Archives de catégorie : Comptes-rendus de réunions

Compte-rendu de la Réunion plénière, le 19 octobre 2015

Compte rendu de réunion
19 octobre 2015, INHA (salle du CIRHAC)

La réunion est ouverte à 18h30.
Elle regroupe une quinzaine de participant.e.s.

Les points à l’ordre du jour sont :

  1. Des rappels généraux
    1. Orientations et organisation de l’ARIP
    2. Devenir membre et fonctionnement des travaux collectifs
  2. Le nouveau fonctionnement des réunions de travail pour la session 2015-2016
    1. Présentation de l’appel à participation pour les ateliers en 2015-2016 et invitation à y répondre
    2. Explication du rôle des modérateurs·trices pour les ateliers organisés cette année et invitation à l’expérimenter
    3. Invitation à faire partie du comité de sélection des intervenant.e.s pour les ateliers
  3. Le développement du carnet de recherche de l’association
    1. Pourquoi un carnet et comment fonctionne-t-il ?
    2. Publication des billets sur le carnet et invitation à faire partie du comité de relecture
  4. L’élection du nouveau bureau
  5. La présentation de projets de collaboration par des membres de l’ARIP ou d’autres associations
    1. Marie Auger : colloque sur les années 1980 en lien avec l’exposition en cours de préparation au Centre Pompidou
    2. Églantine Laval : projet de collaboration avec le collectif metachronique, créé en 2013 par de jeunes artistes issus de l’école des Beaux-arts de Paris

I. Rappels généraux

1. Orientations et organisation de l’ARIP

Le traditionnel tour de table est effectué, qui permet à chacun.e de présenter ses champs de recherche, mais aussi de formuler ses motivations et ses attentes à l’égard de l’ARIP.
A cette occasion, un rappel est fait de l’historique de l’association et de ses buts depuis sa reprise en 2014, car une invitation à participer aux réunions a été présentée lors du séminaire de recherche de Michel Poivert.

Plusieurs masterantes ayant répondu à l’invitation, on rappelle que l’ARIP a pour vocation de rassembler tou.te.s les chercheur.e.s qui travaillent sur et/ou avec la photographie, l’idée étant d’inventer, au coeur d’une institution au fonctionnement pyramidal, une structure basée sur l’horizontalité, le collectif et la mutualisation des idées, des envies et des propositions.
L’association et ses activités sont donc à géométrie variable, puisqu’elles sont réajustées en fonction des besoins réels exprimés par les membres de l’association, et notamment les masterant.e.s, doctorant.e.s et post-doctorant.e.s.
Pour cette raison, deux ou trois réunions annuelles sont organisées, qui ont pour fonction de discuter de l’organisation des travaux de l’ARIP et des éventuelles modifications ou ajustements à lui apporter. Conçues pour être des espaces d’écoutes et d’échanges bienveillants, toujours suivies par la proposition d’un pot, ces réunions d’organisation sont donc primordiales dans le fonctionnement collectif de l’ARIP.

C’est à l’issue d’une de ces réunions qu’est née l’envie de créer des chantiers de travail qui fonctionneraient de manière autonome par rapport aux activités collégiales de l’ARIP.
Fin 2014, ont ainsi été lancés le chantier Import/Export. Aux sources du langage sur la photographie et le chantier Photo/Savoirs/Critiques. Chacun de ces chantiers a un bureau d’organisation, qui ne se superpose pas nécessairement à celui de l’association. Les chantiers organisent leurs propres événements, qui sont toutefois rattachés au fonctionnement global de l’association.
La liste des chantiers de l’ARIP n’est pas close. Tous les membres peuvent proposer d’ouvrir un nouveau chantier en réunion plénière, qu’ils s’engagent alors à organiser et à mettre en place.

L’ARIP est aussi un espace d’entraide et de mutualisation des expériences. Par exemple, certain.e.s membres ont organisé des oraux blancs avec d’autres membres qui le pouvaient et le souhaitaient, pour préparer les auditions qu’ils passaient en vue d’obtenir des contrats doctoraux. Ces oraux blancs ont bien fonctionné, puisque toutes les auditions ont jusque-là été couronnées de succès.
Il est aussi possible de demander de l’aide pour des relectures de texte ou des communications blanches, ou tout autre problème rencontré.

2. Devenir membre et fonctionnement des travaux collectifs

On rappelle que toutes les personnes intéressées par la recherche sur l’image photographique, qu’elles soient historiennes ou non, universitaires ou non, peuvent devenir membre de l’ARIP, en formulant leur demande auprès du bureau collégial de l’association, à l’adresse arip[dot]contact[at]gmail[dot]com.

Le statut de membre est gratuit ; il n’est pas soumis à une participation financière.

Par contre, l’accès à certaines informations propres au fonctionnement interne de l’association est fonction des possibilités d’engagement des membres au sein de l’association.

Le bureau collégial dispose ainsi de deux listes :

  • L’une rassemble les membres qui, pour des raisons pratiques, personnelles ou autres, sont éloigné.e.s des activités de l’ARIP. Leur sont envoyées les informations générales, relatives notamment aux événements organisés par l’ARIP.
  • L’autre rassemble les membres actifs, qui manifestent leur engagement en participant notamment aux réunions d’organisation, aux ateliers ou aux chantiers. Ces membres actifs ont également accès aux documents de travail (planning, comptes rendus, dossiers de financements, etc.), stockés dans un dossier partagé sur googledrive (un environnement de travail numérique), qu’ils peuvent consulter, compléter et/ou créer.

Par exemple, le compte rendu de cette réunion a été posté peu après sa tenue dans le dossier partagé, de façon à ce qu’il puisse être complété et corrigé par tou.te.s les participant.e.s qui le souhaitaient. Tou.te.s les participant.e.s à la réunion ayant eu la possibilité d’amender le compte rendu, celui qui est finalement publié sur le carnet est le reflet de la perception commune du déroulement de la réunion et des décisions qui y ont été prises.

Est rappelée par ailleurs l’existence d’un répertoire des membres de l’association dans ce dossier, que tou.te.s les participant.e.s à la réunion sont invité.e.s à compléter, s’ils/elles ne l’ont déjà fait. On évoque la possibilité que ce document soit lié au carnet de recherche de l’ARIP dans un futur proche, de façon à ce que la liste des membres actifs soit automatiquement actualisée.

Par ailleurs, des documents peuvent être créés lorsqu’un membre de l’association propose d’ouvrir un nouveau chantier.
On rappelle que tout changement fait dans les documents du dossier partagé se répercute sur ceux de l’ensemble des membres partageant ce dossier, et qu’il faut donc faire attention à ne pas supprimer, par exemple, un dossier par inadvertance.

Pour devenir membre actif, il suffit d’en exprimer le désir par mail ou lors d’une réunion auprès du bureau collégial, qui donne notamment les droits d’administrateur au dossier partagé sur googledrive.

 

II. Le nouveau fonctionnement des réunions de travail pour la session 2015-2016

1. Présentation de l’appel à participation pour les ateliers en 2015-2016 et invitation à y répondre

A la suite de frustrations exprimées lors de la réunion-bilan tenue en juillet dernier, à la fin de la session 2014-2015, le fonctionnement des réunions mensuelles de l’ARIP a été reformulé. L’an passé, les réunions qui n’étaient pas dévolues à l’organisation fonctionnaient sur le principe d’un séminaire de recherche : deux présentations de travaux en cours ou achevés d’une quarantaine de minutes (sélectionnées sur appel à communication), suivies de discussions avec les participant.e.s. Si les présentations et les discussions qu’elles ont enclenchées se sont révélées passionnantes à l’égard des orientations de la recherche actuelle sur les images et les dispositifs photographiques, cela s’est souvent fait au détriment d’un questionnement et d’une réflexion sur les problèmes méthodologiques rencontrés lors de leur élaboration.

