Archives par mot-clé : art

Décoloniser les archives photographiques : le geste d’une artiste à Bétonsalon, par Anaïs Mauuarin

Le jour d’après, une exposition de Maryam Jafri (18 mars-11 juillet 2015)

Plusieurs expositions ont proposé récemment de focaliser notre attention sur les photographies coloniales. Jean-Philippe Dedieu à Paris au printemps dernier1 et Safia Belmenouar aux Rencontres d’Arles2 ont ainsi présenté leurs collections respectives, en pointant du doigt les idéologies et les dominations raciales et genrées selon lesquelles ces représentations ont été pensées et élaborées. Bétonsalon-Centre d’art et de recherche explore à son tour la question coloniale jusqu’au 11 juillet, mais propose un pas de côté en accueillant l’exposition de Maryam Jafri, Le jour d’après. Tout en interrogeant les représentations qui sont en jeu dans les photographies, cette exposition déplace radicalement le point de vue, et questionne frontalement la condition (post)coloniale des archives photographiques.

Continuer la lecture de Décoloniser les archives photographiques : le geste d’une artiste à Bétonsalon, par Anaïs Mauuarin

Photographie, ruines archéologiques et politique coloniale en Algérie au XIXe siècle, par Anissa YELLES

L’Algérie, en tant que pays « exotique » de la rive sud méditerranéenne, fait partie intégrante du « Grand Tour » et attire intellectuels et artistes de tous bords. Dès les années 1840 et l’invention du daguerréotype, on observe la présence de photographes à Alger, ces voyageurs d’un nouveau genre sont les témoins « directs » de la politique coloniale entreprise notamment à l’égard du patrimoine archéologique. Les photographes arrivent en effet en un flux incessant tout au long du XIXe siècle et s’appliquent à dresser un inventaire des richesses culturelles et architecturales qu’ils découvrent lors de leur séjour. Dans ce vaste corpus, les vues représentant les sites romains (numides, mégalithiques) occupent une place particulière qui traduit de prime abord une volonté scientifique de reproduire le plus fidèlement possible les sites archéologiques découverts lors de fouilles ou missions (personnelles ou militaires). Il s’agira également de mettre en scène ces vestiges dans une tradition esthétique « ruiniste ». L’influence de la photographie pour ce qui concerne l’imaginaire de l’Algérie dans le champ culturel « métropolitain » est aujourd’hui amplement reconnue. Pour les images constituant des vues de ruines, nous verrons que les choses sont complexes et traduisent des objectifs multiples et parfois bien difficiles à cerner. Continuer la lecture de Photographie, ruines archéologiques et politique coloniale en Algérie au XIXe siècle, par Anissa YELLES

Le fonds iconographique François-Franck, Allison Huetz

Le fonds iconographique François-Franck. L’étude des émotions au Collège de France au début du XXe siècle 

Mémoire de master 2 à l’école du Louvre, Allison Huetz

Mes recherches portent sur un fonds de plaques de verre conservé au Collège de France, appartenant à un professeur du début du siècle, nommé Charles-Nicolas Emile François-Franck, qui fut l’assistant puis le successeur d’Etienne-Jules Marey à la chaire d’Histoire naturelle des corps organisés. Ces plaques de verres étaient projetées lors de ses cours pour illustrer ses recherches sur l’expression des émotions humaines et des expressions faciales. Le fonds regroupe des reproductions d’œuvres d’art (sculptures, peintures et objets ethnographiques), des portraits d’aliénés ainsi que des photographies d’acteurs et d’animaux. Ce scientifique collectionna entre 1899 et 1903 un répertoire d’expressions qui lui permit ensuite de développer ses théories. A partir de 1904, il se concentre sur l’expression des émotions, dites ‘profondes’, à savoir la réaction des muscles et des organes aux stimuli extérieurs. Il invente à cette occasion la méthode, dite « grapho-photographique », permettant d’associer aux prises de vues d’un organe en mouvement, les enregistrements graphiques de ses changements d’état. Cinq ans plus tard, assistée de sa future femme, Lucienne Chevroton, il met au point un banc de microcinématographie grâce à l’aide logistique de la société Gaumont. Ces expériences photographiques et micro-cinématographiques interrogent ainsi la façon dont les scientifiques fabriquaient les images scientifiques au début du siècle et leur lien avec la naissance d’une nouveau modèle ‘d’objectivité mécanique’.

