Archives par mot-clé : compte-rendu

Compte-rendu de l’atelier du 10 mai 2016

Compte-rendu l’atelier de l’ARIP du 10 mai 2016

Une dizaine de personnes est présente lors de cette réunion qui se tient en salle Demargne. Nous accueillons Mathilde Redaud pour une présentation intitulée “Les archives inédites de l’ARPA : une source précieuse aux enjeux méthodologiques”.

Mathilde Redaud a achevé son Master à l’Université Bordeaux Montaigne et se propose de revenir sur les enjeux méthodologiques de son travail deux ans après sa soutenance et en vue d’un projet de thèse.

Sa présentation se développe selon trois axes :

  1. Présentation de l’association « Action et Recherche Photographique d’Aquitaine » (sa création, son ancrage dans un territoire, ses activités) et définition des enjeux de la recherche.
  2. Les difficultés matérielles qu’elle a rencontrées lorsqu’il a fallu se confronter aux archives de l’association (accès tardif, fonds saccagé, éléments prélevés par un des fondateurs et local partiellement squatté)
  3. Les choix opérés pour traiter ce fonds de documents (méthodes quantitatives, acceptation d’une forme d’arbitraire) et les résultats obtenus suite à l’interprétation des données.

***

  1. Présentation du sujet et des enjeux de recherche

L’ARPA est une association (loi 1901) fondée en avril 1978 à Bordeaux par quatre jeunes photographes passionnés, dont Jean-Marc Lacabe (futur directeur de la galerie du Château d’eau à Toulouse, à la suite de Dieuzaide en 2001). Elle se donne pour vocation première de diffuser de manière éducative la photographie à une échelle locale, et d’en défendre la valeur artistique dans un contexte national encore peu enclin à en faire la promotion au niveau des institutions culturelles.

Enjeux :

  • travailler, à partir d’un exemple local, sur le thème historique de la légitimation de la photographie par les institutions culturelles françaises ;
  • questionner la valeur artistique de la photographie, sa définition dans les années 1980, la notion d’auteur ;
  • rôle et position de l’ARPA dans le champ photographique émergent. Analyse de ses actions et leurs conséquences pour la photographie elle-même et le public aquitain ;
  • spécificités esthétiques, créatives et théoriques de l’ARPA en regard de son contexte ;
  • réception locale et nationale de la photographie et du projet associatif global de l’ARPA ;
  • raisons et formes de son déclin progressif à la fin des années 1980.
  1. Difficultés rencontrées

Les difficultés de cette étude ont été doubles relativement aux archives de l’association : un accès tardif et une mauvaise conservation.

Jean-Marc Lacabe, avec qui elle échange depuis le début de ses recherches, lui a mentionné l’existence d’un fonds d’archives de l’ARPA mais sans en préciser l’importance ni la localisation. Durant la première année de son Master et en l’absence de plus d’informations sur ce fonds, Mathilde Redaud n’a pas eu d’autre choix que de développer ses connaissances sur le contexte historique, esthétique et théorique de la photographie entre les années 1970 et 1990 en France.

Ce n’est que durant sa seconde année de master, en novembre 2013, qu’elle finit par accéder au fonds d’archives situé rue des Faures (Quartier Saint-Michel) à Bordeaux. (Il ne s’agit pas du lieu originel des actions de l’ARPA car en 1987, celle-ci connaît des difficultés financières et c’est alors que ses locaux sont déplacés au 2ème étage de cet immeuble). Avec l’aide de Jean-Marc Lacabe elle peut enfin pénétrer dans le local mais y trouve un fonds saccagé et menacé de destruction (en raison d’un projet immobilier de réhabilitation du bâtiment en logement social). De fait, Mathilde Redaud obtient l’autorisation de la mairie de se rendre sur les lieux, mais pendant la durée très limitée d’une semaine : temps extrêmement court pour traiter le fonds.

Face à cet état de conservation critique et l’urgence du traitement des données, la question suivante s’est posée : Quels choix opérer face à un fonds saccagé ? Qu’emporter ? Que laisser ? Qu’est-ce qui importe ?

Mathilde Redaud se laisse guider en partie par la subjectivité de Jean-Marc Lacabe mais souhaite établir ses propres critères de tri (ex : lui déconseille de prendre les coupures et dossiers de presse ; alors que le regard journalistique de l’époque est crucial pour mesurer la réception de l’ARPA durant cette période).

Elle choisit finalement de récupérer tout ce qui se rapproche des activités de l’association : expositions, rencontres, conférences, stages, workshops. De récupérer des documents de presse et administratifs en vue d’un dépôt aux Archives Municipales de Bordeaux. Après quoi, elle établit un classement de ces documents par nature :

  • documents de présentation de ses expositions
  • catalogues d’exposition
  • affiches d’exposition, flyers, cartons d’invitation aux vernissages, des cartes postales
  • contrats d’exposition
  • correspondances avec les photographes
  • cassettes audio
  • photographies, planches contacts et négatifs
  • compte-rendu de réunions, des rapports d’activités, des bilans financiers, des tableaux de comptabilité
  • correspondances avec les instances dirigeantes culturelles ou politiques, avec la presse, des entreprises privées…
  1. Quels choix pour quelle recherche ?

Après un classement par nature des documents une autre question s’est imposée : quelle méthode appliquer pour extraire de sources brutes la matière suffisante pour mener à bien le travail de recherche ?

Mathilde opte finalement pour :

-Le tri chronologique des documents en divisant en deux temporalités distinctes : 1980’s-1990’s.

-Le classement thématique : entre diffusion et éducation à la photographie. Elle distingue quatre thèmes : les expositions et rencontres/conférences ; l’apprentissage technique ; la réception de l’association ; l’associatif.

