Prochaine réunion : mardi 10 février

Rendez vous pour la prochaine réunion de l’ARIP

Mardi 10 février, 18h-20h
salle Jullian, INHA (1er étage)
2 rue Vivienne, Paris

          Il s’agit d’un moment important puisque cette réunion constitue une séance de bilan et d’ouverture à mi-course dans notre programme annuel. Il y sera en effet question, non seulement de revenir sur l’activité de l’association et de ces chantiers, mais également d’ouvrir nos questionnements grâce à la présentation du travail d’un photographe.

Elle sera l’occasion d’entreprendre ensemble :
– un premier bilan des séances du séminaire mensuel, en prenant le temps de continuer les questionnements qui ont pu naître lors de ces séances
– un point le fonctionnement de l’association et ses perspectives
– ainsi que de revenir sur les activités des chantiers de l’ARIP

Par ailleurs, Camilo León, photographe et jeune chercheur en sociologie (Paris 3/EHESS), président de l’association Last Focus, viendra nous présenter son travail photographique en cours :
« Femmes engagées à Medellín: une réalité complexe”, qui sera exposé, à partir du 3 février, à la Maison des Initiatives Etudiantes-Bastille (50 rue des Tournelles, 75003 Paris, vernissage le 3 février à 18h30).

Cette présentation sera l’occasion d’interroger et de mettre en perspective les pratiques de la sociologie et de l’anthropologie visuelle. Elle sera ainsi une manière d’ouvrir le débat, dans la lignée de notre dernier séminaire, sur des problématiques qui débordent le champ de l’art, et que mettent en perspectives des pratiques contemporaines.

Cette réunion donnera également un cadre afin de réfléchir collectivement autour des enjeux et difficultés de nos recherches. Dans ce cadre, toutes vos propositions, vos questions et vos remarques seront les bienvenues.

Afin de donner une note conviviale à cette séance, nous vous proposons également d’amener chacun·e de quoi boire ou manger.

L’ARIP, Association de recherche sur l’image photographique

Compte-rendu de la réunion du 14 janvier : Culture Visuelle

La réunion a eu lieu en salle Demargne, de 18h à 20h. Elle a réuni 33 participants.

Le thème portait sur la question de la « culture visuelle » et deux jeunes chercheurs ont présenté leurs recherches à ce sujet. Les présentations ont respectivement donné lieu à des moments féconds d’échange et de discussion.

Corentin Cohen, (Sciences Po/CERI)
(corentin.cohen@sciencespo.fr)
Une interprétation par les images du conflit de 2006 entre le Hezbollah et Israël

Thierry-Itaru Sugitani (École Polytechnique/EHESS)
Images du Boson de Higgs : aux origines dynamiques et culturelles d’un ensemble iconographique

Corentin Cohen : Une interprétation par les images du conflit de 2006 entre le Hezbollah et Israël

Sa recherche est partie d’images qu’il a découvertes lors d’un séjour puis de terrains au Liban, qui concernaient la guerre de 34 jours contre Israël en 2006 et qui posent un problème au chercheur en science politique et relations internationales.
Les images diffusées par le Hezbollah voulaient promouvoir l’idée d’une « divine victoire ». Or, il y avait là un paradoxe :

  • peu d’arguments vont dans le sens d’une victoire du Hezbollah, d’un point de vue matériel. Il a surtout était surprenant, au moment de cette guerre, qu’Israël cède si vite.
  • Aucun auteur n’est d’accord sur le bilan de cette guerre. Cela fait écho à l’idée plus générale que défend Gabriella Blum dans The Fog of Victory, selon laquelle, dans les formes de guerre telles qu’elles existent actuellement, il devient compliqué de déterminer les conditions de la victoire. A propos du conflit en question, on dit qu’Israël aurait voulu retourner la population libanaise contre le Hezbollah, et que là il y a échec.

