Import/Export. Compte-rendu de la réunion du 18 décembre

La première réunion du chantier Import/Export. Aux sources du langage sur la photographie s’est tenue en salle Jean Mitry (1er étage de l’INHA), le jeudi 18 décembre 2014. Elle a rassemblé une quinzaine de participants et s’est ouverte à 18h.

Les points à l’ordre du jour étaient les suivants :

I. Présentation des buts du chantier et des réalisations proposées (lexique, cycle d’entretiens)

II. Réflexion et prise de décision autour du lexique (entrées, structure des notices, méthodologie de rédaction)

III. Réflexion et prises de décision autour du cycle d’entretiens (personnalités à inviter, organisation)

Pour la synthèse : voir le bilan en fin de compte-rendu

Continuer la lecture de Import/Export. Compte-rendu de la réunion du 18 décembre

Compte-rendu de la réunion du 2 décembre : photographie, architecture et territoire

La réunion a eu lieu de 18h à 20h en salle Demargne (INHA). Environ 25 personnes sont présentes.

Après une introduction sur les enjeux d’une réflexion croisée sur l’architecture, le territoire et la photographie (thème de la séance) par les membres du bureau de l’ARIP, la réunion a donné lieu à la présentation de deux recherches en cours, l’une émise par une doctorante en histoire de la photographie, l’autre par doctorante en architecture.

Carolin Goergen, Université Paris VII Diderot
(Carolin.Gorgen@gmail.com)
Amateurs – Ruines – Kodak : La (re)construction photographique de San Francisco après le tremblement de terre en 1906

Frédérique Mocquet, ENSA Paris-Malaquais/Université Paris-Est
(fmocquet@gmail.com)
Paysages photographiques : photographie, prospective et aménagement du territoire

 

Carolin Görgen : Amateurs – Ruines – Kodak : La (re)construction photographique de San Francisco après le tremblement de terre en 1906

City Hall à San Francisco, après le tremblement de terre. ‘San Francisco Earthquake and Fire Collection’ Bancroft Library, Californie

Carolin s’intéresse à la façon dont le tremblement de terre de 1906 à San Francisco a été photographié par les amateurs. L’iconographie des clichés (ruines), leur esthétique (accent pictorialiste, dimensions pittoresque) ainsi que la manière donc ils participent d’une reconstruction visuelle et morale de la ville, sont pris en compte dans son étude.

1 / Rappel du rôle historique de la photographie et de sa fonction de documentation de l’espace urbain à San Francisco

Dès le Golden Rush on peut constater un attachement à la documentation visuelle de la ville. L’image photographie sert alors :

-A former une nouvelle représentation collective de la ville

-A témoigner de son quotidien (envoie de photographie aux familles éloignées)

-A ratifier du projet de créer une ville moderne sur un territoire reculé, peu développé. La photographie s’avère le médium parfait pour matérialiser ce projet de par les temporalités qu’elle enchevêtre : passé de l’instant photographié rendu présent au moment de la réception, et ouvert sur les potentialités futures des aménagements urbains (cf. citation de Peter Hales).

1880, la pratique de la photographie se développe. Les photographies panoramiques sont à la mode, et les cercles d’amateurs se structurent à partir des années 1890 (membres issus d’une classe bourgeoise, désireux de s’élever intellectuellement ; la pratique photographique créer des cercles de sociabilité autours d’aspirations communes). La publication Camera Craft, témoigne de leur état d’esprit.

Fin 19e et début 20e, les appareils Kodak (notamment le 1 $ Brownie) rend la photographie accessible à tous. Cette révolution a un impact sur ces cercles. Les valeurs dont ils sont les dépositaires sont en déclin (deux profils d’amateurs s’affrontent, « érudits »/lambda). Capturer l’image de la ville devient une volonté qui se généralise. Les points de vue s’en trouvent diversifiés.

