Archives par mot-clé : association

Atelier de l’ARIP : Théorie et méthodologie des études photographiques – 13 décembre, INHA

Ateliers méthodologiques de l’ARIP

Séance 1 : Méthode et théorie en photographie

Mardi 13 décembre 2016, 18h30 – 20h30

INHA, salle 112

L’ARIP vous convie à la séance inaugurale de son cycle d’ateliers méthodologiques 2016-2017. Cette première séance vise à interroger les rapports entre théorie et méthode dans le champ des études photographiques. Plusieurs questions seront posées : quelles sont les théories historiques de la photographie, et comment ont-elles évolué jusqu’à aujourd’hui ? Quelle relation entretiennent-elles désormais avec les nouveaux modes de lecture des images, notamment les visual, cultural ou encore gender studies ? Ces théories peuvent-elles avoir valeur de méthodologie pour les chercheurs en histoire de la photographie ? Cette combinatoire disciplinaire, qui croise les approches pour tenter de saisir au mieux l’objet photographique, sera au cœur de notre réflexion. Celle-ci s’appuiera notamment sur une lecture critique du dossier intitulé « Que dit la théorie de la photographie ? » dans le dernier numéro de la revue Études photographiques : https://etudesphotographiques.revues.org/index.html

En France, les études photographiques constituent un champ relativement bien établi. Envisagé principalement comme un sous-domaine de l’histoire de l’art, l’histoire de la photographie a pu se nourrir dès les années 1980 d’importants apports théoriques, de la sociologie (dès les études pionnières de Bourdieu), à la sémiologie (Barthes), en passant par de nombreuses investigations philosophiques (voir à ce sujet le dernier numéro d’Etudes photographiques). Aujourd’hui, il ne s’agit plus de défendre l’importance d’un medium longtemps considéré comme le parent pauvre de l’art. Les approches théoriques élaborées dans les années 1970-1980 étaient encore marquées du sceau de cette quête de légitimité, conduisant à une vision excessivement essentialiste du médium (la théorie de l’index) au dépens d’une analyse des usages sociaux de l’image, ancrée dans l’histoire.

Un renouvellement des approches est déjà sensible, sous l’influence des « savoirs situés » anglo-saxons (cultural studies, visual studies, gender studies, postcolonial studies, etc.) qui tentent de dépasser la neutralité axiologique souvent présentée comme le seul horizon possible dans la recherche historique. Parallèlement, la discipline historique elle-même a renouvelé ses méthodes : prosopographie, méthodes quantitatives, iconographie politique, etc. Les études photographiques se situent à l’intersection de ces différentes approches, reflétant la diversité des pratiques photographiques elles-mêmes.

Pour ce premier atelier, nous vous invitons donc à réfléchir ensemble, de manière ouverte et conviviale, à l’articulation entre théorie et méthodologie, de manière à voir comment, outre la revendication d’un certain ancrage théorique, se met en place concrètement le travail de recherche. Nous espérons pouvoir ainsi poser ensemble des bases de discussion pour la série d’ateliers de méthodologie que l’ARIP organise à partir de janvier 2017.

Illustration : Illustration of « portable » camera obscura in Kircher’s Ars Magna Lucis Et Umbra (1646)

Appel à participation : Atelier de l’ARIP (2016-2017)

Appel à participation

Atelier mensuel de l’ARIP – 2016-2017

 

Au vu de l’intérêt qu’ont suscité les séminaires menés par l’Association de recherche sur l’image photographique les années passées, l’ARIP reconduit un cycle de rendez-vous pour l’année 2016-2017.

Ils prendront la forme d’ateliers mensuels avec un objectif double : ils seront d’une part l’occasion de découvrir des sujets de recherche inédits sur la photographie et d’autre part, ils permettront d’aborder et d’explorer des questionnements méthodologiques soulevés par un travail de recherche en photographie, et auxquels se trouvent souvent confronté·e·s nombre de (jeunes) chercheur·e·s. dans ce domaine.

Ces ateliers veulent constituer un lieu participatif et bienveillant d’échanges horizontaux, avec comme enjeu essentiel de partager, voire de construire ensemble, des savoirs méthodologiques. Il ne s’agira en aucun cas de présentations académiques, du type conférence.