-L’analyse. Extraire de diverses sources suffisamment de matière pour problématiser l’objet étudié dans le but de construire un travail de recherche solide. Réalisation de documents de démonstration.

De l’interprétation des données il ressort de très nombreuses informations.

Concernant les sources liées aux expositions, aux rencontres et aux conférences. Elles nous apprennent que l’association connaît son apogée dans les années 1983 et 1985. Années correspondant à des expositions itinérantes de grande envergure que des institutions culturelles proposèrent à l’ARPA (Ministère Culture-Communication ; Fondation Le Corbusier, Centre Pompidou). Que la politique des expositions comprend un large programme allant de la présentation des grands maîtres de la photographie (Robert Demachy, Étienne Carjat, HCB, Édouard Boubat, R. Doisneau) à la création contemporaine (Plossu, Guibert, Mora, Nori, Fontcuberta, les Batho, Luigi Ghirri, Dieter Appelt). Ces expositions sont tantôt celles d’auteurs-photographes sous la forme de monographies, tantôt thématiques, mais abordent toutes les problématiques de l’acte photographique et de l’auteur.

Concernant les sources liées aux rencontres-débats et conférences. Elles nous renseignent sur la présence de grandes figures de l’institutionnalisation de la photographie telle Jean-François Chevrier, Gilles Mora, Jean-Claude Lemagny et Patrick Roegiers et sur la volonté de l’ARPA à proposer une réflexion sur l’image photographique dans un espace où peuvent se rencontrer les acteurs du champ photographique et le public.

Concernant les sources liées aux workshops, aux stages de photos et autres actions pédagogiques. Nous permettent d’approfondir et d’envisager l’ampleur du volet pédagogique de l’ARPA à la fois auprès des amateurs, mais aussi des milieux solaires (1982 : projet pilote d’animation dans une école primaire du Bouscat ensuite proposé aux établissements scolaires de la région).

L’étude de Matilde Redaud interroge également la réception de ces activités. Surnommée à l’époque le « sanctuaire de la photographie […] à Bordeaux » par Jean Eimer, l’ARPA bénéficiait d’une presse bienveillante qui soulignait l’impact de son action sur le milieu photographique local et, au-delà, sur la dynamique culturelle de la région.

Selon les rapports administratifs, l’une des raisons du déclin de l’association est en partie liée aux difficultés financières rencontrées. On note également une divergence croissante de conception de la photographie parmi ses membres fondateurs. Aujourd’hui, l’association n’est pas encore dissoute officiellement et Mathilde Redaud cherche à entériner le dépôt des archives auprès de l’administration des archives municipales de la ville de Bordeaux. Jean-Marc Lacabe, sans s’y opposer frontalement, se montre réticent ; un cas d’étude qui montre à quel point les archives sont des supports de mémoire, et que l’historien, en s’y confrontant, doit composer avec l’humain et des données sensibles.

Discussion

Première remarque. Félicitation pour le travail accompli et annonce : le processus dépôt légal des archives de l’ARPA est en état d’avancement. Le choix des expositions réalisées par l’ARPA se conforme à un modèle adopté en région : soit une rotation entre des expositions de photographes « historiques », de photographes contemporains français, et de photographes internationaux.

Deuxième remarque. Porte sur l’histoire officielle de l’institutionnalisation de la photographie et ceux révisionnistes qui sont en train d’émerger avec des travaux comme ceux de Mathilde. Il devient de plus en plus évident aujourd’hui que l’institutionnalisation et la patrimonialisation de la photographie n’a pas seulement été le fait d’une volonté politique émanant d’un pouvoir centralisé mais que celles-ci n’auraient pas pu advenir sans une multitude d’initiatives plus discrètes, de la part de passionnés qui ont œuvré dans le sillage des photo-clubs, en cherchant notamment à dépasser leurs travers corporatistes pour aller au devant du public.

Image à la Une: Vue des archives de l’association ARPA, 2013 © Mathilde Redaud

DUST, par Mireille Besnard

Le visiteur qui pénètre dans la première salle de DUST, exposition présentée par David Campany au Bal jusqu’au 17 janvier 2016, est immédiatement magnétisé par l’image accrochée, seule, à l’autre extrémité de la pièce. Ce petit tirage tardif (1968) de l’Élevage de poussière a un pouvoir d’attraction phénoménal qui dépasse de loin l’intention d’origine de ses deux concepteurs, Marcel Duchamp et Man Ray. Le visiteur vient, ainsi, se coller tout près de la vitre pour lécher, de tout son œil, les gris doux et volumiques de cette vue d’en haut, de cette plongée oblique sur le Grand verre. Comme si, par là-même, on pouvait être transporté dans l’atelier new-yorkais de Duchamp en cette année 1920, date de la prise de vue, et assister à l’élaboration de La Mariée mise à nu par ses célibataires, même, autre titre du Grand Verre ; comme si on pouvait, nous aussi, y laisser un peu de notre poussière, tandis que l’opérateur, Man Ray, et le concepteur, Marcel Duchamp, seraient partis manger un morceau. Alors, nous aurions une heure devant nous, durée de la pose, avant que le photographe américain ne vienne refermer l’obturateur.

