Archives par mot-clé : culture visuelle

CFP « Paris – haut-lieu urbain, institutionnel et artistique de la photographie » (3-7 juillet, Paris)

« Paris – haut-lieu urbain, institutionnel et artistique de la photographie »

c’est le nom de l’atelier de recherche international co-organisé par Ulrike Blumhental, membre de l’ARIP, pour les jeunes chercheuses et chercheurs en théorie et histoire de la photographie qui se déroulera du 3 au 7 juillet au DFK à Paris.

L’appel est ouvert jusqu’au 24 février !

Voici le texte de présentation et plus d’informations :

Paris, 03 – 07 juillet 2017
Manifestation organisée par le Centre allemand d’histoire de l’art – DFK Paris, en coopération avec l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense et l’Universiteit Leiden, avec le soutien de la Deutsch-Französische Hochschule – Université franco-allemande, Sarrebruck (http://www.dfh-ufa.org)

D’une durée de cinq jours, cet atelier de recherche combinera la présentation et la discussion des projets de recherche des participants avec des visites d’archives et de collections, ainsi qu’avec des conférences, afin d’explorer les interrelations multiples entre la photographie (ou plus largement, le photographique) et la ville de Paris. Cette dernière sera comprise à la fois comme un espace urbain concret, un lieu mythique et une scène socioculturelle où interagissent photographes, critiques, commanditaires et institutions.

La présentation par François Arago de la technique de la daguerréotypie devant l’Académie des Sciences à Paris est souvent considérée comme une sorte de point de départ de l’histoire de la photographie. De nos jours, l’importance de la capitale française pour la photographie se manifeste à maints niveaux : premièrement, à travers le grand nombre de publications et d’expositions expressément consacrées à des prises de vue de la ville Lumière ou à des photographes parisiens – récemment, l’exposition Qui a peur des femmes photographes? au Musée de l’Orangerie et au Musée d’Orsay a souligné l’apport réel des femmes photographes, tant à l’échelle internationale que locale. Deuxièmement, les itinéraires biographiques de certains acteurs majeurs du domaine, français ou non, se sont croisés à Paris, que ce soit pendant l’entre-deux-guerres, comme dans les cas de Florence Henri, Brassaï, Gisèle Freund, Adrienne Monnier, Charles Rado et Christian Zervos, ou bien après la seconde Guerre Mondiale pour Louis Stettner, Iziz, Ata Kandó ou encore Ed van der Elsken. Troisièmement, on trouve d’innombrables reproductions de photographies de Paris, chacune visant à capturer un aspect différent de la ville, non seulement son architecture, mais aussi sa fonction comme espace social. Enfin, d’illustres institutions telles que les agences Roger-Viollet et Magnum, ou encore la Maison Européenne de la Photographie et le festival Paris Photo, ont élu domicile dans la capitale.

Organisé par Ulrike Blumenthal, Julia Drost et Astrid Köhler (DFK Paris) avec Christian Joschke (Paris Ouest Nanterre La Défense) et Helen Westgeest (Universiteit Leiden), cet atelier de recherche offrira aux participants l’opportunité de discuter les lacunes et lieux communs de la recherche, ainsi que d’interroger la constitution de corpus. 16 jeunes chercheurs (doctorants, étudiants en master et dans des cas exceptionnels, postdoctorants) venant de France, d’Allemagne, du Benelux et d’autres pays seront invités à réfléchir non seulement sur des facettes bien connues de Paris, mais aussi sur des images, aspects et protagonistes marginalisés dans l’histoire de la photographie. Une analyse pointue des mécanismes discursifs d’exclusion et inclusion dans l’histoire visuelle de Paris reste en effet jusqu’à présent un vœu vieux. Si l’écrivain français Georges Perec déclarait en 1975 dans sa Tentative d’épuisement d’un lieu parisien qu’ « un grand nombre, sinon la plupart » des vues de Paris avaient déjà été « décrites, inventoriées, photographiées, racontées ou recensées » et que son « propos […] a plutôt été de décrire le reste », comment mettre au jour un tel « reste » inexploré ? Comment élaborer une autre histoire visuelle de Paris et de la photographie, et dans quelle mesure les archives peuvent-elles (ou non) nous en fournir les moyens? Quelles options s’offrent aux photographes et aux historiens pour dévoiler les marges des récits établis?

