Archives par mot-clé : ateliers méthodologiques

6e atelier méthodologique : la photographie de mode et la « post-photographie »

Le mardi 13 juin aura lieu le 6e atelier méthodologique de l’ARIP.
Nous aurons le plaisir d’accueillir Marlène Van de Casteele (Université Lumière LYON 2) et Julie Martin (Université Toulouse Jean Jaurès).

 

Marlène Van de Casteele :  « La photographie de mode, une approche multi-méthodologique. »

Résumé : La photographie de mode cristallise en elle les tensions existantes au cœur du système de valeurs de la culture. Perçue comme une ressource documentaire, testimoniale et promotionnelle au service de la mode, avant d’être considérée comme un mode de représentation et un objet d’études scientifiques, elle constitue un phénomène culturel à la rencontre du high et du low. De ce fait, n’est-elle pas un médium manifeste venu remettre en question les champs disciplinaires ? Relayant une histoire de la mode et du genre, une histoire esthétique et sociale, une histoire des techniques, elle s’inscrit dans une pluralité de la pensée et non seulement dans une histoire de la photographie. Afin d’analyser les spécificités de la photographie de mode et de révéler la complexité du processus de conversion d’une image de mode commerciale en un objet esthétique décontextualisé, ne semble-t-il pas plus approprié d’adopter une approche multi-méthodologique ? La photographie de mode appelle en effet à une variété d’approches extraites de différentes disciplines (Fashion Studies, Cultural Studies, Visual Studies, Museum Studies, Exhibitions Studies et études matérielles) pour déterminer les diverses spécificités de production, de collecte d’images de mode au sein des institutions muséales françaises et de sa finalité, l’exposition.

Julie Martin, « Post-médium, post-internet, post-photographie, post documentaire. Un champ d’étude qualifié en post : des étiquettes neutralisantes ou des concepts prometteurs ? »

Résumé : Le contexte artistique et photographique actuel est fréquemment qualifié en post : post-médium, post-photographique, post-internet, post-documentaire. Ces termes sont couramment convoqués par les commissaires d’exposition et les critiques d’art pour identifier et singulariser certaines démarches artistiques.
Cependant, nous nous demandons actuellement comment recourir, dans une recherche universitaire, à ces jeunes notions pour certaines encore peu théorisées. Si le préfixe post désigne une succession, après quoi se situe-t-on ? Le concept de post-média a été commenté et largement analysé (Guattari, Krauss, Manovich), peut-on considérer que les concepts de post-internet et post-photographique constituent des ramifications de cette réflexion ? Les démarches artistiques ainsi désignées ne couvrent-elles pas un champ si hétérogène que le concept devient inopérant ?
Plutôt qu’à un usage classificatoire ne pourrait-on pas avoir recours à ces termes dans une visée plus analytique ? Plutôt que de critères typologiques ne s’agirait-il pas plutôt d’en faire des outils d’étude des œuvres ?

Rendez-vous le mardi 13 juin en salle CIRHAC
de 18h à 20h à l’INHA
2 rue Vivienne, 75002 Paris

Nous vous invitons à ramener de quoi boire et/ou grignoter pour plus de convivialité.

Atelier Méthodologique – Février 2017

Atelier Méthodologique de l’ARIP

Séance 2

Jeudi 23 février 2017 – 18h30-20h30, salle AVD, porte 133, INHA

Bonsoir à tous, l’ARIP vous invite à sa séance inaugurale des rencontres mensuelles 2017 autour d’un questionnement méthodologique et de la conduite de la recherche.
Au programme Véra Léon et Max Bonhomme nous présenteront deux aspects de la recherche, questionnant à la fois la problématique des sources disponibles et celle des images.

Résumés :
Véra Léon : L’histoire des photographes sans les images est-elle possible ?

Pour écrire une histoire sociale des photographes, il est nécessaire de décentrer le regard des productions iconographiques vers les conditions de formation et d’exercice du métier. Cette démarche se traduit par le recours à des sources renouvelées, comme des archives d’établissement ou des registres des métiers. Dans cette communication, on se demandera cependant dans quelle mesure les sources visuelles restent indispensables à l’écriture de cette histoire, et ce d’autant plus quand la démarche ambitionne de mettre en lumière les asymétries et assignations de genre qui saturent ces espaces sociaux, mais qui, comme souvent, sont invisibles dans les sources (Perrot, 1998).

Max Bonhomme : Comment faire une histoire de la presse illustrée des années 1930, en l’absence d’archives ? 

Lorsque l’on entreprend des recherches sur les usages politiques du photomontage dans les années 1930, on se trouve confronté à une certaine disparité dans les sources. À l’abondance des publications imprimées (magazines, brochures, affiches) s’oppose la rareté des archives susceptibles de les documenter. Les revues communistes, notamment, souffrent d’un réel défaut d’archives dû à l’entrée du parti dans l’illégalité en 1939, ainsi qu’aux exils et disparitions au cours de la Seconde guerre mondiale. Je m’interrogerai donc sur les moyens de pallier cette rareté des archives, par exemple en retournant vers une lecture rapprochée des images (ce que permet selon moi le domaine émergeant de l’iconographie politique).

Venez nombreuses et nombreux et n’hésitez pas à partager l’information !