Archives par mot-clé : appel à communication

Appel à communication : Quel avenir pour la commande publique de photographie en France ?

APPEL À COMMUNICATIONS

Quel avenir pour la commande publique de photographie en France ?
Conférence organisée par l’ARIP (Association de Recherche sur l’Image Photographie) et l’association FETART dans le cadre des
« Rencontres Photo du 10e »

Samedi 18 novembre 2017 

L’histoire de la photographie considère la Mission héliographique de 1851 comme la première commande publique collective. La Commission des monuments historiques sélectionne cinq photographes pour parcourir la France et documenter les édifices avant leur restauration. Gustave Le Gray, Auguste Mestral, Hippolyte Bayard, Edouard Baldus et Henri Le Secq, tous membres de la Société héliographique, répondent à l’appel de la Commission pour « recueillir des dessins photographiques d’un certain nombre d’édifices historiques. »

Cette première mission restera un modèle pour tous les commanditaires désirant représenter un territoire. Plus d’un siècle plus tard, en 1984, est créée la Mission photographique dans le cadre d’un acte d’aménagement du territoire. Depuis la mission photographique de la DATAR, il n’est pas rare en France que des administrations invitent des photographes à représenter les territoires sur lesquels ils opèrent. La commande photographique peut ainsi apparaître comme une constituante ordinaire de la pratique photographique.

Effectivement, les organismes étatiques français et les collectivités locales, par leur collaboration avec des photographes, initient la création d’ensembles d’images importants reflétant les réalités contemporaines. Orientant la demande, ils invitent régulièrement des photographes à représenter les problématiques sociales, paysagères, territoriales, culturelles ou architecturales des territoires.

Toutefois, le décalage entre territoire vécu, territoire représenté et discours tenus interroge quant à l’existence, aux attentes et aux résultats concrets de ces commandes publiques. En répondant à la commande et aux contraintes inhérentes, ces invitations génèrent des productions diversement artistiques et/ ou documentaires. Si les images produites peuvent être taxées d’images « attendues », vouées à valoriser ou à patrimonialiser les territoires, que dire des enjeux de la commande publique ? Quelle lecture donner des commandes passées et des pratiques contemporaines ?  Peut-on encore parler de photographie de recherche, de photographie d’enquête ou s’agit-il seulement de produire une iconographie espérée ? Entre représentation géographique, document et quête artistique, de quoi ces commandes rendent-elles réellement compte ? Quel rôle entendent tenir donneurs d’ordre et photographes ? Quelle marge de travail pour questionner, problématiser voire critiquer les choix étatiques ?

Oscillant toujours entre recueil d’illustrations des politiques d’aménagement et véritable travail de recherche, les commandes peuvent participer d’une forme culturelle de « marketing urbain », tout en contribuant à l’enrichissement des collections muséales nationales et locales. Aussi, quel discours tenir sur les collections constituées ? Quelles attentes pour celles à venir ?

 

Axes de recherches :

Axe 1 / Contexte historique (XIXe siècle et XXe siècle) : débuts et essor de la commande publique en photographie
Axe 2 / Projets contemporains (XXIe siècle) : quelle réalité contemporaine de la commande publique et quel futur possible ?
Axe 3 / Entre art, document et illustration : la commande publique comme renouvellement des visibilités ou comme réitération d’attendus ? Au delà du traitement du territoire, la commande publique traite-t-elle d’autres questions, devrait-elle traiter d’autres questions : représentations des personnes, du travail, de l’habitat (photos d »intérieurs et non plus seulement territoire), de communautés, etc. ?
Axe 4 / Enjeux politique de la commande publique : quelle collaboration entre les photographes et les stratégies des aménageurs ?
Axe 5 / Liberté du photographe : possibilité d’interroger et de formuler des hypothèses visuelles ?

 

Modalités de soumission : 

Les jeunes chercheur·e·s et chercheur·e·s confirmé.e.s de tous les champs disciplinaires rattachés aux humanités et aux sciences sociales sont particulièrement encouragé·e·s à candidater. Les propositions émanant de personnes n’exerçant pas la recherche à titre principal, mais souhaitant investir ce domaine depuis leurs propres champs de compétence (conservation, pratique artistique…) sont également les bienvenues. Les communications, d’une durée de 30 minutes, devront être faites en français.