Dans l’idéal, les candidats retenus travailleront sur un projet de recherche en lien avec les thématiques de l’atelier: ils peuvent soit explorer les étroites interrelations socio-culturelles, historiques et artistiques entre le Grand Paris et la photographie, soit questionner l’intégrité de modèles narratifs donnés en s’intéressant aux marges de la ville et/ou du médium photographique lui-même. Tous les participants devront préparer un exposé de leurs recherches (d’environ 15 minutes) et être présents durant la totalité de l’atelier. Afin de pouvoir suivre activement les discussions, une bonne maîtrise du français, de l’allemand et de l’anglais est nécessaire, puisque les conférences et visites d’archives se dérouleront alternativement dans ces langues. Les étudiants, doctorants et postdoctorants ne jouissant ni d’une bourse de recherche, ni de revenus supérieurs à celui d’un contrat à mi-temps, peuvent, grâce au soutien financier obtenu de l’Université franco-allemande, bénéficier d’une prise en charge partielle des frais de transport (dans la limite maximale de 100 euros) et des frais d’hébergement (dans la limite maximale de 300 euros). La demande d’aide financière doit impérativement être jointe à la candidature par le biais d’un formulaire (https://cloud.dfkg.org/index.php/s/ENy73h4l2iRGfKs). Les demandes ultérieures ne pourront pas être prises en compte. Le remboursement partiel s’effectuera sur présentation des justificatifs originaux, billets et factures/reçus, après la participation à l’atelier.

Les candidats ont jusqu’au 24 février 2017 pour adresser leur dossier complet (lettre de motivation, brève description du projet sur une ou deux pages, CV, si possible certificats de compétences linguistiques et, le cas échéant, formulaire de demande d’aide financière) à: Astrid Köhler akoehler@dfk-paris.org et Ulrike Blumenthal ublumenthal@dfk-paris.org. Celles-ci se tiennent également à disposition pour tout renseignement complémentaire.

Image : Léon Gimpel, Grand Prix de l’Aéro-Club à l’Esplanade des Invalides [Paris], 26 septembre 1909. Autochrome, 9x12cm. Collection Société française de photographie (coll. SFP). FRSFP_0806im_A_1014

Atelier de l’ARIP : Théorie et méthodologie des études photographiques – 13 décembre, INHA

Ateliers méthodologiques de l’ARIP

Séance 1 : Méthode et théorie en photographie

Mardi 13 décembre 2016, 18h30 – 20h30

INHA, salle 112

L’ARIP vous convie à la séance inaugurale de son cycle d’ateliers méthodologiques 2016-2017. Cette première séance vise à interroger les rapports entre théorie et méthode dans le champ des études photographiques. Plusieurs questions seront posées : quelles sont les théories historiques de la photographie, et comment ont-elles évolué jusqu’à aujourd’hui ? Quelle relation entretiennent-elles désormais avec les nouveaux modes de lecture des images, notamment les visual, cultural ou encore gender studies ? Ces théories peuvent-elles avoir valeur de méthodologie pour les chercheurs en histoire de la photographie ? Cette combinatoire disciplinaire, qui croise les approches pour tenter de saisir au mieux l’objet photographique, sera au cœur de notre réflexion. Celle-ci s’appuiera notamment sur une lecture critique du dossier intitulé « Que dit la théorie de la photographie ? » dans le dernier numéro de la revue Études photographiques : https://etudesphotographiques.revues.org/index.html

En France, les études photographiques constituent un champ relativement bien établi. Envisagé principalement comme un sous-domaine de l’histoire de l’art, l’histoire de la photographie a pu se nourrir dès les années 1980 d’importants apports théoriques, de la sociologie (dès les études pionnières de Bourdieu), à la sémiologie (Barthes), en passant par de nombreuses investigations philosophiques (voir à ce sujet le dernier numéro d’Etudes photographiques). Aujourd’hui, il ne s’agit plus de défendre l’importance d’un medium longtemps considéré comme le parent pauvre de l’art. Les approches théoriques élaborées dans les années 1970-1980 étaient encore marquées du sceau de cette quête de légitimité, conduisant à une vision excessivement essentialiste du médium (la théorie de l’index) au dépens d’une analyse des usages sociaux de l’image, ancrée dans l’histoire.

Un renouvellement des approches est déjà sensible, sous l’influence des « savoirs situés » anglo-saxons (cultural studies, visual studies, gender studies, postcolonial studies, etc.) qui tentent de dépasser la neutralité axiologique souvent présentée comme le seul horizon possible dans la recherche historique. Parallèlement, la discipline historique elle-même a renouvelé ses méthodes : prosopographie, méthodes quantitatives, iconographie politique, etc. Les études photographiques se situent à l’intersection de ces différentes approches, reflétant la diversité des pratiques photographiques elles-mêmes.

