« Ceci n’est pas un livre de photos » par Anaïs Mauuarin

à propos d’Afrique musiquante de Gilbert Rouget (Éditions Riveneuve, 2014)

A première vue, il n’y aurait pas grand chose à dire ici à propos du dernier ouvrage, même richement illustré, que fait paraître l’un des maîtres fondateurs de l’ethnomusicologie, Gilbert Rouget. Ce serait sans compter cependant sur le mot ironique de l’auteur qui a pris le soin de placer au milieu d’une des premières pages du livre, isolé en face du préambule et en lettres capitales : Merci Magritte « Ceci n’est pas un livre de photos ».

Il y aurait en effet de quoi s’y tromper : le livre se caractérise par son grand format et sa couverture rigide illustrée, un papier dense et satiné, et surtout par la présence de grandes photographies à presque chaque page de l’ouvrage ! Mais passée cette première impression, on comprend où Gilbert Rouget veut en venir par cet avertissement : un CD est inséré dans l’ouvrage, des chapitres organisent les photographies, et celles-ci sont légendées, largement commentées et associées à un numéro de piste audio. Les photographies ne sont donc pas tout, et le livre, paradoxalement, en appelle autant à nos oreilles qu’à notre regard. Si nous sommes ainsi prêts à admettre que nous n’avons pas affaire à un livre de photos, il n’en reste pas moins que la phrase que Rouget met en exergue nous interpelle. Elle semble mettre en jeu une conception assez vague de ce que serait ce genre de livre, contre lequel, en tant qu’ethnologue, il se situe absolument. Il y aurait donc hiatus ?  Si Rouget offre peu d’indices pour le cerner, la phrase ne manque pas toutefois de nous y inviter.

En quoi des livres qui accordent une place principale à l’image photographique pourraient être susceptibles de poser problème à un ethnologue ? La réponse pourrait être double, selon la manière dont on comprend cette notion de livre de photos. Elle semble se prêter en effet à deux longueurs de focale : elle peut désigner d’une part un genre de beaux-livres à grand succès, contemporain de Rouget ; elle peut, d’autre part, servir à qualifier plus généralement une simple forme de livre, qui se caractérise par la présence de photographies, et qui pourrait alors s’avérer problématique en soi, quand il s’agit de porter le discours d’une science humaine.

L’ethnologie contre l’exotisme

Les ouvrages que désigne Gilbert Rouget en tant qu’ethnologue africaniste, quand il évoque les livres de photos, ne pourraient-ils pas être, en effet, ceux qui occupent régulièrement les rayons des librairies, en bonne place : les beaux livres, à caractère ethnologique, qui souvent flirtent avec ses objets de recherche, mais offrent aux yeux des lecteurs une Afrique et un ailleurs plus ou moins fantasmés ? On connaît notamment les ouvrages d’un Salgado tel Africa en 2007, qui ne sont pas sans faire débat. On en voit d’autres, où le nom du photographe reste à l’arrière des images, tels ceux d’Olivier Föllmi par exemple, qui a consacré de nombreux beaux-livres à l’Asie et publie en 2006 Hommage à l’Afrique. Les éditions Marval et de La Martinière sont des références en la matière1.

Sans les juger à priori, on peut s’interroger parfois sur la vision de l’altérité exta-européenne que génèrent ces livres de photos. À propos de Pygmées, l’esprit de la forêt, du photographe Bernard Descamps(Marval, 1997), Pierre-Jérôme Jehel souligne que les « images n’insistent pas sur la réalité d’aujourd’hui et visent plutôt l’intemporalité. Le lecteur ne devine que de rares objets manufacturés, il est plongé directement parmi la communauté pygmée sans aucune progression qui aurait pu lui donner une idée des contacts extérieurs ou du cadre politique de la région »2. Au delà de celui de Descamps, c’est souvent ce qui se dégage de ce genre de livres, qui ancrent rarement les personnes photographiées dans un contexte social et politique, et qui tendent plutôt à leur insuffler une intemporalité, et à susciter ainsi un regard bienveillant et humaniste. Ces ouvrages naissent toutefois, le plus souvent, d’un sentiment louable qui consiste à vouloir préserver la trace des hommes, des peuples et des coutumes que les contacts avec la « modernité » – la mondialisation – tendent à faire disparaître. Mais cela risque souvent de donner lieu à la création d’une altérité radicale – que l’on veut authentique – dans les images, qui recouvre la réalité de l’autre d’un exotisme romantique.