Les propositions de communication se présenteront sous la forme suivante :
– Nom et prénom de l’auteur·e / des auteur·e·s
– Affiliation(s) et statut(s)
– Titre de l’intervention
– Résumé de 400 mots de l’intervention.
– Une courte bibliographie pourra également être incluse.

Elles seront envoyées au plus tard le 4 septembre 2017 à l’adresse suivante :commandepubliquephoto@gmail.com 

CFP « Paris – haut-lieu urbain, institutionnel et artistique de la photographie » (3-7 juillet, Paris)

« Paris – haut-lieu urbain, institutionnel et artistique de la photographie »

c’est le nom de l’atelier de recherche international co-organisé par Ulrike Blumhental, membre de l’ARIP, pour les jeunes chercheuses et chercheurs en théorie et histoire de la photographie qui se déroulera du 3 au 7 juillet au DFK à Paris.

L’appel est ouvert jusqu’au 24 février !

Voici le texte de présentation et plus d’informations :

Paris, 03 – 07 juillet 2017
Manifestation organisée par le Centre allemand d’histoire de l’art – DFK Paris, en coopération avec l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense et l’Universiteit Leiden, avec le soutien de la Deutsch-Französische Hochschule – Université franco-allemande, Sarrebruck (http://www.dfh-ufa.org)

D’une durée de cinq jours, cet atelier de recherche combinera la présentation et la discussion des projets de recherche des participants avec des visites d’archives et de collections, ainsi qu’avec des conférences, afin d’explorer les interrelations multiples entre la photographie (ou plus largement, le photographique) et la ville de Paris. Cette dernière sera comprise à la fois comme un espace urbain concret, un lieu mythique et une scène socioculturelle où interagissent photographes, critiques, commanditaires et institutions.

La présentation par François Arago de la technique de la daguerréotypie devant l’Académie des Sciences à Paris est souvent considérée comme une sorte de point de départ de l’histoire de la photographie. De nos jours, l’importance de la capitale française pour la photographie se manifeste à maints niveaux : premièrement, à travers le grand nombre de publications et d’expositions expressément consacrées à des prises de vue de la ville Lumière ou à des photographes parisiens – récemment, l’exposition Qui a peur des femmes photographes? au Musée de l’Orangerie et au Musée d’Orsay a souligné l’apport réel des femmes photographes, tant à l’échelle internationale que locale. Deuxièmement, les itinéraires biographiques de certains acteurs majeurs du domaine, français ou non, se sont croisés à Paris, que ce soit pendant l’entre-deux-guerres, comme dans les cas de Florence Henri, Brassaï, Gisèle Freund, Adrienne Monnier, Charles Rado et Christian Zervos, ou bien après la seconde Guerre Mondiale pour Louis Stettner, Iziz, Ata Kandó ou encore Ed van der Elsken. Troisièmement, on trouve d’innombrables reproductions de photographies de Paris, chacune visant à capturer un aspect différent de la ville, non seulement son architecture, mais aussi sa fonction comme espace social. Enfin, d’illustres institutions telles que les agences Roger-Viollet et Magnum, ou encore la Maison Européenne de la Photographie et le festival Paris Photo, ont élu domicile dans la capitale.

