Archives par mot-clé : exposition

Compte-rendu de l’atelier du 10 mai 2016

Compte-rendu l’atelier de l’ARIP du 10 mai 2016

Une dizaine de personnes est présente lors de cette réunion qui se tient en salle Demargne. Nous accueillons Mathilde Redaud pour une présentation intitulée “Les archives inédites de l’ARPA : une source précieuse aux enjeux méthodologiques”.

Mathilde Redaud a achevé son Master à l’Université Bordeaux Montaigne et se propose de revenir sur les enjeux méthodologiques de son travail deux ans après sa soutenance et en vue d’un projet de thèse.

Sa présentation se développe selon trois axes :

  1. Présentation de l’association « Action et Recherche Photographique d’Aquitaine » (sa création, son ancrage dans un territoire, ses activités) et définition des enjeux de la recherche.
  2. Les difficultés matérielles qu’elle a rencontrées lorsqu’il a fallu se confronter aux archives de l’association (accès tardif, fonds saccagé, éléments prélevés par un des fondateurs et local partiellement squatté)
  3. Les choix opérés pour traiter ce fonds de documents (méthodes quantitatives, acceptation d’une forme d’arbitraire) et les résultats obtenus suite à l’interprétation des données.

***

  1. Présentation du sujet et des enjeux de recherche

L’ARPA est une association (loi 1901) fondée en avril 1978 à Bordeaux par quatre jeunes photographes passionnés, dont Jean-Marc Lacabe (futur directeur de la galerie du Château d’eau à Toulouse, à la suite de Dieuzaide en 2001). Elle se donne pour vocation première de diffuser de manière éducative la photographie à une échelle locale, et d’en défendre la valeur artistique dans un contexte national encore peu enclin à en faire la promotion au niveau des institutions culturelles.

Enjeux :

  • travailler, à partir d’un exemple local, sur le thème historique de la légitimation de la photographie par les institutions culturelles françaises ;
  • questionner la valeur artistique de la photographie, sa définition dans les années 1980, la notion d’auteur ;
  • rôle et position de l’ARPA dans le champ photographique émergent. Analyse de ses actions et leurs conséquences pour la photographie elle-même et le public aquitain ;
  • spécificités esthétiques, créatives et théoriques de l’ARPA en regard de son contexte ;
  • réception locale et nationale de la photographie et du projet associatif global de l’ARPA ;
  • raisons et formes de son déclin progressif à la fin des années 1980.
  1. Difficultés rencontrées

Les difficultés de cette étude ont été doubles relativement aux archives de l’association : un accès tardif et une mauvaise conservation.

Jean-Marc Lacabe, avec qui elle échange depuis le début de ses recherches, lui a mentionné l’existence d’un fonds d’archives de l’ARPA mais sans en préciser l’importance ni la localisation. Durant la première année de son Master et en l’absence de plus d’informations sur ce fonds, Mathilde Redaud n’a pas eu d’autre choix que de développer ses connaissances sur le contexte historique, esthétique et théorique de la photographie entre les années 1970 et 1990 en France.

Ce n’est que durant sa seconde année de master, en novembre 2013, qu’elle finit par accéder au fonds d’archives situé rue des Faures (Quartier Saint-Michel) à Bordeaux. (Il ne s’agit pas du lieu originel des actions de l’ARPA car en 1987, celle-ci connaît des difficultés financières et c’est alors que ses locaux sont déplacés au 2ème étage de cet immeuble). Avec l’aide de Jean-Marc Lacabe elle peut enfin pénétrer dans le local mais y trouve un fonds saccagé et menacé de destruction (en raison d’un projet immobilier de réhabilitation du bâtiment en logement social). De fait, Mathilde Redaud obtient l’autorisation de la mairie de se rendre sur les lieux, mais pendant la durée très limitée d’une semaine : temps extrêmement court pour traiter le fonds.