A l’issue de la session 2014-2015, cette occultation a été soulevée par le bureau collégial ainsi que par plusieurs membres de l’ARIP. Pour y pallier, le bureau a élaboré, en s’appuyant sur les discussions de la réunion-bilan, un appel à participation modifiant les formes de présentation et d’échange (désormais celles d’un atelier) et insistant sur les aspects à traiter, plutôt tournés vers la méthodologie et l’éthique de la recherche. Il a été relayé sur les plateformes et les listes de diffusion de la recherche en sciences humaines, et plus particulièrement en sciences de l’image : Calenda, le blog de l’Apahau, photohist, visuel, etc.

Cet appel, diffusé à partir du 1er octobre 2015, est lu aux membres présent.e.s, qui sont invité.e.s à envoyer une proposition.

2. Explication du rôle des modérateurs·trices pour les ateliers organisés cette année et invitation à l’expérimenter

Le bureau annonce par ailleurs sa décision de mettre en place un système de modération pour ces nouveaux ateliers.
Un appel à modérer les ateliers de la session 2015-2016 est donc lancé à tous les membres qui le souhaitent, même s’ils n’ont jamais eu l’occasion d’expérimenter cette fonction au sein d’une assemblée. Pour y répondre, il faut se manifester auprès du bureau.

S’engage alors une discussion sur le rôle du modérateur.trice : doit-il.elle être spécialiste de la question et animer le débat ou doit-il.elle plutôt veiller à la circulation de la parole ?

Une position moyenne est adoptée : le.la modérateur.trice sera chargé.e, outre l’introduction des intervenant.e.s, de distribuer et d’équilibrer la parole des participant.e.s, mais il pourra aussi intervenir dans la discussion quand il le souhaitera, en veillant toutefois à ne pas l’accaparer.

3. Invitation à faire partie du comité de sélection des intervenant.e.s pour les ateliers

Une autre décision, très excitante par son innovation et son aspect collectif, est d’ouvrir la sélection des propositions reçues en réponse à l’appel à communication, ainsi que la mise en place du programme de la session 2015-2016, à tous les membres qui en exprimeraient le désir au bureau collégial, de façon à ce que la session 2015-2016 réponde au maximum aux attentes de tou.te.s.

L’appel étant clôturé le 30 octobre, la réunion pour le choix des propositions est fixée au 4 novembre, de 13h à 14h30, près de la place de Clichy pour des raisons pratiques. Les propositions seront rassemblées dans le dossier partagé sur le googledrive de l’ARIP au fur et à mesure de leur réception, de façon à ce que les membres puissent en prendre connaissance avant la réunion de sélection.

 

III. Le développement du carnet de recherche de l’association

1. Pourquoi un carnet et comment fonctionne-t-il ?

Suite aux développements des activités de l’association, les membres ont eu envie de diffuser leurs travaux. En juillet 2014, la plateforme hypotheses.org, géré en France par le CNRS, a accepté le dossier monté par le bureau, et un carnet de recherche à vocation scientifique a été ouvert.
Il est géré par une équipe de rédaction composé de sept membres.
Ce carnet permet à l’association :

  • de diffuser les annonces et les comptes rendus des événements qu’elle organise, globalement ou à travers ses chantiers,
  • de diffuser les annonces des activités de ses membres (conférences, colloques, appels à contribution, parution, etc.). Pour cela, il faut contacter le bureau collégial de l’ARIP en amont de l’événement, avec une annonce préparée, accompagnée si possible d’une image.
  • Mais le carnet permet aussi de publier des billets, qui peuvent être de toutes formes et de tous types, tant que leur sujet principal est la photographie (une exception est faite pour les conditions de travail des chercheur.e.s).

2. Publication des billets sur le carnet et invitation à faire partie du comité de relecture

Il n’est pas nécessaire de faire partie de l’association ou d’assister aux réunions pour proposer un billet à la publication sur le carnet de l’ARIP.
Au fil du temps, un mode de proposition et de publication a été établi par l’équipe de rédaction.
Le contributeur peut proposer un billet court ou long, qu’il envoie à contribution[dot]arip[at]gmail[dot]com, en précisant quel mode de relecture il souhaite : “billet” (seule une correction de base, orthographique et syntaxique, sera établie) ou “article” (la correction est plus poussée et s’articule autour d’un dialogue entre le contributeur et les relecteurs). Pour plus d’informations sur le mode de proposition, voir la page du carnet qui lui est dédiée.

De façon à garantir l’objectivité de la décision de publication et le renouvellement de la recherche, chaque proposition est soumise au comité de relecture sous une forme anonymisée, et fait l’objet d’une relecture par deux des membres du comité qui ne communiquent pas entre eux. Une charte a été écrite à l’attention des membres du comité de relecture, qui est disponible sur le carnet.

Actuellement, ce comité est composé de neuf membres, mais il a vocation à s’agrandir. Aussi, un appel à participer au comité de lecture est adressé aux participant.e.s à la réunion. On rappelle à cette occasion que la relecture est un exercice très formateur pour celui ou celle qui se destine à écrire et que l’on peut se proposer même si l’on n’a jamais été relecteur.trice, de la même façon que pour être modérateur.trice des ateliers. Pour devenir membre du comité de relecture, il suffit d’en exprimer la demande à Thierry Sugitani, à l’adresse contribution[dot]arip[at]gmail[dot]com.

La question de l’obtention par deux membres du bureau actuel d’accréditations presse aux Rencontres d’Arles (permettant l’accès gratuit aux festival durant la semaine d’ouverture) est évoquée, leur demande s’appuyant sur leur participation au carnet de recherche de l’association. Une fois les circonstances éclaircies, et établie l’improvisation qui a présidé à cette obtention, l’ensemble des participants tombe d’accord sur l’extension de ce type de demandes à l’ensemble des membres qui s’investissent dans la fabrication du carnet (qu’ils fassent partie de l’équipe de rédaction ou du comité de relecture) et qui souhaiteraient couvrir l’événement lors des éditions prochaines.
A cette occasion, est réaffirmé l’attachement à la transparence et à l’horizontalité entre les membres de l’ARIP et, en contrepartie, la lutte contre les coteries, le copinage, la cooptation, contre toute forme de passe-droit ou d’abus de pouvoir.

 

IV. L’élection du nouveau bureau

Parmi les membres du bureau collégial de l’ARIP sont présent.e.s Guillaume Blanc, Véra Léon et Anaïs Mauuarin. Sara Lo Porto est excusée.
Les membres du bureau rappellent l’enrichissement que leur a apporté cette expérience et affirment leur volonté de la poursuivre pour l’année scolaire en cours.
Ils indiquent toutefois qu’ils cèderont peut-être leur place l’an prochain et appellent à la relève.

Ils rappellent alors les tâches du bureau. La machine ayant été mise en place, il s’agit de la faire tourner (notamment en termes de communication et d’organisation des ateliers). Toutefois, il faut pouvoir impulser des propositions (réunions, appels à communication pour les ateliers ou les séminaires collectifs), en écoutant les désirs exprimés par les membres lors des réunions plénières destinées à interroger et à remettre en jeu si nécessaire le fonctionnement de l’association.
On insiste par ailleurs sur le fait que le bureau a vocation à être régulièrement renouvelé, de façon à ce que chacun.e puisse expérimenter la gestion d’une association de recherche, s’il en exprime le souhait et la volonté.

