Archives par mot-clé : brésil

Mardi 26 septembre / 7e Atelier Méthodologique

Le 7e atelier méthodologique de rentrée de l’ARIP est international. Le mardi 26 septembre 2017, l’ARIP  accueillera Chiara Naldi (Université de Udine, Italie) et Fabiana Bruce Silva (UFRPE, Université Fédérale Rurale de Pernambouc – Brésil, Professeur agrégé).

 

Chiara Naldi 
(Université de Udine, Italie)

« Une collection photographique peut-elle devenir la source d’une nouvelle méthode historiographique ? Le cas du fonds Jean Paul Milliet de l’INHA » 

Comment a bien pu se développer la représentation photographique de l’art de la Renaissance au cours du XIXème siècle ? Selon quels critères de marché et de goût les photographes ont sélectionné un si vaste patrimoine artistique ?
Nous utilisons la collection inédite de photographies du peintre français Jean Paul Milliet (1844-1918), aujourd’hui conservée à l’INHA, comme éventuel outil méthodologique. La collection photographique de Milliet s’inscrit donc dans une double démarche : comme un cas d’étude, c’est-à-dire la « photothèque » particulière d’un peintre, mais aussi comme un outil méthodologique pour filtrer l’étude de la diffusion de l’image photographique de l’art italien.
Lors de cette séance, je vais présenter mon cas d’étude et quelques réflexions thématiques générales de la production photographique du XIXe siècle : des photographies des dessins d’ancien maitres réalisés par John Brampton Philpot, de reproduction photographiques des estampes de traduction, des photographies d’œuvres du musée des Offices.

 

Fabiana Bruce Silva
(UFRPE, Université Fédérale Rurale de Pernambouc – Brésil, Professeur agrégé)

« La ville de Recife photographiée par Benício Whatley Dias (1914-1976) : quel hommage, quelle “beauté documentaire” ? »

Récemment, à Recife, le 13 mars 2017, je participais à une table ronde de lancement d’un livre sur les thématiques muséographie, architecture, photographie et mémoire, pour lequel j’ai publié une contribution intitulée La ville de Benício Dias : mémoire et oubli. Ce livre est le résultat d’un séminaire international qui s’est déroulé en 2016. À cette occasion, j’ai rendu un hommage au photographe du Pernambouc, Benício Whatley Dias (1914-1976), qui photographia la ville de Recife et sa transformation urbaine entre les années 1920 et 1950. L’examen des collections de ce photographe, m’a conduite à mesurer l’importance de celles-ci pour la recherche sur le Mouvement moderne en architecture (Movimento Moderno) et le patrimoine culturel brésilien, et m’a amenée à formuler une proposition de recherche sur la rhétorique de ses images d’un point de vue historique, social aussi bien qu’esthétique. Un des objectifs est d’étudier la valeur d’un travail réalisé avec un instrument qui est le pur produit d’une période vouée au culte du moderne, pour y déceler ou pas, les indices visibles ou, ce qui n’est pas montré, (le hors-champ) d’une pensée critique ou du moins, une prise de distance par rapport à ce même culte.

Rendez-vous le mardi 26 septembre,
de 19h à 21h à l’INHA (salle du CIRHAC.1er étage)
6, rue des Petits-Champs, 75002 Paris (entrée par la Galerie Colbert)

Pour plus d’informations : événement Facebook 

Légende de l’image : Benicio Whatlhey Dias, Coin de la Rua Formosa et Rua da Aurora, quartier Boa Vista à Recife, c. 1941. Collection BD de la Fundação Joaquim Nabuco, Recife – PE, Brésil.

 

L’AUTOMNE À L’ARIP

3 OCTOBRE 2017 / 19H / SALLE CIRHAC

Atelier Méthodologique avec :

– Suzannah Henty (Panthéon-Sorbonne Paris 1) : « Identity displacement: A study of the creation of fictional geographies and the Franco-Belge and Franco-Algerian experience of colonialism. »

19 OCTOBRE 2017 / 19H / SALLE WALTER BENJAMIN

Rencontre et discussion avec Marc Lenot autour de son livre « Jouer contre les Appareils (de la Photographie expérimentale) » (préface de Michel Poivert – éditions Photosynthèses)

SAMEDI 18 NOVEMBRE 2017 / Centre des Recollets (75010)

Quel avenir pour la commande publique de photographie en France ?
Conférence organisée par l’Association de Recherche sur l’Image Photographie) et l’association FETART dans le cadre des « Rencontres Photo du 10e » (Programme publiée bientôt)

