Archives par mot-clé : atelier

Atelier de l’ARIP : Théorie et méthodologie des études photographiques – 13 décembre, INHA

Ateliers méthodologiques de l’ARIP

Séance 1 : Méthode et théorie en photographie

Mardi 13 décembre 2016, 18h30 – 20h30

INHA, salle 112

L’ARIP vous convie à la séance inaugurale de son cycle d’ateliers méthodologiques 2016-2017. Cette première séance vise à interroger les rapports entre théorie et méthode dans le champ des études photographiques. Plusieurs questions seront posées : quelles sont les théories historiques de la photographie, et comment ont-elles évolué jusqu’à aujourd’hui ? Quelle relation entretiennent-elles désormais avec les nouveaux modes de lecture des images, notamment les visual, cultural ou encore gender studies ? Ces théories peuvent-elles avoir valeur de méthodologie pour les chercheurs en histoire de la photographie ? Cette combinatoire disciplinaire, qui croise les approches pour tenter de saisir au mieux l’objet photographique, sera au cœur de notre réflexion. Celle-ci s’appuiera notamment sur une lecture critique du dossier intitulé « Que dit la théorie de la photographie ? » dans le dernier numéro de la revue Études photographiques : https://etudesphotographiques.revues.org/index.html

En France, les études photographiques constituent un champ relativement bien établi. Envisagé principalement comme un sous-domaine de l’histoire de l’art, l’histoire de la photographie a pu se nourrir dès les années 1980 d’importants apports théoriques, de la sociologie (dès les études pionnières de Bourdieu), à la sémiologie (Barthes), en passant par de nombreuses investigations philosophiques (voir à ce sujet le dernier numéro d’Etudes photographiques). Aujourd’hui, il ne s’agit plus de défendre l’importance d’un medium longtemps considéré comme le parent pauvre de l’art. Les approches théoriques élaborées dans les années 1970-1980 étaient encore marquées du sceau de cette quête de légitimité, conduisant à une vision excessivement essentialiste du médium (la théorie de l’index) au dépens d’une analyse des usages sociaux de l’image, ancrée dans l’histoire.

Un renouvellement des approches est déjà sensible, sous l’influence des « savoirs situés » anglo-saxons (cultural studies, visual studies, gender studies, postcolonial studies, etc.) qui tentent de dépasser la neutralité axiologique souvent présentée comme le seul horizon possible dans la recherche historique. Parallèlement, la discipline historique elle-même a renouvelé ses méthodes : prosopographie, méthodes quantitatives, iconographie politique, etc. Les études photographiques se situent à l’intersection de ces différentes approches, reflétant la diversité des pratiques photographiques elles-mêmes.

Pour ce premier atelier, nous vous invitons donc à réfléchir ensemble, de manière ouverte et conviviale, à l’articulation entre théorie et méthodologie, de manière à voir comment, outre la revendication d’un certain ancrage théorique, se met en place concrètement le travail de recherche. Nous espérons pouvoir ainsi poser ensemble des bases de discussion pour la série d’ateliers de méthodologie que l’ARIP organise à partir de janvier 2017.

Illustration : Illustration of « portable » camera obscura in Kircher’s Ars Magna Lucis Et Umbra (1646)

Appel à participation : Atelier de l’ARIP (2016-2017)

Appel à participation

Atelier mensuel de l’ARIP – 2016-2017

 

Au vu de l’intérêt qu’ont suscité les séminaires menés par l’Association de recherche sur l’image photographique les années passées, l’ARIP reconduit un cycle de rendez-vous pour l’année 2016-2017.

Ils prendront la forme d’ateliers mensuels avec un objectif double : ils seront d’une part l’occasion de découvrir des sujets de recherche inédits sur la photographie et d’autre part, ils permettront d’aborder et d’explorer des questionnements méthodologiques soulevés par un travail de recherche en photographie, et auxquels se trouvent souvent confronté·e·s nombre de (jeunes) chercheur·e·s. dans ce domaine.

Ces ateliers veulent constituer un lieu participatif et bienveillant d’échanges horizontaux, avec comme enjeu essentiel de partager, voire de construire ensemble, des savoirs méthodologiques. Il ne s’agira en aucun cas de présentations académiques, du type conférence.

Chaque séance sera l’occasion de découvrir le travail d’un·e jeune chercheur·e à travers la présentation d’un problème méthodologique qu’il/elle rencontre ou a rencontré au cours de ses recherches. La forme des ateliers sera la suivante : une présentation du sujet de la recherche (10 min.), puis une explicitation du problème méthodologique rencontré (10 min.), et enfin une discussion ouverte avec les participant.e.s (40 min. environ). Le but est que ces échanges fassent avancer non seulement la personne qui présente ses recherches, mais aussi, par leurs résonances avec d’autres questionnements, toutes les personnes présentes.

Pour ce faire, une attention particulière sera portée aux sources utilisées pour la recherche. La projection d’exemples de sources est plus que recommandée durant la présentation, de manière à ce qu’elles soient au cœur de la réflexion et constituent une base pour la réflexion commune avec les personnes présentes. Il s’agira de présenter le projet de recherche en en montrant la genèse, les enjeux et les difficultés.