Cette durée pendant laquelle la lumière s’est engouffrée dans la chambre photographique, celle qui nous permet cette petite digression mentale sur notre possible présence sur les lieux de la prise de vue, évoque un temps accumulé plus qu’un temps arrêté. La fabrication de cette image est, en effet, la combinaison de 6 mois de dépôt de poussière et d’une heure de pause-déjeuner prise par les deux compères. Cette poussière, Duchamp l’a laissée intentionnellement se déposer pour obtenir une matière transparente — une couleur, même, dit-il —, celle qui remplira les « Tamis » dans la partie inférieure du Grand Verre. Man Ray, lui, expérimentateur infatigable et joueur, viendra plus tard en tirer autre chose : un paysage. Grâce à l’action simultanée d’un rapprochement et d’une plongée, le photographe déréalise la scène photographiée pour la faire accéder à une autre dimension. Le regardeur est ainsi projeté dans l’espace, il lui semble scruter la terre depuis le ciel. L’oblique de la prise de vue diminue l’effet d’écrasement du regard zénithal et impulse un mouvement à l’intérieur de l’image. L’œil vient balayer le sol et cherche à en comprendre la nature : terrain cultivé, neige en poudreuse, coton sauvage amassé ? Non, juste un nid de poussières formé grâce à quelques fils de plomb posés sur une plaque de verre. Voici dévoilés les subterfuges du médium photographique, capable de nous faire perdre, d’un seul changement de point de vue, nos repères spatiaux.

Il faut voir dans cette divulgation des capacités trompeuses de la photographie l’une des grandes forces de l’Élevage de poussière. C’est probablement pourquoi beaucoup ont perçu dans cette image à la parenté double, mais aussi dans le Grand Verre, une proposition paradigmatique des bouleversements apportés par la photographie. David Campany, penseur incontournable de la photographie, tout à la fois historien et commissaire, déploie dans les salles du Bal la charge explosive de ce cliché. Il propose un panel bigarré d’images symbolisant tout à la fois le déroulement erratique de la révolution duchampienne et le déferlement de l’image photographique dans nos vies ; un déferlement toujours plus pénétrant et incessant tel que peut l’être un dépôt de poussière. Avec cet alliage contingent de l’image photographique et de la poussière, redondance temporelle à portée poétique, David Campany nous mène à travers une histoire inédite de la photographie, qui aurait pris sa source dans ce fragment photographique du Grand Verre. Confrontées aux paradoxes et aux forces contradictoires du temps, la poussière comme la photographie viennent autant comme un « rien », une marque de négligence passagère et futile, que comme les « restes » des pires catastrophes naturelles et humaines (depuis les tempêtes du Middle East diffusées en cartes postales jusqu’à la pulvérisation et l’anéantissement des villes d’Hiroshima et de Nagasaki). La visite de la salle du rez-de-chaussée nous fait circuler dans l’espace qui réunit ces deux guerres mondiales, entre surréalisme, tornades, aventures militaires et armes de destruction massive. La salle en sous-sol nous fait pénétrer dans le monde de « l’après ». L’après Hiroshima, l’après de l’Élevage de poussière, nous mènent alors autant au cœur de la catastrophe qu’au centre de la révolution duchampienne, laquelle nous place, en fin de compte, de plain-pied dans le conceptualisme. Comme si cette œuvre et cette photographie avaient pu faire basculer le monde dans une autre dimension, comme si cette poussière était bien cette matière grise que Marcel Duchamp recherchait pour nous désenchanter du monde et de l’emprise du frisson rétinien.

Image à la une : Vue de l’exposition DUST, 16.10.2015-17.01.2016, Le Bal, Paris © Mireille Besnard

Compte rendu de la réunion du chantier Import/Export, 17 novembre 2015

Réunion du 17 novembre 2015
Compte rendu

La réunion a lieu de 18h à 20h en Salle Demargne, 6 personnes sont présentes. L’ordre du jour de la séance est le suivant :

I/ Calendrier des entretiens du cycle « 1960-1990. Les voix de la
photographie »
1/Les entretiens passés
 2/Le statut de l’entretien de Daniel Wolf
3/Les entretiens futur

II/Les transcriptions et l’édition des entretiens
1/Les transcriptions des entretiens
2/ Le projet éditorial

III/ Le lexique collaboratif 

 

I/ LE CALENDRIER DES ENTRETIENS:

1/ Les entretiens passés:

Le chantier de recherche Import/Export a reçu en février 2015 des financements de la part du Collège des Écoles doctorales de Paris 1 Panthéon-Sorbonne ainsi que de l’École doctorale 441 – Histoire de l’art de cette même université pour l’année 2015. Grâce au montant reçu, un budget a été mis en place. Le montant total permet de réaliser en tout 12 entretiens avec des transcriptions. Pendant la réunion, les personnes présentent se penchent sur le calendrier passé et prévisionnel du chantier. Pour l’instant, depuis le lancement du cycle en janvier 2015, 7 entretiens ont eu lieu et 2 sont en préparation. De plus, en parallèle du cycle d’entretien, Isabella Seniuta a réalisé l’entretien du collectionneur américain Daniel Wolf en juin 2015.

2/ Le statut de l’entretien de Daniel Wolf :

Cet entretien peut-il intégrer l’édition future ou doit-il être publié sur le carnet ? Il est décidé à l’unanimité que l’entretien de Daniel Wolf sera publié sur le carnet de l’ARIP. Les membres présents estiment que l’entretien de Daniel Wolf est à part du cycle. De plus, tout article publié sur le carnet de l’ARIP offre une grande visibilité (environ 2000 lecteurs).

La présentation de l’entretien de Daniel Wolf devra être organisée de la manière suivante : un chapeau, une courte biographie avec les informations qui ne sont pas dans l’entretien, un plan, et des photographies. Le carnet de l’ARIP permet en théorie de publier toutes les images sans payer de droits d’auteurs.