Trois autres participantes à la réunion désirent intégrer le bureau : il s’agit de Virag Boroczfy (Paris 3, ED 267), de Mathilde Kiener (EHESS, CRAL) et de Marie Auger (Paris 1, ED 441), à partir du mois de janvier pour cette dernière. Leur candidature est d’autant plus favorablement accueillie qu’il est nécessaire de prendre un peu de temps pour se familiariser avec les outils de communication et le fonctionnement de l’association déjà mis en place. Si les trois membres historiques du bureau collégial décident effectivement de se retirer à la fin de la session 2015-2016, trois nouveaux membres seront d’ores et déjà formés.

Le nouveau bureau est voté à l’unanimité des participants.

Il est composé de :

  • Marie Auger, Université Paris I Panthéon-Sorbonne (à partir de janvier 2016)
  • Guillaume Blanc, Université Paris I Panthéon-Sorbonne
  • Virag Boroczfy, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  • Mathilde Kiener, EHESS
  • Véra Léon, Université Paris Descartes
  • Sara Lo Porto, Université Paris I Panthéon-Sorbonne
  • Anaïs Mauuarin, Université Paris I Panthéon-Sorbonne

 

V. La présentation de projets de collaboration par des membres de l’ARIP ou d’autres associations

Le dernier point à l’ordre du jour est la proposition de participation à des projets menés par des membres de l’ARIP ou d’autres associations.

1. Journée d’étude sur les années 1980 en lien avec l’exposition en cours de préparation au Centre Pompidou (Marie Auger)

2. Projet de collaboration avec le collectif metachronique, créé en 2013 par de jeunes artistes issus de l’école des Beaux-arts de Paris

Églantine Laval, rattachée au centre Alexandre Koyré de l’EHESS et co-fondatrice du collectif d’artistes metachronique, vient proposer une collaboration entre les membres de l’ARIP et celles et ceux de ce collectif. Elle présente d’abord son parcours, entre recherche académique et pratique artistique, avant d’exposer les buts du collectif.

Créé en 2013 autour du pôle numérique de l’école des Beaux-arts de Paris, celui-ci vise notamment à faire se croiser les parcours de jeunes artistes et de jeunes chercheur.e.s, avec la volonté de décloisonner les disciplines, de nouer un dialogue autour des processus créatifs mis en oeuvre tant par les artistes que par les chercheurs, mais aussi de favoriser la transmission entre les générations, en invitant par exemple des chercheurs confirmés. L’idée est aussi de croiser les réseaux, ce dont pourrait relever une collaboration avec les membres de l’ARIP.

Plusieurs formes de collaboration sont proposées, notamment l’écriture sur le travail d’un.e jeune artiste, la visite de lieux interlopes, marginaux ou moins connus du monde de l’art, auxquels les artistes ont accès. Cela pourrait se concrétiser pour l’ouverture d’un nouveau chantier au sein de l’ARIP si des membres sont prêts à s’investir. Une rencontre est finalement proposée, qui resterait à planifier, avec les membres du collectif metachronique, de façon à mieux comprendre les activités des membres des deux groupes de recherche.

Enfin, il est décidé qu’un mail sera envoyé par le bureau aux membres actifs contenant :

  • le compte rendu de la réunion à relire avant publication,
  • l’appel à participer à la modération des ateliers de l’association,
  • l’appel à participer à la sélection des contributions pour la session 2015-2016,
  • l’invitation à compléter le répertoire des membres, pour l’instant stocké dans le dossier partagé de l’ARIP sur googledrive.

La réunion est levée à 21 heures.

Image à la une :
H. Mairet, Séance avec Eusapia Palladino, chez Camille Flammarion, rue Cassini, 25 novembre 1898, épreuve à la gélatine argentique, 22.2 x 26.3 cm, Paris, Société Astronomique de France, Fonds Camille Flammarion. Photo : © Rue des Archives / The Granger Collection

Compte-rendu de la Réunion de rentrée, le 23 septembre 2015

Réunion de rentrée

Environ 16 participants sont réunis, qui se présentent lors du tour de table.

1/ Présentation de l’ARIP

Mars 2014 – Elisa Baitelli, Helène Orain, membres de bureau de l’association, ont souhaité céder leur place pour écrire leurs thèses. Passation du flambeau.

Membres du bureau actuel : Guillaume Blanc, Véra Léon, Anaïs Mauuarin, Sara Lo Porto.

Credo se pense comme un lieu de dialogue et d’échange avant tout.

2/ Activités

De l’an dernier – l’an dernier avait été mis en place un séminaire où deux intervenants faisaient l’un après l’autre des présentations structurées de 30 minutes, suivies d’un échange avec l’auditoire composé de membres de l’ARIP et de gens de l’extérieur, universitaires de tous horizons, professionnels et curieux (qui intégraient le plus souvent l’association à cette occasion).

Nouvelle orientation – les retours critiques sur le déroulement de ce séminaire, depuis juin 2015, ont suscité l’envie de prendre une nouvelle orientation pour cette année.

Afin de retrouver une meilleure qualité d’échange, où le dialogue soit plus horizontal, nous avons choisi d’adopter une formule d’ateliers. Il s’agira de faire découvrir de nouveaux sujets de recherches, tout en mettant l’accent sur des questions méthodologiques transversales, parlant à tou.te.s. Chaque atelier comprendra a priori une ou deux participations.

Ils suivront le modèle suivant :

  • 10 minutes pour présenter la genèse de la recherche, son objet, ses sources.
  • 10 minutes pour exposer le.s problème.s rencontré.s (pb de sources, corpus, discours etc.).
  • 40 minutes d’échange avec l’auditoire

Double visée : d’une part, permettre à l’intervenant d’avancer et de trouver des solutions concrètes à ses problèmes méthodologiques ; d’autre part, permettre à d’autres personnes dans l’auditoire de trouver un écho à leurs propres problématiques de recherche.

Un appel à participation sera envoyé le 5 oct. au plus tard. Il sera bien précisé qu’il ne s’agit pas d’un exercice relevant d’une communication académique. Le but est de se « décomplexer » vis à vis des pierres d’achoppement rencontrées.

Les séances pourront éventuellement être enregistrées par qui le souhaite (en accord avec les intervenant.e.s) mais pour sa part, l’ARIP s’assurera uniquement d’un compte-rendu détaillé et publié par la suite sur le carnet de recherche de l’association.

Deux chantiers (à part des assemblées générales)

– « Photo/savoirs/Critiques » piloté par Véra Léon et Anaïs Mauuarin
https://arip.hypotheses.org/category/chantier-photosavoirscritiques

Une journée d’étude  « (Re)politiser les discours sur la photographie » est en cours de préparation au sein de ce chantier, et se tiendra le 7 décembre à Paris VII.
http://blog.apahau.org/appel-a-communication-repolitiser-les-discours-sur-la-photographie-repoliticizing-discourses-on-photography-paris-7-decembre-2015/

– « Import/Export. Aux sources du langage photographique » piloté par Marie Auger et Isabella Senuita
http://arip.hypotheses.org/chantiers/chantier-importexport

Ce chantier appelle à de nouvelles participations pour faire vivre la seconde moitié de son cycle d’entretiens publics. Il est possible aux personnes motivées de proposer d’elles-mêmes des intervenants autres que ceux présents sur la pré-liste en partage sur le Drive.
La partie réservée à la constitution d’un lexique est pour le moment en friche pour des raisons de temps d’investissement personnel. Il reste donc pour l’heure à terminer le cycle (finir les 7 entretiens) avant de se mettre en quête d’un éditeur.