Face à cet état de conservation critique et l’urgence du traitement des données, la question suivante s’est posée : Quels choix opérer face à un fonds saccagé ? Qu’emporter ? Que laisser ? Qu’est-ce qui importe ?

Mathilde Redaud se laisse guider en partie par la subjectivité de Jean-Marc Lacabe mais souhaite établir ses propres critères de tri (ex : lui déconseille de prendre les coupures et dossiers de presse ; alors que le regard journalistique de l’époque est crucial pour mesurer la réception de l’ARPA durant cette période).

Elle choisit finalement de récupérer tout ce qui se rapproche des activités de l’association : expositions, rencontres, conférences, stages, workshops. De récupérer des documents de presse et administratifs en vue d’un dépôt aux Archives Municipales de Bordeaux. Après quoi, elle établit un classement de ces documents par nature :

  • documents de présentation de ses expositions
  • catalogues d’exposition
  • affiches d’exposition, flyers, cartons d’invitation aux vernissages, des cartes postales
  • contrats d’exposition
  • correspondances avec les photographes
  • cassettes audio
  • photographies, planches contacts et négatifs
  • compte-rendu de réunions, des rapports d’activités, des bilans financiers, des tableaux de comptabilité
  • correspondances avec les instances dirigeantes culturelles ou politiques, avec la presse, des entreprises privées…
  1. Quels choix pour quelle recherche ?

Après un classement par nature des documents une autre question s’est imposée : quelle méthode appliquer pour extraire de sources brutes la matière suffisante pour mener à bien le travail de recherche ?

Mathilde opte finalement pour :

-Le tri chronologique des documents en divisant en deux temporalités distinctes : 1980’s-1990’s.

-Le classement thématique : entre diffusion et éducation à la photographie. Elle distingue quatre thèmes : les expositions et rencontres/conférences ; l’apprentissage technique ; la réception de l’association ; l’associatif.

-L’analyse. Extraire de diverses sources suffisamment de matière pour problématiser l’objet étudié dans le but de construire un travail de recherche solide. Réalisation de documents de démonstration.

De l’interprétation des données il ressort de très nombreuses informations.

Concernant les sources liées aux expositions, aux rencontres et aux conférences. Elles nous apprennent que l’association connaît son apogée dans les années 1983 et 1985. Années correspondant à des expositions itinérantes de grande envergure que des institutions culturelles proposèrent à l’ARPA (Ministère Culture-Communication ; Fondation Le Corbusier, Centre Pompidou). Que la politique des expositions comprend un large programme allant de la présentation des grands maîtres de la photographie (Robert Demachy, Étienne Carjat, HCB, Édouard Boubat, R. Doisneau) à la création contemporaine (Plossu, Guibert, Mora, Nori, Fontcuberta, les Batho, Luigi Ghirri, Dieter Appelt). Ces expositions sont tantôt celles d’auteurs-photographes sous la forme de monographies, tantôt thématiques, mais abordent toutes les problématiques de l’acte photographique et de l’auteur.

Concernant les sources liées aux rencontres-débats et conférences. Elles nous renseignent sur la présence de grandes figures de l’institutionnalisation de la photographie telle Jean-François Chevrier, Gilles Mora, Jean-Claude Lemagny et Patrick Roegiers et sur la volonté de l’ARPA à proposer une réflexion sur l’image photographique dans un espace où peuvent se rencontrer les acteurs du champ photographique et le public.

Concernant les sources liées aux workshops, aux stages de photos et autres actions pédagogiques. Nous permettent d’approfondir et d’envisager l’ampleur du volet pédagogique de l’ARPA à la fois auprès des amateurs, mais aussi des milieux solaires (1982 : projet pilote d’animation dans une école primaire du Bouscat ensuite proposé aux établissements scolaires de la région).

L’étude de Matilde Redaud interroge également la réception de ces activités. Surnommée à l’époque le « sanctuaire de la photographie […] à Bordeaux » par Jean Eimer, l’ARPA bénéficiait d’une presse bienveillante qui soulignait l’impact de son action sur le milieu photographique local et, au-delà, sur la dynamique culturelle de la région.