Pour ce premier atelier, nous vous invitons donc à réfléchir ensemble, de manière ouverte et conviviale, à l’articulation entre théorie et méthodologie, de manière à voir comment, outre la revendication d’un certain ancrage théorique, se met en place concrètement le travail de recherche. Nous espérons pouvoir ainsi poser ensemble des bases de discussion pour la série d’ateliers de méthodologie que l’ARIP organise à partir de janvier 2017.

Illustration : Illustration of « portable » camera obscura in Kircher’s Ars Magna Lucis Et Umbra (1646)

JE « L’Ethnologie en images : collecter, classer, publier » (4 nov. 2016, MQB)

Cher.e.s membres, cher.e.s collègues,

Deux membres de l’ARIP, Camille Joseph et Anaïs Mauuarin, vous invitent à la journée d’étude « L’Ethnologie en images : collecter, classer, publier », organisée dans le cadre d’un projet Photographie et dessin en anthropologie (1920-1950). Elle fait suite à celle qui s’est tenue le 8 avril dernier à l’INHA sur les pratiques de terrain.

Elle aura lieu le vendredi 4 novembre au Musée du quai Branly-Jacques Chirac, en Salle Cinéma.

pgmje2_1 pgmje2_12

Programme :

9h30 | Accueil et introduction par Frédéric Keck (Musée du quai Branly-Jacques Chirac) et Anaïs Mauuarin (Hicsa-Université Paris I/Musée du quai Branly)

Session 1
Président de séance : Frédéric Keck (Musée du quai Branly-Jacques Chirac)

9h45 | Vincent Debaene (Université de Genève – Columbia University) :
Cadrage cannibale. Les photographies de Tristes tropiques

10h30 | Christine Barthe (Musée du quai Branly-Jacques Chirac) :
Alfred Métraux, par la photographie

11h15 / Pause café

Session 2
Président de séance : Christos Lynteris (University of Cambridge)

11h30 | Thomas Beaufils (Université Lille 3) :
Dessins et photographies de l’entre-deux-guerres dans les collections des musées d’ethnographie néerlandais

12h15 | Alban von Stockhausen (Musée d’Histoire de Berne, Université de Vienne) :
Images, Impacts and Identities: The “archival” history of the Nagas of Northeast India

13h / Déjeuner

Session 3
Présidente de séance : Jessica de Largy Healy (Musée du quai Branly -Jacques Chirac)

14h30 | Camille Joseph (Université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis) :
Des images archétypiques : postérités de la photographie anthropométrique aux Etats-Unis

15h15 | Teresa Castro (Université Paris III) :
Races (1930) – à propos d’un ouvrage oublié de Jean Brunhes

16h | Marie Durand (Université d’Aix-Marseille-CNRS-CREDO) :
Populariser les hommes et les territoires, diffusion scientifique et grand public des recherches d’Edgar Aubert de la Rüe dans les
colonies françaises

Au plaisir de vous y rencontrer nombreuses et nombreux !

Atelier du chantier Photo/savoirs/critiques : 26 mai 2016

Pour relancer nos fructueux échanges en cette fin d‘année 2015-2016, nous vous proposons de participer à un nouvel atelier du chantier Photo/savoirs/critiques.

Rendez-vous
jeudi 26 mai, 18h-20h
salle CIRHAC
(INHA, 2 rue Vivienne, 75002)


Nous avons pensé cet atelier -comme le précédent- de manière très participative, nous vous remercions donc d’avance de bien vouloir vous inscrire ici.

L’atelier comportera deux volets.

Dans un premier temps, nous souhaitons aborder des questions méthodologiques : il s’agira pour chacun.e de présenter (de manière très libre et informelle) les questions et problèmes concrets qu’il/elle a en ce moment dans sa recherche (sous une forme courte, 5-10 min maximum), pour que nous puissions ensuite dialoguer ensemble sur ces questions et nous faire avancer mutuellement, en croisant les expériences et les points de vue.

La thématique est double -et fidèle à notre ligne directrice- : à la fois sur la méthodologie adoptée vis-à-vis des sources, et sur l’épistémologie du/de la chercheur.e par rapport à son sujet -une question que nous avions commencé à soulever dans notre appel à communication pour le JE du 7 décembre, et que nous souhaitons toujours développer.

Dans un deuxième temps, l’idée est aussi de réfléchir tou·te·s ensemble aux projets que nous souhaiterions mettre en place pour l’année 2016-2017, de manière collaborative et en envisageant l’alternance des prises d’initiatives et de responsabilité en ce qui concerne notamment les ateliers.
 