2/ Episode du tremblement et l’hypothèse d’une « imagination historique »

Les différents degrés de destruction sont documentés par l’ensemble de la population. Il est difficile de discerner dans la majorité des cas, dans quelle optique ces photographies ont été prises (Simple souvenir ? Visée commerciale ? Valeur purement documentaire / scientifique ?)

Pour sortir de cette aporie de l’intentionnalité qui préside à la prise de vue, Carolin choisit de penser ce phénomène de documentation de l’espace urbain comme une façon indirecte de véhiculer des idées collectives. Le tremblement est un événement emblématique en ce qu’il est le catalyseur d’une réflexion sur la ville. Les clichés permettent entre autres :

-De donner à voir l’ampleur des dégâts

-De prévoir des mesures en conséquence

-De construire une identité locale dont sont porteurs les amateurs.

Carolin mobilise ici le concept d’ »Historical Imagination » et de « Snapshot » en s’appuyant notamment sur The Camera as Historian de E. Edwards (2012), Reading Americain Photographs de A. Trachtenberg (1989) et Untimely Ruins de Nick Yablon (2009 – pour le terme  »snapshot memories »).

->La photographie est un outil qui profite à une nouvelle approche active de l’histoire (concept d’hypermnesia qui est l’opposé de l’amnésie).

Questions ouvertes / Work in progress :

-Comment s’articulent les enjeux locaux et nationaux dans cette construction identitaire par le biais de la photographie ? (Questionner le rôle des institutions dans la gestion de l’archivage, notamment les musées)

-Quelle est la part respective de la population, des pouvoirs locaux et des lobbies dans cet effort de reconstruction de l’image de la ville de S.F. ?

-Quelle a été le rôle de la documentation scientifique, notamment celle produite par les photographes amateurs de la CA State Earthquake Commission?

Pour prolonger sa réflexion par des lectures :

-Articles, écrits dans la presse qui accompagnent les images de ruine, lettres personnelles sur les événements.

-Ecrits du XXe siècle sur l’expérience de l’espace urbain

 

Frédérique Mocquet : Paysages photographiques : photographie, prospective et aménagement du territoire

Emmanuel Pinard, « Pantin », 2006, série « Périphérie » (2006-2012)

Frédérique a été récemment diplômée de l’école d’architecture Paris Malaquais et a pratiqué la photographie dans ce cadre d’étude. Son projet de diplôme interrogeait déjà les liens unissant photographie et appréhension du territoire, du paysage, du site. La thèse lui permet d’approfondir cette réflexion, de mieux conceptualiser aussi bien l’usage empirique et instrumental du médium photographique que la production et la reconduction de codes esthétiques lorsqu’il s’agit de représenter l’espace (esthétique du banal entre autre)

Au départ de cette investigation : l’intuition que la photographie peut produire des contenus qui sont utiles aux « aménageurs » (urbanistes, architectes, paysagistes) et a fortiori aux chercheurs. Selon elle, le fait que la photographie offre une expérience différée de l’espace n’est pas à envisager de façon négative. De fait, cette mise à distance ouvre de nombreuses autres possibilités. Elle peut notamment nous donner à voir des détails qui passeraient inaperçus in situ, et nous renseigner sur des aspects parfois absents ou négligés par les études conventionnelles (ex : usages, invention du quotidien, détournement etc.).

La présentation a commencé par un état des lieux détaillé de la filiation photographie – territoire par le biais de la commande.

Topos sur :

-Mission Héliographique, 1851

-New Topographics, 1975

-DATAR, 1983-1989

Frédérique a ensuite fait un point sur les commandes moins connues que l’on peut appeler « post-Datar » :

-Les Quatres saisons du Territoire, Granit CAC, 1987-1991.
Commande artistique revendiquée comme telle. Sont missionnés des photographes connus. But affiché : une meilleur identification de ce territoire, au sens topographique mais surtout identitaire.

-Euroméditerranée, 2002-2009.
Commande d’un organisme d’aménagement, établissement public administratif à Marseille. But : donner à voir les rapides mutations de la ville.