Selon les rapports administratifs, l’une des raisons du déclin de l’association est en partie liée aux difficultés financières rencontrées. On note également une divergence croissante de conception de la photographie parmi ses membres fondateurs. Aujourd’hui, l’association n’est pas encore dissoute officiellement et Mathilde Redaud cherche à entériner le dépôt des archives auprès de l’administration des archives municipales de la ville de Bordeaux. Jean-Marc Lacabe, sans s’y opposer frontalement, se montre réticent ; un cas d’étude qui montre à quel point les archives sont des supports de mémoire, et que l’historien, en s’y confrontant, doit composer avec l’humain et des données sensibles.

Discussion

Première remarque. Félicitation pour le travail accompli et annonce : le processus dépôt légal des archives de l’ARPA est en état d’avancement. Le choix des expositions réalisées par l’ARPA se conforme à un modèle adopté en région : soit une rotation entre des expositions de photographes « historiques », de photographes contemporains français, et de photographes internationaux.

Deuxième remarque. Porte sur l’histoire officielle de l’institutionnalisation de la photographie et ceux révisionnistes qui sont en train d’émerger avec des travaux comme ceux de Mathilde. Il devient de plus en plus évident aujourd’hui que l’institutionnalisation et la patrimonialisation de la photographie n’a pas seulement été le fait d’une volonté politique émanant d’un pouvoir centralisé mais que celles-ci n’auraient pas pu advenir sans une multitude d’initiatives plus discrètes, de la part de passionnés qui ont œuvré dans le sillage des photo-clubs, en cherchant notamment à dépasser leurs travers corporatistes pour aller au devant du public.

Image à la Une: Vue des archives de l’association ARPA, 2013 © Mathilde Redaud

JE « Eighties Incomprises. Art et société dans les années 1980 » (11 mai, Centre Pompidou)

EIGHTIES INCOMPRISES

 ART ET SOCIÉTÉ DANS LES ANNÉES 1980 

Longtemps mal aimé et mal compris, l’art des années 1980 fait depuis peu l’objet de nouvelles lectures de la part de l’histoire de l’art. La décennie 1980 tend en effet à être perçue comme un moment hédoniste et « léger », succédant au « moment théorique » des années 1960-1970. Or, l’inflexion récente des méthodes de l’histoire de l’art en direction de l’histoire culturelle permet de réévaluer la décennie 1980, marquée certes par un certain désenchantement politique, mais aussi par de nouvelles formes de réinvestissement social de l’art. Dans la décennie du « grand tout culturel » se pose la question du lien entre l’art et les industries de l’image (publicité, clips vidéo), mais aussi celle de l’aspect visuel de nouvelles contre-cultures.
La photographie connaît alors un profond changement,
avec le déclin des modèles du photojournalisme au profit d’une photographie dite « plasticienne », cultivant
une certaine hybridité avec le pictural et le théâtral. Alors même que semble triompher « l’image fabriquée
», s’élaborent parallèlement de nouvelles stratégies documentaires. En lien avec l’exposition « Les années 1980, l’insoutenable légèreté », cette journée d’étude sera
donc l’occasion de revisiter les enjeux socioculturels
de l’art des années 1980 en s’appuyant sur la contribution de critiques, d’historiens de l’art et des idées, constituant ainsi une plateforme d’échanges pour des recherches en cours.