Les possibilités au sein de l’ARIP :
-Trouver de l’aide au sein des réseaux de chercheurs et professionnels
-Proposer de nouvelles idées d’activités (créer et animer de nouveaux chantiers, co-organiser une journée d’étude, auditions blanches à la carte, relecture d’article, etc.)

3 / Présentation du  Carnet de recherche

Rentre dans les normes scientifiques du carnet de recherche et figure désormais sur la plate-forme scientifique Hypothèse. Est également syndiqué sur Culture Visuelle.

Chacun peut proposer soit un article soit un billet.
Rappel des modalités pour contribuer (http://arip.hypotheses.org/a-propos/contribuez) :

  • mode « billet », la relecture à trait le plus souvent à des remarques de formes.
  • mode « article » le relecture est plus approfondie et a trait à des remarques aussi bien de formes que de fond.

La relecture est dans tous les cas anonyme. Réception par Thierry Itaru qui anonymise les textes avant de les envoyer au comité de lecture qui se doit de suivre une charte.

A noter qu’il est possible également de relayer l’actualité des membres (ex : organisation de journée d’étude, communications, publications etc.)

4 / Autres mentions

– A partir d’aujourd’hui, possibilité tacite de manger pendant les réunions !
Faire un petit point avec projecteur pour faire comprendre le fonctionnement du Drive et des fichiers partagés à la prochaine réunion.
– Présentation du projet de colloque sur les années 1980 en partenariat avec le Centre Georges Pompidou.

Hommage à  Luce Abélès – chercheuse indépendante spécialiste de l’illustration du XIXe s. Collectionneuse par ailleurs, qui avait de fait une approche très matérielle de ses objets d’étude.

Félicitations à Guillaume Blanc, reçu ce jour même au poste de chargé d’études et de recherche de l’INHA.

NB : Report de l’élection du bureau en raison de l’absence de Véra et Anaïs.

*  *  *

Image :
Pieter Brueghel l’Ancien, Jeux d’enfants (1560). Huile sur bois exposée au Kunsthistorisches Museum, Vienne.

Compte-rendu de l’Assemblée générale, du 2 juin 2015

La réunion commence à 18h à l’INHA et réunit environ vingt-cinq personnes. Après la présentation d’Amandine Servais : « L’histoire et ses marges: les récits photographiques d’Arlette Farge » et un moment de retours et d’échange sur ce sujet (qui fera l’objet d’un autre compte-rendu), l’Assemblée Générale commence vers 19h.

La discussion s’ouvre autour de l’idée d’une modification de la forme adoptée pour le rendez-vous mensuel de l’Arip :

> sommes-nous satisfaits par le format séminaire, traité de manière classique, académique ?
> ne devrions-nous pas penser une rencontre plus participative sur le mode du workshop ?

Un tour de table est lancée, et de manière générale deux aspects sont soulevés :
1/ Le séminaire est perçu comme l’opportunité de découvrir des recherches auxquelles nous n’aurions pas accès autrement, et cet aspect se doit d’être préservé.
2/ Cependant, le format de présentation est jugé trop formel par plusieurs membres, qui attendent notamment des séances plus de réflexivité sur le processus de recherche lui-même, autour de problématiques méthodologiques, de façon à ce que cela rentre davantage en résonance avec leur propre travail.

A/ QUEL GENRE DE REUNION METTRE EN PLACE ?

Retours sur la forme séminaire telle qu’elle était adoptée cette année :

– le temps de dialogue réservé après chaque présentation a souvent généré des frustrations : deux heures ne semblent pas suffisantes (pour deux présentations) afin de développer et d’instaurer l’échange souhaité, considérant le potentiel de celui-ci, et le besoin d’un temps de distanciation et de mise en confiance pour que chacun puisse s’investir.

– l’horaire de 18h pose problème pour les personnes qui travaillent, et semble exclure de nombreux·se·s participant·e·s potentiel·le·s. Il est suggéré de démarrer les séances à 18h30.

– pour enrichir le dialogue, l’intervenant·e pourrait proposer des lectures préalables (extrait de textes, bibliographie). Mais cela suppose un travail en amont qu’on ne peut strictement exiger.

– en fin de séance, nous pourrions échanger plus longuement et librement autour d’un pot (avec une participation au chapeau).

> Est proposée l’organisation de workshops ou ateliers autour d’une problématique méthodologique. Proposition qui suscite beaucoup de débats.

Pour combiner séminaire et workshop, il a été évoqué plusieurs solutions :

– remplacer le séminaire par une journée d’étude. Cette idée est rejetée par certains : préférant un rendez-vous régulier plutôt qu’unique, trop dense et souvent peu cohérent, l’organisation d’une telle journée serait difficile à assumer par le bureau, et il est difficile pour certain·e·s d’être libre une journée entière. L’organisation de deux rendez-vous par an d’un après-midi est évoquée.

– associer une présentation de type séminaire et un workshop méthodologique au sein d’une même séance.

– alterner entre workshop et séminaire un mois sur deux

Sans qu’une décision soit prise quant à la forme des réunions de l’année prochaine, plusieurs conseils sont évoqués pour l’organisation générale :

– afin de mettre à exécution les workshops il serait nécessaire d’en définir des règles précises. Cela soulève notamment la question de l’appel à communication : quelle forme celui-ci doit-il prendre ? Plus délicat qu’une simple proposition de présentation de recherche, il doit être clair aux yeux de l’intervenant·e et suppose de s’entendre au préalable sur des problématiques communes.

– idée de nommer un·e modérateur/trice par séance. Qu’il s’agisse d’un séminaire ou d’un workshop, celui-ci engagerait des points de rencontre entre les membres, au regard des spécialités de chacun. En offrant l’opportunité à celles et ceux qui le souhaitent de se soumettre à l’exercice du modérateur, cette idée correspondrait bien à la mission de formation de l’ARIP. Le rôle restera toutefois à mieux définir une fois la forme des réunions décidées.

B/ ORGANISATION et CALENDRIER

L’élection du bureau est reportée à la prochaine réunion exceptionnelle qui se tiendra en juin, voire à la réunion de septembre. Les membres actuels ont malgré tout exprimé leur souhait de continuer, et une composition de cinq membres semble satisfaisante.

L’appel à communication ou participation pour l’année 2015-2016 devra commencé à être écrit dans l’été (par les membres du bureau et de l’ARIP), mais ne devra être finalisé qu’à la rentrée par le bureau élu. Il pourra fait l’objet d’une discussion en réunion avant d’être lancé à la rentrée.

Une réunion des membres est prévue avant les congés universitaires. Elle devra permettre de choisir la nouvelle forme de réunions, séminaires, workshops.
Elle sera aussi l’occasion de traiter les sujets non abordés : les éventuels partenariats avec d’autres institutions et jeunes chercheurs, l’articulation des chantiers au sein de l’instance globale de l’association, etc.

Il avait également été proposé d’échanger autour de la question des financements, des contrats doctoraux, des bourses de thèse… nous espérons que la prochaine réunion en sera l’occasion.

Image : Gunjan Vaishnav, Group discussion
https://www.flickr.com/photos/gunjanvaishnav/

Compte-rendu de la réunion bilan du 10 février

La réunion a lieu de 18h à 20h, à l’INHA. Une vingtaine de personnes sont présentes.

