Réunion de rentrée de l’ARIP le 6 octobre

Au vu de l’intérêt qu’ont sucité les réunions mensuelles de l’ARIP l’an dernier, nous repartons pour un nouveau cycle cette année 2014-2015.

Nous vous convions à notre réunion de rentrée qui se tiendra
le lundi 6 octobre 2014, de 18h à 20h à l’INHA.

Notre ambition première reste d’offrir, par ces réunions, un lieu où puissent se rencontrer et se réunir des jeunes chercheur·e·s, du master au post-doc, venant de toutes les disciplines, ainsi que des professionnel·le·s du monde de la photographie. Le principe de mutualiser les recherches et les expériences concernant l’image photographique continue d’être notre mot d’ordre.

Cette première réunion sera l’occasion d’évoquer les projets que nous souhaitons engager avec vous pour l’année à venir :

  • Nous reviendrons sur l’enjeu que représentent les réunions et sur la manière dont on envisage leur déroulement.

  • Nous évoquerons le nouveau site de l’ARIP, qui se veut un outil complémentaire aux réunions, et sur lequel les membres sont invité·e·s à publier.

  • Et enfin, nous vous présenterons les chantiers de recherche que l’on envisage de mettre en place cette année. Ces chantiers réuniront des membres de l’ARIP autour de problématiques spécifiques, en fonction de vos intérêts. Nous avons songé à deux axes qui ont une résonance particulière avec nos propres travaux  : “Le langage photographique” et “La photographie peut-elle faire l’objet de savoirs critiques ?”. Nous vous invitons également à venir nous faire part de toutes vos suggestions.

Rendez-vous le lundi 6 octobre,
de 18h à 20h à l’INHA (salle CIRHAC, 1er étage),
2 rue Vivienne, 75002 Paris

Je n’irai pas aux Journées du Patrimoine cette année. Témoignage et réflexion sur la valeur du travail estudiantin, par Laureline Meizel

Cette année, les Journées du Patrimoine auront été l’occasion d’une déconvenue, d’une grogne et d’une interrogation sur la valeur du travail que je produis, en tant qu’étudiante non-docteure.

La séquence qui a produit ce triple mouvement débute en 2012. À cette date, je contacte le secrétariat d’une municipalité1, afin d’en savoir plus sur les archives d’un photographe du XIXe siècle qu’elle conserve peut-être. Quelques mois plus tard (et après avoir fait un relatif chou-blanc du côté archivistique), son service culturel m’écrit un mail très poli, au titre de mes recherches. S’intéressant particulièrement « à l’histoire de [la] commune et à celle de ses citoyens illustres », ce service me demande si j’aurais « l’amabilité de [lui indiquer] de quelle manière [il] pourrait avoir de plus amples renseignements biographiques [sur ce photographe] et sur la portée de « son » invention ? ». Ça tombe bien : je viens de publier un article sur le procédé du bonhomme auquel je me suis intéressée dans le cadre de ma thèse, et je serais très heureuse que mon travail ait la possibilité de sortir du champ universitaire. Quelques temps plus tôt, une collègue et moi avons consacré une communication à ce même personnage lors d’un colloque. Je donne donc la référence de l’article (qui contient lui-même de nombreux renvois aux travaux d’autres chercheurs), celle de la thèse en cours de ma collègue (dont une grosse partie est consacrée au photographe), et j’y ajoute plusieurs pistes pour trouver des informations dans les sources imprimées (où trouver ses ouvrages, ses articles, les nécrologies qui lui ont été consacrées, etc.). On me remercie (merci !).

Trois mois passent : nouveau mail du service culturel. On me prévient que ce photographe sera mis à l’honneur par la municipalité lors d’une prochaine manifestation (peut-être les Journées du Patrimoine). Nous sommes en avril 2013 et je me réjouis d’avance de l’événement. À l’occasion de cet échange, j’envoie l’adresse de ma collègue, afin qu’elle soit mise au courant. À sa suite, je constate sur mon profil academia que mon article est fréquemment consulté dans cette ville et ses environs. Plaisir d’offrir, réjouissances renouvelées !