Equipe organisatrice :  

Jean-Pierre Criqui,
 Inès Henzler
 – Centre Pompidou Service de la Parole

Karolina Ziebinska-Lewandowska – Cabinet de la Photographie

Marie Auger, Clara Bastid,
 Max Bonhomme
 – Association Profession Photographie

Partenaires : Université Paris I Panthéon–Sorbonne : EA 4100, Histoire
 Culturelle et Sociale de l’Art  / Université Paris X-Nanterre : Laboratoire HAR, 
Ecole doctorale 395

Graphisme : Matthieu David – Fisheye

PROGRAMME :

11H : Introduction 

JEAN-PIERRE CRIQUI, KAROLINA ZIEBINSKA-LEWANDOWSKA. ASSOCIATION PROFESSION PHOTOGRAPHIE 

11H30 : FRANÇOIS CUSSET, professeur à l’université Paris X – Nanterre. / « Les équivoques du visible: ostentation décomplexée et pulsion scopique dans la culture des années 1980 »

12 H : CHRISTINE BUIGNET, professeure à l’université Toulouse Jean-Jaurès. / « Fiction : la “part maudite” de la photographie ? »

12H30 : MICHEL GAUTHIER, conservateur au MNAM Centre Pompidou, professeur associé à l’université Paris IV. / « La photographie sans le réel »

14h30 : THIBAULT BOULVAIN, chargé d’études et de recherche, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), doctorant à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. / « Histoires de voir. La représentation du sida dans la photographie des années 1980-1990 »

15H : NICOLAS BALLET, chargé d’études et de recherche, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), doctorant à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. / « « After Cease to Exist ». Le vertige des musiques industrielles »

15H30 : MARIE VICET, doctorante, Université Paris Ouest Nanterre La Défense / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. / « Le clip vidéo: un nouveau format de création pour les artistes? »

16H00 : Table Ronde avec KAREN KNORR, artiste et
MARTIN GUTTMANNartiste, du duo Clegg & Guttmann / discussion menée par l’historienne de la photographie Marion DUQUERROY

Image à la Une: Hergo, Sophie, série « Mythos », 1994, épreuve gélatino-argentique, Centre Pompidou, Musée national d’art moderne. Don de l’artiste, 2014

Avant l’histoire, par Mireille Besnard

L’équipe de Bétonsalon s’empare du fonds Marc Vaux pour procéder à une résurrection du lieu ayant accueilli le musée de Montparnasse. Réouvert en tant que centre d’art, il répond aujourd’hui au nom de Villa Vassilieff.

Quand une bibliothèque choisit de s’associer à un centre d’art comme Bétonsalon pour dynamiser la recherche autour d’un fonds aussi faramineux que celui de Marc Vaux (250 000 plaques de verre)[1], lorsque le dit centre d’art s’en empare pour rééclairer une période cruciale de l’histoire de l’art et pour relancer un lieu culturel à bout de souffle (anciennement Musée de Montparnasse, le lieu était fermé depuis 2013), on réalise  alors que les enjeux posés par les rapports complexes des œuvres d’art et de leurs reproductions photographiques pourraient être mis à nouveau en tension grâce et à travers cette source historique aussi riche et vaste qu’est le fonds Marc Vaux.

Certes, la problématique n’est pas nouvelle et l’engouement concomitant pour la pensée benjaminienne et pour la notion de l’archive en a laissé plus d’un las de ce sujet.  Pourtant le caractère unique du fonds et l’approche audacieuse de la Bibliothèque Kandinsky (qui gère ce fonds conservé au Centre Pompidou) conjointement à celle de l’équipe de Bétonsalon en charge de la Villa Vassilieff[2], sont susceptibles de renouveler les termes du questionnement. Et ce d’autant plus que Marc Vaux (1895-1971) était un contemporain de Benjamin et qu’il réussit en 50 ans d’activité à s’imposer comme “le photographe des peintres”, celui de la communauté artistique des “Montparnos” et de tous ceux que l’on a regroupés sous l’appellation générique de l’Ecole de Paris.