L’ordre du jour de la séance est le suivant :

I/ Bilan de l’année écoulée

II/  Intervention de Christine Vidal (Le Bal)

III/ Présentation du projet photographique de Camilo Leòn

I. Bilan de l’année écoulée

A. Rappel des réalisations de l’ARIP depuis mars 2014

Les membres du bureau reviennent sur les réalisations de l’ARIP depuis la reprise des activités orchestrée en mars 2014.

La première réunion de mars a été l’occasion du renouvellement du bureau, les anciennes organisatrices désirant libérer leur temps pour se concentrer sur leur thèse. Le nouveau bureau s’est constitué sur simple engagement de ceux qui désiraient participer à l’organisation de l’ARIP puis a été confirmé par vote le mois suivant, et renouvelé en novembre 2014 à l’occasion de l’Assemblée Générale de l’association. Il a tenu à s’appuyer sur des principes fondateurs, à savoir faire de l’ARIP un espace de dialogue libre et horizontal, participer à la mutualisation des compétences et des savoirs autour de la photographie, tout en affichant une ouverture totale aux disciplines débordant le cadre de l’histoire de l’art.

Dès mars 2014, l’ARIP a repris un rythme de réunion mensuel, proposant d’abord le format suivant : présentation d’une recherche en cours et de ses traits méthodologiques et discussion de l’intervention pendant la première heure, suivie d’une heure de discussion libre dédiée à l’organisation de l’ARIP et aux échanges de vues / partage d’informations.

Forte de cette reprise, le bureau a par la suite décidé, sur consultation des membres présent·e·s aux réunions, d’organiser un séminaire fondé sur un appel à communications. L’appel à communication, qui se voulait volontairement large [http://calenda.org/299637], insistait sur la nécessité pour les participant·e·s de mettre en relief leurs assises théorique, méthodologique, et épistémologique. Une vingtaine de propositions ont été reçues et la sélection s’est faite essentiellement selon les critères précisés dans l’appel à communications : volonté de privilégier les jeunes chercheurs et les propositions réflexives dans leur démarche. Un panachage thématique s’est rapidement imposé en raison de la nature ou du sujet des interventions retenues.

Le calendrier du séminaire a ainsi été programmé selon 8 séances, dont deux particulières : celle de la présente réunion (10 février 2015) dédiée au bilan de l’année et une autre en juin dont la première partie sera réservée à une intervention et la seconde à un bilan-discussion-pot de fin d’année. Le séminaire, dans la plupart des cas, propose le format suivant : deux communications l’une à la suite de l’autre la première heure, suivies d’une discussion générale en regard de la thématique de la séance et des démarches employées par les intervenants.

Il faut aussi noter qu’a été mise en place une séance commune avec l’HiPAM, grâce à la collaboration d’Andrea Delaplace et Lucas Mendes Menezes – qui interviennent d’ailleurs aussi dans notre séminaire. Elle portera sur la question des enjeux politiques d’une collection de photographie et aura lieu le 10 mars.

Au-delà de ce séminaire qui constitue le cœur des activités de l’ARIP, ont été mis en place deux chantiers de recherches, dont l’organisation est autonome et extérieure à celle de l’ARIP bien qu’ils en dépendent et que leurs avancées sont publiées sur le carnet de recherche de l’ARIP. Leurs buts sont les suivants :

  • Mettre en commun des réflexions méthodologiques et créer un savoir collectif
  • Renforcer les affinités scientifiques et intellectuelles entre des personnes aux sujets différents mais complémentaires
  • Faire avancer des thématiques de recherche ou des épistémologies qui nous semblent jusque là insuffisamment exploitées
  • Permettre une certaine autonomisation des groupes de travail afin d’éviter la saturation organisationnelle du bureau de l’ARIP

Ces deux chantiers sont présentés tour à tour depuis les motivations à l’origine de leur fondation jusqu’aux réalisations établies et à venir.

A.1. Le chantier « Photo/savoirs/critiques. Que faire de l’historiographie anglo-saxonne sur la photographie ? »

Ce chantier de recherche a été initié dans l’objectif d’interroger les apports des études anglo-saxonnes  (notamment les cultural et visual studies mais aussi les postcolonial studies, les gender studies, etc.) dans leurs interactions avec l’étude de la photographie en tant que descendante de l’histoire de l’art française. Les objectifs concrets de ce chantier ont été définis comme les suivants :

  • Lire, s’approprier et critiquer des textes des traditions anglo-saxonnes : cultural studies, gender studies, subaltern studies, visual studies… par des réunions bimestrielles
  • Constituer une bibliographie collaborative permettant de situer ces recherches par rapport à l’historiographie française (notamment à l’histoire culturelle) et plus spécifiquement par rapport aux études sur la photographie.
  • Contribuer à un positionnement plus réflexif, en tant que jeune chercheur.e et dans/par sa recherche, épistémologiquement et méthodologiquement.

A.2. Le chantier « Import/Export. Aux sources du langage sur la photographie ».

Ce chantier de recherche a été initié avec l’objectif de questionner les expressions idiomatiques utilisées dans le langage de/sur la photographie, telles que médium photographique, surface sensible, tirage/cliché/épreuve. Il ne s’agit pas de mieux définir ces termes dont l’utilisation est souvent vague, mais de les replacer dans leur contexte d’apparition et de retracer l’évolution de leur sens et l’effet qu’ils produisent sur le discours sur la photographie et sur son histoire.

B. Publications sur le carnet de recherche et charte de publication

Depuis juillet 2014, le bureau a choisi d’abandonner l’hébergeur Over-blog pour se tourner vers la plateforme de carnets de recherche hypotheses.org, administrée par OpenEdition (qui comporte en outre calenda.org et revues.org). Cette décision découlait de la volonté d’inscrire l’ARIP et le rendu de ses activités dans un dialogue scientifique, et de permettre aux membres de l’ARIP de pouvoir y publier leurs travaux, depuis le billet d’humeur jusqu’à l’article scientifique en passant par le compte-rendu d’exposition.

À ce titre, le bureau renouvelle son encouragement à devenir membre du comité de lecture, et à publier et informer les membres qu’une charte de relecture, définissant mieux le processus de publication, a été établie. Sans entrer dans le détail,  nous en rappelons les traits essentiels :

– désormais, il existe une adresse mail pour soumettre les propositions [contribution (dot) arip (at) gmail (dot) com]. On peut la retrouver sous l’onglet « Contribuez » sur le carnet de recherches.

– la relecture se fait en double aveugle. Le relecteur de base, propriétaire de l’adresse où sont envoyées les propositions, transmet l’envoi aux membres du comité de lecture (dont n’importe qui peut faire partie en en faisant la simple demande), après l’avoir anonymisé. Les deux relecteurs s’étant désignés les premiers sont choisis pour la relecture.

– il existe désormais deux types de relecture. Le mode « billet » est une relecture simple et rapide, uniquement appliqué aux corrections orthographiques, syntaxiques, grammaticales, etc. Le mode « article » est une relecture plus poussée, traitant des questions de fond, de méthode, de structure de l’exposé, etc. Le proposant doit préciser, lorsqu’il fait son envoi, quel mode de relecture il souhaite pour sa proposition.