3/ Les entretiens futurs :

Jusqu’à présent le cycle a invité essentiellement des historiens, des conservateurs, et des enseignants. Les deux prochains entretiens recueilleront les témoignages d’un photographe et éditeur (Claude Nori), et d’un acteur du marché de l’art (Simone Klein). Aucun journaliste n’est venu pour l’instant.

La question d’un appel à communication est évoquée au cours de la discussion. Finalement, plusieurs personnes se désignent pour réaliser des entretiens. Il n’y aura donc pas d’appel à communication pour les prochains entretiens.

II/ LES TRANSCRIPTIONS ET L’EDITION

1/ Les transcriptions des entretiens :

Laureline Meizel propose d’une part d’envoyer  un document avec les normes éditoriales. D’autre part elle suggère de se départager le travail entre les personnes qui ont réalisé les entretiens en créant un document sur le drive de l’ARIP. Dès lors, une des personnes en charge de l’entretien peut relire l’entretien transcrit et l’envoyer à l’autre personne avec ses remarques. La seconde personne peut travailler sur le fond et sur l’ajout de notes de bas de page. Il faut également signaler aux invités de lire une première fois l’entretien en entier (pour éviter de corriger ou de faire des ajouts avant de voir qu’ils répondent plus tard à la question).

2/ Le projet éditorial :

Aucun éditeur n’est trouvé pour l’instant. Les différents éditeurs suggérés sont : les Presses du réel, le Point du jour et les Impressions nouvelles (éditeurs belges). Si jamais le chantier se trouve dans l’impossibilité de trouver un éditeur, les participants pensent se tourner vers le soutien à l’édition de Paris 1 et/ou vers des éditions en ligne : les presses du réel en ligne, open édition,… En temps venu, un partenariat pourra être envisagé avec Claude Nori ou le Centre Pompidou.

En résumé : l’édition ne devra probablement pas dépasser les 300 pages. De plus, il n’est pas certain que des photographies pourront être intégrées à l’ouvrage. L’édition contiendra probablement des titres pour chaque entretien et une introduction écrite à plusieurs, qui servira à justifier les dates, les écarts et les choix de personnes. Elle permettra aussi de redéfinir les bornes chronologiques : 1960-2000 (et non 1960-1990). Un changement de titre est brièvement mentionné. En effet « Les voix de la photographie » sous-entend pour certains que le livre inclut toutes les voix de la photographie. Le titre «  Des voix de la photographie » est proposé, sans vote définitif. Enfin, l’édition pourra contenir une postface réalisée par une personnalité, et une préface éventuellement écrite à plusieurs mains et co-signées.

III/ LE LEXIQUE COLLABORATIF

Le projet de lexique collaboratif ne connaît aucune évolution depuis juin. Il semble difficile à réaliser sans budget et financements. Pour l’instant, le projet est mis de côté. Le chantier poursuit uniquement avec le cycle d’entretiens. L’idée du lexique n’est pas abandonnée mais remise à plus tard.

Tous les points de l’ordre du jour ayant été soulevés, la séance se termine à 20h.

Image: House of Edgar Kaufmann (Richard Neutra). Colorado Desert.
Palm Springs, 1947.  Épreuve argentique (c. 1990), signée et datée au verso. 49,5 x 61 cm avec marges

Compte-rendu de la Réunion plénière, le 19 octobre 2015

Compte rendu de réunion
19 octobre 2015, INHA (salle du CIRHAC)

La réunion est ouverte à 18h30.
Elle regroupe une quinzaine de participant.e.s.

Les points à l’ordre du jour sont :

  1. Des rappels généraux
    1. Orientations et organisation de l’ARIP
    2. Devenir membre et fonctionnement des travaux collectifs
  2. Le nouveau fonctionnement des réunions de travail pour la session 2015-2016
    1. Présentation de l’appel à participation pour les ateliers en 2015-2016 et invitation à y répondre
    2. Explication du rôle des modérateurs·trices pour les ateliers organisés cette année et invitation à l’expérimenter
    3. Invitation à faire partie du comité de sélection des intervenant.e.s pour les ateliers
  3. Le développement du carnet de recherche de l’association
    1. Pourquoi un carnet et comment fonctionne-t-il ?
    2. Publication des billets sur le carnet et invitation à faire partie du comité de relecture
  4. L’élection du nouveau bureau
  5. La présentation de projets de collaboration par des membres de l’ARIP ou d’autres associations
    1. Marie Auger : colloque sur les années 1980 en lien avec l’exposition en cours de préparation au Centre Pompidou
    2. Églantine Laval : projet de collaboration avec le collectif metachronique, créé en 2013 par de jeunes artistes issus de l’école des Beaux-arts de Paris

I. Rappels généraux

1. Orientations et organisation de l’ARIP

Le traditionnel tour de table est effectué, qui permet à chacun.e de présenter ses champs de recherche, mais aussi de formuler ses motivations et ses attentes à l’égard de l’ARIP.
A cette occasion, un rappel est fait de l’historique de l’association et de ses buts depuis sa reprise en 2014, car une invitation à participer aux réunions a été présentée lors du séminaire de recherche de Michel Poivert.

Plusieurs masterantes ayant répondu à l’invitation, on rappelle que l’ARIP a pour vocation de rassembler tou.te.s les chercheur.e.s qui travaillent sur et/ou avec la photographie, l’idée étant d’inventer, au coeur d’une institution au fonctionnement pyramidal, une structure basée sur l’horizontalité, le collectif et la mutualisation des idées, des envies et des propositions.
L’association et ses activités sont donc à géométrie variable, puisqu’elles sont réajustées en fonction des besoins réels exprimés par les membres de l’association, et notamment les masterant.e.s, doctorant.e.s et post-doctorant.e.s.
Pour cette raison, deux ou trois réunions annuelles sont organisées, qui ont pour fonction de discuter de l’organisation des travaux de l’ARIP et des éventuelles modifications ou ajustements à lui apporter. Conçues pour être des espaces d’écoutes et d’échanges bienveillants, toujours suivies par la proposition d’un pot, ces réunions d’organisation sont donc primordiales dans le fonctionnement collectif de l’ARIP.