Marc Vaux commence son activité photographique peu avant la fin de la guerre, en 1917. Blessé au bras en 1915 près d’Aubérive durant la bataille de Champagne, cet ébéniste se reconvertit à la photographie dans l’une des nombreuses écoles de rééducation des mutilés de la guerre présentes sur tout le territoire français. Basé à Montparnasse tout à côté de l’atelier de l’artiste russe Marie Vassilieff (aujourd’hui la Villa Vassilieff)[3], il cible d’abord ses  voisins et les collectifs professionnels du quartier, comme, entre autres, les ateliers des écoles d’art qui fleurissent à Montparnasse. Chemin faisant, c’est dans les années 30, qu’il se spécialise dans la reproduction d’œuvres d’art.

Si, plus tard, il collectionnera des œuvres, ouvrira le premier musée du Montparnasse[4], vendra des toiles, éditera un journal consacré à la vie des artistes[5], Marc Vaux n’est pourtant ni historien de l’art, ni marchand, ni même véritablement artiste[6]. Malgré toute son activité sociale d’après-guerre dans la communauté artistique[7], il reste et restera toujours un artisan photographe qui propose des services photographiques. Marc Vaux, c’est d’abord une entreprise, une affaire, gérée conjointement avec son épouse, à la rudesse légendaire. Aujourd’hui minimisé, voire ignoré, son rôle, qui reste à préciser comme toute l’économie de cette entreprise, apparaît central au vu de quelques sources épistolaires et éditoriales que nous avons pu consultées[8].

Spécialisé dans la reproduction d’œuvre d’art et la photographie d’architecture[9], Marc Vaux offre son savoir-faire et sa maîtrise de la chambre à toute personne susceptible de le rémunérer, fut-ce-t-il pour réaliser un portrait de l’artiste dans son atelier ou pour simplement effectuer des contretypes de photographies de famille ou de documents administratifs[10]. Il ne semble pas que Marc Vaux ait eu l’intention de faire œuvre avec son activité photographique.  Même s’il est plus que probable que, les années et les clichés s’accumulant, il ait mesuré la valeur historique de son stock de plaques de verre, il n’est pas sûr, non plus, qu’il ait eu l’intention de documenter la période pour l’Histoire. L’absence de date de prises de vue ou de nom d’œuvre dans le fonds corrobore l’idée que Marc Vaux n’a pas directement cherché à faire l’histoire de la vie artistique de Montparnasse. Peu de dates ou autres annotations qui permettraient de situer historiquement les documents et objets photographiés, figurent dans le fonds de plaques[11]. Seul le nom de l’artiste (sans prénom) accompagne les clichés.

C’est là l’une des grandes difficultés du fonds et, peut-être en même temps, c’est ce qui fait son charme et même son aspect précieux, car toutes sortes de découvertes sont alors permises. Qui se laissera tenter par une boite notée Duchamp, découvrira le travail de sa soeur Suzanne, précise Catherine Tiraby, responsable du fonds à la Bibliothèque Kandinsky. Ainsi, l’aspect non discriminatoire de l’activité de Marc Vaux (hormis la sélection par la solvabilité[12]) permet d’accéder à une véritable cartographie (pour ne pas dire radiographie) de l’activité et la présence artistique à Montparnasse entre 1930 et 1970. Ici, l’acte photographique d’un artisan vient opérer un nivellement susceptible de déclencher de nouveaux récits autour de cette période. Ici, un fonds photographique permet d’accéder à un état que l’on pourrait qualifier de pré-historique. Et cette situation d’avant l’histoire est porteuse d’histoires. Comme celle d’Esther Carp que Ellie Armon Azoulay a extirpé du fonds pour l’exposition inaugurale de la Villa Vassilieff “Groupe Mobile”.

