Archives par mot-clé : doctorant

Appel à participation : Atelier de l’ARIP (2015-2016)

Appel à participation

Atelier mensuel de l’ARIP – 2015-2016

 

Au vu de l’intérêt qu’ont suscité les séminaires menés par l’Association de recherche sur l’image photographique l’an passé, l’ARIP reconduit un cycle de rendez-vous pour l’année 2015-2016. Elles prendront la forme d’ateliers mensuels avec un objectif double : ils seront d’une part l’occasion de découvrir des sujets de recherche inédits sur la photographie et d’autre part, ils permettront d’aborder et d’explorer des questionnements méthodologiques soulevés par un travail de recherche en photographie, et auxquels se trouvent souvent confronté·e·s nombre de (jeunes) chercheur·e·s. dans ce domaine.

Plus encore que l’année passée, ces ateliers veulent constituer un lieu participatif et bienveillant d’échanges horizontaux, avec comme enjeu essentiel de partager, voire de construire ensemble, des savoirs méthodologiques. Il ne s’agira en aucun cas de présentations académiques, du type conférence.

Chaque séance sera l’occasion de découvrir le travail d’un·e jeune chercheur·e à travers la présentation d’un problème méthodologique qu’il/elle rencontre ou a rencontré au cours de ses recherches. La forme des ateliers sera la suivante : une présentation du sujet de la recherche (5-10 min), puis une explicitation du problème méthodologique rencontré (10-15 min), et enfin une discussion ouverte avec les participant.e.s (40 min environ). Le but est que ces échanges fassent avancer non seulement la personne qui présente ses recherches, mais aussi, par ses résonances avec d’autres questionnements, toutes les personnes présentes.

Pour ce faire, une attention particulière sera portée aux sources utilisées pour la recherche. La projection d’exemples de sources est plus que recommandée durant la présentation, de manière à ce qu’elles soient au cœur de la réflexion et constituent une base pour la réflexion commune avec les personnes présentes. Il s’agira de présenter le projet de recherche en en montrant la genèse, les enjeux et les difficultés.

Les propositions feront donc état du problème méthodologique qu’elles souhaitent présenter, en lien avec les problématiques spécifiques aux études sur la photographie. Voici quelques questionnements que l’ARIP aimerait aborder durant cette année (liste non exhaustive) :

  • la constitution du corpus
  • la problématisation
  • la mise en place du plan
  • les méthodes abordées (quantitatives, …)
  • l’historiographie
  • la rédaction
  • l’engagement politique du jeune chercheur

Cet appel à participation s’adresse ainsi avant tout aux jeunes chercheur.e.s intéressé.e.s pour évoquer leurs questions de recherche, plutôt que leurs objets.

MODALITES DE SOUMISSION

Les jeunes chercheur·e·s de tous les champs disciplinaires rattachés aux humanités, aux arts et aux sciences sociales sont particulièrement encouragé·e·s à candidater. Les propositions de participation comprendront :

  • Nom et prénom de l’auteur·e / des auteur·e·s
  • Affiliation(s) et statut(s)
  • Titre de la proposition
  • Résumé présentant la thématique de recherche (10 lignes maximum)
  • Présentation du problème méthodologique abordé, et éventuellement des sources utilisées (20 lignes maximum)

Elles seront envoyées au plus tard le 30 octobre 2015 à l’adresse suivante : arip.contact[at]gmail.com

Les ateliers auront lieu chaque mois à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA, 2, rue Vivienne, Paris). La première séance se déroulera fin novembre.

Image en-tête :
Jules Sylvestre, Ateliers P.L.M. à Oullins, à la fin du XIXe siècle, ca. 1890, tirage noir et blanc ; 15,5 x 23 cm, Bibliothèque municipale de Lyon / P0546 SA 19/13.