Face à ce paradoxe, Corentin Cohen a voulu envisager ces images de plus près. Peu de travaux en relations internationales portent sur les images. Il s’est donc agi pour lui de procéder à une expérience par ce travail en étudiant les images produites pendant les 34 jours du conflit.
Il va essayer d’expliquer les relations en partant des images, en se plaçant en lien avec une approche cognitiviste (Dan Sperber) selon laquelle une image est une représentation visuelle qui soutient une idée, une représentation mentale de la réalité.

Sa présentation se déroule en trois temps :
I. Les images en circulation : un conflit sans photos des combats ni du Hezbollah
II. les images cristallisées : icônes et esthétiques comme révélateurs politiques
III. Les images réinvesties : une guerre du sens qui se poursuit

I. Les images en circulation : un conflit sans photos des combats ni du Hezbollah

Le corpus a été établi à partir de couvertures de journaux, de photographies de l’AFP (15 000), d’images issues de la presse internationale et de photographies produites par les photo-reporters qu’il a rencontrés.

En étudiant les couvertures des journaux il s’est intéressé à la manière dont l’événement passé est représenté par et dans les médias. Il se concentre sur la presse papier.
Étude de trois journaux aux sensibilités différentes :
An Nahar (Sunnite, Courant du Futur), As-Safir (proche chiites et Hezbollah), L’Orient le jour (chrétien trad.).

En terme de méthode : il a établi des statistiques pour cerner quels genres d’images de la guerre sont diffusées dans quels journaux (tableau avec des catégories d’images telles que : destructions civiles, bombardements plan larges, victimes civiles, etc).
Ainsi, les images diffusées dans L’Orient le jour sont surtout des destructions civiles, qui font apparaître la guerre comme une catastrophe naturelle. As-Safir quant à lui montre beaucoup de victimes et un acharnement sur les civils.
Globalement, il n’y a pas de représentations des combats, des soldats israéliens ni des représentants politiques.

L’étude était délicate parce que les outils pour effectuer des recherches dans les images de l’AFP n’étaient pas encore au point tels qu’ils peuvent l’être aujourd’hui et il était donc compliqué d’établir des statistiques.
Toutefois, les recherches de Corentin Cohen montrent que ce sont surtout des bombardements en plan larges et des ruines qui sont représentées. Sur toute la base de données, il n’y a que deux photos de combattant du Hezbollah.

Cela peut permettre de comprendre pourquoi le Hezbollah n’a pas été perçu comme étant à l’origine du conflit (alors qu’Israël voulait diffuser l’idée que c’est la capture d’un soldat israélien par le Hezbollah qui aurait mis le feu aux poudres).

On peut se demander en effet : pourquoi n’y a-t-il pas d’images du Hezbollah ?
Cela soulève la question des « stratégies de perceptions » mises en place par les deux armées.
Il faut voir le conflit comme une scène qui a ses coulisses, et repenser la chronologie dans laquelle elle se déploie. Deux stratégies très différentes.

– Israël envoie des caricatures et des tracts représentant le Hezbollah proche du Hamas sur Beyrouth, et diffuse par ailleurs des images officielles représentant son armée unie.

– Le Hezbollah développe quant à lui des stratégies de perceptions plus fines : invisibilité de ses soldats et des lanceurs de roquettes+des photos de peluche dans les ruines en couverture de journaux, ou d’une ambulance (soi disant) traversée par une bombe. Il apparaît aussi dans des photos, par un symbole, le drapeau : il ne se montre pas comme un groupe armé mais comme un parti, un organise religieux et capitalise ainsi les bénéfices sur ces symboles.

II. Les images cristallisées : icônes et esthétiques comme révélateurs politiques

Icônes
Corentin Cohen s’appuie sur la notion d’icône, au croisement des mondes sociaux et des formes de consensus politiques. Il s’appuie sur Howard Becker, selon qui chaque monde social diffuse ses propres représentations, ainsi que sur les travaux de Bruno Latour, selon lesquels l’icône est une représentation qui dépasse un seul milieu, qui fait consensus. A partir de là, il recherche les images qui ont été partagées par différents milieux.