Ce dernier exemple pointe une problématique récurrente dans l’étude de ce type commande : le projet d’aménagement est arrêté mais les photographes sont sur le terrain et produisent des images. Qu’est-ce qui justifie alors la production de ce matériau documentaire ? (//images de la Mission Héliographique et de la Datar dont on n’aura fait aucun usage scientifique)

Hypothèse de travail: la plupart de ces commandes recherche davantage une validation artistique qu’une production de documents exploitables.

Image d’en-tête : Emmanuel Pinard, « Nantes-Pornic », coffret de photographies, 2012-2013 

Prochain séminaire le 14 janvier : Culture visuelle

Rendez-vous pour la prochaine réunion de l’ARIP

Mercredi 14 janvier, 18h-20h
salle Demargne, INHA (rez-de-chaussée)
2 rue Vivienne, Paris

Cette séance sera consacrée au thème de la Culture visuelle.

Deux chercheurs viendront nous présenter leurs travaux : Corentin Cohen (Siences Po/CERI) et Thierry-Itaru Sugitani (École Polytechnique/EHESS).

  • Corentin Cohen : Une interprétation par les images du conflit de 2006 entre le Hezbollah et Israël

   Cette recherche explore l’adhésion d’une partie de la société libanaise à l’idée d’une « divine victoire » du Hezbollah au lendemain du conflit de 2006 contre Israël. La constitution de corpus d’images et leur analyse grâce à des typologies, aux concepts d’index et de cadre cognitifs, puis le recours à la sociologie de la production permettent de montrer comment une interprétation du conflit favorable à la Résistance libanaise s’est imposée puis enracinée dans la société malgré les stratégies israéliennes d’influence des perceptions.

  • Thierry-Itaru Sugitani : Images du Boson de Higgs : aux origines dynamiques et culturelles d’un ensemble iconographique

    Partant d’un champ spécifique (la physique des particules élémentaires) et d’un objet iconographique précis (le boson de Higgs), cette communication propose d’analyser la dynamique d’un ensemble d’images scientifiques, de leur production dans les laboratoires à leur appropriation par différents milieux (magazines de vulgarisation, quotidiens, réseaux sociaux, etc). A quels besoins répond l’image ? Comment circule-t-elle d’un milieu à l’autre ? Au prix de quelles transformations visuelles ?
A partir de ce cas d’étude, on tentera de dégager des méthodes utiles pour aborder de façon générale le régime contemporain de circulation massive des images.

Ces présentations seront suivies d’un temps dédié à la discussion des interventions avec tou.te.s les participant.e.s.

Nous réserverons un moment à la fin du séminaire de manière à évoquer les éventuelles questions ou actualités photographiques : n’hésitez pas à présenter une question méthodologique ou d’organisation, un livre, une exposition, une découverte, etc.

L’ARIP, Association de Recherche sur l’Image Photographique

Les coulisses du Met et du Musée d’Orsay, par Andrea Delaplace

Notes sur la soirée avec Philippe de Montebello (Met – New York) et Guy Cogeval (Musée d’Orsay – Paris) au Mona Bismarck American Center – Paris, 29/10/2014

Le dialogue entre ces deux commissaires d’expositions nous a présenté deux perspectives très différentes sur le curating ou commissariat d’exposition en français – une nord-américaine et l’autre française.

Philippe de Montebello, conservateur et ancien directeur du Met, a publié récemment un livre, Rendez-vous with Art1, où il discute avec Martin Gayford son expérience au Metropolitan Museum of Art de New York (Met) qu’il a dirigé de juillet 1977 à janvier 2009. Il a ainsi parlé de son livre et de ses 31 années dans cette institution2.

Guy Cogeval, historien de l’art spécialiste du peintre Edouard Vuillard, est directeur du Musée d’Orsay depuis janvier 2008.  Il est revenu sur son expérience dans cette institution et au Musée des Beaux-Arts de Montréal au Québec où il a été directeur de 1998 à 2006.

Ils possèdent des parcours professionnels similaires avec une formation en Histoire de l’art, une expérience en tant qu’enseignants et la particularité d’avoir commencé leur carrière respective dans les musées qu’ils ont fini par diriger.