Chaque séance sera l’occasion de découvrir le travail d’un·e jeune chercheur·e à travers la présentation d’un problème méthodologique qu’il/elle rencontre ou a rencontré au cours de ses recherches. La forme des ateliers sera la suivante : une présentation du sujet de la recherche (10 min.), puis une explicitation du problème méthodologique rencontré (10 min.), et enfin une discussion ouverte avec les participant.e.s (40 min. environ). Le but est que ces échanges fassent avancer non seulement la personne qui présente ses recherches, mais aussi, par leurs résonances avec d’autres questionnements, toutes les personnes présentes.

Pour ce faire, une attention particulière sera portée aux sources utilisées pour la recherche. La projection d’exemples de sources est plus que recommandée durant la présentation, de manière à ce qu’elles soient au cœur de la réflexion et constituent une base pour la réflexion commune avec les personnes présentes. Il s’agira de présenter le projet de recherche en en montrant la genèse, les enjeux et les difficultés.

Les propositions feront donc état du problème méthodologique qu’elles souhaitent présenter, en lien avec les problématiques spécifiques aux études sur la photographie. Voici quelques questionnements que l’ARIP aimerait aborder durant cette année (liste non exhaustive) :

  • la constitution du corpus
  • la problématisation
  • la mise en place du plan
  • les méthodes abordées (quantitative, iconographique)
  • l’historiographie
  • le cadre théorique (histoire sociale, cultural studies, rapport aux études littéraires…)
  • l’engagement politique du jeune chercheur

Cet appel à participation s’adresse ainsi avant tout aux jeunes chercheur.e.s intéressé.e.s pour évoquer leurs questions de recherche, plutôt que leurs objets.

MODALITÉS DE SOUMISSION

Les jeunes chercheur·e·s de tous les champs disciplinaires rattachés aux humanités, aux arts et aux sciences sociales sont particulièrement encouragé·e·s à candidater. Les propositions de participation comprendront :

  • Nom et prénom de l’auteur·e / des auteur·e·s
  • Affiliation(s) et statut(s)
  • Titre de la proposition
  • Résumé présentant la thématique de recherche (10 lignes maximum)
  • Présentation du problème méthodologique abordé, et éventuellement des sources utilisées (20 lignes maximum)

Elles seront envoyées au plus tard le 20 mars 2017 à l’adresse suivante : arip.contact[at]gmail.com

Les ateliers se dérouleront à l’INHA (2, rue Vivienne, Paris) à partir d’avril.

Image : Skating with Bror Myer (1921)

Bureau de l’ARIP : le relais est passé !

Au cours de l’Assemblée Générale du 14 novembre 2016, les membre de l’ARIP ont élu un nouveau bureau, qui prend le relais du projet porté par Véra Léon, Guillaume Blanc, Anaïs Mauuarin, Virag Boroczfy, Mathilde Kiener, Marie Auger et Sara Lo Porto.

Le nouveau bureau est composé de :

Camille Balenieri, Max Bonhomme, Taous Dahmani, Amandine Gabriac, Morgane Hamon et Svitlana Kovalova

Bienvenue à la nouvelle équipe !!

De nombreux projets et de nouvelles envies ont aussi été largement discutés : les perspectives sont riches, et une nouvelle réunion aura lieu très bientôt !
Un compte rendu plus détaillé de l’Assemblée générale vous apprendra bientôt plus !

Image
Anna Atkins
, from Cyanotypes of British Algae (1843)

JE « Eighties Incomprises. Art et société dans les années 1980 » (11 mai, Centre Pompidou)

EIGHTIES INCOMPRISES

 ART ET SOCIÉTÉ DANS LES ANNÉES 1980 

Longtemps mal aimé et mal compris, l’art des années 1980 fait depuis peu l’objet de nouvelles lectures de la part de l’histoire de l’art. La décennie 1980 tend en effet à être perçue comme un moment hédoniste et « léger », succédant au « moment théorique » des années 1960-1970. Or, l’inflexion récente des méthodes de l’histoire de l’art en direction de l’histoire culturelle permet de réévaluer la décennie 1980, marquée certes par un certain désenchantement politique, mais aussi par de nouvelles formes de réinvestissement social de l’art. Dans la décennie du « grand tout culturel » se pose la question du lien entre l’art et les industries de l’image (publicité, clips vidéo), mais aussi celle de l’aspect visuel de nouvelles contre-cultures.
La photographie connaît alors un profond changement,
avec le déclin des modèles du photojournalisme au profit d’une photographie dite « plasticienne », cultivant
une certaine hybridité avec le pictural et le théâtral. Alors même que semble triompher « l’image fabriquée
», s’élaborent parallèlement de nouvelles stratégies documentaires. En lien avec l’exposition « Les années 1980, l’insoutenable légèreté », cette journée d’étude sera
donc l’occasion de revisiter les enjeux socioculturels
de l’art des années 1980 en s’appuyant sur la contribution de critiques, d’historiens de l’art et des idées, constituant ainsi une plateforme d’échanges pour des recherches en cours.