C. Discussion générale sur le bilan des activités

Lors du tour de table initié à ce stade de la réunion, chaque membre présent·e est invité·e à exprimer son avis, ses remarques ou ses envies sur l’organisation de l’ARIP et de ses activités. Une membre soulève notamment la question du format du séminaire en regard des attentes que le bureau et certains membres éprouvaient vis-à-vis de la dynamique de travail dans l’association, qui suscite une riche discussion. Il apparaît que si le séminaire a l’avantage de brasser un public plus nombreux que les réunions plus informelles, il ne nous laisse plus les temps d’échange libre que nous privilégions davantage auparavant. Dans le cadre du séminaire même, le temps nous permet rarement d’aller au bout de nos discussions.

Les points de vue s’articulent autour de deux idées principales : d’une part, il s’avère que le séminaire, tel qu’il est organisé et prévu pour l’année, permet à l’ARIP de solidifier son assise dans le domaine scientifique […], d’autre part, il est remarqué que nous pourrions réfléchir à d’autres formes de réunions pour retrouver un temps de discussion libre, d’échanges plus informels mais non moins riches entre jeunes chercheur·e·s, ce qui n’est pas possible quand cinquante personnes assistent à une séance.

La question des publics se pose également : quand est-il préférable d’attirer un large public, dans un but de vulgarisation scientifique et de reconnaissance institutionnelle, et quand il est plus souhaitable de limiter à un certain cercle de jeunes chercheur·e·s afin de favoriser un dialogue sur les difficultés de recherche quotidiennes et méthodologiques. Il est rappelé que l’ARIP a d’abord été créée pour répondre à ces derniers besoins, car aucun espace dan le système universitaire ne propose une telle possibilité d’échanges horizontaux, collaboratifs, à partir des difficultés et non des résultats.

Plusieurs solutions sont envisagées. Une membre suggère notamment de faire des séances plus longues (2h30 ou 3h), donc moins frustrantes car laissant davantage de temps à la discussion, et surtout de ménager les deux types de publics et d’interventions, par exemple avec un premier temps sur la méthodologie concrète, les échanges directs entre jeunes chercheur·e·s, et un deuxième temps plus centré sur des présentations de recherche plus ficelées (ou vice versa).

La discussion est riche et il est décidé qu’il faudra la poursuivre pour organiser le programme de l’année 2015-2016 en conséquence de ces décisions collectives. Continuer la lecture de Compte-rendu de la réunion bilan du 10 février

Compte-rendu de la réunion du 14 janvier : Culture Visuelle

La réunion a eu lieu en salle Demargne, de 18h à 20h. Elle a réuni 33 participants.

Le thème portait sur la question de la « culture visuelle » et deux jeunes chercheurs ont présenté leurs recherches à ce sujet. Les présentations ont respectivement donné lieu à des moments féconds d’échange et de discussion.

Corentin Cohen, (Sciences Po/CERI)
(corentin.cohen@sciencespo.fr)
Une interprétation par les images du conflit de 2006 entre le Hezbollah et Israël

Thierry-Itaru Sugitani (École Polytechnique/EHESS)
Images du Boson de Higgs : aux origines dynamiques et culturelles d’un ensemble iconographique

Corentin Cohen : Une interprétation par les images du conflit de 2006 entre le Hezbollah et Israël

Sa recherche est partie d’images qu’il a découvertes lors d’un séjour puis de terrains au Liban, qui concernaient la guerre de 34 jours contre Israël en 2006 et qui posent un problème au chercheur en science politique et relations internationales.
Les images diffusées par le Hezbollah voulaient promouvoir l’idée d’une « divine victoire ». Or, il y avait là un paradoxe :

  • peu d’arguments vont dans le sens d’une victoire du Hezbollah, d’un point de vue matériel. Il a surtout était surprenant, au moment de cette guerre, qu’Israël cède si vite.
  • Aucun auteur n’est d’accord sur le bilan de cette guerre. Cela fait écho à l’idée plus générale que défend Gabriella Blum dans The Fog of Victory, selon laquelle, dans les formes de guerre telles qu’elles existent actuellement, il devient compliqué de déterminer les conditions de la victoire. A propos du conflit en question, on dit qu’Israël aurait voulu retourner la population libanaise contre le Hezbollah, et que là il y a échec.

Face à ce paradoxe, Corentin Cohen a voulu envisager ces images de plus près. Peu de travaux en relations internationales portent sur les images. Il s’est donc agi pour lui de procéder à une expérience par ce travail en étudiant les images produites pendant les 34 jours du conflit.
Il va essayer d’expliquer les relations en partant des images, en se plaçant en lien avec une approche cognitiviste (Dan Sperber) selon laquelle une image est une représentation visuelle qui soutient une idée, une représentation mentale de la réalité.

Sa présentation se déroule en trois temps :
I. Les images en circulation : un conflit sans photos des combats ni du Hezbollah
II. les images cristallisées : icônes et esthétiques comme révélateurs politiques
III. Les images réinvesties : une guerre du sens qui se poursuit

I. Les images en circulation : un conflit sans photos des combats ni du Hezbollah

Le corpus a été établi à partir de couvertures de journaux, de photographies de l’AFP (15 000), d’images issues de la presse internationale et de photographies produites par les photo-reporters qu’il a rencontrés.

En étudiant les couvertures des journaux il s’est intéressé à la manière dont l’événement passé est représenté par et dans les médias. Il se concentre sur la presse papier.
Étude de trois journaux aux sensibilités différentes :
An Nahar (Sunnite, Courant du Futur), As-Safir (proche chiites et Hezbollah), L’Orient le jour (chrétien trad.).

En terme de méthode : il a établi des statistiques pour cerner quels genres d’images de la guerre sont diffusées dans quels journaux (tableau avec des catégories d’images telles que : destructions civiles, bombardements plan larges, victimes civiles, etc).
Ainsi, les images diffusées dans L’Orient le jour sont surtout des destructions civiles, qui font apparaître la guerre comme une catastrophe naturelle. As-Safir quant à lui montre beaucoup de victimes et un acharnement sur les civils.
Globalement, il n’y a pas de représentations des combats, des soldats israéliens ni des représentants politiques.

L’étude était délicate parce que les outils pour effectuer des recherches dans les images de l’AFP n’étaient pas encore au point tels qu’ils peuvent l’être aujourd’hui et il était donc compliqué d’établir des statistiques.
Toutefois, les recherches de Corentin Cohen montrent que ce sont surtout des bombardements en plan larges et des ruines qui sont représentées. Sur toute la base de données, il n’y a que deux photos de combattant du Hezbollah.

Cela peut permettre de comprendre pourquoi le Hezbollah n’a pas été perçu comme étant à l’origine du conflit (alors qu’Israël voulait diffuser l’idée que c’est la capture d’un soldat israélien par le Hezbollah qui aurait mis le feu aux poudres).

On peut se demander en effet : pourquoi n’y a-t-il pas d’images du Hezbollah ?
Cela soulève la question des « stratégies de perceptions » mises en place par les deux armées.
Il faut voir le conflit comme une scène qui a ses coulisses, et repenser la chronologie dans laquelle elle se déploie. Deux stratégies très différentes.

– Israël envoie des caricatures et des tracts représentant le Hezbollah proche du Hamas sur Beyrouth, et diffuse par ailleurs des images officielles représentant son armée unie.

– Le Hezbollah développe quant à lui des stratégies de perceptions plus fines : invisibilité de ses soldats et des lanceurs de roquettes+des photos de peluche dans les ruines en couverture de journaux, ou d’une ambulance (soi disant) traversée par une bombe. Il apparaît aussi dans des photos, par un symbole, le drapeau : il ne se montre pas comme un groupe armé mais comme un parti, un organise religieux et capitalise ainsi les bénéfices sur ces symboles.