Organisé par Ulrike Blumenthal, Julia Drost et Astrid Köhler (DFK Paris) avec Christian Joschke (Paris Ouest Nanterre La Défense) et Helen Westgeest (Universiteit Leiden), cet atelier de recherche offrira aux participants l’opportunité de discuter les lacunes et lieux communs de la recherche, ainsi que d’interroger la constitution de corpus. 16 jeunes chercheurs (doctorants, étudiants en master et dans des cas exceptionnels, postdoctorants) venant de France, d’Allemagne, du Benelux et d’autres pays seront invités à réfléchir non seulement sur des facettes bien connues de Paris, mais aussi sur des images, aspects et protagonistes marginalisés dans l’histoire de la photographie. Une analyse pointue des mécanismes discursifs d’exclusion et inclusion dans l’histoire visuelle de Paris reste en effet jusqu’à présent un vœu vieux. Si l’écrivain français Georges Perec déclarait en 1975 dans sa Tentative d’épuisement d’un lieu parisien qu’ « un grand nombre, sinon la plupart » des vues de Paris avaient déjà été « décrites, inventoriées, photographiées, racontées ou recensées » et que son « propos […] a plutôt été de décrire le reste », comment mettre au jour un tel « reste » inexploré ? Comment élaborer une autre histoire visuelle de Paris et de la photographie, et dans quelle mesure les archives peuvent-elles (ou non) nous en fournir les moyens? Quelles options s’offrent aux photographes et aux historiens pour dévoiler les marges des récits établis?

Dans l’idéal, les candidats retenus travailleront sur un projet de recherche en lien avec les thématiques de l’atelier: ils peuvent soit explorer les étroites interrelations socio-culturelles, historiques et artistiques entre le Grand Paris et la photographie, soit questionner l’intégrité de modèles narratifs donnés en s’intéressant aux marges de la ville et/ou du médium photographique lui-même. Tous les participants devront préparer un exposé de leurs recherches (d’environ 15 minutes) et être présents durant la totalité de l’atelier. Afin de pouvoir suivre activement les discussions, une bonne maîtrise du français, de l’allemand et de l’anglais est nécessaire, puisque les conférences et visites d’archives se dérouleront alternativement dans ces langues. Les étudiants, doctorants et postdoctorants ne jouissant ni d’une bourse de recherche, ni de revenus supérieurs à celui d’un contrat à mi-temps, peuvent, grâce au soutien financier obtenu de l’Université franco-allemande, bénéficier d’une prise en charge partielle des frais de transport (dans la limite maximale de 100 euros) et des frais d’hébergement (dans la limite maximale de 300 euros). La demande d’aide financière doit impérativement être jointe à la candidature par le biais d’un formulaire (https://cloud.dfkg.org/index.php/s/ENy73h4l2iRGfKs). Les demandes ultérieures ne pourront pas être prises en compte. Le remboursement partiel s’effectuera sur présentation des justificatifs originaux, billets et factures/reçus, après la participation à l’atelier.

Les candidats ont jusqu’au 24 février 2017 pour adresser leur dossier complet (lettre de motivation, brève description du projet sur une ou deux pages, CV, si possible certificats de compétences linguistiques et, le cas échéant, formulaire de demande d’aide financière) à: Astrid Köhler akoehler@dfk-paris.org et Ulrike Blumenthal ublumenthal@dfk-paris.org. Celles-ci se tiennent également à disposition pour tout renseignement complémentaire.

Image : Léon Gimpel, Grand Prix de l’Aéro-Club à l’Esplanade des Invalides [Paris], 26 septembre 1909. Autochrome, 9x12cm. Collection Société française de photographie (coll. SFP). FRSFP_0806im_A_1014

Appel à participation : Atelier de l’ARIP (2016-2017)

Appel à participation

Atelier mensuel de l’ARIP – 2016-2017

 

Au vu de l’intérêt qu’ont suscité les séminaires menés par l’Association de recherche sur l’image photographique les années passées, l’ARIP reconduit un cycle de rendez-vous pour l’année 2016-2017.

Ils prendront la forme d’ateliers mensuels avec un objectif double : ils seront d’une part l’occasion de découvrir des sujets de recherche inédits sur la photographie et d’autre part, ils permettront d’aborder et d’explorer des questionnements méthodologiques soulevés par un travail de recherche en photographie, et auxquels se trouvent souvent confronté·e·s nombre de (jeunes) chercheur·e·s. dans ce domaine.

Ces ateliers veulent constituer un lieu participatif et bienveillant d’échanges horizontaux, avec comme enjeu essentiel de partager, voire de construire ensemble, des savoirs méthodologiques. Il ne s’agira en aucun cas de présentations académiques, du type conférence.