Equipe organisatrice :  

Jean-Pierre Criqui,
 Inès Henzler
 – Centre Pompidou Service de la Parole

Karolina Ziebinska-Lewandowska – Cabinet de la Photographie

Marie Auger, Clara Bastid,
 Max Bonhomme
 – Association Profession Photographie

Partenaires : Université Paris I Panthéon–Sorbonne : EA 4100, Histoire
 Culturelle et Sociale de l’Art  / Université Paris X-Nanterre : Laboratoire HAR, 
Ecole doctorale 395

Graphisme : Matthieu David – Fisheye

PROGRAMME :

11H : Introduction 

JEAN-PIERRE CRIQUI, KAROLINA ZIEBINSKA-LEWANDOWSKA. ASSOCIATION PROFESSION PHOTOGRAPHIE 

11H30 : FRANÇOIS CUSSET, professeur à l’université Paris X – Nanterre. / « Les équivoques du visible: ostentation décomplexée et pulsion scopique dans la culture des années 1980 »

12 H : CHRISTINE BUIGNET, professeure à l’université Toulouse Jean-Jaurès. / « Fiction : la “part maudite” de la photographie ? »

12H30 : MICHEL GAUTHIER, conservateur au MNAM Centre Pompidou, professeur associé à l’université Paris IV. / « La photographie sans le réel »

14h30 : THIBAULT BOULVAIN, chargé d’études et de recherche, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), doctorant à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. / « Histoires de voir. La représentation du sida dans la photographie des années 1980-1990 »

15H : NICOLAS BALLET, chargé d’études et de recherche, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), doctorant à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. / « « After Cease to Exist ». Le vertige des musiques industrielles »

15H30 : MARIE VICET, doctorante, Université Paris Ouest Nanterre La Défense / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. / « Le clip vidéo: un nouveau format de création pour les artistes? »

16H00 : Table Ronde avec KAREN KNORR, artiste et
MARTIN GUTTMANNartiste, du duo Clegg & Guttmann / discussion menée par l’historienne de la photographie Marion DUQUERROY

Image à la Une: Hergo, Sophie, série « Mythos », 1994, épreuve gélatino-argentique, Centre Pompidou, Musée national d’art moderne. Don de l’artiste, 2014

Atelier de l’ARIP : jeudi 18 février (18h30, INHA)

Nous avons le plaisir de vous inviter à la quatrième séance des ateliers méthodologiques de l’ARIP (Association de recherche sur l’image photographique).

Rendez-vous JEUDI 18 février
18h30-20h30, salle Cirhac  (1er étage)
INHA, 2 rue Vivienne, Paris 2e

 

Cette séance, programmée à mi-parcours de l’année 2015-2016, aura pour but de faire le bilan, tou·te·s ensemble, des ateliers mensuels, et pourra être l’occasion d’évoquer autres activités menées au sein de l’ARIP.

Cette rencontre n’est pas soumise à un ordre du jour prédéfini : elle sera l’occasion pour chacun·e d’exprimer son avis, ses souhaits et ses envies pour la suite de l’année.

Venez faire part de vos suggestions, évoquer des projets que vous voudriez coordonner au sein de l’association, ou soulever des questions plus larges, partager une information ou une actualité (monde de la recherche, des expositions, etc.).

Pour rendre cette rencontre encore plus conviviale, vous êtes tou·te·s invité·e·s à amener des petites choses à boire ou à manger !

Au plaisir de vous retrouver nombreuses et nombreux !

L’ARIP
Marie Auger, Virag Boroczfy, Guillaume Blanc, Mathilde Kiener, Véra Léon, Sara Lo Porto, Anaïs Mauuarin

Image en tête :
Luigi Ghirri,
Marina di Ravenna, 1986, in Il profilo delle nuvole (1980-1992), in Paesaggio Italiano (1980-1992), C-print, vintage, 17,8 x 22,5 cm, Photothèque Bibliothèque Panizzi, Reggio d’Émilie, Italie.

© Eredi Ghirri