La discussion a été guidée par les questions du médiateur de la séance, Guy Boyer3 : Qu’est-ce qu’un musée ? En quoi consiste le travail de conservateur ? Comment se font les acquisitions du musée ? Quels sont les axes directeurs qui guident le choix des nouvelles acquisitions ?  La question de la « présentation » des collections dans les musées : quelle muséographie  choisir ? White Cubeou Period Room ?

Premièrement, ces deux institutions sont très différentes puisque le Met est un musée encyclopédique, ainsi que le Louvre, et le Musée d’Orsay est dédié au XIXème siècle. Le Met comporte 110 conservateurs pour 17 départements dans des domaines aussi variés que la photographie, le dessin et la mode. Philippe de Montebello a parlé de son expérience auprès de ces conservateurs et des séminaires qu’il recevait de ses derniers pour comprendre un peu plus leur travail et les périodes dont ils étaient spécialistes. Selon lui, ces échanges avec les conservateurs étaient très enrichissants et ont collaboré à sa formation personnelle.

En revanche, Le Musée d’Orsay, même s’il possède d’importantes collections dans divers domaines, reste « renfermé » sur une seule période : le XIXème siècle. Ainsi le musée possède une équipe de conservateurs plus petite que celle du Met, ce qui permet à Guy Cogeval d’être encore plus en contact avec celle-ci.4

La question de l’espace physique du musée a été discutée par les deux directeurs car plus un musée acquiert des œuvres pour ses collections plus il a besoin d’espace dans ses réserves.   Le Musée d’Orsay n’a pas vraiment de perspective d’agrandissement physique puisque les changements sont restreints par la question de l’espace physique. Même si Guy de Cogeval a évoqué la possibilité de déplacer le personnel dans un autre bâtiment pour pouvoir dédier l’espace actuel du musée entièrement à l’exposition des collections du musée (un peu comme le nouveau musée Picasso qui privilégie l’espace de l’Hôtel Salé à sa collection), cette option reste assez lointaine. En contrepartie, le Met avec une surface de 180 000 m2, possède une « annexe » pour les collections d’art médiéval et les reconstitutions de cloitres européens qui donnent au bâtiment le nom de The Cloisters.

En ce qui concerne les acquisitions, Philippe de Montebello est revenu sur la politique d’acquisitions au Met qui, au cours des 31 années pendant lesquelles il fut directeur, a agrandi sa collection de 8400 pièces. Aux États-Unis, les grands collectionneurs sont très proches des musées américains et ils ont souvent le rôle de donateurs et de mécènes auprès de ces institutions. Ainsi, selon Philippe de Montebello, ce sont les 40 trustees qui influencent les nouvelles acquisitions du musée et c’est grâce à eux que la plupart des œuvres sont acquises.

Guy Cogeval a présenté la nouvelle exposition au Musée d’Orsay sur les 7 dernières années d’acquisitions. Il a aussi évoqué la difficulté des musées français par rapport aux demandes de financement ainsi que la situation à Montréal où, en plus, il n’y a pas d’aide du gouvernement. Désormais, le Musée des Beaux-Arts de Montréal essaie de trouver des financements pour les nouvelles acquisitions auprès de mécènes et de donations des visiteurs mais sans le même résultat que dans le cas américain.

Finalement, ils ont abordé les choix muséographiques lors de l’exposition des collections. Le White Cubereste privilégié au Met même si les Period Roomsont très présents dans les musées nord-américains5. En outre, Guy de Cogeval a mentionné les Period Rooms du Musée d’Orsay qui aident à attirer le regard des visiteurs et replace les œuvres d’art dans leur contexte social et historique.

L’importance de la médiation a aussi été évoquée par les deux intervenants. C’est à travers ce travail que l’on encourage le public et que l’on « éduque » celui-ci car il ne faut pas oublier la mission éducative de l’institution muséale.