Photographie, ruines archéologiques et politique coloniale en Algérie au XIXe siècle, par Anissa YELLES

L’Algérie, en tant que pays « exotique » de la rive sud méditerranéenne, fait partie intégrante du « Grand Tour » et attire intellectuels et artistes de tous bords. Dès les années 1840 et l’invention du daguerréotype, on observe la présence de photographes à Alger, ces voyageurs d’un nouveau genre sont les témoins « directs » de la politique coloniale entreprise notamment à l’égard du patrimoine archéologique. Les photographes arrivent en effet en un flux incessant tout au long du XIXe siècle et s’appliquent à dresser un inventaire des richesses culturelles et architecturales qu’ils découvrent lors de leur séjour. Dans ce vaste corpus, les vues représentant les sites romains (numides, mégalithiques) occupent une place particulière qui traduit de prime abord une volonté scientifique de reproduire le plus fidèlement possible les sites archéologiques découverts lors de fouilles ou missions (personnelles ou militaires). Il s’agira également de mettre en scène ces vestiges dans une tradition esthétique « ruiniste ». L’influence de la photographie pour ce qui concerne l’imaginaire de l’Algérie dans le champ culturel « métropolitain » est aujourd’hui amplement reconnue. Pour les images constituant des vues de ruines, nous verrons que les choses sont complexes et traduisent des objectifs multiples et parfois bien difficiles à cerner. Continuer la lecture de Photographie, ruines archéologiques et politique coloniale en Algérie au XIXe siècle, par Anissa YELLES

Appel à communication pour le séminaire mensuel de l’ARIP

Séminaire 2014-2015

             Ce séminaire mensuel a une visée épistémologique et méthodologique. Il est destiné avant tout aux jeunes chercheur·e·s, du master au post-doc, qui sont particulièrement encouragé·e·s à participer. L’équipe de l’ARIP souhaite proposer un cadre pour ouvrir la discussion entre les différentes disciplines qui prennent en charge l’analyse des productions photographiques et de leurs usages et questionner l’état et l’histoire des recherches autour de la photographie, jusqu’ici traitées de manière très éclatée.
Ces séances seront donc l’occasion d’engager un travail de réflexivité, que ce soit en posant la question des sources, des angles d’approche, des méthodologies, ou encore en se prêtant à une analyse de la constitution du champ des études sur la photographie. Les propositions de communication souhaitées émaneront volontiers de divers champs disciplinaires, de l’histoire (de l’art) mais aussi volontiers de la sociologie, de l’anthropologie, des sciences de l’information et de la communication, de la philosophie, etc.

             Nous invitons donc tout·e jeune chercheur·e, quelle que soit son champ disciplinaire, son objet d’étude photographique et sa manière de l’envisager, à venir présenter ses travaux, en prenant soin d’en situer particulièrement les enjeux méthodologiques et épistémologiques.

En complément, et pour engager la discussion, voici quelques axes de questionnement sur lesquels l’ARIP entend déjà travailler, sans qu’ils soient exclusifs :

  • Face au primat d’une approche esthétique et/ou artistique dans les recherches sur l’image photographique, se développent, depuis quelques années déjà, des études qui tendent à prendre en compte les contextes de production politiques, sociaux, techniques, culturels, idéologiques et économiques des photographies : dans quelle mesure les recherches sur la photographie et ses usages peuvent participer à la production de savoirs critiques et contribuer à l’intelligence du monde social ?
  • On pourra également interroger l’évidence actuelle de certaines expressions du langage sur la photographie, tels que « medium photographique », “surface sensible” ou « boîte noire », devenues idiomatiques. Quelle(s) tradition(s) théorique(s), disciplinaire(s), épistémologique(s), culturelle(s) et linguistique(s), convoquons-nous lorsque nous employons ces expressions ? Des études de cas, du XIXe au XXIe siècles, pourraient être proposées, afin de retracer collectivement la généalogie de ces concepts.

Modalités de soumission
Les propositions seront adressées avant le 15 octobre 2014 à l’adresse suivante : arip.contact@gmail.com
D’une longueur maximale de 3000 signes, elles devront comporter un titre et un résumé de la communication. Quelques indications bibliographiques peuvent être ajoutées. Merci de préciser vos nom, prénom et rattachement institutionnel.

Les notifications d’acceptation seront adressées aux auteur.e.s au plus tard le 2 novembre 2014.
Le séminaire a lieu une fois par mois à l’INHA, 2 rue Vivienne, Paris.

L’ARIP
Véra Léon, Anaïs Mauuarin, Guillaume Blanc, Clément Gaillard