Chaque séance sera l’occasion de découvrir le travail d’un·e jeune chercheur·e à travers la présentation d’un problème méthodologique qu’il/elle rencontre ou a rencontré au cours de ses recherches. La forme des ateliers sera la suivante : une présentation du sujet de la recherche (10 min.), puis une explicitation du problème méthodologique rencontré (10 min.), et enfin une discussion ouverte avec les participant.e.s (40 min. environ). Le but est que ces échanges fassent avancer non seulement la personne qui présente ses recherches, mais aussi, par leurs résonances avec d’autres questionnements, toutes les personnes présentes.

Pour ce faire, une attention particulière sera portée aux sources utilisées pour la recherche. La projection d’exemples de sources est plus que recommandée durant la présentation, de manière à ce qu’elles soient au cœur de la réflexion et constituent une base pour la réflexion commune avec les personnes présentes. Il s’agira de présenter le projet de recherche en en montrant la genèse, les enjeux et les difficultés.

Les propositions feront donc état du problème méthodologique qu’elles souhaitent présenter, en lien avec les problématiques spécifiques aux études sur la photographie. Voici quelques questionnements que l’ARIP aimerait aborder durant cette année (liste non exhaustive) :

  • la constitution du corpus
  • la problématisation
  • la mise en place du plan
  • les méthodes abordées (quantitative, iconographique)
  • l’historiographie
  • le cadre théorique (histoire sociale, cultural studies, rapport aux études littéraires…)
  • l’engagement politique du jeune chercheur

Cet appel à participation s’adresse ainsi avant tout aux jeunes chercheur.e.s intéressé.e.s pour évoquer leurs questions de recherche, plutôt que leurs objets.

MODALITÉS DE SOUMISSION

Les jeunes chercheur·e·s de tous les champs disciplinaires rattachés aux humanités, aux arts et aux sciences sociales sont particulièrement encouragé·e·s à candidater. Les propositions de participation comprendront :

  • Nom et prénom de l’auteur·e / des auteur·e·s
  • Affiliation(s) et statut(s)
  • Titre de la proposition
  • Résumé présentant la thématique de recherche (10 lignes maximum)
  • Présentation du problème méthodologique abordé, et éventuellement des sources utilisées (20 lignes maximum)

Elles seront envoyées au plus tard le 20 mars 2017 à l’adresse suivante : arip.contact[at]gmail.com

Les ateliers se dérouleront à l’INHA (2, rue Vivienne, Paris) à partir d’avril.

Image : Skating with Bror Myer (1921)

Réunion de l’ARIP, lundi 19 octobre

Cher.e.s collègues,

Nous avons le plaisir de vous inviter à la prochaine réunion de l’ARIP :

Lundi 19 octobre
18h30-20h30, salle CiRHAC (1er étage)
INHA, 2 rue Vivienne, Paris 2e

Avant que ne débutent les véritables ateliers, pour lesquels un appel à participation a été lancé (date limite au 30 octobre), cette réunion sera l’occasion de revenir ensemble sur l’organisation de l’association pour l’année :

  • Nous acterons la composition d’un nouveau bureau, qui prendra en charge le projet défini en commun. Nous pourrons évoquer plus précisement son rôle et ses tâches, afin que chacun puisse cerner, de manière transparente, le fonctionnement de l’association.
  • Dans cette même idée, nous parlerons des outils communs et participatifs existants (ordre du jour en amont, compte-rendu en aval, modérateurs, participation au comité de sélection pour les ateliers, etc.) et pourrons envisager leur amélioration.

Par ailleurs, cette réunion sera le lieu pour évoquer des projets parallèles initiés et proposés par des membres, et auxquels vous pourrez prendre part : un colloque en préparation, des visites d’institution avec lesquelles certains membres travaillent, des expositions de photographies, etc.

Dans ce cadre, vous êtes tou.te.s les bienvenu.e.s pour proposer vos projets et vos idées !