Deux images parmi celles sur lesquelles il a travaillé correspondraient à des icônes, qui ont été produites à un moment-clé de la guerre (une centaine de morts du côté libanais) :
-elles sont populaires
-elles ont fait la couverture en grand format et ont été publiés dans les 3 journaux
-elles résonnent avec la mémoire collective
-elles n’ont pas été récompensées, mais ont été mises en avant dans la presse internationale.

L’esthétique comme révélateur
Le Hezbollah produit des images « fond d’écran » au lendemain de la guerre : pourquoi ?
Le Hezbollah y développe une rhétorique de l’appartenance à la terre, à la nature : on y voit des soldats intégrés à la nature. S’y lisent le mythe du soldat, qui apparaît comme une ombre, et celui d’une armée secrète qui veille sur le pays. Le religieux y apparaît aussi sous la forme de tâches rouges (référence au martyre de Hussein et bataille de Kerbala).
Sous leur aspect esthétique, ces images sont donc très codées.

III. Les images réinvesties : une guerre du sens qui se poursuit

Certaines de ses images de la guerre sont réinvesties :

  • dans l’espace public, ce qui ne va pas sans créer de tensions entre les groupes religieux

  • dans les jeux video, et notamment Special Force, jeu lancé par le Hezbollah

  • dans les parcs d’attraction

Les codes y sont repris, qui tendent à naturaliser ces représentations. Et aujourd’hui, elles sont toujours très présentes au Liban.

Finalement, en montrant la circulation et les consensus que créent ces images, on comprend pourquoi la population libanaise ne s’est pas retourné contre le Hezbollah au moment de la guerre, mais que bien au contraire elle y a adhéré.

Questions/réponses suite à la présentation :

A propos de la méthode : peut-on parler d’images de presse sans prendre en compte le contexte éditorial et le texte qui va avec les images ? Et la notion de consensus est-elle vraiment juste : ce n’est pas parce qu’une image apparaît dans plusieurs médias qu’elle reflète un consensus ?
> Corentin Cohen : il a aussi pris en compte le texte qui entoure les images dans sa thèse, et ne se limite pas du tout à une analyse formelle et iconographique.
Et il se permet d’utiliser la notion de consensus à propos de deux images parce qu’elles correspondent à un moment de consensus autour de ce moment de la guerre : il y a véritablement consensus, au-delà même des images, à ce moment-là.

Y-a-t-il un lien entre cette iconographie et celle qui apparaît en Iran dans les années 1980 (Hezbollah soutenu par l’Iran dans les années 1980) ?
> CC  : il fait référence à un article qui revient précisément sur cette question, et il estime qu’en effet il y a un héritage politique vis à vis de l’imagerie iranienne.

A propos de l’anonymat des figures de martyr.
> CC : Il y a souvent des portraits de martyrs affichés dans l’espace public (piliers d’autoroute par exemple), et là on a soit affaire au visage des deux principaux dirigeants martyres du Hezbollah, soit à des silhouettes anonymes. Par contre, quand on va dans les villages, on trouve souvent des photos du martyre qui venait de ce village. Le Hezbollah a mis en place une fondation pour le martyr qui documente chaque martyr.

A propos du champ de recherche des Relations internationales.
> CC : Il s’est ouvert aux images depuis 2001 avec le 11 septembre, et aussi 2007 du fait des caricatures de Mahomet au Danemark,  École critique de Copenhague qui s’intéresse particulièrement à la visual securitization, la construction de la sécurité par des images. Le champ s’ouvre.

Quelle méthode a un chercheur en sciences politiques pour aborder les images ?
> CC : Il était lui-même familier des images de part une formation en histoire de l’art et une formation au Jeu de Paume auparavant. Mais c’est vrai que ce n’est pas facile pour quelqu’un qui vient des RI : les objets sont difficiles et les outils ne sont pas évidents à rendre légitimes.

Est-ce que ces images ont eu un impact sur les communautés chrétiennes et sunnites ?
> CC : Suite à la guerre il y a eu une alliance avec plusieurs communautés chrétiennes et sunnites, selon l’idée que le Hezbollah peut et doit défendre le pays. Mais globalement ces images les touchent quand même moins. On voit toutefois que des groupes sunnites reprennent certains codes (ombres, soldats anonymes), qu’on retrouve utilisés par l’État Islamique.