Cet état d’avant l’histoire pourra éventuellement permettre de dégager la pensée concernant les relations entre l’œuvre d’art et sa reproductibilité technique, de l’emprise hégémonique opérée par des textes précurseurs et visionnaires comme celui de Benjamin ou par des pratiques ingénieuses et fructueuses comme celle qu’entreprit Aby Warburg avec la reproduction d’œuvres d’art. C’est ainsi d’autres pans de l’histoire et de l’esthétique qui pourraient s’élaborer et s’écrire à partir de cette radiographie un peu particulière qu’est ce fonds Marc Vaux, composé uniquement de clichés en noir et blanc, même pour les travaux les plus récents. Bien sûr, la tâche est colossale (250 000 plaques de verre, en plus d’un fonds documentaire composé surtout de tirages, quelques 6 000 artistes) et délicate. Même si la numérisation de la totalité du fonds disponible à la Bibliothèque Kandinsky[13] devrait simplifier la manipulation des clichés et sécuriser les clichés originaux, le fonds ne devrait pas être accessible avant 2 ans, d’après l’estimation de Didier Schulmann, qui dirige la Bibliothèque.

Il n’en reste pas moins qu’un tel amas d’images pourrait permettre de visiter ou re-visiter des questions aussi diverses que les techniques photographiques au service de la reproduction d’œuvres[14] ou les changements dans les choix prises de vue pour la reproduction de la sculpture[15] ;  ou bien la perception photographique des œuvres et les modifications plastiques opérées par la reproduction ; et même les transformations induites par la photographie dans le travail même de l’artiste, comme le suggère l’étonnante entreprise de Matisse lorsqu’il expose à la galerie Maeght en 1945, autour de l’œuvre finale quelques 12 états photographiques de l’œuvre en cours de réalisation[16]. Cette mise à plat photographique de la vie artistique à Montparnasse de 1930 et 1970 facilitera-t-elle des observations inédites sur les transformations formelles, les transmissions et influences mutuelles entre diverses écoles et traditions picturales de par le monde ? (une circulation des idées et des formes rendue possible tant par la présence de plusieurs milliers d’artistes de toutes nationalités à Paris que par le voyage des œuvres grâce à la reproduction photographique). La question des destinataires de ces reproductions (collectionneurs, éditeurs, galeristes, marchands, artistes, etc.) et de leur diffusion à plus ou moins grandes échelles sera essentielle pour réinterpréter les hypothèses benjamiennes en termes de reproductibilité technique de l’œuvre d’art. Bien évidemment, les recherches dans le fonds Marc Vaux sont susceptibles aussi de révéler une multitude de détails importants sur la vie des œuvres et les techniques des artistes puisque la majorité des clichés ont été réalisés dans des ateliers d’artistes.  Il serait aussi possible de compléter l’histoire des vues d’exposition que le photographe pratiquait également. Enfin, les hiatus entre la présence dans le fonds Marc Vaux et l’absence dans l’histoire de l’art de nombreux artistes devront être interprétés selon plusieurs hypothèses et peut-être permettront-elles d’éclairer quelques problématiques méthodologiques autour du travail des historiens de l’art. Il va sans dire que ces études devront s’accompagner de recherches étendues, en complément de celles pratiquées dans le fonds et que des équipes transdisciplinaires devront intervenir.

C’est ce qu’a d’ores et déjà entrepris l’équipe de Bétonsalon en charge de la Villa Vassilieff en ouvrant les 13 et 14 février l’exposition “Groupe mobile”. Car en plaçant le fonds Marc Vaux comme pivot central de l’exposition inaugurale, les commissaires Mélanie Bouteloup et Virginie Bobin posent la question du photographique au centre de la problématique de l’exposition et de la diffusion des œuvres. Par là même, elles renouvellent et prolongent la proposition formelle de Georges Didi-Huberman et Arno Gisinger autour de la question de l’exposition à l’heure de la reproductibilité technique[17].

Cette intervention curatoriale de la Villa Vassilief ne se veut pas proposition définitive et fermée, mais plutôt synthèse temporaire et plurielle de diverses approches à l’œuvre dans les pratiques contemporaines de commissariat. Plusieurs acteurs intéressés par le fonds sont intervenus – chacun mû par des raisons diverses -, cette conception inaugurale permet d’ouvrir la recherche, d’une part, et le travail artistique, d’autre part, sur une pensée en mouvement, sur une présence dynamique des œuvres, synthétisées dans le titre “Groupe mobile”, expression par laquelle Brancusi désignait le mouvement des œuvres dans l’atelier.