C’est à l’issue d’une de ces réunions qu’est née l’envie de créer des chantiers de travail qui fonctionneraient de manière autonome par rapport aux activités collégiales de l’ARIP.
Fin 2014, ont ainsi été lancés le chantier Import/Export. Aux sources du langage sur la photographie et le chantier Photo/Savoirs/Critiques. Chacun de ces chantiers a un bureau d’organisation, qui ne se superpose pas nécessairement à celui de l’association. Les chantiers organisent leurs propres événements, qui sont toutefois rattachés au fonctionnement global de l’association.
La liste des chantiers de l’ARIP n’est pas close. Tous les membres peuvent proposer d’ouvrir un nouveau chantier en réunion plénière, qu’ils s’engagent alors à organiser et à mettre en place.

L’ARIP est aussi un espace d’entraide et de mutualisation des expériences. Par exemple, certain.e.s membres ont organisé des oraux blancs avec d’autres membres qui le pouvaient et le souhaitaient, pour préparer les auditions qu’ils passaient en vue d’obtenir des contrats doctoraux. Ces oraux blancs ont bien fonctionné, puisque toutes les auditions ont jusque-là été couronnées de succès.
Il est aussi possible de demander de l’aide pour des relectures de texte ou des communications blanches, ou tout autre problème rencontré.

2. Devenir membre et fonctionnement des travaux collectifs

On rappelle que toutes les personnes intéressées par la recherche sur l’image photographique, qu’elles soient historiennes ou non, universitaires ou non, peuvent devenir membre de l’ARIP, en formulant leur demande auprès du bureau collégial de l’association, à l’adresse arip[dot]contact[at]gmail[dot]com.

Le statut de membre est gratuit ; il n’est pas soumis à une participation financière.

Par contre, l’accès à certaines informations propres au fonctionnement interne de l’association est fonction des possibilités d’engagement des membres au sein de l’association.

Le bureau collégial dispose ainsi de deux listes :

  • L’une rassemble les membres qui, pour des raisons pratiques, personnelles ou autres, sont éloigné.e.s des activités de l’ARIP. Leur sont envoyées les informations générales, relatives notamment aux événements organisés par l’ARIP.
  • L’autre rassemble les membres actifs, qui manifestent leur engagement en participant notamment aux réunions d’organisation, aux ateliers ou aux chantiers. Ces membres actifs ont également accès aux documents de travail (planning, comptes rendus, dossiers de financements, etc.), stockés dans un dossier partagé sur googledrive (un environnement de travail numérique), qu’ils peuvent consulter, compléter et/ou créer.

Par exemple, le compte rendu de cette réunion a été posté peu après sa tenue dans le dossier partagé, de façon à ce qu’il puisse être complété et corrigé par tou.te.s les participant.e.s qui le souhaitaient. Tou.te.s les participant.e.s à la réunion ayant eu la possibilité d’amender le compte rendu, celui qui est finalement publié sur le carnet est le reflet de la perception commune du déroulement de la réunion et des décisions qui y ont été prises.

Est rappelée par ailleurs l’existence d’un répertoire des membres de l’association dans ce dossier, que tou.te.s les participant.e.s à la réunion sont invité.e.s à compléter, s’ils/elles ne l’ont déjà fait. On évoque la possibilité que ce document soit lié au carnet de recherche de l’ARIP dans un futur proche, de façon à ce que la liste des membres actifs soit automatiquement actualisée.

Par ailleurs, des documents peuvent être créés lorsqu’un membre de l’association propose d’ouvrir un nouveau chantier.
On rappelle que tout changement fait dans les documents du dossier partagé se répercute sur ceux de l’ensemble des membres partageant ce dossier, et qu’il faut donc faire attention à ne pas supprimer, par exemple, un dossier par inadvertance.

Pour devenir membre actif, il suffit d’en exprimer le désir par mail ou lors d’une réunion auprès du bureau collégial, qui donne notamment les droits d’administrateur au dossier partagé sur googledrive.

 

II. Le nouveau fonctionnement des réunions de travail pour la session 2015-2016

1. Présentation de l’appel à participation pour les ateliers en 2015-2016 et invitation à y répondre

A la suite de frustrations exprimées lors de la réunion-bilan tenue en juillet dernier, à la fin de la session 2014-2015, le fonctionnement des réunions mensuelles de l’ARIP a été reformulé. L’an passé, les réunions qui n’étaient pas dévolues à l’organisation fonctionnaient sur le principe d’un séminaire de recherche : deux présentations de travaux en cours ou achevés d’une quarantaine de minutes (sélectionnées sur appel à communication), suivies de discussions avec les participant.e.s. Si les présentations et les discussions qu’elles ont enclenchées se sont révélées passionnantes à l’égard des orientations de la recherche actuelle sur les images et les dispositifs photographiques, cela s’est souvent fait au détriment d’un questionnement et d’une réflexion sur les problèmes méthodologiques rencontrés lors de leur élaboration.