Le dialogue a été extrêmement riche et a permis au public du Mona Bismarck American Center de découvrir les coulisses de deux institutions culturelles renommées internationalement : le Met et  le Musée d’Orsay.

Photo ci- dessous : Guy de Cogeval (à gauche), Philippe de Montebello (au centre) et Guy Boyer (à droite)


1. Thames & Hudson, 1ère édition Septembre 2014

2. “Philippe de Montebello on Lust, the Market and What Some Museums Do Wrong”, lire un compte-rendu du livre sur
http://observer.com/2014/08/philippe-de-montebello-on-lust-the-market-and-what-some-museums-do-wrong/#ixzz3KBla2LNq

3. Guy Boyer est directeur de la rédaction de Connaissance des Artset chroniqueur de Sorties, chaque vendredi et samedi.

4. Sa manière de diriger peut être parfois critiquée par ses collaborateurs les plus proches,pour savoir pluslire l’article parut sur le site en ligne du journal Le Monde du 20 février 2014 : « Guy Cogeval  mène le Musée d’Orsay à la baguette ».
http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/02/20/guy-cogeval-mene-le-musee-d-orsay-a-la-baguette_4369748_3246.html

5. “THE IMPORTANCE OF BEING ÉLITIST – After twenty years at the helm, Philippe de Montebello wants the Met to keep pulling in crowds—but not if it has to become a theme park.”, The New Yorker, 24 Novembre 1997.
http://www.newyorker.com/magazine/1997/11/24/the-importance-of-being-elitist

Compte-rendu de la réunion du 5 novembre

La réunion a lieu de 18h à 20h, en salle CIRHAC, à l’INHA. Une vingtaine de personnes sont présentes.

L’ordre du jour de la séance est le suivant :
I/ Présentation détaillée du programme de l’année
II/  Description des chantiers
III/ Renouvellement du bureau
IV/ La question du site de l’ARIP sur le site Culture visuelle

I/ PRÉSENTATION DÉTAILLÉE DU PROGRAMME DE L’ANNÉE :

Suite à l’appel à communication lancé à la rentrée (invitant : « tout·e jeune chercheur·e, quelle que soit sa discipline de rattachement, son objet d’étude photographique et sa manière de l’envisager, à venir présenter ses travaux, en prenant soin d’en situer particulièrement les enjeux méthodologiques et épistémologiques. »), L’Arip a reçu 20 propositions et en a choisi 12.

L’année sera donc divisée en 7 séances comprenant à chaque fois deux présentations de 30 minutes faites par deux chercheur.e.s et 1h réservée aux questions. De plus deux séances seront réservées à des réunions de bilan en février et en juin.

Pour les 7 séances de présentations, les membres de l’ARIP ont orienté leur choix en fonction de la clarté d’énonciation des objets et des méthodes, ainsi que des éventuelles compatibilités, résonances entre les différents sujets. L’idée principale étant de faire dialoguer les chercheur.e.s entre eux. Ces séances de présentation seront aussi dédiées à parler des éventuelles difficultés rencontrées lors des recherches, et des positionnements méthodologiques et épistémologiques adoptés.

  • Présentation de toutes les séances : cf. programme sur le carnet de recherche de l’ARIP (http://arip.hypotheses.org/285).

II/ LES CHANTIERS :

Cf : la description des projets de chantiers dans le drive de l’ARIP.

1/ Le chantier « Import/Export, Aux sources du langage théorique en photographie » proposé par Laureline Meizel.

Ce chantier transdisciplinaire est ouvert à tou.te.s et les réunions se feront en dehors des réunions de l’ARIP. Il donnera lieu à deux réalisations, qui restent à discuter et à préciser lors de la première réunion :

_ Un lexique collaboratif ;

_ Un cycle d’entretiens avec les personnes (professeur.e.s, conservateur.e.s, galeristes, …) qui ont participé à l’élaboration du langage sur la photographie (des années 1950 aux années 1980 environ).

A cause d’un emploi du temps chargé, la première réunion aura lieu assez tardivement, avant les vacances de Noël, mais le cycle d’entretiens devrait démarrer en janvier, avec Michel Frizot.