D’un côté, il y a Nathan Diament qui mène depuis plusieurs dizaines d’années un travail de reconstitution et d’analyse de l’œuvre de son grand-oncle J. D. Kirzenbaum, dont une grande partie de l’œuvre a été détruite pendant la guerre (le fonds Marc Vaux a permis à Nathan Diament de découvrir des toiles disparues). De l’autre côté, il y a Sumesh Sharma, commissaire d’exposition subtile et audacieux, engagé dans une recherche sur la modernité indienne et la présence de peintres indiens dans le Paris de l’après-guerre. Les interventions curatoriales de Sumesh Sharma, avec les œuvres de Jean Bhownagary, de Judy Blum Reddy, Naresh Kumar, entre autres, permettent de réactiver des passages et des ponts transcontinentaux entre Paris et New-Delhi ou même Bombay.

Par ailleurs, en convoquant comme puissances tutélaires des figures du passé tel Marc Vaux ou la généreuse et extravagante Marie Vassilieff qui fit de ce lieu son atelier, l’équipe de Betonsalon introduit un mouvement temporel vertical dans cet espace, mouvement qui nous mène dans la création contemporaine avec le travail d’Emmanuelle Lainé. Ici, en adjoignant cette production photographique qui prolonge l’espace et qui intègre directement dans l’œuvre, le travail d’un photographe d’exposition comme André Morin, l’équipe curatoriale fait exploser la question de la reproduction de l’œuvre et de sa reproductibilité technique. Car, plus qu’un trompe l’œil, une vue spéculaire, une mise en abîme ou une transfiguration de l’espace, le travail d’Emmanuelle Lainé ouvre bien l’idée qu’avec la photographie, comme l’affirme Edmont Couchot, c’est une nouvelle réalité qui est créé[18].

C’est vrai, nombreux sont ceux qui, artistes et chercheurs, réfléchissent à ce que la photographie fait aux œuvres d’art. Et il est certain que l’exploitation du fonds Marc Vaux va contribuer à dynamiser et questionner les pratiques et les travaux de beaucoup d’entre nous. C’est dire combien l’exposition « Groupe mobile » n’est encore qu’une mise en bouche de ce que peut apporter l’exploration audacieuse de la plus grande photothèque au monde de l’art moderne.

[1] Le chiffre de 250 000 plaques de verre est cité dans plusieurs sources déjà au début des années 1960 (cf. Jean-Pierre Crespelle, Montparnasse vivant, Paris, Hachette, 1962, chapitre 7 « Marc Vaux : 250 000 peintures en conserve », pp. 178-191), ce qui laisse supposer que ce nombre est une estimation, puisque le photographe continue à travailler jusqu’à sa mort en 1971. L’inventorisation du fonds est encore limitée et consiste principalement en une liste de noms d’artistes, ceux gouachés sur la tranche des boites contenant les plaques. A son acquisition en 1980, le fonds a été scindé en trois lots (les artistes connus présents dans la collection du Mam, les artistes moins connus, mais néanmoins présents dans la collection du musée, et les artistes aujourd’hui inconnus et absents de la collection du musée).

[2] La Bibliothèque Kandinsky et son directeur Didier Schulmann collaborent depuis plusieurs années avec l’équipe de Bétonsalon. Ils avaient notamment organisé l’exposition On ne se souvient que des photographies, septembre 2013.

[3] Marc Vaux s’installe tout d’abord au 23 avenue du Maine (Marie Vassilieff est au 21), puis déménage au 114 bis rue de Vaugirard où il fait l’acquisition d’un corps de bâtiment dans le fonds de la cour.