A l’issue de la session 2014-2015, cette occultation a été soulevée par le bureau collégial ainsi que par plusieurs membres de l’ARIP. Pour y pallier, le bureau a élaboré, en s’appuyant sur les discussions de la réunion-bilan, un appel à participation modifiant les formes de présentation et d’échange (désormais celles d’un atelier) et insistant sur les aspects à traiter, plutôt tournés vers la méthodologie et l’éthique de la recherche. Il a été relayé sur les plateformes et les listes de diffusion de la recherche en sciences humaines, et plus particulièrement en sciences de l’image : Calenda, le blog de l’Apahau, photohist, visuel, etc.

Cet appel, diffusé à partir du 1er octobre 2015, est lu aux membres présent.e.s, qui sont invité.e.s à envoyer une proposition.

2. Explication du rôle des modérateurs·trices pour les ateliers organisés cette année et invitation à l’expérimenter

Le bureau annonce par ailleurs sa décision de mettre en place un système de modération pour ces nouveaux ateliers.
Un appel à modérer les ateliers de la session 2015-2016 est donc lancé à tous les membres qui le souhaitent, même s’ils n’ont jamais eu l’occasion d’expérimenter cette fonction au sein d’une assemblée. Pour y répondre, il faut se manifester auprès du bureau.

S’engage alors une discussion sur le rôle du modérateur.trice : doit-il.elle être spécialiste de la question et animer le débat ou doit-il.elle plutôt veiller à la circulation de la parole ?

Une position moyenne est adoptée : le.la modérateur.trice sera chargé.e, outre l’introduction des intervenant.e.s, de distribuer et d’équilibrer la parole des participant.e.s, mais il pourra aussi intervenir dans la discussion quand il le souhaitera, en veillant toutefois à ne pas l’accaparer.

3. Invitation à faire partie du comité de sélection des intervenant.e.s pour les ateliers

Une autre décision, très excitante par son innovation et son aspect collectif, est d’ouvrir la sélection des propositions reçues en réponse à l’appel à communication, ainsi que la mise en place du programme de la session 2015-2016, à tous les membres qui en exprimeraient le désir au bureau collégial, de façon à ce que la session 2015-2016 réponde au maximum aux attentes de tou.te.s.

L’appel étant clôturé le 30 octobre, la réunion pour le choix des propositions est fixée au 4 novembre, de 13h à 14h30, près de la place de Clichy pour des raisons pratiques. Les propositions seront rassemblées dans le dossier partagé sur le googledrive de l’ARIP au fur et à mesure de leur réception, de façon à ce que les membres puissent en prendre connaissance avant la réunion de sélection.

 

III. Le développement du carnet de recherche de l’association

1. Pourquoi un carnet et comment fonctionne-t-il ?

Suite aux développements des activités de l’association, les membres ont eu envie de diffuser leurs travaux. En juillet 2014, la plateforme hypotheses.org, géré en France par le CNRS, a accepté le dossier monté par le bureau, et un carnet de recherche à vocation scientifique a été ouvert.
Il est géré par une équipe de rédaction composé de sept membres.
Ce carnet permet à l’association :

  • de diffuser les annonces et les comptes rendus des événements qu’elle organise, globalement ou à travers ses chantiers,
  • de diffuser les annonces des activités de ses membres (conférences, colloques, appels à contribution, parution, etc.). Pour cela, il faut contacter le bureau collégial de l’ARIP en amont de l’événement, avec une annonce préparée, accompagnée si possible d’une image.
  • Mais le carnet permet aussi de publier des billets, qui peuvent être de toutes formes et de tous types, tant que leur sujet principal est la photographie (une exception est faite pour les conditions de travail des chercheur.e.s).

2. Publication des billets sur le carnet et invitation à faire partie du comité de relecture

Il n’est pas nécessaire de faire partie de l’association ou d’assister aux réunions pour proposer un billet à la publication sur le carnet de l’ARIP.
Au fil du temps, un mode de proposition et de publication a été établi par l’équipe de rédaction.
Le contributeur peut proposer un billet court ou long, qu’il envoie à contribution[dot]arip[at]gmail[dot]com, en précisant quel mode de relecture il souhaite : “billet” (seule une correction de base, orthographique et syntaxique, sera établie) ou “article” (la correction est plus poussée et s’articule autour d’un dialogue entre le contributeur et les relecteurs). Pour plus d’informations sur le mode de proposition, voir la page du carnet qui lui est dédiée.

De façon à garantir l’objectivité de la décision de publication et le renouvellement de la recherche, chaque proposition est soumise au comité de relecture sous une forme anonymisée, et fait l’objet d’une relecture par deux des membres du comité qui ne communiquent pas entre eux. Une charte a été écrite à l’attention des membres du comité de relecture, qui est disponible sur le carnet.

Actuellement, ce comité est composé de neuf membres, mais il a vocation à s’agrandir. Aussi, un appel à participer au comité de lecture est adressé aux participant.e.s à la réunion. On rappelle à cette occasion que la relecture est un exercice très formateur pour celui ou celle qui se destine à écrire et que l’on peut se proposer même si l’on n’a jamais été relecteur.trice, de la même façon que pour être modérateur.trice des ateliers. Pour devenir membre du comité de relecture, il suffit d’en exprimer la demande à Thierry Sugitani, à l’adresse contribution[dot]arip[at]gmail[dot]com.

La question de l’obtention par deux membres du bureau actuel d’accréditations presse aux Rencontres d’Arles (permettant l’accès gratuit aux festival durant la semaine d’ouverture) est évoquée, leur demande s’appuyant sur leur participation au carnet de recherche de l’association. Une fois les circonstances éclaircies, et établie l’improvisation qui a présidé à cette obtention, l’ensemble des participants tombe d’accord sur l’extension de ce type de demandes à l’ensemble des membres qui s’investissent dans la fabrication du carnet (qu’ils fassent partie de l’équipe de rédaction ou du comité de relecture) et qui souhaiteraient couvrir l’événement lors des éditions prochaines.
A cette occasion, est réaffirmé l’attachement à la transparence et à l’horizontalité entre les membres de l’ARIP et, en contrepartie, la lutte contre les coteries, le copinage, la cooptation, contre toute forme de passe-droit ou d’abus de pouvoir.

