-chaussée),
2 rue Vivienne
75002 Paris

Collectionneur avisé de photographies depuis les années 1970, Daniel Wolf a contribué à la reconnaissance de la photographie française aux États-Unis. En 1977, il ouvre une des premières galeries de photographies à New York sur la 57e rue  à Manhattan. Il mène son activité de galeriste jusqu’en 1987 dans une dynamique transatlantique, en organisant des expositions de photographes français et américains. En 1984, il est à l’initiative de la vente d’une partie des collections Crane, Jammes et Wagstaff au Getty Museum à Los Angeles. Il a contribué au catalogue de l’exposition 1839-1989: The Art of photography, présentée au musée des Beaux Arts de Houston et à la Royal Academy of arts de Londres en 1989. Depuis les années 1980, il mène une activité de marchand privé et de collectionneur de photographies anciennes et contemporaines ; il a aussi produit un documentaire en 2006 sur Andy Warhol.

L’animation de cet entretien sera assurée par Isabella Seniuta (ED441-Paris 1/HiCSA/PRES heSam).

Avec le soutien du Collège des Écoles doctorales de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ainsi que de l’École doctorale 441 – Histoire de l’art de Paris 1.

logo_coul_frED441_texte_v

Entretien public avec Régis Durand, Paris, 28 mai 2015

C’est avec grand plaisir que nous vous invitons au cinquième entretien du cycle 1960-1990. Les voix de la photographie lancé par le chantier de recherche Import/Export. Aux sources du langage sur la photographie. Il se tiendra le jeudi 28 mai prochain à l’INHA.

Rendez-vous le
jeudi 28 mai, 18h-20h,
Salle Perrot, Galerie Colbert-INHA,
2 rue Vivienne
75002 Paris

A l’occasion de cette cinquième séance du cycle d’entretiens publics, nous aurons le plaisir de recevoir Régis Durand. Actuellement critique d’art et commissaire indépendant, il commence sa carrière comme Professeur des Universités en enseignant la littérature et le cinéma américains, avant de rejoindre la Délégation aux Arts Plastiques (1993-1996) où il est inspecteur. En 1996, il est nommé Directeur du Centre National de la Photographie, fonction qu’il occupe jusqu’en 2003, lorsqu’il devient Directeur du Jeu de Paume jusqu’en 2006. Au sein de ces deux institutions ainsi qu’au Printemps de Cahors dont il est directeur artistique (1992-1996) et à la direction générale du Printemps de septembre à Toulouse (2008-2012), il organise de nombreuses expositions (Thomas Ruff, Thomas Struth, Valérie Jouve, La Part de l’ombre, Cindy Sherman, Rineke Dijkstra, Jean-Luc Moulène, Aspects du document contemporain, etc.) Parallèlement à ses activités d’enseignement et institutionnelles, Régis Durand mène une activité de critique d’art, notamment dans la revue Art Press où il est responsable de la rubrique « Photographie » depuis le début des années 1980. Il est également l’auteur de nombreux ouvrages et recueils de texte où s’élabore une pensée théorique de la photographie : Le Regard pensif — Lieux et objets de la photographie, 1988 ( 3ème ed. 2002) ; La Part de l’ombre — Essais sur l’expérience photographique I, 1990 (2ème ed. 2006) ; Le Temps de l’image — Essai sur les conditions d’une histoire des formes photographiques, 1995 ; Disparités — Essais sur l’expérience photographique II, 2002 ; L’Excès et le reste — Essais sur l’expérience photographique III, 2006 (tous parus aux Éditions de la Différence, Paris). Cet entretien sera l’occasion de revenir sur l’histoire institutionnelle de la photographie en France dans les années 1980-1990 et d’interroger la spécificité des écrits de notre invité.

Son animation sera assurée par Marie Auger (Paris 1/ED 441/EA 4100/LABEX CAP) et Guillaume Blanc (Paris 1/ED 441/EA 4100/LABEX CAP).