Quelle diffusion des images « fond d’écran » ?
> CC : La première fois qu’il a croisé une de ces images, c’était dans un café de Beyrouth, mais elles sont en ligne, utilisées sur des blogs, et beaucoup en fond d’écran précisément.

Thierry-Itari Sugitani : Images du Boson de Higgs : aux origines dynamiques et culturelles d’un ensemble iconographique

Le boson avait été prédit dès 1964, par Higgs lui-même, par plusieurs physiciens belges et par le MIT. Il a été découvert le 4 juillet 2012, c’est la dernière particule élémentaire découverte. Avec l’annonce du LHC, il y a eu un vrai « ramdam médiatique » très intéressant.

Thierry Sugitani avait un intérêt pour le phénomène que constituent les images contemporaines :
– leur grande diversité
– la « vie » de ces images (circulation, appropriation, etc)

Il a choisi de travailler sur une image de science parce que le monde scientifique est une communauté un peu à part, et plus précisément sur le boson, parce qu’il émane de la physique des particules qui est considérée comme la « reine des sciences ».

Le boson peut être considéré comme un symptôme, qui peut éclairer le régime massif d’images qui nous entourent.

Sa démarche consiste à étudier précisément 517 images qui ont été produites sur une dizaine d’années, et à voir comment elles ont été produites, reproduites, et quels sont les liens qui les unissent. Ainsi il procède à :

  • une étude dynamique des images : production, appropriation, circulation, diffusion, etc.

  • une étude de leurs aspects visuels : les caractères visuels hérités (issus d’une autre image) et les caractères visuels propres (modifications qui caractérisent l’image, telle la colorisation, etc).

I. Irreprésentable et boson de Higgs

Ce qui caractérise le boson c’est que tout le monde en parle mais que personne ne l’a vu.
Il est en effet irreprésentable, du fait de 3 verrous :

  • c’est une particule quantique, et on ne peut parler de visibilité.

  • Particule de la physique « modèle standard » : elle a d’abord été prédite théoriquement. Et il peut y avoir des particules qui n’ont pas d’existence palpable (tel que le boson en 1964) : de fait il y a un verrou visuel ontologique.

  • Boson de jauge scalaire et non pas vecteur de force : c’est une émanation d’un champ diffus. Cela empêche la métaphore : on ne peut pas l’imaginer, comme on peut le faire pour un photon par exemple.

Cela dit, on va quand même essayer de le représenter !

Les images scientifiques du boson qu’on connaît sont en fait des images de la collision qui témoignent de la présence du boson. Elles sont le fruit d’une négociation entre une simulation de collision et une reconstitution d’une collision qui a eu lieu. Mais on ne pas voir ces collisions, on a affaire à de la « particulographie ».

II. Étude dynamique

Thierry Sugitani étudie des « groupes formels d’images » , qui sont composés d’une image source et de plusieurs images dérivées, c’est-à-dire qui ont subi des modifications visuelles. Ces modifications concernent les aspects visuels (telle la couleur) et le contexte d’apparition (légende, support, commentaires, tag, etc).
L’étude dynamique consiste à identifier les images sources, les images dérivées et les transformations.

Chaque auteur part en effet d’une image source et va la transformer pour la faire correspondre au nouvel usage escompté.

Exemple d’une image scientifique du CERN :

– à partir de cette image, un infographiste du CERN va enlever tout discours qui entoure directement l’image pour en faire une « belle image », en vue d’un usage communicationnel.

– Cette même image a été reprise par l’AFP, qui conserve l’image brute mais applique un marqueur et transforme le paratexte pour indiquer le lieu et l’auteur, selon un usage informationnel.

– On la retrouve également sur un blog où il n’y a plus du tout de paratexte, mais beaucoup de mots-clés, de façon à ce que l’image soit très diffusée : on tend ainsi à « auratiser » l’image pour la faire circuler.

