Chantier Photo/savoirs/critiques

 

Ce chantier de recherche est intitulé Photo/savoirs/critiques. Que faire de l’historiographie anglo-saxonne sur la photographie ? et a été initié en septembre 2014 par un groupe de jeunes chercheur·e·s de l’ARIP.

Il a été initié dans l’objectif d’interroger les apports des études anglo-saxonnes  (notamment les cultural et visual studies mais aussi les postcolonial studies, les gender studies, etc.) dans leurs interactions avec l’étude de la photographie en tant que descendante de l’histoire de l’art française.


 

Trois axes de recherche

1. Un constat d’invisibilité

Au-delà d’un véritable manque de formation à ce niveau dans les études universitaires suivies à Paris 1 et dans d’autres universités franciliennes, se pose la question de l’ouverture d’un débat scientifique autour de ces questions. Certes, la tradition de l’histoire culturelle française est très riche et a permis des remises en question importantes pour l’histoire de la photographie, comme la fin de l’hégémonie des études de la photographie artistique sous un angle purement esthétique.

Cependant, les apports d’autres traditions historiographiques, qu’elles soient extra nationales ou extra disciplinaires sont rarement discutées, alors même qu’elles suscitent des débats très vifs, par exemple dans des contextes universitaires européens proches des nôtres (Allemagne, Pays-Bas…). De même, il semble que cela soit en partie une spécificité de l’histoire de l’art comme discipline, puisque d’autres discipliens comme l’histoire, les sciences de l’information et de la communication ou encore les études littéraires ont intégré une partie de ces questionnements. Pourquoi ces études sont-elles invisibilisées en histoire de l’art en France ?

2. De potentiels apports historiographiques, méthodologiques et conceptuels

Les apports de ces différentes traditions n’ont pas été questionnés, ou le plus souvent de façon critique -elles seraient le produit de traditions intellectuelles atlantiques auxquelles nous ne pourrions pas nous rattacher, elles seraient le produit d’un impérialisme scientifique, elles porteraient atteinte à la spécificité des études françaises… Pourtant, le meilleur moyen de discuter des positions est encore de les lire et de se les approprier, quitte à les critiquer ensuite. Serait-il possible d’intégrer ces méthodologies à l’histoire de la photographie française et comment ? Comment cela peut-il transformer notre regard d’historien·ne·s de la photographie, à la fois en termes d’objets envisagés et en termes de méthodes ? Quelles limites peut-on définir à ces traditions et comment peut-on les compléter/circonscrire ?

3. Vers de nouvelles problématiques de recherche

La particularité d’un certain nombre de champs de recherche évoqués plus haut réside dans la prise en compte d’un regard critique sur notre société et ses rapports de domination, en particulier à travers les concepts de genre, de classe et de race. Comment intégrer ces perspectives dans les études sur la photographie ? La photographie peut-elle faire l’objet de savoirs critiques et comment ? Mener de telles réflexions permettra de lutter contre un cloisonnement tant social que disciplinaire de nos activités. Cela alimentera également une certaine réflexivité vis-à-vis de notre positionnement en tant que chercheur, pour mieux questionner nos outils méthodologiques et épistémologiques.


 

Les objectifs du chantier

  • Au cours de réunions bimestrielles, lire, s’approprier et critiquer des textes des traditions anglo-saxonnes : cultural studies, gender studies, subaltern studies, visual studies…
  • Constituer une bibliographie collaborative permettant de situer ces recherches par rapport à l’historiographie française (notamment à l’histoire culturelle) et plus spécifiquement par rapport aux études sur la photographie.
  • Contribuer à un positionnement plus réflexif, en tant que jeune chercheur.e et dans/par sa recherche, épistémologiquement et méthodologiquement.

 

Contact

Pour toute question, n’hésitez pas à vous adresser aux initiatrices du projet :

Véra Léon : vera (dot) leon (dot) eschapasse (at) gmail (dot) com

Anaïs Mauuarin : mauuarin (dot) anais (at) gmail (dot) com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *