Archives par mot-clé : expérience photographique

Atelier de l’ARIP : mercredi 8 juin à 18H30

Chères et chers collègues ,

Nous vous invitons chaleureusement le mercredi 8 juin  au huitième et dernier atelier du cycle mené par l’Association de Recherche sur l’Image Photographique (ARIP) pour la saison 2015-2016.

Avec toujours comme objectifs de découvrir de nouveaux sujets de recherche et d’aborder des questions de méthodologie de la recherche en histoire de la photographie, dans un cadre bienveillant et participatif, nous aurons le plaisir d’accueillir Lila Neutre, doctorante à l’École Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles et Pierre-Emmanuel Perrier de la Bâthie, doctorant en co-direction à l’École du Louvre et à l’Université de Poitiers :

  • Lila Neutre : Œuvres au forceps ?

Cette intervention explorera les particularités méthodologiques de la recherche en création et plus particulièrement l’influence réciproque des concepts théoriques sur les œuvres dans un projet de doctorat en pratique et théorie de la création artistique et littéraire. De quelles manières l’œuvre est-elle hantée par la pensée conceptuelle dans cette double herméneutique ? En quoi la recherche scientifique influence-t-elle la méthodologie, le cadre théorique et laisse son empreinte sur la création artistique ? Dans cette quête d’équilibre entre création et théorie, l’objectif du photographe-chercheur est de pouvoir articuler un savoir émergeant à une pratique où la pensée expérientielle et la pensée conceptuelle collaborent. Mais si la connaissance permet de documenter l’imagination et de structurer la création, la pratique d’un dessaisissement semble rester l’unique moyen pour éviter que la création ne se fige dans l’intellection.

  • Pierre-Emmanuel Perrier de la Bâthie : La généalogie d’une image photographique et de son contexte de présentation : le cas des portraits photographiques des artistes-stars au XXe siècle

Depuis les années 1990, les grandes rétrospectives et les publications d’art exhument de nombreuses photographies des artistes-stars du XXe siècle, ceux qui ont marqué les médias de leur empreinte (Picasso, Duchamp, Dalí, Beuys, Warhol, Klein et bien d’autres). Recueils scientifiques et revues grand public, presse d’actualité et blogs, tous reprennent les mêmes images et les diffusent sans porter attention au contexte de présentation (légendes, textes, autres images, etc.), réduisant ou modifiant les différentes nuances du récit mythologique artistique. Pour bien saisir la manière dont ce récit s’établit et évolue avec le temps, plusieurs décennies après la mort des protagonistes, il semble nécessaire de retracer la « généalogie médiatique » de certains clichés soit trop connus, soit trop ignorés. Quelles méthodes appliquer pour mener à bien ce travail ? Est-il possible de le systématiser ?

Cette réunion  étant la dernière de la saison, vous êtes toutes et tous invité.e.s à apporter nourriture et boisson pour partager un pot amical en fin de séance !

Rendez-vous mercredi 8 juin
18h30-20h30, salle Jullian (1er étage)
INHA (2, rue Vivienne, Paris 2e)

Au plaisir de vous retrouver nombreuses et nombreux !

L’ARIP

Marie Auger, Virag Boroczfy, Guillaume Blanc, Mathilde Kiener, Véra Léon, Sara Lo Porto, Anaïs Mauuarin

arip.contact@gmail.com

arip.hypotheses.org

 

 

Les symboles de la photographie : une question encore peu explorée ? par Laureline Meizel

Figure 1
Figure 1

En travaillant sur l’histoire de la Société anonyme des arts graphiques de Genève (SADAG), je tombe aux détours de mes recherches sur une magnifique affiche publicitaire datée des environs de 1900, pour un procédé de trichromogravure mis au point et employé par cette société (voir fig. 1).

Figure 2
Figure 2

Le motif du tournesol me rappelle une autre publicité de la même période, parue dans le Bulletin de la Société française de Photographie, pour la compagnie Bergeret à Nancy (voir fig. 2). Si l’héliotropisme de la plante rattache ce motif à l’agent lumineux et naturel de la photographie, on est assez loin cependant du symbole classique et éthéré (voire transcendant) des rayons solaires, en usage auparavant. En 1878, on retrouve par exemple ce dernier dans le dessin de la marque d’imprimeur employée par Léon Vidal dans sa correspondance (voir fig. 3 et 4) ou dans les ouvrages auxquels il participe (voir fig. 5), lorsqu’il dirige les ateliers de reproductions artistiques du Moniteur universel à Paris. On notera que, dans ce cas, le symbole des rayons est souvent associé au motif de l’arc-en-ciel, Vidal étant l’inventeur d’un procédé d’impressions photographiques colorées, baptisé photochromie, qu’il met en œuvre dans ces ateliers.