Si le fait de garder des traces reste une ambition de l’ethnologie, elle en a repensé les enjeux et les modalités depuis les années 1950, et surtout depuis les années 1980. Elle a travaillé à replacer les sociétés qu’elle étudie dans la sphère de l’historique et du contemporain, et à prendre en compte les contacts et les acculturations. Ces livres de photos, qui véhiculent ainsi des images souvent lisses d’une humanité fantasmée, colleraient assez mal en cela au projet scientifique de la discipline, en cohérence avec lequel Rouget pense sans doute son ouvrage.

L’écueil du regard

Mais ce reproche d’exotisme envers le livre de photos, n’est peut-être pas le seul qu’il y a à lire sous la plume de Rouget. La critique pourrait bien être plus structurelle, et aller au-delà d’une tendance dans l’édition contemporaine. En effet, il faut peut-être interpréter la position de Rouget comme celle du doute quant à la validité d’un ouvrage d’ethnologue qui s’apparenterait à un livre de photos, c’est-à-dire un livre avant tout composé d’images photographiques, s’articulant entre elles.

N’y aurait-il pas le risque en effet que la dimension formelle de ces images vienne recouvrir leurs enjeux documentaire et scientifique ? Dès 1951, Paul Lévy, ethnologue et directeur de l’École Française d’Extrême Orient, pointe les limites de ce type d’ouvrage dans la préface à Viet Nam, livre qui accorde pourtant une place majeure aux images : « le dommage habituel c’est que beaucoup feuillettent avec agrément les albums illustrés, et que bien peu les  »regardent ». Encore parmi eux se trouve-t-il plus d’amateurs de belles plastiques que d’appliqués à retenir avec les lignes, le sens et la leçon »3. Lévy pointe donc là un écueil de ce type de livrequi pourrait être celui que vise Rouget : quand, sous le regard du lecteur, la forme des photographies, leur surface plastique, viennent occulter ce qu’elles sont censées montrer. Bien plus que les photographies elles-mêmes, c’est là le rôle du lecteur-regardeur qui est en question. Et en ce sens, il ne s’agit pas de mettre en cause la capacité de la photographie à jouer le rôle de document mais plutôt sa capacité à induire le regard qu’on pose sur elle, la lecture qu’on doit en faire, au sein d’un livre de photos. De par sa nature, ce genre de livre ne serait donc pas en mesure de susciter l’étude et le travail que demande un ouvrage d’ethnologue.

Le sacrifice des images ?

La distance que Rouget affirme prendre avec le livre de photos ne l’empêche donc pas d’introduire de nombreuses photographies dans son ouvrage, et notamment des photographies d’auteur tel Pierre Verger. La dimension esthétique d’une image ne serait en effet pas contradictoire en soi avec un propos scientifique – et peut-être Rouget pense-t-il même qu’elle saurait le rendre plus prégnant – à Rouget4partir du moment où la photographie n’est pas laissée errante, mais est bien prise dans un cadre éditorial et scientifique précis.

On pourrait toutefois opposer à cette conviction de Rouget, que les photographies qui composent son ouvrage peuvent devenir aussi opaques que dans un livre de photos : se transformer en surface image, plutôt que faire voir ce que Rouget veut montrer. Le contexte éditorial aide certes les photographies à interpeller le spectateur, mais il lui revient nécessairement une part du travail pour actualiser leur potentiel scientifique4. Plus encore, ces belles images prises en Afrique présentent le risque de jouer, malgré l’intentionnalité qui les gouverne et le discours qui les entoure, le rôle de « complices impuissant[e]s » – selon la formule de Georges Balandier qui qualifiait ainsi les objets ethnographiques des musées occidentaux5. Le lecteur-regardeur peut y projeter, tout autant que dans un livre de photos, un ailleurs imaginaire et fantasmé. Les photographies sont ouvertes. C’est peut-être pour cette raison d’ailleurs, pour le fait qu’elles ne sont jamais complètement soumises au discours et à l’intention, que certains ethnologues, tel Rouch, leur ont délibérément préféré le film6.