II. Les images cristallisées : icônes et esthétiques comme révélateurs politiques

Icônes
Corentin Cohen s’appuie sur la notion d’icône, au croisement des mondes sociaux et des formes de consensus politiques. Il s’appuie sur Howard Becker, selon qui chaque monde social diffuse ses propres représentations, ainsi que sur les travaux de Bruno Latour, selon lesquels l’icône est une représentation qui dépasse un seul milieu, qui fait consensus. A partir de là, il recherche les images qui ont été partagées par différents milieux.

Deux images parmi celles sur lesquelles il a travaillé correspondraient à des icônes, qui ont été produites à un moment-clé de la guerre (une centaine de morts du côté libanais) :
-elles sont populaires
-elles ont fait la couverture en grand format et ont été publiés dans les 3 journaux
-elles résonnent avec la mémoire collective
-elles n’ont pas été récompensées, mais ont été mises en avant dans la presse internationale.

L’esthétique comme révélateur
Le Hezbollah produit des images « fond d’écran » au lendemain de la guerre : pourquoi ?
Le Hezbollah y développe une rhétorique de l’appartenance à la terre, à la nature : on y voit des soldats intégrés à la nature. S’y lisent le mythe du soldat, qui apparaît comme une ombre, et celui d’une armée secrète qui veille sur le pays. Le religieux y apparaît aussi sous la forme de tâches rouges (référence au martyre de Hussein et bataille de Kerbala).
Sous leur aspect esthétique, ces images sont donc très codées.

III. Les images réinvesties : une guerre du sens qui se poursuit

Certaines de ses images de la guerre sont réinvesties :

  • dans l’espace public, ce qui ne va pas sans créer de tensions entre les groupes religieux

  • dans les jeux video, et notamment Special Force, jeu lancé par le Hezbollah

  • dans les parcs d’attraction

Les codes y sont repris, qui tendent à naturaliser ces représentations. Et aujourd’hui, elles sont toujours très présentes au Liban.

Finalement, en montrant la circulation et les consensus que créent ces images, on comprend pourquoi la population libanaise ne s’est pas retourné contre le Hezbollah au moment de la guerre, mais que bien au contraire elle y a adhéré.

Questions/réponses suite à la présentation :

A propos de la méthode : peut-on parler d’images de presse sans prendre en compte le contexte éditorial et le texte qui va avec les images ? Et la notion de consensus est-elle vraiment juste : ce n’est pas parce qu’une image apparaît dans plusieurs médias qu’elle reflète un consensus ?
> Corentin Cohen : il a aussi pris en compte le texte qui entoure les images dans sa thèse, et ne se limite pas du tout à une analyse formelle et iconographique.
Et il se permet d’utiliser la notion de consensus à propos de deux images parce qu’elles correspondent à un moment de consensus autour de ce moment de la guerre : il y a véritablement consensus, au-delà même des images, à ce moment-là.

Y-a-t-il un lien entre cette iconographie et celle qui apparaît en Iran dans les années 1980 (Hezbollah soutenu par l’Iran dans les années 1980) ?
> CC  : il fait référence à un article qui revient précisément sur cette question, et il estime qu’en effet il y a un héritage politique vis à vis de l’imagerie iranienne.

A propos de l’anonymat des figures de martyr.
> CC : Il y a souvent des portraits de martyrs affichés dans l’espace public (piliers d’autoroute par exemple), et là on a soit affaire au visage des deux principaux dirigeants martyres du Hezbollah, soit à des silhouettes anonymes. Par contre, quand on va dans les villages, on trouve souvent des photos du martyre qui venait de ce village. Le Hezbollah a mis en place une fondation pour le martyr qui documente chaque martyr.

A propos du champ de recherche des Relations internationales.
> CC : Il s’est ouvert aux images depuis 2001 avec le 11 septembre, et aussi 2007 du fait des caricatures de Mahomet au Danemark,  École critique de Copenhague qui s’intéresse particulièrement à la visual securitization, la construction de la sécurité par des images. Le champ s’ouvre.

Quelle méthode a un chercheur en sciences politiques pour aborder les images ?
> CC : Il était lui-même familier des images de part une formation en histoire de l’art et une formation au Jeu de Paume auparavant. Mais c’est vrai que ce n’est pas facile pour quelqu’un qui vient des RI : les objets sont difficiles et les outils ne sont pas évidents à rendre légitimes.

Est-ce que ces images ont eu un impact sur les communautés chrétiennes et sunnites ?
> CC : Suite à la guerre il y a eu une alliance avec plusieurs communautés chrétiennes et sunnites, selon l’idée que le Hezbollah peut et doit défendre le pays. Mais globalement ces images les touchent quand même moins. On voit toutefois que des groupes sunnites reprennent certains codes (ombres, soldats anonymes), qu’on retrouve utilisés par l’État Islamique.

Quelle diffusion des images « fond d’écran » ?
> CC : La première fois qu’il a croisé une de ces images, c’était dans un café de Beyrouth, mais elles sont en ligne, utilisées sur des blogs, et beaucoup en fond d’écran précisément.

Thierry-Itari Sugitani : Images du Boson de Higgs : aux origines dynamiques et culturelles d’un ensemble iconographique

Le boson avait été prédit dès 1964, par Higgs lui-même, par plusieurs physiciens belges et par le MIT. Il a été découvert le 4 juillet 2012, c’est la dernière particule élémentaire découverte. Avec l’annonce du LHC, il y a eu un vrai « ramdam médiatique » très intéressant.

Thierry Sugitani avait un intérêt pour le phénomène que constituent les images contemporaines :
– leur grande diversité
– la « vie » de ces images (circulation, appropriation, etc)

Il a choisi de travailler sur une image de science parce que le monde scientifique est une communauté un peu à part, et plus précisément sur le boson, parce qu’il émane de la physique des particules qui est considérée comme la « reine des sciences ».

Le boson peut être considéré comme un symptôme, qui peut éclairer le régime massif d’images qui nous entourent.

Sa démarche consiste à étudier précisément 517 images qui ont été produites sur une dizaine d’années, et à voir comment elles ont été produites, reproduites, et quels sont les liens qui les unissent. Ainsi il procède à :

  • une étude dynamique des images : production, appropriation, circulation, diffusion, etc.

  • une étude de leurs aspects visuels : les caractères visuels hérités (issus d’une autre image) et les caractères visuels propres (modifications qui caractérisent l’image, telle la colorisation, etc).

I. Irreprésentable et boson de Higgs

Ce qui caractérise le boson c’est que tout le monde en parle mais que personne ne l’a vu.
Il est en effet irreprésentable, du fait de 3 verrous :

  • c’est une particule quantique, et on ne peut parler de visibilité.

  • Particule de la physique « modèle standard » : elle a d’abord été prédite théoriquement. Et il peut y avoir des particules qui n’ont pas d’existence palpable (tel que le boson en 1964) : de fait il y a un verrou visuel ontologique.

  • Boson de jauge scalaire et non pas vecteur de force : c’est une émanation d’un champ diffus. Cela empêche la métaphore : on ne peut pas l’imaginer, comme on peut le faire pour un photon par exemple.

Cela dit, on va quand même essayer de le représenter !

Les images scientifiques du boson qu’on connaît sont en fait des images de la collision qui témoignent de la présence du boson. Elles sont le fruit d’une négociation entre une simulation de collision et une reconstitution d’une collision qui a eu lieu. Mais on ne pas voir ces collisions, on a affaire à de la « particulographie ».