5 DECEMBRE 2017 / 19H / SALLE CIRHAC

Atelier Méthodologique avec :

– Yogan Muller (ENSAV La Cambre et Université libre de Bruxelles) : « Redonner matière à l’image photographique »

Au plaisir de vous voir parmi nous,

L’ARIP
Max Bonhomme, Taous Dahmani, Amandine Gabriac,
Joséphine Givodan, Alice Aigrain et Assia Quesnel

La Guyane vue par Christophe Gin, par Andrea Delaplace

Lors de l’édition de 2015 du festival Visa pour l’image (Perpignan), la Fondation Carmignac a décerné le 6ème Prix Carmignac du photojournalisme à Christophe Gin, photographe français né en 1965[1]. Le thème de cette année s’intéressait aux territoires à l’écart de l’actualité, en particulier aux zones devenues de non-droit[2] c’est à dire sujettes à des dérégulations sociales, économiques et politiques, alors que l’Etat n’arrive plus à maintenir son autorité.

Christophe Gin a proposé une série d’images sur la situation de la Guyane à laquelle son travail s’intéresse depuis 2001[3], pour témoigner de cette société régie par des codes et des lois particulières.

C’est à l’issue de la lecture d’un article de Maurice Lemoine, paru dans Le Monde diplomatique[4], parlant d’un territoire français où les lois n’existent pas, une sorte de Far West contemporain peuplé de chercheurs d’or, que Christophe Gin part à la découverte de la Guyane en 2001. Pour essayer de mieux comprendre cette société multiethnique, une vraie mosaïque culturelle, il décide de partir au Brésil, en Colombie, en Bolivie et au Suriname afin de mesurer l’influence des cultures frontalières sur la culture locale guyanaise. Une série, Le Pont des Illusions (2002-2014), est ainsi le résultat de l’exploration de ces territoires.

Christophe Gin, Camopi, mars 2015.
Christophe Gin, Camopi, mars 2015.

La Guyane est à la fois une région administrative et un département français d’outre-mer (DOM) dont la préfecture est Cayenne. Pourtant, une grande partie à l’intérieur du territoire Guyanais n’est pas contrôlée par l’Etat : les populations de l’intérieur du pays, en majorité amérindiennes, se trouvent en marge de tout contrôle étatique.

Ce territoire naturel immense, la plus vaste région française (1/9e de la superficie de l’Hexagone), est délimité par des fleuves-frontières qui le relient, plus qu’ils ne le séparent, du Brésil et du Suriname voisins. Il est par exemple très commun de rencontrer des familles qui habitent d’un coté ou de l’autre des rivières qui délimitent la frontière entre le Brésil et la Guyane. Un pont à 50 millions d’euros a été construit en 2011 entre ces deux pays : il était censé créer une frontière officielle entre les deux pays. Pourtant, il n’a jamais été inauguré, puisqu’il est inachevé du coté brésilien.[5]

Christophe Gin, Saint Georges de l'Oyapock, avril 2015.
Christophe Gin, Saint Georges de l’Oyapock, avril 2015.

En dehors des villes du littoral atlantique (Cayenne, Kourou et Saint-Laurent du Maroni), l’intérieur guyanais, ancien « territoire de l’Inini », n’a été intégré au département français qu’en 1969. Entièrement composé de forêts tropicales et de villages coupés du monde, ce territoire incontrôlable, difficilement accessible, connaît depuis d’importantes difficultés d’intégration et de développement : chômage, impasse du système scolaire, oisiveté forcée et alcoolisme des populations autochtones.

La Guyane possède une tradition aurifère reconnue depuis le milieu
 du XIXe siècle et assiste depuis les années 1990 à une nouvelle « ruée vers l’or », créant un grave déséquilibre social et économique. Aujourd’hui ces zones à l’intérieur de la Guyane attirent l’attention du fait de la pauvreté de la population et de l’exploitation outrancière du sol, entraînant un taux de criminalité et de violence parmi les plus importants en France.

Christophe Gin, Trois-Sauts, janvier 2015.
Christophe Gin, Trois-Sauts, janvier 2015.