Merci d’avance de nous signaler votre intérêt et votre éventuelle présence lors de cette réunion de fin d’année.
N’hésitez pas également à apporter de quoi boire/manger pour que la discussion soit plus conviviale !
 

Au plaisir de vous retrouver pour cette occasion,

Le chantier Photo/Savoirs/Critique

_____
Image :
Augustus Sherman,
Ruthenian woman (Ellis Island portrait), vers 1906 (détail).
CC – source : http://publicdomainreview.org/collections/portraits-of-ellis-island-immigrants/

JE « Eighties Incomprises. Art et société dans les années 1980 » (11 mai, Centre Pompidou)

EIGHTIES INCOMPRISES

 ART ET SOCIÉTÉ DANS LES ANNÉES 1980 

Longtemps mal aimé et mal compris, l’art des années 1980 fait depuis peu l’objet de nouvelles lectures de la part de l’histoire de l’art. La décennie 1980 tend en effet à être perçue comme un moment hédoniste et « léger », succédant au « moment théorique » des années 1960-1970. Or, l’inflexion récente des méthodes de l’histoire de l’art en direction de l’histoire culturelle permet de réévaluer la décennie 1980, marquée certes par un certain désenchantement politique, mais aussi par de nouvelles formes de réinvestissement social de l’art. Dans la décennie du « grand tout culturel » se pose la question du lien entre l’art et les industries de l’image (publicité, clips vidéo), mais aussi celle de l’aspect visuel de nouvelles contre-cultures.
La photographie connaît alors un profond changement,
avec le déclin des modèles du photojournalisme au profit d’une photographie dite « plasticienne », cultivant
une certaine hybridité avec le pictural et le théâtral. Alors même que semble triompher « l’image fabriquée
», s’élaborent parallèlement de nouvelles stratégies documentaires. En lien avec l’exposition « Les années 1980, l’insoutenable légèreté », cette journée d’étude sera
donc l’occasion de revisiter les enjeux socioculturels
de l’art des années 1980 en s’appuyant sur la contribution de critiques, d’historiens de l’art et des idées, constituant ainsi une plateforme d’échanges pour des recherches en cours.

Equipe organisatrice :  

Jean-Pierre Criqui,
 Inès Henzler
 – Centre Pompidou Service de la Parole

Karolina Ziebinska-Lewandowska – Cabinet de la Photographie

Marie Auger, Clara Bastid,
 Max Bonhomme
 – Association Profession Photographie

Partenaires : Université Paris I Panthéon–Sorbonne : EA 4100, Histoire
 Culturelle et Sociale de l’Art  / Université Paris X-Nanterre : Laboratoire HAR, 
Ecole doctorale 395

Graphisme : Matthieu David – Fisheye

PROGRAMME :

11H : Introduction 

JEAN-PIERRE CRIQUI, KAROLINA ZIEBINSKA-LEWANDOWSKA. ASSOCIATION PROFESSION PHOTOGRAPHIE 

11H30 : FRANÇOIS CUSSET, professeur à l’université Paris X – Nanterre. / « Les équivoques du visible: ostentation décomplexée et pulsion scopique dans la culture des années 1980 »

12 H : CHRISTINE BUIGNET, professeure à l’université Toulouse Jean-Jaurès. / « Fiction : la “part maudite” de la photographie ? »

12H30 : MICHEL GAUTHIER, conservateur au MNAM Centre Pompidou, professeur associé à l’université Paris IV. / « La photographie sans le réel »

14h30 : THIBAULT BOULVAIN, chargé d’études et de recherche, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), doctorant à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. / « Histoires de voir. La représentation du sida dans la photographie des années 1980-1990 »

15H : NICOLAS BALLET, chargé d’études et de recherche, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), doctorant à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. / « « After Cease to Exist ». Le vertige des musiques industrielles »

15H30 : MARIE VICET, doctorante, Université Paris Ouest Nanterre La Défense / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. / « Le clip vidéo: un nouveau format de création pour les artistes? »

16H00 : Table Ronde avec KAREN KNORR, artiste et
MARTIN GUTTMANNartiste, du duo Clegg & Guttmann / discussion menée par l’historienne de la photographie Marion DUQUERROY

Image à la Une: Hergo, Sophie, série « Mythos », 1994, épreuve gélatino-argentique, Centre Pompidou, Musée national d’art moderne. Don de l’artiste, 2014