2/ Le chantier « Que faire de l’historiographie anglo-saxonne sur la photographie ? » proposé par Véra Léon et Anaïs Mauuarin

Une première réunion a eu lieu le 20 octobre (cf : compte rendu de la réunion dans le drive de l’ARIP) et a consisté en la mise en commun des connaissances sur l’historiographie anglo-saxonne et plus particulièrement sur les cultural studies.

Ce chantier aura lieu en dehors des réunions de l’ARIP et s’organisera en deux temps :

_ Dans un premier temps, les personnes concernées pourront venir aux réunions pour partager leurs lectures et critiques sur l’historiographie anglo-saxonne.

_ Dans un deuxième temps, il s’agira d’interroger cette historiographie en fonction des sujets de chacun.e.

  • Les membres intéressé.e.s par ce chantier sont invité.e.s à assister à la journée d’études “Politiques de la scientificité. Les studies à l’étude”, le 24 novembre, qui s’intéressera largement à ces questions : cf programme sur http://calenda.org/305248

Remarques :

  • Toute personne peut envoyer des comptes rendus d’exposition ou billets à l’adresse e-mail de l’ARIP afin qu’ils soient publiés sur le site de l’ARIP. Un comité de lecture est en cours de création (par Laureline Meizel et Thierry Sugitani).

  • Un google doc sera mis en place sur le drive de l’ARIP par une membre afin de mettre en commun des outils pour la recherche et pour la rédaction des thèses/mémoires qui comprendra :

_ les listes de diffusion concernant la photographie

_ les sites utiles pour la rédaction des thèses

_ les sites qui permettent de rechercher les thèses déjà publiés en France et à l’étranger

III/ LE BUREAU :

Le bureau de l’ARIP organise les réunions et gère les outils de l’ARIP (sites, mails,…). Les membres actuels de l’ARIP sont : Guillaume Blanc, Véra Léon et Anaïs Mauuarin. L’organisation du bureau est collégiale.

Après un tour de table, Jessica Blanc s’est également proposée pour intégrer le bureau ainsi que Sara Lo Porto à partir de janvier et Thierry Sugitani pour gérer le site (et éventuellement créer un groupe facebook de l’ARIP – en plus de la page facebook- qui serait un lieu de discussion instantanée).

Les personnes présentes pendant la réunion ont lu la charte de l’ARIP puis voté. Le nouveau bureau de l’ARIP est élu à l’unanimité et se compose de : Guillaume Blanc, Jessica Blanc, Véra Léon, Anaïs Mauuarin, Sara Lo Porto et de Thierry Sugitani pour l’administration du site.

IV/ LA QUESTION DU SITE DE L’ARIP SUR CULTURE VISUELLE :

Culture visuelle est une plateforme donnant accès à plusieurs blogs. Après un échange et un tour de table argumenté par un membre, il a été décidé qu’il serait plus intéressant pour le site de l’ARIP de figurer sur Culture visuelle car il gagnerait en visibilité tout en gardant son autonomie.

Les points de l’ordre du jour étant tous abordés, un tour de table est proposé. Les personnes présentes sont invitées à prendre la parole tour à tour pour faire d’éventuelles suggestions :

_ Laureline Meizel indique que les personnes intéressées par le chantier sur le langage employé en photographie peuvent commencer à préparer des questions pour l’entretien de Michel Frizot, en visitant les deux expositions dont il est le co-comissaire (avec Cédric de Veigy) : Photo trouvées (maison Doisneau) et Toute photographie fait énigme (MEP)

_ Éléonore Challine travaille avec Catherine Meneux et Marie Gispert à l’élaboration d’une base de données sur la critique d’art. Elle invite les membres à lui envoyer un mail pour lui communiquer des noms de critiques en photographie du XIXe et du XXe peu connus.
Tous les points de l’ordre du jour ayant été soulevés, la séance se termine à 20h.

Photographie d’en-tête de Rose-Lyne Fisher