Les images sont reprises sur les réseaux sociaux pour une utilisation différente.

Et on voit que le CERN se sert également de ce genre d’images, où le paratexte disparaît, pour fédérer une communauté. Il utilise en effet des « images mystères » sur son facebook, où il s’agit pour les followers de deviner ce qui est représenté. Cela permet de construire une audience autour de lui.

III. Interaction scientifique avec d’autres cultures

Comment apparaissent les images scientifiques hors du champ scientifique, autrement dit dans une autre culture ?

Selon Thierry Sugitani il y a plusieurs modes d’apparition possibles. Les autres cultures peuvent en effet s’approprier :

  • les images scientifiques

  • les entités théoriques diffusées

  • les acteurs de la science eux-même (savants, équipements, etc).

Ainsi, l’image scientifique qui a été la plus appropriée au moment du boson est celle de la collision. On la retrouve dans un paysage visuel très large : caricatures, tatouages, gâteaux. C’est l’image par excellence associée au Boson, qui permet de le figurer, de le symboliser.

Mais il y aussi eu une forte appropriation visuelle des acteurs et des pratiques

  • le détecteur Atlas. Il a été représenté avec une insistance sur son gigantisme (petits personnages dessinés autour de lui).

  • le scientifique et son équation. Des images ont combiné la figure de Peter Higgs avec la représentation du boson, selon une tradition qui associe le savant au démiurge (Faust de Goethe, ou Nostradamus : une formule serait capable d’expliquer le monde).

On trouve également des représentations du boson très culturellement marquées :

  • sous forme de sphère, qui rappelle la représentation de l’atome. Elle est transparente avec de la lumière et des filaments à l’intérieur, qui suggère la dimension énergétique du boson. On la trouve par exemple sur la pochette d’un groupe norvégien de métal.

  • sous la forme     de la création de Michel-Ange, où Higgs et la divinité se touche le doigt.

Des représentations font aussi écho à une contre-culture scientifique, liée à un côté de la physique récupéré par le tantrisme, dans la lignée d’une mystique orientale née dans les années 1960 sur la côte ouest des États-Unis.

Finalement, on voit que des stratégies sont mises en place pour faire sauter les 3 verrous de l’irreprésentable :

  • soit par la fuite : on ne cherche pas à représenter la chose, mais on montre les équipements, le physicien qui en témoignent.

  • soit on lève le tabou en naturalisant l’objet, en procédant à une négociation entre l’aspect novateur et les représentations classiques. C’est ce qu’on avait fait aussi pour les nanotechnologies (constitution d’un nanomonde, vues de paysages et ariennes) et pour le trou noir, l’irresprésentable et l’impensable par excellence : Jean-Pierre Luminet en avait conçu une image, grâce à cette négociation, qu’on retrouve aujourd’hui dans Interstellar.

Questions/réponses suite à la présentation :

A propos de la culture visuelle, si l’étude de Corentin Cohen ramène quelque chose aux Relations internationales, est-ce que l’étude de Thierry amène quelque chose à la science ? Est ce que dans ces recherches le visuel n’est pas limité aux images, alors qu’il implique aussi du texte ? Finalement, la question qui pourrait être posée aux deux intervenants : qu’est-ce que le visuel, dans l’entité “Culture visuelle” ?
> Corentin Cohen : il est nouveau d’étudier le visuel. Cela renvoie à la théorie militaire de l’image : les bombardements fonctionnent comme des signes, qui n’ont parfois comme enjeu que d’être visibles et vus de tous. Cela montre la part du visuel dans le conflit, on peut aller beaucoup plus loin que les « photos ».
> Thierry Sugitani : Il est très intéressant d’étudier ce champ des images scientifiques et de leur circulation en lui-même, parce qu’il se passe quelque chose avec les images elles-mêmes.
L’un des problèmes est qu’on n’a pas accès aux auteurs, mais qu’il faut procéder par statistiques.