Est-ce à dire que les images, et les belles images, sont interdites à l’ethnologue ? Que la science doit faire le sacrifice de l’esthétique ? Tout en prenant ses distances avec les livres de photos et leurs écueils, exotique et esthétique, Rouget semble bien ne pas être de cet avis. Et il tente à sa manière de dépasser le hiatus, de réconcilier les images et l’intention scientifique, en faisant pour cela appel aux mots eux-mêmes. Peut-être en effet faut-il voir dans la phrase qu’il place en exergue et dont découle notre propos, Merci Magritte : « ceci n’est pas un livre de photos », une ultime tentative pour se prémunir des regards qui ne s’intéresseraient qu’aux images. C’est peut-être une manière d’informer son livre, en voulant suggérer par là un pacte éthique avec son lecteur. Cette phrase courte et très visible semble en effet engager, presque moralement, celui qui la lit, plus encore qu’une préface : le lecteur serait nécessairement conscient, et ne pourrait plus faire mine d’ignorer l’angle sous lequel l’auteur a pensé son ouvrage.

Anaïs Mauuarin
mauuarin.anais@gmail.com

* * * * *

1 On peut remarquer qu’aucun photographe africain n’a publié ce genre de livre chez ces éditeurs, qui ne doivent pourtant pas ignorer le dynamisme de la scène africaine : Marval est l’éditeur attitré du catalogue de festival de photographie de Bamako.

2 Pierre-Jérôme Jehel, « Photographie : sujet sensible », Journal des anthropologues [En ligne], 80-81 | 2000, mis en ligne le 28 octobre 2010, consulté le 16 octobre 2014. URL : http://jda.revues.org/3190.

3 Viet Nam, préf. Paul Lévy (photos Michel Huet, P. Verger, J. Y. Claeys et S. De Sacy), Paris, Éditions Hoa-Qui, 1951.

4 Abigail Solomon-Godeau, « Photographier la catastrophe », Terrain [En ligne], 54 | mars 2010, mis en ligne le 15 mars 2010, consulté le 16 octobre 2014. URL : http://terrain.revues.org/13962 ; DOI : 10.4000/terrain.13962 : « La photographie d’une catastrophe, comme toute photographie, adresse en somme une injonction à celui qui la regarde ; libre à ce dernier d’y répondre en réagissant activement à son contenu ou bien, comme c’est le plus souvent le cas, d’ignorer cette injonction ».

5 Georges Balandier, Afrique ambiguë, Paris, Gallimard (coll. Terre Humaine), 2008 [1957], p. 136.

6 Il a toutefois produit des milliers de photographies, mais elles représentaient peu de choses par rapport au film dans sa pratique. Elles ont été découvertes dans les années 1990, lorsqu’il les a déposées au Musée de l’Homme. Une exposition et un catalogue leur a été consacrée en 2000. Elles sont maintenant conservées à la BNF.

Prochaine réunion de l’ARIP, le mercredi 5 novembre

Nous avons le plaisir de vous convier à la prochaine réunion de l’Association de Recherche sur l’Image Photographique (ARIP) qui se tiendra :

le mercredi 5 novembre,
de 18h à 20h à l’INHA (salle CIRHAC, 1er étage),
2 rue Vivienne, 75002 Paris

Il s’agit d’un moment important puisque cette réunion, qui constituera une véritable assemblée générale de l’association, lancera nos activités pour l’année 2014-2015. Dans ce cadre, toutes vos propositions, vos questions et vos remarques seront les bienvenues.

Nous aborderons donc les questions concernant le déroulement de l’année à venir  :

  • A cette occasion, nous présenterons le programme de l’année. Suite à l’appel à communications, les réunions mensuelles seront cette année thématiques, et nous vous révélerons donc à ce moment les présentations de recherches retenues, riches en variété mais aussi en complémentarité. D’autres événements viendront ponctuer l’année universitaire, notamment une séance commune avec l’HiPaM (Histoire du Patrimoine et des Musées), et d’autres rendez-vous scientifiques à déterminer.

  • En résonance avec ces activités, nous discuterons de l’organisation des chantiers de recherche – « Import/Export – Aux sources du langage sur la photographie » et « Que faire de l’historiographie anglo-saxonne sur la photographie ? » – que nous avons lancés lors de la précédente réunion. Ces chantiers fonctionneront surtout de manière autonome, mais l’avancée de leurs travaux sera discutée collectivement par tou·te·s les membres de l’ARIP lors de bilans qui viendront scander le milieu puis la fin de l’année.

  • Il sera enfin question du renouvellement du bureau de l’association qui, après une période de transition, doit désormais être pérennisé par un vote à bulletin secret. Le bureau actuel présentera son projet et ses objectifs pour l’année à venir. Les membres qui le désirent pourront présenter des projets différents ou intéger le bureau actuel. Ce sera l’occasion de clarifier les bases de l’organisation de l’association et du bureau. Les volontaires peuvent se manifester en amont en nous écrivant à l’adresse mail de l’association.

Au plaisir de vous voir parmi nous.