Décembre 2013 : la cheffe du service culturel me contacte pour me demander, dans un mail qui sent l’urgence, si ma thèse sur « [ce photographe] et la photographie documentaire » « pourrait faire l’objet d’une conférence grand public pour [les] journées du patrimoine de septembre  2014 ». On me remercie d’avance d’« en dire plus sur [le] contenu [de ma thèse], sur son actualité et sur les conditions de [mon] intervention éventuelle ». Depuis le dernier échange de mails, l’information est mal passée. Ma thèse a pour sujet les liens de la photographie et du livre à la fin du XIXe siècle, non ce photographe, non plus que la photographie documentaire. Mais je réponds immédiatement. Doctorante, « jeune chercheure », je serais bien sûr ravie de donner une conférence, de quelque type qu’elle soit, sur l’un des pans de mon travail.


1. Dont il ne me paraît pas utile de stigmatiser l’ensemble de ses acteurs en la nommant.

Appel à communication pour le séminaire mensuel de l’ARIP

Séminaire 2014-2015

             Ce séminaire mensuel a une visée épistémologique et méthodologique. Il est destiné avant tout aux jeunes chercheur·e·s, du master au post-doc, qui sont particulièrement encouragé·e·s à participer. L’équipe de l’ARIP souhaite proposer un cadre pour ouvrir la discussion entre les différentes disciplines qui prennent en charge l’analyse des productions photographiques et de leurs usages et questionner l’état et l’histoire des recherches autour de la photographie, jusqu’ici traitées de manière très éclatée.
Ces séances seront donc l’occasion d’engager un travail de réflexivité, que ce soit en posant la question des sources, des angles d’approche, des méthodologies, ou encore en se prêtant à une analyse de la constitution du champ des études sur la photographie. Les propositions de communication souhaitées émaneront volontiers de divers champs disciplinaires, de l’histoire (de l’art) mais aussi volontiers de la sociologie, de l’anthropologie, des sciences de l’information et de la communication, de la philosophie, etc.

             Nous invitons donc tout·e jeune chercheur·e, quelle que soit son champ disciplinaire, son objet d’étude photographique et sa manière de l’envisager, à venir présenter ses travaux, en prenant soin d’en situer particulièrement les enjeux méthodologiques et épistémologiques.

En complément, et pour engager la discussion, voici quelques axes de questionnement sur lesquels l’ARIP entend déjà travailler, sans qu’ils soient exclusifs :

  • Face au primat d’une approche esthétique et/ou artistique dans les recherches sur l’image photographique, se développent, depuis quelques années déjà, des études qui tendent à prendre en compte les contextes de production politiques, sociaux, techniques, culturels, idéologiques et économiques des photographies : dans quelle mesure les recherches sur la photographie et ses usages peuvent participer à la production de savoirs critiques et contribuer à l’intelligence du monde social ?
  • On pourra également interroger l’évidence actuelle de certaines expressions du langage sur la photographie, tels que « medium photographique », “surface sensible” ou « boîte noire », devenues idiomatiques. Quelle(s) tradition(s) théorique(s), disciplinaire(s), épistémologique(s), culturelle(s) et linguistique(s), convoquons-nous lorsque nous employons ces expressions ? Des études de cas, du XIXe au XXIe siècles, pourraient être proposées, afin de retracer collectivement la généalogie de ces concepts.

Modalités de soumission
Les propositions seront adressées avant le 15 octobre 2014 à l’adresse suivante : arip.contact@gmail.com
D’une longueur maximale de 3000 signes, elles devront comporter un titre et un résumé de la communication. Quelques indications bibliographiques peuvent être ajoutées. Merci de préciser vos nom, prénom et rattachement institutionnel.

Les notifications d’acceptation seront adressées aux auteur.e.s au plus tard le 2 novembre 2014.
Le séminaire a lieu une fois par mois à l’INHA, 2 rue Vivienne, Paris.

L’ARIP
Véra Léon, Anaïs Mauuarin, Guillaume Blanc, Clément Gaillard

Le fonds iconographique François-Franck, Allison Huetz

Le fonds iconographique François-Franck. L’étude des émotions au Collège de France au début du XXe siècle 