Est-ce que la culture visuelle correspond aux médias ?
> TS : Il faut plutôt prendre en compte tous les lieux d’apparition des images. Les blogs ou facebook ne sont pas des médias. Il faut aussi essayer de s’attacher à l’infravisible.

A propos du gigantisme, on pense aux catégories du sublime, de l’immensité, est-ce que ces catégories peuvent être mobilisées pour ce genre de recherches ?
> TS : En effet, on peut se demander si l’esthétique n’est pas un outil marketing pour attirer le lecteur. Plus les tirages de revue sont importants, plus on va voir du sublime ou de l’étrange dans les images, ou des grandes lumières. Cela ressort d’une rhétorique pour achalander le lecteur.

Est-ce que les scientifiques font ce genre d’images, qu’on pense réservée à la communication externe, pour eux ? Est-ce qu’ils utilisent des belles images entre eux ?
> TS : Il n’a pas étudié les usages internes des images, donc n’a pas beaucoup d’éléments, mais il y a sans doute un traitement de l’image.

Gigantisme des équipements : d’habitude la science se vante plutôt de faire les plus petits possibles, alors pourquoi montrer ces grands équipements ?
> TS : En effet, les nanotechnologies ont rendu possibles de petits détecteurs, mais on a aussi besoin de grands en l’occurrence. Toutefois, on aurait pu choisir de montrer les petits, mais ça n’a pas été le cas, on a bien cherché à mettre en avant le gigantisme dans un but communicationnel.

Est-ce que ce travail pourrait être continué dans une perspective de sociologie des sciences ?
> TS : n’a pas l’ambition de poursuivre ce travail dans l’immédiat. Mais il y a dejà pas de chercheurs qui travaillent sur le visuel dans les sciences (Kaiser, Feidman, etc). Il est intéressant de voir que, historiquement, la physique à un lien particulier avec les images : quand la discipline a eu une baisse d’audience dans les années 60-70 (crises pétrolières, etc), les instituts ont massivement investi dans la communication, et pas seulement le CERN.

Est-ce que le boson ressort d’un enjeu militaire ?
> TS : apparemment pas, d’autant plus qu’il y a des problèmes de financements, notamment pour le LHC, ce qui ne pourrait pas être le cas si c’était financé par l’armée.

Est-ce que l’image du boson, de la collision qu’on voit, est une image arrêtée d’un mouvement ?
> TS : En effet, on a en fait affaire à un mouvement.

Image : visuel « fond d’écran » du Hezbollah

Entretien public avec Michel Frizot, le 27 janvier 2015

Rendez-vous pour le premier entretien du cycle lancé par le chantier de recherche Import/Export

                                 Mardi 27 janvier, 18h-20h                                                                   salle Jullian, INHA (1er étage)                                   2 rue Vivienne, 75002 Paris

Le premier invité de ce cycle d’entretiens publics est Michel Frizot, historien de la photographie, directeur de recherche émérite au CNRS (CRAL-EHESS).

Premier enseignant d’histoire de la photographie à l’université en France (Université de Dijon, 1977, puis Paris IV, École du Louvre et EHESS), il a notamment dirigé la Nouvelle Histoire de la Photographie (1ère éd. fr., Paris, Bordas/Adam Biro, 1994, trad. en anglais et en allemand) et a été le commissaire, entre autres, des expositions E.-J. Marey (Paris, Centre Pompidou, 1977), VU (Paris, MEP, 2006), André Kertész (Paris, Jeu de Paume, 2010) et Toute photographie fait énigme. Une collecte de regards (actuellement à la MEP).

Cet entretien sera animé par Laureline Meizel (Paris I/ED 441/HiCSA) et Kim Timby (École du Louvre/EHESS-CRAL).

 

Import/Export. Compte-rendu de la réunion du 18 décembre

La première réunion du chantier Import/Export. Aux sources du langage sur la photographie s’est tenue en salle Jean Mitry (1er étage de l’INHA), le jeudi 18 décembre 2014. Elle a rassemblé une quinzaine de participants et s’est ouverte à 18h.