L’ARIP
Guillaume Blanc, Anaïs Mauuarin, Clément Gaillard, Véra Léon
arip.contact@gmail.com
arip.hypotheses.org

Compte-rendu de la réunion du 6 octobre

La réunion compte 20 participants. Elle commence à 18h, en salle Cirhac à l’INHA. Les principaux ordres du jour concernent la présentation de l’ARIP et de son fonctionnement (I), ainsi que le programme envisagé pour l’année à venir et les chantiers (II).

I. PRÉSENTATION DE L’ARIP, SON FONCTIONNEMENT ET SES RÉUNIONS

* Présentation du fonctionnement de l’organisation
Il s’agit d’une organisation horizontale. Le bureau a un rôle organisateur et modérateur. Il veille à proposer des axes de recherches et à susciter l’investissement des membres au sein de l’association mais chacun peut proposer de lui-même un ajout à l’ordre du jour des réunions ou une idée d’axe de recherche, de chantier, de projet.

 * Présentation du déroulement des réunions de l’année dernière et de ce qui est envisagé pour cette année
– un appel à communication qui court jusqu’au 15 octobre, ouvert à tous, a été lancé et diffusé par nos canaux habituels de communication (visuel, photohist, carnet de recherche de l’ARIP, mailing list).
– cette année, chaque personne choisie suite à l’appel à communication présentera le sujet qu’elle a proposé en première partie de réunion, et en discutera avec les membres. Les membres sont tou·te·s invité·e·s à proposer de présenter leurs recherches en cours et les problèmes qu’elles suscitent, dans le cadre de l’appel à communication comme de façon informelle au cours de l’année.
– le reste du temps de la réunion sera dédié au partage d’informations, à des suggestions d’idées quant aux modalités de travail au sein de l’ARIP, à des questions relatives à nos objets de recherche…

* Présentation du carnet de recherches sur hypothèses
http://arip.hypotheses.org. Carnet de recherche hébergé par le site international OpenEdition. Il s’agit d’un carnet de recherche collectif pour publier les CR des réunions et autres informations liées aux activités de l’ARIP, ainsi que pour proposer une possibilité de publication plus libre que les canaux classiques de publication/communication (revues, etc.). Le carnet est ouvert à tou·te·s et chacun·e peut y proposer une publication.

* Un tour de table de présentation des membres et de leur recherche est fait
Le bureau rappelle aux membres qu’ils sont invités à s’ajouter au répertoire des membres accessible depuis le Google Drive de l’ARIP : Répertoire membres ARIP. Le bureau prend la décision d’envoyer un mail contenant les liens du Google Drive, et plus précisément ceux du répertoire et du compte-rendu de la réunion aux anciens et nouveaux membres.

II. PRÉSENTATION DU PROGRAMME DE L’ANNÉE

* Le bureau a pris la décision, avec l’aide et les suggestions de certains membres d’ouvrir des chantiers de recherche. Deux chantiers sont déjà proposés : le premier porte sur le langage photographique, le second sur l’intérêt et l’apport potentiel des études anglo-saxonnes dans le champ de l’histoire de la photographie en France.

* Présentation du but des chantiers
Les chantiers auront leur propre calendrier, non calé sur celui des réunions. L’idée est de travailler en groupe, de réunir plusieurs jeunes chercheur·e·s autour d’intérêts communs qui parcourent transversalement leurs recherches respectives. La possibilité pour chacun·e de proposer leurs propres chantiers est réaffirmée.

Il s’agit à la fois de :

  • Mettre en commun des réflexions méthodologiques et créer un savoir collectif

  • Renforcer les affinités scientifiques et intellectuelles entre des personnes aux sujets différents mais complémentaires

  • Faire avancer des thématiques de recherche ou des épistémologies qui nous semblent jusque là insuffisamment exploitées

  • Permettre une certaine autonomisation des groupes de travail afin d’éviter la saturation organisationnelle du bureau de l’ARIP Continuer la lecture de Compte-rendu de la réunion du 6 octobre

Réunion de rentrée de l’ARIP le 6 octobre

Au vu de l’intérêt qu’ont sucité les réunions mensuelles de l’ARIP l’an dernier, nous repartons pour un nouveau cycle cette année 2014-2015.

Nous vous convions à notre réunion de rentrée qui se tiendra
le lundi 6 octobre 2014, de 18h à 20h à l’INHA.