Au plaisir de vous retrouver nombreux·ses

Image en-tête :
H. Mairet, Séance avec Eusapia Palladino, chez Camille Flammarion, rue Cassini, 25 novembre 1898, épreuve à la gélatine argentique, 22.2 x 26.3 cm, Paris, Société Astronomique de France, Fonds Camille Flammarion. Photo : © Rue des Archives / The Granger Collection

Appel à participation : Atelier de l’ARIP (2015-2016)

Appel à participation

Atelier mensuel de l’ARIP – 2015-2016

 

Au vu de l’intérêt qu’ont suscité les séminaires menés par l’Association de recherche sur l’image photographique l’an passé, l’ARIP reconduit un cycle de rendez-vous pour l’année 2015-2016. Elles prendront la forme d’ateliers mensuels avec un objectif double : ils seront d’une part l’occasion de découvrir des sujets de recherche inédits sur la photographie et d’autre part, ils permettront d’aborder et d’explorer des questionnements méthodologiques soulevés par un travail de recherche en photographie, et auxquels se trouvent souvent confronté·e·s nombre de (jeunes) chercheur·e·s. dans ce domaine.

Plus encore que l’année passée, ces ateliers veulent constituer un lieu participatif et bienveillant d’échanges horizontaux, avec comme enjeu essentiel de partager, voire de construire ensemble, des savoirs méthodologiques. Il ne s’agira en aucun cas de présentations académiques, du type conférence.

Chaque séance sera l’occasion de découvrir le travail d’un·e jeune chercheur·e à travers la présentation d’un problème méthodologique qu’il/elle rencontre ou a rencontré au cours de ses recherches. La forme des ateliers sera la suivante : une présentation du sujet de la recherche (5-10 min), puis une explicitation du problème méthodologique rencontré (10-15 min), et enfin une discussion ouverte avec les participant.e.s (40 min environ). Le but est que ces échanges fassent avancer non seulement la personne qui présente ses recherches, mais aussi, par ses résonances avec d’autres questionnements, toutes les personnes présentes.

Pour ce faire, une attention particulière sera portée aux sources utilisées pour la recherche. La projection d’exemples de sources est plus que recommandée durant la présentation, de manière à ce qu’elles soient au cœur de la réflexion et constituent une base pour la réflexion commune avec les personnes présentes. Il s’agira de présenter le projet de recherche en en montrant la genèse, les enjeux et les difficultés.

Les propositions feront donc état du problème méthodologique qu’elles souhaitent présenter, en lien avec les problématiques spécifiques aux études sur la photographie. Voici quelques questionnements que l’ARIP aimerait aborder durant cette année (liste non exhaustive) :

  • la constitution du corpus
  • la problématisation
  • la mise en place du plan
  • les méthodes abordées (quantitatives, …)
  • l’historiographie
  • la rédaction
  • l’engagement politique du jeune chercheur

Cet appel à participation s’adresse ainsi avant tout aux jeunes chercheur.e.s intéressé.e.s pour évoquer leurs questions de recherche, plutôt que leurs objets.

MODALITES DE SOUMISSION

Les jeunes chercheur·e·s de tous les champs disciplinaires rattachés aux humanités, aux arts et aux sciences sociales sont particulièrement encouragé·e·s à candidater. Les propositions de participation comprendront :

  • Nom et prénom de l’auteur·e / des auteur·e·s
  • Affiliation(s) et statut(s)
  • Titre de la proposition
  • Résumé présentant la thématique de recherche (10 lignes maximum)
  • Présentation du problème méthodologique abordé, et éventuellement des sources utilisées (20 lignes maximum)

Elles seront envoyées au plus tard le 30 octobre 2015 à l’adresse suivante : arip.contact[at]gmail.com

Les ateliers auront lieu chaque mois à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA, 2, rue Vivienne, Paris). La première séance se déroulera fin novembre.

Image en-tête :
Jules Sylvestre, Ateliers P.L.M. à Oullins, à la fin du XIXe siècle, ca. 1890, tirage noir et blanc ; 15,5 x 23 cm, Bibliothèque municipale de Lyon / P0546 SA 19/13.