Mémoire de master 2 à l’école du Louvre, Allison Huetz

Mes recherches portent sur un fonds de plaques de verre conservé au Collège de France, appartenant à un professeur du début du siècle, nommé Charles-Nicolas Emile François-Franck, qui fut l’assistant puis le successeur d’Etienne-Jules Marey à la chaire d’Histoire naturelle des corps organisés. Ces plaques de verres étaient projetées lors de ses cours pour illustrer ses recherches sur l’expression des émotions humaines et des expressions faciales. Le fonds regroupe des reproductions d’œuvres d’art (sculptures, peintures et objets ethnographiques), des portraits d’aliénés ainsi que des photographies d’acteurs et d’animaux. Ce scientifique collectionna entre 1899 et 1903 un répertoire d’expressions qui lui permit ensuite de développer ses théories. A partir de 1904, il se concentre sur l’expression des émotions, dites ‘profondes’, à savoir la réaction des muscles et des organes aux stimuli extérieurs. Il invente à cette occasion la méthode, dite « grapho-photographique », permettant d’associer aux prises de vues d’un organe en mouvement, les enregistrements graphiques de ses changements d’état. Cinq ans plus tard, assistée de sa future femme, Lucienne Chevroton, il met au point un banc de microcinématographie grâce à l’aide logistique de la société Gaumont. Ces expériences photographiques et micro-cinématographiques interrogent ainsi la façon dont les scientifiques fabriquaient les images scientifiques au début du siècle et leur lien avec la naissance d’une nouveau modèle ‘d’objectivité mécanique’.

A travers cet exemple, il convient de poser la question des usages de la photographie comme médium scientifique, celle de son objectivité et de ses capacités d’illustration et d’interroger la façon dont la photographie participe à l’élaboration de nouvelles techniques d’observation à la fin du XIXème siècle. L’étude des recherches scientifiques de François-Franck montre comment la photographie est placée au centre du dispositif d’expérimentation et participe en conséquence à la mise en observation du sujet et à la mise à distance de l’expérimentateur. Ce sujet pose de nombreux enjeux de recherche ; le premier d’entre eux étant la relation qui liait François-Franck à son maître Etienne-Jules Marey. D’autres enjeux pourront aussi être abordés, tels que le rôle de sa seconde femme, Lucienne Chevroton dans la constitution de sa collection d’images scientifiques ainsi que le relatif oubli qui a entouré ce fonds considérable pendant plus de deux décennies. Etudier les recherches scientifiques de François- Franck, ainsi que son intérêt pour la tradition artistique de la représentation des passions humaines, implique d’abord de faire le point sur la quasi-absence de son nom, jusqu’alors, dans les histoires de la photographie et dans celles des débuts du cinéma. En effet, le fonds ayant été au départ oublié puis mal attribué, très peu de chercheurs y ont eu accès jusqu’à maintenant.

Néanmoins, il paraît important de montrer que ce sujet découle de plusieurs intérêts croisés et participe de plusieurs disciplines à la fois. Les premières personnes à s’intéresser à ce type d’archives sont les historiens de la photographie et du début du cinéma qui entament dès les années 1970-1980, un travail de redécouverte de l’œuvre d’Etienne-Jules Marey. Dans les années 1990, d’autres chercheurs vont s’intéresser de plus ou moins près aux travaux scientifiques de François-Franck et de Lucienne Chevroton. Majoritairement anglo-saxons, ces historiens des sciences étudient la naissance du film scientifique, et mentionnent brièvement les noms de ce scientifique et de sa femme pour souligner leurs contributions respectives à l’élaboration de nouvelles techniques micro- cinématographiques. Enfin, plus récemment, des historiens de l’art, tels que Philippe-Alain Michaud ou encore Georges Didi-Huberman, en s’intéressant aux écrits d’Aby Warburg et à l’iconographie de la Nouvelle Salpêtrière, ont renouvelé l’approche que les chercheurs avait eue jusqu’ici de ce type d’archives scientifiques. Il s’agit donc d’intégrer à la réflexion, ces trois grand moments méthodologiques, afin d’étudier en profondeur les enjeux complexes liés à ce fonds de photographie.

Bientôt, la reprise

La rentrée se prépare à l’ARIP, le planning des réunions se met en place. Vous en saurez très vite davantage !

Et si vous êtes intéressé·e·s pour faire une présentation durant l’année, ou si vous souhaitez en savoir un peu plus sur le fonctionnement de l’association, n’hésitez pas à nous contacter : arip.contact(at)gmail.com

L’ARIP – dont le bureau a été renouvelé en mars 2014 – développe ses activités, avec toujours comme principe de mutualiser les recherches et les expériences concernant l’image photographique. Nous avons à cœur d’en faire une plateforme ouverte et interdisciplinaire rassemblant de jeunes chercheur·e·s allant du master au post-doc, et provenant de multiples universités. Par des échanges concernant des sujets de recherche spécifiques autant que par le questionnement de thématiques transversales, nous voulons faire de l’ARIP un espace bienveillant où s’épanouit une pensée de la photographie en construction.

Clément Gaillard, Véra Léon, Guillaume Blanc, Anaïs Mauuarin

Association de recherche sur l'image photographique