Avec le soutien du Collège des Écoles doctorales de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ainsi que de l’École doctorale 441 – Histoire de l’art de Paris 1.

logo_coul_frED441_texte_v

Entretien public avec Françoise Denoyelle, Paris, 29 avril 2015

Nous sommes heureux de vous inviter au quatrième entretien du cycle 1960-1990. Les voix de la photographie, lancé par le chantier de recherche Import/Export. Aux sources du langage sur la photographie.

Rendez-vous le mercredi 29 avril, 18h-20h
INHA (salle Jullian, 1er étage)
2 rue Vivienne, 75002 Paris

À cette occasion, nous aurons le plaisir de recevoir Françoise Denoyelle, professeur émérite (ENS Louis-Lumière) et chercheure associée (Paris 1/HiCSA). Historienne de la photographie, elle fait partie des premières personnes à avoir enseigné cette discipline dans le cadre universitaire au début des années 1990, puis à l’ENS Louis-Lumière à partir de 1997. En tant que membre expert de différentes institutions (notamment près la Cour d’appel de Paris entre 2009 et 2015), elle a joué un rôle important dans l’élaboration du patrimoine photographique en France, contribuant grandement à l’enrichissement de diverses collections. Elle poursuit cette activité en étant notamment la présidente de l’Association pour la promotion des fonds photographiques depuis 2012.

Parallèlement, elle a écrit de nombreux ouvrages sur les pratiques professionnelles de la photographie en France, de l’entre-deux-guerres aux années 1970 : La Lumière de Paris. I. Le marché de la photographie ; II. Les usages de la photographie (1997), La photographie d’actualités et de propagande sous le régime de Vichy (2003) et La Vie mène la danse, édition annotée de l’autobiographie de Germaine Krull à paraître en juin 2015. Elle a enfin été la commissaire de plusieurs expositions dont François Kollar et La France travaille (1985), Le Studio Chevojon (1995) et Capa connu et inconnu (2004).

L’animation de cet entretien sera assurée par Virag Boroczfy (Paris 3, ED 267) et Laureline Meizel (Paris1, ED 441, HiCSA).

Crédit : ENS-LL

Avec le soutien du Collège des Écoles doctorales de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ainsi que de l’École doctorale 441 – Histoire de l’art de Paris 1.

logo_coul_frED441_texte_v

Import/Export. Compte-rendu de la réunion du 26 mars 2015

La réunion s’ouvre à 18h en salle 111 (INHA, 1er étage) ; elle rassemble 8 participants. Les points à l’ordre du jour sont :

  1. Un retour sur le résultat des demandes de co-financements
  2. Un rappel des différents appels à communication qui intéressent le chantier
  3. Un retour sur les aspects pratiques et le planning des entretiens
  4. Le vocabulaire historique

I. Les demandes de co-financements

Suite à la candidature à l’appel à projet scientifique du Collège des Écoles doctorales de Paris 1 Panthéon-Sorbonne (qui concernait les activités se rapportant à la formation doctorale ainsi que les opérations de coopération entre Écoles doctorales tant à l’intérieur de Paris 1 qu’en partenariat avec d’autres universités ou institutions similaires, françaises ou étrangères) faite au nom du chantier Import/Export, nous ont été accordés les 2880 euros demandés pour la préparation à l’édition des entretiens du cycle 1960-1990. Les Voix de la photographie.

Mais c’est également suite à la demande de co-financement des 12 collations, trajets, nuits d’hôtels, résultant du cycle, que 980 euros nous ont été accordés par la commission budgétaire de l’ED 441 de Paris 1.

Pour cette raison, nous manifesterons sur tous les documents relatifs aux entretiens (billets ou mails, publications) le soutien du Collège des ED de Paris 1 et celui de l’ED 441, en y apposant le logo de ces deux instances.

II. Les candidatures du chantier à divers appels à communication

Le premier appel est celui pour la journée d’étude « Une rhétorique de l’histoire de l’art ? Pratiques et dispositifs d’écriture » prévue à Bordeaux le 20 novembre 2015 (http://pariset.hypotheses.org/651).

Le chantier s’insère tout à fait dans cette problématique d’où notre envie d’y soumettre quelque chose. Après un appel à tous les membres du groupe de recherche pour réaliser la proposition, elle a finalement été constituée par Guillaume Blanc et Laureline Meizel, aidés de Marie Auger, Violette Gillet et Mathilde Kiener. Sa réception a été confirmée par les deux organisatrices de la journée ; le résultat sera annoncé avant les vacances d’été. Il s’agirait d’une présentation de 25 minutes, prise en charge par Guillaume et Laureline. En partant d’une analyse de l’expression « medium photographique », qui constitue l’une des premières entrées du vocabulaire, notre communication proposerait de développer les questionnements et les hypothèses formulés aux origines du chantier, pour finalement communiquer les premiers résultats obtenus à l’égard de la constitution d’une rhétorique de l’histoire de la photographie, dans le cadre de l’histoire de l’art.

-> Ce serait aussi l’occasion de bien spécifier en quoi il est intéressant de s’interroger aujourd’hui sur le mot « medium » et, plus généralement, de questionner le langage propre à raconter l’histoire de la photographie.

Par ailleurs, un autre événement serait susceptible de nous intéresser. Il s’agit du 34e congrès d’histoire de l’art de sept. 2016 à Pékin, qui a pour thématique les « Termes » (http://blog.apahau.org/appel-a-communication-words-and-concepts-ciha-pekin-15-22-septembre-2015/). La deadline de l’appel à communication est fixée au 30 juin 2015. Ce questionnement autour de la terminologie de l’histoire de l’art s’organise en sous-sections (dont certaines peuvent intéresser individuellement les membres). La 1. « Words and concepts » nous conviendrait bien en tant qu’association.

Il faudrait regarder les rapports des précédentes éditions de ce congrès pour mieux calibrer notre texte de candidature avant le 30 juin.

III. Les aspects pratiques et le futur planning du cycle d’entretien

Quelques ajustements ont été faits au sein du bureau organisateur désormais composé de Marie Auger, Isabella Seniuta, Guillaume Blanc (Laureline Meizel se retire comme prévu pour rédiger sa thèse après l’entretien qu’elle animera en avril, et Elisa Baitelli pour des raisons de disponibilité). La communication des dates de réunions sera effectuée sous forme de roulement par ces trois personnes mais la gestion des entretiens sera toujours à la charge du ou des interviewers, depuis la prise de contact jusqu’aux remerciements sur Facebook. Pour cela, un planning générique de communication, très précis, a été publié sur le GoogleDrive du chantier.

– Question posée : faut-il poster ou non l’annonce des réunions dans les actualités du carnet de l’ARIP. Réponse unanime : ça ne peut pas faire de mal. Et sur photohist ? Uniquement lorsque les informations sont d’importance. A ce moment est évoqué l’idée d’inviter des chercheurs, qui viennent s’exprimer sur des points relatifs au chantier, par exemple le terme de medium.

Un retour est fait sur les objectifs du cycle et les invités qui nous semblent véritablement essentiels (voir les noms désormais en gras sur le document « Planning et tasklist entretiens » sur le GoogleDrive du chantier) ainsi que sur le but de ce cycle : faire redécouvrir des gens. Volonté d’équilibrer femme/homme et les fonctions.

Suite à un débat, un consensus est établi quant à la structure idéale de l’entretien :
– Mini présentation du chantier puis présentation biographique de l’invité, pour évacuer un déroulé trop chronologique (à standardiser)
– Structure thématique avec questions très resserrées
– Dialogue avec le public après chaque thématique
– Détails techniques (régler avant images, lumières, zoom – photographes / appariteur / installateur du pot)

-> Devrait servir de modèle pour les suivants.

L’édition : des questions sont posées quant à la structuration projetée de l’ouvrage. Réflexions un peu trop prématurées à ce stade mais, déjà, l’idée d’une grosse introduction, avec mise en perspective des questionnements à l’origine du cycle et ceux finalement soulevés par lui. Revenir sur certaines idées à la ré-écriture (avec un appareil critique).

IV. Le vocabulaire historique

Le chantier Import/Export tel que présenté au départ était très ambitieux. Aujourd’hui il s’agit avant tout de faire vivre le cycle d’entretiens. Les entrées du lexique seront à développer, entre autres, en fonction des réponses aux appels à communication.

Ce dernier point abordé, la réunion est close à 19h55.