 

IV. L’élection du nouveau bureau

Parmi les membres du bureau collégial de l’ARIP sont présent.e.s Guillaume Blanc, Véra Léon et Anaïs Mauuarin. Sara Lo Porto est excusée.
Les membres du bureau rappellent l’enrichissement que leur a apporté cette expérience et affirment leur volonté de la poursuivre pour l’année scolaire en cours.
Ils indiquent toutefois qu’ils cèderont peut-être leur place l’an prochain et appellent à la relève.

Ils rappellent alors les tâches du bureau. La machine ayant été mise en place, il s’agit de la faire tourner (notamment en termes de communication et d’organisation des ateliers). Toutefois, il faut pouvoir impulser des propositions (réunions, appels à communication pour les ateliers ou les séminaires collectifs), en écoutant les désirs exprimés par les membres lors des réunions plénières destinées à interroger et à remettre en jeu si nécessaire le fonctionnement de l’association.
On insiste par ailleurs sur le fait que le bureau a vocation à être régulièrement renouvelé, de façon à ce que chacun.e puisse expérimenter la gestion d’une association de recherche, s’il en exprime le souhait et la volonté.

Trois autres participantes à la réunion désirent intégrer le bureau : il s’agit de Virag Boroczfy (Paris 3, ED 267), de Mathilde Kiener (EHESS, CRAL) et de Marie Auger (Paris 1, ED 441), à partir du mois de janvier pour cette dernière. Leur candidature est d’autant plus favorablement accueillie qu’il est nécessaire de prendre un peu de temps pour se familiariser avec les outils de communication et le fonctionnement de l’association déjà mis en place. Si les trois membres historiques du bureau collégial décident effectivement de se retirer à la fin de la session 2015-2016, trois nouveaux membres seront d’ores et déjà formés.

Le nouveau bureau est voté à l’unanimité des participants.

Il est composé de :

  • Marie Auger, Université Paris I Panthéon-Sorbonne (à partir de janvier 2016)
  • Guillaume Blanc, Université Paris I Panthéon-Sorbonne
  • Virag Boroczfy, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3
  • Mathilde Kiener, EHESS
  • Véra Léon, Université Paris Descartes
  • Sara Lo Porto, Université Paris I Panthéon-Sorbonne
  • Anaïs Mauuarin, Université Paris I Panthéon-Sorbonne

 

V. La présentation de projets de collaboration par des membres de l’ARIP ou d’autres associations

Le dernier point à l’ordre du jour est la proposition de participation à des projets menés par des membres de l’ARIP ou d’autres associations.

1. Journée d’étude sur les années 1980 en lien avec l’exposition en cours de préparation au Centre Pompidou (Marie Auger)

2. Projet de collaboration avec le collectif metachronique, créé en 2013 par de jeunes artistes issus de l’école des Beaux-arts de Paris

Églantine Laval, rattachée au centre Alexandre Koyré de l’EHESS et co-fondatrice du collectif d’artistes metachronique, vient proposer une collaboration entre les membres de l’ARIP et celles et ceux de ce collectif. Elle présente d’abord son parcours, entre recherche académique et pratique artistique, avant d’exposer les buts du collectif.

Créé en 2013 autour du pôle numérique de l’école des Beaux-arts de Paris, celui-ci vise notamment à faire se croiser les parcours de jeunes artistes et de jeunes chercheur.e.s, avec la volonté de décloisonner les disciplines, de nouer un dialogue autour des processus créatifs mis en oeuvre tant par les artistes que par les chercheurs, mais aussi de favoriser la transmission entre les générations, en invitant par exemple des chercheurs confirmés. L’idée est aussi de croiser les réseaux, ce dont pourrait relever une collaboration avec les membres de l’ARIP.

Plusieurs formes de collaboration sont proposées, notamment l’écriture sur le travail d’un.e jeune artiste, la visite de lieux interlopes, marginaux ou moins connus du monde de l’art, auxquels les artistes ont accès. Cela pourrait se concrétiser pour l’ouverture d’un nouveau chantier au sein de l’ARIP si des membres sont prêts à s’investir. Une rencontre est finalement proposée, qui resterait à planifier, avec les membres du collectif metachronique, de façon à mieux comprendre les activités des membres des deux groupes de recherche.

Enfin, il est décidé qu’un mail sera envoyé par le bureau aux membres actifs contenant :

  • le compte rendu de la réunion à relire avant publication,
  • l’appel à participer à la modération des ateliers de l’association,
  • l’appel à participer à la sélection des contributions pour la session 2015-2016,
  • l’invitation à compléter le répertoire des membres, pour l’instant stocké dans le dossier partagé de l’ARIP sur googledrive.

La réunion est levée à 21 heures.

Image à la une :
H. Mairet, Séance avec Eusapia Palladino, chez Camille Flammarion, rue Cassini, 25 novembre 1898, épreuve à la gélatine argentique, 22.2 x 26.3 cm, Paris, Société Astronomique de France, Fonds Camille Flammarion. Photo : © Rue des Archives / The Granger Collection

Compte-rendu de la Réunion de rentrée, le 23 septembre 2015

Réunion de rentrée

Environ 16 participants sont réunis, qui se présentent lors du tour de table.