Devenus une sorte d’Eldorado européen au cœur de l’Amérique latine, ces territoires d’orpaillage illégal soulèvent aussi des risques sanitaires considérables pour l’homme et son environnement. Cette thématique nous rappelle la célèbre série de Sebastião Salgado sur la Mine d’or de Serra Pelada, à la fin des années 1980 et début des années 1990. Il a documenté l’intense exploitation aurifère dans l’Etat du Para au nord du Brésil, une région aussi dite de non-droit, où les mineurs vivaient dans des conditions très difficiles, presque inhumaines. Les photographies en noir et blanc du photographe brésilien, qui a été fortement critiqué par Susan Sontag, entre autre, du fait de son esthétisation de la misère humaine[6], ont été recueillies dans l’ouvrage La mine d’or de Serra Pelada publié pour la première fois en 1994. [7]

Un autre point commun entre les photos de Sebastião Salgado et de Christophe Gin est le choix du noir et blanc pour documenter ces régions de misère et d’abandon. Les belles photographies de paysages et de populations locales, constituées de militaires, de chercheurs d’or, de ressortissants étrangers exploités et d’amérindiens qui se côtoient dans ce territoire d’inégalités frappantes, nous plongent dans une autre réalité. Celle-ci est, certes, très contrastée, mais à travers le regard du photographe elle se révèle aussi esthétiquement touchante et nous permet de découvrir un autre monde auquel nous n’aurions pas eu accès sans le travail du photojournaliste.

Christophe Gin, Camopi, février 2015.
Christophe Gin, Camopi, février 2015.

Face à ces images, la position de Susan Sontag est claire et elle va jusqu’à parler de voyeurisme, comme le suggère la citation suivante : « Taking photographs has set up a chronic voyeuristic relation to the world which levels the meaning of all events. (…) While real people are out there killing themselves or other real people, the photographer stays behind his or her camera, creating a tiny element of another world: the image-world that bids to outlast us all. »[8]

On ne rentrera pas ici dans une discussion sur la question de l’éthique dans le photojournalisme aujourd’hui, mais les positions restent toutefois tranchées. Jean-François Leroy, le directeur du Festival Visa pour l’image, défendait ainsi le travail des photojournalistes lors de l’ouverture du festival en septembre dernier : « Que n’avons-nous pas entendu lors de nos récentes prises de position pour défendre une certaine éthique du photojournalisme… Le monde bouge, le photojournalisme doit bouger aussi, et nous serions les gardiens du temple d’une vision passéiste et étriquée de la profession… Pas moins que ça ! Loin de nous toucher ou de nous émouvoir, ces critiques acerbes sont pour nous comme autant d’encouragements qui ne font que renforcer notre foi en une vision de ce métier (…) Comment le photojournalisme devrait-il évoluer ? Recréer des scènes en studio ? Photographier des natures mortes pour évoquer un conflit ? [9] »

Vue de l'exposition Colonie à la Chapelle des Beaux-Arts de Paris, 04 novembre 2015, photographie de l'auteure.
Vue de l’exposition Colonie à la Chapelle des Beaux-Arts de Paris, 04 novembre 2015, photographie de l’auteure.

C’est bien dans cette optique que Gin a sillonné pendant 5 mois la Guyane, de décembre 2014 à mai 2015. Des frontières aux villages amérindiens les plus reculés, il nous propose de découvrir un autre monde : une réalité de contrastes, certes, mais aussi de beauté. Son reportage en Guyane a été présenté lors de l’exposition Colonie[10], du 5 novembre au 5 décembre 2015 à la Chapelle des Beaux-Arts de Paris[11] et un livre a été édité aussi à cette occasion. Une sélection de 35 photographies noir et blanc en grand format[12] était présentée dans l’espace intime mais imposant de la Chapelle de L’Ecole de Beaux-Arts de Paris. La sobriété des photographies et de la scénographie (les murs d’accrochage étant gris foncé) crée un contraste harmonieux avec les œuvres présentes à l’intérieur de la chapelle : certainement un choix réussi. Chaque photo était accompagnée d’un texte de présentation assez long (entre 300 et 400 mots) qui permettait de mettre en contexte l’image. L’artiste fournissait ainsi des précisions particulièrement utiles sur les régions de Guyane qu’il a explorées, en dressant un arrière-plan socioculturel qui aide à la compréhension de son travail. Une belle exposition pour découvrir le travail de ce photographe récemment lauréat.

* * *

[1] Pour plus d’informations consulter le site : http://www.visapourlimage.com/fr/prix_carmignac.do (consulté le 05/01/2016)

[2] Une zone de non-droit est, dans le vocabulaire politique ou journalistique, un territoire laissé pour compte où l’Etat n’est pas ou est très peu présent, laissant la délinquance s’installer, soit plus généralement tout territoire où le droit ne s’applique pas.