Les propositions feront donc état du problème méthodologique qu’elles souhaitent présenter, en lien avec les problématiques spécifiques aux études sur la photographie. Voici quelques questionnements que l’ARIP aimerait aborder durant cette année (liste non exhaustive) :

  • la constitution du corpus
  • la problématisation
  • la mise en place du plan
  • les méthodes abordées (quantitative, iconographique)
  • l’historiographie
  • le cadre théorique (histoire sociale, cultural studies, rapport aux études littéraires…)
  • l’engagement politique du jeune chercheur

Cet appel à participation s’adresse ainsi avant tout aux jeunes chercheur.e.s intéressé.e.s pour évoquer leurs questions de recherche, plutôt que leurs objets.

MODALITÉS DE SOUMISSION

Les jeunes chercheur·e·s de tous les champs disciplinaires rattachés aux humanités, aux arts et aux sciences sociales sont particulièrement encouragé·e·s à candidater. Les propositions de participation comprendront :

  • Nom et prénom de l’auteur·e / des auteur·e·s
  • Affiliation(s) et statut(s)
  • Titre de la proposition
  • Résumé présentant la thématique de recherche (10 lignes maximum)
  • Présentation du problème méthodologique abordé, et éventuellement des sources utilisées (20 lignes maximum)

Elles seront envoyées au plus tard le 20 mars 2017 à l’adresse suivante : arip.contact[at]gmail.com

Les ateliers se dérouleront à l’INHA (2, rue Vivienne, Paris) à partir d’avril.

Image : Skating with Bror Myer (1921)

Atelier de l’ARIP : mercredi 8 juin à 18H30

Chères et chers collègues ,

Nous vous invitons chaleureusement le mercredi 8 juin  au huitième et dernier atelier du cycle mené par l’Association de Recherche sur l’Image Photographique (ARIP) pour la saison 2015-2016.

Avec toujours comme objectifs de découvrir de nouveaux sujets de recherche et d’aborder des questions de méthodologie de la recherche en histoire de la photographie, dans un cadre bienveillant et participatif, nous aurons le plaisir d’accueillir Lila Neutre, doctorante à l’École Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles et Pierre-Emmanuel Perrier de la Bâthie, doctorant en co-direction à l’École du Louvre et à l’Université de Poitiers :

  • Lila Neutre : Œuvres au forceps ?

Cette intervention explorera les particularités méthodologiques de la recherche en création et plus particulièrement l’influence réciproque des concepts théoriques sur les œuvres dans un projet de doctorat en pratique et théorie de la création artistique et littéraire. De quelles manières l’œuvre est-elle hantée par la pensée conceptuelle dans cette double herméneutique ? En quoi la recherche scientifique influence-t-elle la méthodologie, le cadre théorique et laisse son empreinte sur la création artistique ? Dans cette quête d’équilibre entre création et théorie, l’objectif du photographe-chercheur est de pouvoir articuler un savoir émergeant à une pratique où la pensée expérientielle et la pensée conceptuelle collaborent. Mais si la connaissance permet de documenter l’imagination et de structurer la création, la pratique d’un dessaisissement semble rester l’unique moyen pour éviter que la création ne se fige dans l’intellection.

  • Pierre-Emmanuel Perrier de la Bâthie : La généalogie d’une image photographique et de son contexte de présentation : le cas des portraits photographiques des artistes-stars au XXe siècle

Depuis les années 1990, les grandes rétrospectives et les publications d’art exhument de nombreuses photographies des artistes-stars du XXe siècle, ceux qui ont marqué les médias de leur empreinte (Picasso, Duchamp, Dalí, Beuys, Warhol, Klein et bien d’autres). Recueils scientifiques et revues grand public, presse d’actualité et blogs, tous reprennent les mêmes images et les diffusent sans porter attention au contexte de présentation (légendes, textes, autres images, etc.), réduisant ou modifiant les différentes nuances du récit mythologique artistique. Pour bien saisir la manière dont ce récit s’établit et évolue avec le temps, plusieurs décennies après la mort des protagonistes, il semble nécessaire de retracer la « généalogie médiatique » de certains clichés soit trop connus, soit trop ignorés. Quelles méthodes appliquer pour mener à bien ce travail ? Est-il possible de le systématiser ?

Cette réunion  étant la dernière de la saison, vous êtes toutes et tous invité.e.s à apporter nourriture et boisson pour partager un pot amical en fin de séance !

Rendez-vous mercredi 8 juin
18h30-20h30, salle Jullian (1er étage)
INHA (2, rue Vivienne, Paris 2e)

Au plaisir de vous retrouver nombreuses et nombreux !

L’ARIP

Marie Auger, Virag Boroczfy, Guillaume Blanc, Mathilde Kiener, Véra Léon, Sara Lo Porto, Anaïs Mauuarin

arip.contact@gmail.com

arip.hypotheses.org

 

 

Nouvel atelier de l’ARIP : mardi 10 mai 2016 à 18h30

Chères et chers collègues,

Nous vous invitons chaleureusement le mardi 10 mai au septième atelier du cycle mené par l’Association de Recherche sur l’Image Photographique (ARIP).