Figure 3
Figure 3
Figure 4
Figure 4

Dans tous ces exemples, les symboles sont utilisés par des sociétés spécialisées dans les procédés de reproduction photomécanique, dont le propos est de créer une matrice imprimante à partir d’une image photographique, grâce à des processus usant de la photosensibilité de diverses substances. Parce qu’on en tire une huile multi-usage, j’ai un moment envisagé que le tournesol puisse faire référence à l’encre grasse employée pour imprimer des matrices phototypiques. En effet, la photochromie de Vidal requiert le plus souvent l’emploi d’une encre différente, composée de gélatine pigmentée. Cependant, la photochromie est parfois associée à la phototypie (et donc à l’encre grasse), qu’emploient la SADAG et Bergeret. Vraisemblablement, ce n’est donc pas pour des raisons de modification technique que les symboles ont évolué. Alors pourquoi ? Pour des raisons culturelles – l’impressionnisme, Van Gogh, l’Art nouveau, etc. ? Le graphisme des deux publicités 1900 relève d’ailleurs clairement de ce dernier mouvement. Et/ou pour des questions d’ordre plus théorique concernant la conception du moyen photographique (dans la mouvance du pictorialisme) ? Y a-t-il eu des travaux menés sur les symboles de la photographie et de ses dérivés, sur leurs usages, leurs contextes, leurs significations et leur évolution ?

Ce serait là, sans doute, un biais intéressant dans le cadre d’une étude de l’histoire sociale, culturelle et économique de la photographie. Je laisse donc ces questions ouvertes à la discussion, et remercie d’avance tous ceux qui pourront leur apporter un élément de réponse.

 

Figure 5
Figure 5

Légendes des figures

Fig. 1. David Dellepiane, [Affiche pour le procédé SADAG de trichromogravure], impression en trichromogravure, 74 x 53 cm, Genève, SADAG, vers 1900 © Genève, Cabinet d’arts graphiques des Musées d’art et d’histoire, N° d’inventaire : E Aff 0565.

Fig. 2. [Publicité pour la Société A. Bergeret & Cie à Nancy, spécialisée dans la phototypie (photocollographie depuis le Congrès international de photographie de 1889 à Paris)], Bulletin de la Société française de Photographie, 1er septembre 1902, p. XVI.

Fig. 3. [Tampon humide, détail d’un en-tête de lettre], l.a.s de Léon Vidal à Anatole de Montaiglon, le 5.3.1878, Paris, BnF (Arsenal), Ms. 7893, n°413.

Fig. 4. [Détail d’un en-tête imprimé], l.a.s. de Léon Vidal à Anatole de Montaiglon, le 26.4.1878, Paris, BnF (Arsenal), Ms. 7893, n°415.

Fig. 5. Le Trésor artistique de la France : Musée national du Louvre – Galerie d’Apollon, Paris, Impr. et libr. du Moniteur universel, 1878-1879, vol. 1, page de titre, 55 x 37,5 cm.

Parution du n° 6 de Histo.art sur « L’expérience photographique »

Le dernier numéro d’Histo.Art vient de paraître aux Publications de la Sorbonne.

Dirigé par Eleonore Challine, Laureline Meizel et Michel Poivert (membres de l’ARIP), il est consacré à L’expérience photographique et rassemble les articles de doctorant·e·s et docteur·e·s de Paris 1, ainsi que trois portfolios de photographes.

Présentation
En moins de deux siècles, la photographie a profondément bouleversé notre culture de l’image comme notre rapport à la création artistique. Depuis les années 1980, les études photographiques se sont constituées autour de grands repères : les questions de l’invention et du progrès des procédés techniques, le statut artistique des photographies, la figure même du photographe ou bien encore la part du «photographique » dans les avant-gardes artistiques. Cependant, l’histoire de la photographie ne peut procéder par simple accumulation de ses objets. Il s’avère donc nécessaire de fédérer les approches et les thématiques, les régimes d’historicités et les courants théoriques.En apparaissant graduellement dans l’histoire des représentations, la photographie est devenue le prétexte à des tentatives et à des innovations protéiformes, qui sont chaque fois des expériences de ses propres potentialités et, symétriquement, des expériences sociales du rôle des images dans la culture. Parce que tout est nouveau à partir du milieu de XIXème siècle, pour la photographie comme pour ceux qui s’y trouvent confrontés, l’expérience devient une dimension constitutive de son historicité.

Publications de la Sorbonne, 2014
ISBN : 978-2-85944-782-3
Prix : 22 euros

Lien vers le dossier de presse