Les points à l’ordre du jour étaient les suivants :

I. Présentation des buts du chantier et des réalisations proposées (lexique, cycle d’entretiens)

II. Réflexion et prise de décision autour du lexique (entrées, structure des notices, méthodologie de rédaction)

III. Réflexion et prises de décision autour du cycle d’entretiens (personnalités à inviter, organisation)

Pour la synthèse : voir le bilan en fin de compte-rendu

Continuer la lecture de Import/Export. Compte-rendu de la réunion du 18 décembre

Compte-rendu de la réunion du 2 décembre : photographie, architecture et territoire

La réunion a eu lieu de 18h à 20h en salle Demargne (INHA). Environ 25 personnes sont présentes.

Après une introduction sur les enjeux d’une réflexion croisée sur l’architecture, le territoire et la photographie (thème de la séance) par les membres du bureau de l’ARIP, la réunion a donné lieu à la présentation de deux recherches en cours, l’une émise par une doctorante en histoire de la photographie, l’autre par doctorante en architecture.

Carolin Goergen, Université Paris VII Diderot
(Carolin.Gorgen@gmail.com)
Amateurs – Ruines – Kodak : La (re)construction photographique de San Francisco après le tremblement de terre en 1906

Frédérique Mocquet, ENSA Paris-Malaquais/Université Paris-Est
(fmocquet@gmail.com)
Paysages photographiques : photographie, prospective et aménagement du territoire

 

Carolin Görgen : Amateurs – Ruines – Kodak : La (re)construction photographique de San Francisco après le tremblement de terre en 1906

City Hall à San Francisco, après le tremblement de terre. ‘San Francisco Earthquake and Fire Collection’ Bancroft Library, Californie

Carolin s’intéresse à la façon dont le tremblement de terre de 1906 à San Francisco a été photographié par les amateurs. L’iconographie des clichés (ruines), leur esthétique (accent pictorialiste, dimensions pittoresque) ainsi que la manière donc ils participent d’une reconstruction visuelle et morale de la ville, sont pris en compte dans son étude.

1 / Rappel du rôle historique de la photographie et de sa fonction de documentation de l’espace urbain à San Francisco

Dès le Golden Rush on peut constater un attachement à la documentation visuelle de la ville. L’image photographie sert alors :

-A former une nouvelle représentation collective de la ville

-A témoigner de son quotidien (envoie de photographie aux familles éloignées)

-A ratifier du projet de créer une ville moderne sur un territoire reculé, peu développé. La photographie s’avère le médium parfait pour matérialiser ce projet de par les temporalités qu’elle enchevêtre : passé de l’instant photographié rendu présent au moment de la réception, et ouvert sur les potentialités futures des aménagements urbains (cf. citation de Peter Hales).

1880, la pratique de la photographie se développe. Les photographies panoramiques sont à la mode, et les cercles d’amateurs se structurent à partir des années 1890 (membres issus d’une classe bourgeoise, désireux de s’élever intellectuellement ; la pratique photographique créer des cercles de sociabilité autours d’aspirations communes). La publication Camera Craft, témoigne de leur état d’esprit.

Fin 19e et début 20e, les appareils Kodak (notamment le 1 $ Brownie) rend la photographie accessible à tous. Cette révolution a un impact sur ces cercles. Les valeurs dont ils sont les dépositaires sont en déclin (deux profils d’amateurs s’affrontent, « érudits »/lambda). Capturer l’image de la ville devient une volonté qui se généralise. Les points de vue s’en trouvent diversifiés.

2/ Episode du tremblement et l’hypothèse d’une « imagination historique »

Les différents degrés de destruction sont documentés par l’ensemble de la population. Il est difficile de discerner dans la majorité des cas, dans quelle optique ces photographies ont été prises (Simple souvenir ? Visée commerciale ? Valeur purement documentaire / scientifique ?)

Pour sortir de cette aporie de l’intentionnalité qui préside à la prise de vue, Carolin choisit de penser ce phénomène de documentation de l’espace urbain comme une façon indirecte de véhiculer des idées collectives. Le tremblement est un événement emblématique en ce qu’il est le catalyseur d’une réflexion sur la ville. Les clichés permettent entre autres :

-De donner à voir l’ampleur des dégâts

-De prévoir des mesures en conséquence

-De construire une identité locale dont sont porteurs les amateurs.