1/ Présentation de l’ARIP

Mars 2014 – Elisa Baitelli, Helène Orain, membres de bureau de l’association, ont souhaité céder leur place pour écrire leurs thèses. Passation du flambeau.

Membres du bureau actuel : Guillaume Blanc, Véra Léon, Anaïs Mauuarin, Sara Lo Porto.

Credo se pense comme un lieu de dialogue et d’échange avant tout.

2/ Activités

De l’an dernier – l’an dernier avait été mis en place un séminaire où deux intervenants faisaient l’un après l’autre des présentations structurées de 30 minutes, suivies d’un échange avec l’auditoire composé de membres de l’ARIP et de gens de l’extérieur, universitaires de tous horizons, professionnels et curieux (qui intégraient le plus souvent l’association à cette occasion).

Nouvelle orientation – les retours critiques sur le déroulement de ce séminaire, depuis juin 2015, ont suscité l’envie de prendre une nouvelle orientation pour cette année.

Afin de retrouver une meilleure qualité d’échange, où le dialogue soit plus horizontal, nous avons choisi d’adopter une formule d’ateliers. Il s’agira de faire découvrir de nouveaux sujets de recherches, tout en mettant l’accent sur des questions méthodologiques transversales, parlant à tou.te.s. Chaque atelier comprendra a priori une ou deux participations.

Ils suivront le modèle suivant :

  • 10 minutes pour présenter la genèse de la recherche, son objet, ses sources.
  • 10 minutes pour exposer le.s problème.s rencontré.s (pb de sources, corpus, discours etc.).
  • 40 minutes d’échange avec l’auditoire

Double visée : d’une part, permettre à l’intervenant d’avancer et de trouver des solutions concrètes à ses problèmes méthodologiques ; d’autre part, permettre à d’autres personnes dans l’auditoire de trouver un écho à leurs propres problématiques de recherche.

Un appel à participation sera envoyé le 5 oct. au plus tard. Il sera bien précisé qu’il ne s’agit pas d’un exercice relevant d’une communication académique. Le but est de se « décomplexer » vis à vis des pierres d’achoppement rencontrées.

Les séances pourront éventuellement être enregistrées par qui le souhaite (en accord avec les intervenant.e.s) mais pour sa part, l’ARIP s’assurera uniquement d’un compte-rendu détaillé et publié par la suite sur le carnet de recherche de l’association.

Deux chantiers (à part des assemblées générales)

– « Photo/savoirs/Critiques » piloté par Véra Léon et Anaïs Mauuarin
https://arip.hypotheses.org/category/chantier-photosavoirscritiques

Une journée d’étude  « (Re)politiser les discours sur la photographie » est en cours de préparation au sein de ce chantier, et se tiendra le 7 décembre à Paris VII.
http://blog.apahau.org/appel-a-communication-repolitiser-les-discours-sur-la-photographie-repoliticizing-discourses-on-photography-paris-7-decembre-2015/

– « Import/Export. Aux sources du langage photographique » piloté par Marie Auger et Isabella Senuita
http://arip.hypotheses.org/chantiers/chantier-importexport

Ce chantier appelle à de nouvelles participations pour faire vivre la seconde moitié de son cycle d’entretiens publics. Il est possible aux personnes motivées de proposer d’elles-mêmes des intervenants autres que ceux présents sur la pré-liste en partage sur le Drive.
La partie réservée à la constitution d’un lexique est pour le moment en friche pour des raisons de temps d’investissement personnel. Il reste donc pour l’heure à terminer le cycle (finir les 7 entretiens) avant de se mettre en quête d’un éditeur.

Les possibilités au sein de l’ARIP :
-Trouver de l’aide au sein des réseaux de chercheurs et professionnels
-Proposer de nouvelles idées d’activités (créer et animer de nouveaux chantiers, co-organiser une journée d’étude, auditions blanches à la carte, relecture d’article, etc.)

3 / Présentation du  Carnet de recherche

Rentre dans les normes scientifiques du carnet de recherche et figure désormais sur la plate-forme scientifique Hypothèse. Est également syndiqué sur Culture Visuelle.

Chacun peut proposer soit un article soit un billet.
Rappel des modalités pour contribuer (http://arip.hypotheses.org/a-propos/contribuez) :

  • mode « billet », la relecture à trait le plus souvent à des remarques de formes.
  • mode « article » le relecture est plus approfondie et a trait à des remarques aussi bien de formes que de fond.

La relecture est dans tous les cas anonyme. Réception par Thierry Itaru qui anonymise les textes avant de les envoyer au comité de lecture qui se doit de suivre une charte.

A noter qu’il est possible également de relayer l’actualité des membres (ex : organisation de journée d’étude, communications, publications etc.)

4 / Autres mentions

– A partir d’aujourd’hui, possibilité tacite de manger pendant les réunions !
Faire un petit point avec projecteur pour faire comprendre le fonctionnement du Drive et des fichiers partagés à la prochaine réunion.
– Présentation du projet de colloque sur les années 1980 en partenariat avec le Centre Georges Pompidou.

Hommage à  Luce Abélès – chercheuse indépendante spécialiste de l’illustration du XIXe s. Collectionneuse par ailleurs, qui avait de fait une approche très matérielle de ses objets d’étude.

Félicitations à Guillaume Blanc, reçu ce jour même au poste de chargé d’études et de recherche de l’INHA.

NB : Report de l’élection du bureau en raison de l’absence de Véra et Anaïs.

*  *  *

Image :
Pieter Brueghel l’Ancien, Jeux d’enfants (1560). Huile sur bois exposée au Kunsthistorisches Museum, Vienne.