[3] Pour plus d’information voir le site : http://www.christophegin.org/ (consulté le 05/01/2016)

[4] Lire l’article sur le site du monde diplomatique : https://www.monde-diplomatique.fr/2001/02/LEMOINE/1860 (paru en Février 2001, consulté le 05/01/2016)

[5] Pour plus d’informations, l’auteure conseille la visite de l’exposition ou la consultation du catalogue de l’exposition Frontières du Musée de l’histoire de l’immigration : http://www.histoire-immigration.fr/2015/6/exposition-frontieres.

[6] Devant la douleur des autres, Susan Sontag, Paris, Christian Bourgois Editeur, 2003.

[7] La mine d’or de Serra Pelada, Galerie Debret, Paris, 1994.

[8] Susan Sontag, On Photography, Peguin Modern Classics, London, 1973, p. 11.

[9] Pour lire l’article complet : http://www.loeildelaphotographie.com/fr/2015/05/11/festivals/28024/visa-pour-l-image-perpignan-2015-festival-international-de-photojournalisme (paru le 11 Mai 2015, consulté le 05/01/2016)

[10] L’exposition est intitulée Colonie, un rappel à l’ancien statut de la Guyane et une référence au fait que l’intérieur de cette région, constitué de certaines « zones de non droit de la République » selon Christophe Gin, est « une colonie dans l’ex-colonie ».

[11] L’exposition sera aussi présentée à la Saatchi Gallery à Londres et ensuite en Italie.

[12] Il s’agit de 35 tirages argentiques. Les photos ont été prises avec un appareil photo numérique et ensuite Christophe Gin a fabriqué des négatifs pour faire des tirages manuels.

Image en tête :
Christophe Gin, Saint-Elie, avril 2015.
(c)Christophe Gin

Andrea Delaplace

Andréa Delaplace a présenté son mémoire de M2 sur la Cité nationale de l'histoire de l'immigration à l' EHESS (mention Ethnologie et Anthropologie sociale) et est doctorante en Histoire des musées et du patrimoine, ED 441 Histoire de l'art; Paris 1 – sous la direction de Monsieur Dominique Poulot.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Prochain séminaire le 8 avril : transferts culturels (2)

Nous avons le plaisir de vous convier à la prochaine séance du séminaire de l’Association de Recherche sur l’Image Photographique (ARIP), qui clôturera un cycle de deux séances intitulé :

Transferts culturels autour de la photographie : une culture photographique transnationale ?

Mercredi 8 avril, 18h-20h
INHA (salle Demargne, RDC)
2 rue Vivienne, 75002 Paris

 

Les transferts culturels et les échanges internationaux, voire transnationaux sont en effet au cœur de l’actualité des travaux universitaires (Espagne, 1999), et l’histoire de la photographie ne fait en cela pas exception. En témoigne la richesse des propositions reçues suite à l’appel à communication du séminaire de l’ARIP. Cette séance est donc la deuxième s’articulant autour de cette problématique.

Le 8 avril, deux jeunes chercheur·e·s viendront nous présenter leurs travaux : Lucas Mendes Menezes et Claire-Sophie Dagnan.

  • Lucas Mendes Menezes : Les photographies brésiliennes présentées lors des expositions de la Société Française de Photographie de 1946 à 1953

La Société Française de Photographie (SFP), créée à Paris en 1854,  héberge une riche collection internationale d’images photographiques. Après une période de déclin annoncée par la Seconde Guerre, la SFP reprend ses activités dès 1946 à l’occasion de la réouverture du Salon d’Art Photographique (organisé depuis le début du XXe siècle et interrompu en 1939). À ce moment-là, la SFP est confrontée au renouveau du milieu photographique amateur : elle assiste à la participation progressive des pays de l’Amerique du Sud, Europe de l’Est, Asie et Afrique attestant ainsi du développement d’un nouveau circuit d’échange. Quels sont les pays qui font partie de ce nouveau scénario ? Quelles sont les particularités du cas brésilien ? Comment mesurer les conséquences (artistiques, institutionnelles etc.) de cet échange ?

  • Claire-Sophie Dagnan : L’association FotoAtiva au Brésil. L’émergence de la “visibilité amazonienne”

Mon intervention porte sur la représentation de l’Amazonie brésilienne, “frontière” géographique et sociale au sein du Brésil et aux yeux du monde. Il s’agit de mettre en regard la production externe d’images que suscite cet espace, avec la production existant à échelle locale aux moyens de diffusion limités mais à la diversité vibrante. Je m’attacherai particulièrement à l’approche pédagogique et artistique du photo-club de Belém, FotoAtiva, pour soulever les enjeux politiques et sociaux de l’auto-représentation et de l’apprentissage de la photographie.

Au plaisir de vous voir parmi nous.