Avec toujours comme objectifs de découvrir de nouveaux sujets de recherche et d’aborder des questions de méthodologie de la recherche en histoire de la photographie, dans un cadre bienveillant et participatif, nous aurons le plaisir d’accueillir Mathilde Redaud, qui viendra nous parler de son sujet de recherche de Master mené à Bordeaux III :

  • Les archives inédites de l’Association Action et Recherche Photographique d’Aquitaine (ARPA) : une source précieuse aux enjeux méthodologiques

À partir de 1978, l’association Action et Recherche Photographique d’Aquitaine (ARPA) diffuse la photographie et y sensibilise le public. Cette initiative locale est caractéristique du contexte culturel français des années 1970 et 1980 lequel est marqué par la légitimation institutionnelle de la photographie et par la constitution des bases du champ photographique français. Abandonnées au sein d’anciens locaux et menacées de destruction, les archives inédites de l’ARPA ont joué un rôle primordial dans la conduite de cette recherche. Quels choix opérer face à un fonds saccagé ? Quelle méthode appliquer pour extraire de sources brutes la matière suffisante pour mener à bien le travail de recherche?

Rendez-vous mardi 10 mai

18h30-20h30, Salle Demargne (rdc)

INHA (2, rue vivienne, Paris 2e)

Au plaisir de vous retrouver nombreuses et nombreux !

L’ARIP

Virag Boroczfy, Guillaume Blanc, Mathilde Kiener, Véra Léon, Sara Lo Porto, Anaïs Mauuarin

arip.contact@gmail.com

arip.hypotheses.org

L’ARIP reconduit pour la saison 2015-2016 un cycle de rendez­-vous. Ces ateliers mensuels ont un objectif double : ils seront d’une part l’occasion de d​écouvrir des sujets de recherche inédits en étude sur la photographie e​t d’autre part, ils permettront d’aborder et d’e​xplorer des questionnements méthodologiques soulevés par un travail de recherche en photographie,​ et auxquels se trouvent souvent confronté.e.s nombre de (jeunes) chercheur.e.s. dans ce domaine.

Légende de l’image à la une : photographie de l’exposition Roland Laboye, 5 février-1er mars 1980, 10×15 cm, © archives de l’ARPA, Bordeaux.

Atelier de l’ARIP : mercredi 16 mars (18h30, INHA)

Chères et chers collègues,

L’ARIP poursuit au premier semestre 2016 son cycle de rendez­-vous. Ces ateliers mensuels ont un objectif double : ils sont d’une part l’occasion de d​écouvrir des sujets de recherche inédits sur la photographie e​t d’autre part, ils permettent d’aborder et d’explorer des questionnements méthodologiques soulevés par un travail de recherche en photographie,​ et auxquels se trouvent souvent confronté.e.s nombre de (jeunes) chercheur.e.s. dans ce domaine.

Rendez-vous mercredi 16 mars

18h30-20h30, salle Demargne (RDC)

INHA, 2 rue Vivienne, Paris 2e

Nous aurons le plaisir d’accueillir Mathilde Kiener (CRAL – EHESS). Elle viendra nous présenter ses recherches concernant l’introduction de la photographie dans la publicité en France sous l’angle méthodologique suivant:

“Chronologie, corpus, problématique : quelles interdépendances ?”

L’introduction de la photographie dans la publicité en France est l’une des manifestations des mutations du statut de l’image dans les années 1920. La question récurrente des rôles respectifs du texte et de l’illustration dans la publicité est amplifiée et modifiée par l’usage de l’image argentique et ses hybridations qui la lient à de nouvelles conceptions de la typographie et de la page imprimée. Ces phénomènes s’intègrent dans un processus global : la médiatisation de la photographie, son utilisation au sein de la presse et de l’édition, c’est-à-dire son entrée dans la culture de masse.

Entre 1927 et 1935,  l’essor de la photographie dans le champ publicitaire se révèle par les multiples formes qu’elle prend dans les publications. La presse spécialisée – en particulier les magazines Arts et métiers Graphiques, Vendre, et La Publicité – commence à désigner cette pratique et à lui consacrer une critique spécifique.

Dans le processus d’écriture d’une histoire de la photographie publicitaire, les fonds monographiques restent encore aujourd’hui des sources privilégiées. Cependant, il est important de ne pas s’en tenir à quelques noms de photographes ou de studios connus ou oubliés. La photographie publicitaire étant conçue pour être diffusée, il peut s’avérer judicieux et nécessaire de centrer son étude sur ses supports de médiatisation, afin de préciser les enjeux culturels, économiques et techniques de son apparition.

Cette présentation sera l’occasion d’observer comment un tel parti pris détermine non seulement une chronologie, mais l’affinement du corpus, et par là, une redéfinition potentielle de la problématique.

Au plaisir de vous y retrouver nombreux!

Éditions Paul Martial, annonce presse, Arts et Métiers Graphiques, « Photographie », numéro spécial, 1931, p. 149

Éditions Paul Martial, annonce presse, Arts et Métiers Graphiques, «Photographie», numéro spécial, 1931, p. 149