A travers cet exemple, il convient de poser la question des usages de la photographie comme médium scientifique, celle de son objectivité et de ses capacités d’illustration et d’interroger la façon dont la photographie participe à l’élaboration de nouvelles techniques d’observation à la fin du XIXème siècle. L’étude des recherches scientifiques de François-Franck montre comment la photographie est placée au centre du dispositif d’expérimentation et participe en conséquence à la mise en observation du sujet et à la mise à distance de l’expérimentateur. Ce sujet pose de nombreux enjeux de recherche ; le premier d’entre eux étant la relation qui liait François-Franck à son maître Etienne-Jules Marey. D’autres enjeux pourront aussi être abordés, tels que le rôle de sa seconde femme, Lucienne Chevroton dans la constitution de sa collection d’images scientifiques ainsi que le relatif oubli qui a entouré ce fonds considérable pendant plus de deux décennies. Etudier les recherches scientifiques de François- Franck, ainsi que son intérêt pour la tradition artistique de la représentation des passions humaines, implique d’abord de faire le point sur la quasi-absence de son nom, jusqu’alors, dans les histoires de la photographie et dans celles des débuts du cinéma. En effet, le fonds ayant été au départ oublié puis mal attribué, très peu de chercheurs y ont eu accès jusqu’à maintenant.

Néanmoins, il paraît important de montrer que ce sujet découle de plusieurs intérêts croisés et participe de plusieurs disciplines à la fois. Les premières personnes à s’intéresser à ce type d’archives sont les historiens de la photographie et du début du cinéma qui entament dès les années 1970-1980, un travail de redécouverte de l’œuvre d’Etienne-Jules Marey. Dans les années 1990, d’autres chercheurs vont s’intéresser de plus ou moins près aux travaux scientifiques de François-Franck et de Lucienne Chevroton. Majoritairement anglo-saxons, ces historiens des sciences étudient la naissance du film scientifique, et mentionnent brièvement les noms de ce scientifique et de sa femme pour souligner leurs contributions respectives à l’élaboration de nouvelles techniques micro- cinématographiques. Enfin, plus récemment, des historiens de l’art, tels que Philippe-Alain Michaud ou encore Georges Didi-Huberman, en s’intéressant aux écrits d’Aby Warburg et à l’iconographie de la Nouvelle Salpêtrière, ont renouvelé l’approche que les chercheurs avait eue jusqu’ici de ce type d’archives scientifiques. Il s’agit donc d’intégrer à la réflexion, ces trois grand moments méthodologiques, afin d’étudier en profondeur les enjeux complexes liés à ce fonds de photographie.

Parution du n° 6 de Histo.art sur « L’expérience photographique »

Le dernier numéro d’Histo.Art vient de paraître aux Publications de la Sorbonne.

Dirigé par Eleonore Challine, Laureline Meizel et Michel Poivert (membres de l’ARIP), il est consacré à L’expérience photographique et rassemble les articles de doctorant·e·s et docteur·e·s de Paris 1, ainsi que trois portfolios de photographes.

Présentation
En moins de deux siècles, la photographie a profondément bouleversé notre culture de l’image comme notre rapport à la création artistique. Depuis les années 1980, les études photographiques se sont constituées autour de grands repères : les questions de l’invention et du progrès des procédés techniques, le statut artistique des photographies, la figure même du photographe ou bien encore la part du «photographique » dans les avant-gardes artistiques. Cependant, l’histoire de la photographie ne peut procéder par simple accumulation de ses objets. Il s’avère donc nécessaire de fédérer les approches et les thématiques, les régimes d’historicités et les courants théoriques.En apparaissant graduellement dans l’histoire des représentations, la photographie est devenue le prétexte à des tentatives et à des innovations protéiformes, qui sont chaque fois des expériences de ses propres potentialités et, symétriquement, des expériences sociales du rôle des images dans la culture. Parce que tout est nouveau à partir du milieu de XIXème siècle, pour la photographie comme pour ceux qui s’y trouvent confrontés, l’expérience devient une dimension constitutive de son historicité.

Publications de la Sorbonne, 2014
ISBN : 978-2-85944-782-3
Prix : 22 euros

Lien vers le dossier de presse

Compte-rendu de la réunion du 3 juillet

La réunion regroupe 10 participants. Elle commence à 18h, en salle Jullian, à l’INHA.

Il s’agit de la dernière réunion de l’année universitaire, avant la reprise des activités de l’ARIP en octobre.

Les principaux ordres du jour concernent le bilan annuel de l’association, ainsi que les projets à venir en fonction des propositions des participant·e·s.