Archives par mot-clé : curating

Les coulisses du Met et du Musée d’Orsay, par Andrea Delaplace

Notes sur la soirée avec Philippe de Montebello (Met – New York) et Guy Cogeval (Musée d’Orsay – Paris) au Mona Bismarck American Center – Paris, 29/10/2014

Le dialogue entre ces deux commissaires d’expositions nous a présenté deux perspectives très différentes sur le curating ou commissariat d’exposition en français – une nord-américaine et l’autre française.

Philippe de Montebello, conservateur et ancien directeur du Met, a publié récemment un livre, Rendez-vous with Art1, où il discute avec Martin Gayford son expérience au Metropolitan Museum of Art de New York (Met) qu’il a dirigé de juillet 1977 à janvier 2009. Il a ainsi parlé de son livre et de ses 31 années dans cette institution2.

Guy Cogeval, historien de l’art spécialiste du peintre Edouard Vuillard, est directeur du Musée d’Orsay depuis janvier 2008.  Il est revenu sur son expérience dans cette institution et au Musée des Beaux-Arts de Montréal au Québec où il a été directeur de 1998 à 2006.

Ils possèdent des parcours professionnels similaires avec une formation en Histoire de l’art, une expérience en tant qu’enseignants et la particularité d’avoir commencé leur carrière respective dans les musées qu’ils ont fini par diriger.

La discussion a été guidée par les questions du médiateur de la séance, Guy Boyer3 : Qu’est-ce qu’un musée ? En quoi consiste le travail de conservateur ? Comment se font les acquisitions du musée ? Quels sont les axes directeurs qui guident le choix des nouvelles acquisitions ?  La question de la « présentation » des collections dans les musées : quelle muséographie  choisir ? White Cubeou Period Room ?

Premièrement, ces deux institutions sont très différentes puisque le Met est un musée encyclopédique, ainsi que le Louvre, et le Musée d’Orsay est dédié au XIXème siècle. Le Met comporte 110 conservateurs pour 17 départements dans des domaines aussi variés que la photographie, le dessin et la mode. Philippe de Montebello a parlé de son expérience auprès de ces conservateurs et des séminaires qu’il recevait de ses derniers pour comprendre un peu plus leur travail et les périodes dont ils étaient spécialistes. Selon lui, ces échanges avec les conservateurs étaient très enrichissants et ont collaboré à sa formation personnelle.

En revanche, Le Musée d’Orsay, même s’il possède d’importantes collections dans divers domaines, reste « renfermé » sur une seule période : le XIXème siècle. Ainsi le musée possède une équipe de conservateurs plus petite que celle du Met, ce qui permet à Guy Cogeval d’être encore plus en contact avec celle-ci.4

La question de l’espace physique du musée a été discutée par les deux directeurs car plus un musée acquiert des œuvres pour ses collections plus il a besoin d’espace dans ses réserves.   Le Musée d’Orsay n’a pas vraiment de perspective d’agrandissement physique puisque les changements sont restreints par la question de l’espace physique. Même si Guy de Cogeval a évoqué la possibilité de déplacer le personnel dans un autre bâtiment pour pouvoir dédier l’espace actuel du musée entièrement à l’exposition des collections du musée (un peu comme le nouveau musée Picasso qui privilégie l’espace de l’Hôtel Salé à sa collection), cette option reste assez lointaine. En contrepartie, le Met avec une surface de 180 000 m2, possède une « annexe » pour les collections d’art médiéval et les reconstitutions de cloitres européens qui donnent au bâtiment le nom de The Cloisters.

En ce qui concerne les acquisitions, Philippe de Montebello est revenu sur la politique d’acquisitions au Met qui, au cours des 31 années pendant lesquelles il fut directeur, a agrandi sa collection de 8400 pièces. Aux États-Unis, les grands collectionneurs sont très proches des musées américains et ils ont souvent le rôle de donateurs et de mécènes auprès de ces institutions. Ainsi, selon Philippe de Montebello, ce sont les 40 trustees qui influencent les nouvelles acquisitions du musée et c’est grâce à eux que la plupart des œuvres sont acquises.

Guy Cogeval a présenté la nouvelle exposition au Musée d’Orsay sur les 7 dernières années d’acquisitions. Il a aussi évoqué la difficulté des musées français par rapport aux demandes de financement ainsi que la situation à Montréal où, en plus, il n’y a pas d’aide du gouvernement. Désormais, le Musée des Beaux-Arts de Montréal essaie de trouver des financements pour les nouvelles acquisitions auprès de mécènes et de donations des visiteurs mais sans le même résultat que dans le cas américain.

Finalement, ils ont abordé les choix muséographiques lors de l’exposition des collections. Le White Cubereste privilégié au Met même si les Period Roomsont très présents dans les musées nord-américains5. En outre, Guy de Cogeval a mentionné les Period Rooms du Musée d’Orsay qui aident à attirer le regard des visiteurs et replace les œuvres d’art dans leur contexte social et historique.

L’importance de la médiation a aussi été évoquée par les deux intervenants. C’est à travers ce travail que l’on encourage le public et que l’on « éduque » celui-ci car il ne faut pas oublier la mission éducative de l’institution muséale.

Le dialogue a été extrêmement riche et a permis au public du Mona Bismarck American Center de découvrir les coulisses de deux institutions culturelles renommées internationalement : le Met et  le Musée d’Orsay.

Photo ci- dessous : Guy de Cogeval (à gauche), Philippe de Montebello (au centre) et Guy Boyer (à droite)


1. Thames & Hudson, 1ère édition Septembre 2014

2. “Philippe de Montebello on Lust, the Market and What Some Museums Do Wrong”, lire un compte-rendu du livre sur
http://observer.com/2014/08/philippe-de-montebello-on-lust-the-market-and-what-some-museums-do-wrong/#ixzz3KBla2LNq

3. Guy Boyer est directeur de la rédaction de Connaissance des Artset chroniqueur de Sorties, chaque vendredi et samedi.

4. Sa manière de diriger peut être parfois critiquée par ses collaborateurs les plus proches,pour savoir pluslire l’article parut sur le site en ligne du journal Le Monde du 20 février 2014 : « Guy Cogeval  mène le Musée d’Orsay à la baguette ».
http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/02/20/guy-cogeval-mene-le-musee-d-orsay-a-la-baguette_4369748_3246.html

5. “THE IMPORTANCE OF BEING ÉLITIST – After twenty years at the helm, Philippe de Montebello wants the Met to keep pulling in crowds—but not if it has to become a theme park.”, The New Yorker, 24 Novembre 1997.
http://www.newyorker.com/magazine/1997/11/24/the-importance-of-being-elitist