II. Étude dynamique

Thierry Sugitani étudie des « groupes formels d’images » , qui sont composés d’une image source et de plusieurs images dérivées, c’est-à-dire qui ont subi des modifications visuelles. Ces modifications concernent les aspects visuels (telle la couleur) et le contexte d’apparition (légende, support, commentaires, tag, etc).
L’étude dynamique consiste à identifier les images sources, les images dérivées et les transformations.

Chaque auteur part en effet d’une image source et va la transformer pour la faire correspondre au nouvel usage escompté.

Exemple d’une image scientifique du CERN :

– à partir de cette image, un infographiste du CERN va enlever tout discours qui entoure directement l’image pour en faire une « belle image », en vue d’un usage communicationnel.

– Cette même image a été reprise par l’AFP, qui conserve l’image brute mais applique un marqueur et transforme le paratexte pour indiquer le lieu et l’auteur, selon un usage informationnel.

– On la retrouve également sur un blog où il n’y a plus du tout de paratexte, mais beaucoup de mots-clés, de façon à ce que l’image soit très diffusée : on tend ainsi à « auratiser » l’image pour la faire circuler.

Les images sont reprises sur les réseaux sociaux pour une utilisation différente.

Et on voit que le CERN se sert également de ce genre d’images, où le paratexte disparaît, pour fédérer une communauté. Il utilise en effet des « images mystères » sur son facebook, où il s’agit pour les followers de deviner ce qui est représenté. Cela permet de construire une audience autour de lui.

III. Interaction scientifique avec d’autres cultures

Comment apparaissent les images scientifiques hors du champ scientifique, autrement dit dans une autre culture ?

Selon Thierry Sugitani il y a plusieurs modes d’apparition possibles. Les autres cultures peuvent en effet s’approprier :

  • les images scientifiques

  • les entités théoriques diffusées

  • les acteurs de la science eux-même (savants, équipements, etc).

Ainsi, l’image scientifique qui a été la plus appropriée au moment du boson est celle de la collision. On la retrouve dans un paysage visuel très large : caricatures, tatouages, gâteaux. C’est l’image par excellence associée au Boson, qui permet de le figurer, de le symboliser.

Mais il y aussi eu une forte appropriation visuelle des acteurs et des pratiques

  • le détecteur Atlas. Il a été représenté avec une insistance sur son gigantisme (petits personnages dessinés autour de lui).

  • le scientifique et son équation. Des images ont combiné la figure de Peter Higgs avec la représentation du boson, selon une tradition qui associe le savant au démiurge (Faust de Goethe, ou Nostradamus : une formule serait capable d’expliquer le monde).

On trouve également des représentations du boson très culturellement marquées :

  • sous forme de sphère, qui rappelle la représentation de l’atome. Elle est transparente avec de la lumière et des filaments à l’intérieur, qui suggère la dimension énergétique du boson. On la trouve par exemple sur la pochette d’un groupe norvégien de métal.

  • sous la forme     de la création de Michel-Ange, où Higgs et la divinité se touche le doigt.

Des représentations font aussi écho à une contre-culture scientifique, liée à un côté de la physique récupéré par le tantrisme, dans la lignée d’une mystique orientale née dans les années 1960 sur la côte ouest des États-Unis.

Finalement, on voit que des stratégies sont mises en place pour faire sauter les 3 verrous de l’irreprésentable :

  • soit par la fuite : on ne cherche pas à représenter la chose, mais on montre les équipements, le physicien qui en témoignent.

  • soit on lève le tabou en naturalisant l’objet, en procédant à une négociation entre l’aspect novateur et les représentations classiques. C’est ce qu’on avait fait aussi pour les nanotechnologies (constitution d’un nanomonde, vues de paysages et ariennes) et pour le trou noir, l’irresprésentable et l’impensable par excellence : Jean-Pierre Luminet en avait conçu une image, grâce à cette négociation, qu’on retrouve aujourd’hui dans Interstellar.

Questions/réponses suite à la présentation :

A propos de la culture visuelle, si l’étude de Corentin Cohen ramène quelque chose aux Relations internationales, est-ce que l’étude de Thierry amène quelque chose à la science ? Est ce que dans ces recherches le visuel n’est pas limité aux images, alors qu’il implique aussi du texte ? Finalement, la question qui pourrait être posée aux deux intervenants : qu’est-ce que le visuel, dans l’entité “Culture visuelle” ?
> Corentin Cohen : il est nouveau d’étudier le visuel. Cela renvoie à la théorie militaire de l’image : les bombardements fonctionnent comme des signes, qui n’ont parfois comme enjeu que d’être visibles et vus de tous. Cela montre la part du visuel dans le conflit, on peut aller beaucoup plus loin que les « photos ».
> Thierry Sugitani : Il est très intéressant d’étudier ce champ des images scientifiques et de leur circulation en lui-même, parce qu’il se passe quelque chose avec les images elles-mêmes.
L’un des problèmes est qu’on n’a pas accès aux auteurs, mais qu’il faut procéder par statistiques.

Est-ce que la culture visuelle correspond aux médias ?
> TS : Il faut plutôt prendre en compte tous les lieux d’apparition des images. Les blogs ou facebook ne sont pas des médias. Il faut aussi essayer de s’attacher à l’infravisible.

A propos du gigantisme, on pense aux catégories du sublime, de l’immensité, est-ce que ces catégories peuvent être mobilisées pour ce genre de recherches ?
> TS : En effet, on peut se demander si l’esthétique n’est pas un outil marketing pour attirer le lecteur. Plus les tirages de revue sont importants, plus on va voir du sublime ou de l’étrange dans les images, ou des grandes lumières. Cela ressort d’une rhétorique pour achalander le lecteur.

Est-ce que les scientifiques font ce genre d’images, qu’on pense réservée à la communication externe, pour eux ? Est-ce qu’ils utilisent des belles images entre eux ?
> TS : Il n’a pas étudié les usages internes des images, donc n’a pas beaucoup d’éléments, mais il y a sans doute un traitement de l’image.

Gigantisme des équipements : d’habitude la science se vante plutôt de faire les plus petits possibles, alors pourquoi montrer ces grands équipements ?
> TS : En effet, les nanotechnologies ont rendu possibles de petits détecteurs, mais on a aussi besoin de grands en l’occurrence. Toutefois, on aurait pu choisir de montrer les petits, mais ça n’a pas été le cas, on a bien cherché à mettre en avant le gigantisme dans un but communicationnel.

Est-ce que ce travail pourrait être continué dans une perspective de sociologie des sciences ?
> TS : n’a pas l’ambition de poursuivre ce travail dans l’immédiat. Mais il y a dejà pas de chercheurs qui travaillent sur le visuel dans les sciences (Kaiser, Feidman, etc). Il est intéressant de voir que, historiquement, la physique à un lien particulier avec les images : quand la discipline a eu une baisse d’audience dans les années 60-70 (crises pétrolières, etc), les instituts ont massivement investi dans la communication, et pas seulement le CERN.

Est-ce que le boson ressort d’un enjeu militaire ?
> TS : apparemment pas, d’autant plus qu’il y a des problèmes de financements, notamment pour le LHC, ce qui ne pourrait pas être le cas si c’était financé par l’armée.

Est-ce que l’image du boson, de la collision qu’on voit, est une image arrêtée d’un mouvement ?
> TS : En effet, on a en fait affaire à un mouvement.

Image : visuel « fond d’écran » du Hezbollah