Carolin mobilise ici le concept d’ »Historical Imagination » et de « Snapshot » en s’appuyant notamment sur The Camera as Historian de E. Edwards (2012), Reading Americain Photographs de A. Trachtenberg (1989) et Untimely Ruins de Nick Yablon (2009 – pour le terme  »snapshot memories »).

->La photographie est un outil qui profite à une nouvelle approche active de l’histoire (concept d’hypermnesia qui est l’opposé de l’amnésie).

Questions ouvertes / Work in progress :

-Comment s’articulent les enjeux locaux et nationaux dans cette construction identitaire par le biais de la photographie ? (Questionner le rôle des institutions dans la gestion de l’archivage, notamment les musées)

-Quelle est la part respective de la population, des pouvoirs locaux et des lobbies dans cet effort de reconstruction de l’image de la ville de S.F. ?

-Quelle a été le rôle de la documentation scientifique, notamment celle produite par les photographes amateurs de la CA State Earthquake Commission?

Pour prolonger sa réflexion par des lectures :

-Articles, écrits dans la presse qui accompagnent les images de ruine, lettres personnelles sur les événements.

-Ecrits du XXe siècle sur l’expérience de l’espace urbain

 

Frédérique Mocquet : Paysages photographiques : photographie, prospective et aménagement du territoire

Emmanuel Pinard, « Pantin », 2006, série « Périphérie » (2006-2012)

Frédérique a été récemment diplômée de l’école d’architecture Paris Malaquais et a pratiqué la photographie dans ce cadre d’étude. Son projet de diplôme interrogeait déjà les liens unissant photographie et appréhension du territoire, du paysage, du site. La thèse lui permet d’approfondir cette réflexion, de mieux conceptualiser aussi bien l’usage empirique et instrumental du médium photographique que la production et la reconduction de codes esthétiques lorsqu’il s’agit de représenter l’espace (esthétique du banal entre autre)

Au départ de cette investigation : l’intuition que la photographie peut produire des contenus qui sont utiles aux « aménageurs » (urbanistes, architectes, paysagistes) et a fortiori aux chercheurs. Selon elle, le fait que la photographie offre une expérience différée de l’espace n’est pas à envisager de façon négative. De fait, cette mise à distance ouvre de nombreuses autres possibilités. Elle peut notamment nous donner à voir des détails qui passeraient inaperçus in situ, et nous renseigner sur des aspects parfois absents ou négligés par les études conventionnelles (ex : usages, invention du quotidien, détournement etc.).

La présentation a commencé par un état des lieux détaillé de la filiation photographie – territoire par le biais de la commande.

Topos sur :

-Mission Héliographique, 1851

-New Topographics, 1975

-DATAR, 1983-1989

Frédérique a ensuite fait un point sur les commandes moins connues que l’on peut appeler « post-Datar » :

-Les Quatres saisons du Territoire, Granit CAC, 1987-1991.
Commande artistique revendiquée comme telle. Sont missionnés des photographes connus. But affiché : une meilleur identification de ce territoire, au sens topographique mais surtout identitaire.

-Euroméditerranée, 2002-2009.
Commande d’un organisme d’aménagement, établissement public administratif à Marseille. But : donner à voir les rapides mutations de la ville.

Ce dernier exemple pointe une problématique récurrente dans l’étude de ce type commande : le projet d’aménagement est arrêté mais les photographes sont sur le terrain et produisent des images. Qu’est-ce qui justifie alors la production de ce matériau documentaire ? (//images de la Mission Héliographique et de la Datar dont on n’aura fait aucun usage scientifique)

Hypothèse de travail: la plupart de ces commandes recherche davantage une validation artistique qu’une production de documents exploitables.

Image d’en-tête : Emmanuel Pinard, « Nantes-Pornic », coffret de photographies, 2012-2013