Notre ambition première reste d’offrir, par ces réunions, un lieu où puissent se rencontrer et se réunir des jeunes chercheur·e·s, du master au post-doc, venant de toutes les disciplines, ainsi que des professionnel·le·s du monde de la photographie. Le principe de mutualiser les recherches et les expériences concernant l’image photographique continue d’être notre mot d’ordre.

Cette première réunion sera l’occasion d’évoquer les projets que nous souhaitons engager avec vous pour l’année à venir :

  • Nous reviendrons sur l’enjeu que représentent les réunions et sur la manière dont on envisage leur déroulement.

  • Nous évoquerons le nouveau site de l’ARIP, qui se veut un outil complémentaire aux réunions, et sur lequel les membres sont invité·e·s à publier.

  • Et enfin, nous vous présenterons les chantiers de recherche que l’on envisage de mettre en place cette année. Ces chantiers réuniront des membres de l’ARIP autour de problématiques spécifiques, en fonction de vos intérêts. Nous avons songé à deux axes qui ont une résonance particulière avec nos propres travaux  : “Le langage photographique” et “La photographie peut-elle faire l’objet de savoirs critiques ?”. Nous vous invitons également à venir nous faire part de toutes vos suggestions.

Rendez-vous le lundi 6 octobre,
de 18h à 20h à l’INHA (salle CIRHAC, 1er étage),
2 rue Vivienne, 75002 Paris

Je n’irai pas aux Journées du Patrimoine cette année. Témoignage et réflexion sur la valeur du travail estudiantin, par Laureline Meizel

Cette année, les Journées du Patrimoine auront été l’occasion d’une déconvenue, d’une grogne et d’une interrogation sur la valeur du travail que je produis, en tant qu’étudiante non-docteure.

La séquence qui a produit ce triple mouvement débute en 2012. À cette date, je contacte le secrétariat d’une municipalité1, afin d’en savoir plus sur les archives d’un photographe du XIXe siècle qu’elle conserve peut-être. Quelques mois plus tard (et après avoir fait un relatif chou-blanc du côté archivistique), son service culturel m’écrit un mail très poli, au titre de mes recherches. S’intéressant particulièrement « à l’histoire de [la] commune et à celle de ses citoyens illustres », ce service me demande si j’aurais « l’amabilité de [lui indiquer] de quelle manière [il] pourrait avoir de plus amples renseignements biographiques [sur ce photographe] et sur la portée de « son » invention ? ». Ça tombe bien : je viens de publier un article sur le procédé du bonhomme auquel je me suis intéressée dans le cadre de ma thèse, et je serais très heureuse que mon travail ait la possibilité de sortir du champ universitaire. Quelques temps plus tôt, une collègue et moi avons consacré une communication à ce même personnage lors d’un colloque. Je donne donc la référence de l’article (qui contient lui-même de nombreux renvois aux travaux d’autres chercheurs), celle de la thèse en cours de ma collègue (dont une grosse partie est consacrée au photographe), et j’y ajoute plusieurs pistes pour trouver des informations dans les sources imprimées (où trouver ses ouvrages, ses articles, les nécrologies qui lui ont été consacrées, etc.). On me remercie (merci !).

Trois mois passent : nouveau mail du service culturel. On me prévient que ce photographe sera mis à l’honneur par la municipalité lors d’une prochaine manifestation (peut-être les Journées du Patrimoine). Nous sommes en avril 2013 et je me réjouis d’avance de l’événement. À l’occasion de cet échange, j’envoie l’adresse de ma collègue, afin qu’elle soit mise au courant. À sa suite, je constate sur mon profil academia que mon article est fréquemment consulté dans cette ville et ses environs. Plaisir d’offrir, réjouissances renouvelées !

Décembre 2013 : la cheffe du service culturel me contacte pour me demander, dans un mail qui sent l’urgence, si ma thèse sur « [ce photographe] et la photographie documentaire » « pourrait faire l’objet d’une conférence grand public pour [les] journées du patrimoine de septembre  2014 ». On me remercie d’avance d’« en dire plus sur [le] contenu [de ma thèse], sur son actualité et sur les conditions de [mon] intervention éventuelle ». Depuis le dernier échange de mails, l’information est mal passée. Ma thèse a pour sujet les liens de la photographie et du livre à la fin du XIXe siècle, non ce photographe, non plus que la photographie documentaire. Mais je réponds immédiatement. Doctorante, « jeune chercheure », je serais bien sûr ravie de donner une conférence, de quelque type qu’elle soit, sur l’un des pans de mon travail.


1. Dont il ne me paraît pas utile de stigmatiser l’ensemble de ses acteurs en la nommant.