[4] En 1951, au 10, rue de l’arrivée, à l’endroit même de la Villa Vassilieff actuelle, qui, avant la restructuration du quartier ouvrait sur la rue de l’arrivée. Les travaux et les réaménagements dus à la construction de la tour forcent Marc Vaux à fermer le musée.

[5] Montparnasse, carrefour des arts, organe mensuel du foyer Montparnasse, paru entre 1948 et 1950.

[6] Il peint en amateur, mais sera tout de même exposé au salon des indépendants.

[7] Il crée et gère le Foyer des artistes, 89 boulevard du Montparnasse qui sert des repas à faible coût et organise des expositions.

[8] Notamment dans Montparnasse vivant, op. cit., Jean-Pierre Crespelle décrit « une de ces parigotes échappées d’un carnet de croquis de Degas ou de Toulouse Lautrec », remarque « son geste au massicot, lorsqu’elle calibre les photos prise par son mari » et indique qu’elle « aide à développer les clichés et préparer les commandes » p. 179.

[9] La cité d’architecture et du patrimoine détient plusieurs clichés de Marc Vaux.

[10] On trouve de nombreux contretypes dans le fonds, mais la plupart des documents administratifs concernent exclusivement le photographe.

[11] Certains salons sont datés et quelques expositions sont nommées.

[12] Un vrai travail d’enquête serait nécessaire pour comprendre l’économie de cet artisanat.

[13] Les musées Picasso et Rodin disposent également de clichés effectués par Marc Vaux.

[14] Il serait intéressant d’observer comment un photographe professionnel résout la délicate question de la restitution des couleurs, quelles évolutions peut-on noter dans ses choix techniques sur 50 années d’activités, même si Marc Vaux semble avoir été très constant. En effet, la majorité des plaques sont au format 13×18 et 18×24 de marque Guilleminot, mais l’on trouve aussi dans le fonds des supports souples 4×5 inch, ou moyen format (6×6 et 6×7) qu’il utilise pour les reportages, comme ceux sur la nuit de Montparnasse, où le plus beau modèle est élu.

[15] Il n’est pas sûr par exemple que les sensations de mouvement présentes dans les reproductions de certaines sculptures de Calder exposées aujourd’hui à la Villa Vassilieff, aient été volontairement recherchées par le photographe.

[16] L’exposition a été photographiée par Marc Vaux. Cf. également, Jeffrey Weiss « The Matisse Grid », pp. 172-193, in The repeating image, Multiples in french painting from David to Matisse, The Walters art museum, Baltimore, Yale University Press, 2007.

[17] L’exposition « Nouvelles histoires de fantômes », au Palais de Tokyo par G. Didi-Huberman et A. Gisinger, 2014.

[18] Edmond Couchot, Des images, du temps et des machines dans les arts et les communications, Arles, Actes Sud, 2007, p. 121.

Varda à Cuba, entre film et photographie, par Mireille Besnard

« Dans la salle de montage on déroulait la bande de musique en son optique et je faisais le calcul du nombre d’images pour chaque photo. Je suivais le rythme de la musique » raconte Agnès Varda dans le catalogue de Varda / Cuba. L’exposition actuellement visible à la Galerie de photographies du Centre Pompidou est consacrée à son film Salut les Cubains (1963). Réalisé principalement à partir de prises de son et de vues photographiques faites à Cuba entre décembre 1962 et janvier 1963, ce moyen-métrage de trente minutes prend place entre cinéma et photographie, entre musique et récit littéraire ; un mix savamment orchestré par Agnès Varda qui souhaitait faire un documentaire sur la toute jeune révolution cubaine.

L’exposition du Centre Pompidou joue elle aussi de ces ambiguïtés formelles et de ces passages de médium à médium, en projetant le film et en exposant, simultanément, le matériel photographique qui le compose, mais sous sa forme papier. Après une antichambre placée sous les hospices de Fidel, les épreuves photographiques d’Agnès Varda se rangent en deux ensembles de lignes, dans un accrochage en face à face, épousant la disposition longitudinale de la Galerie de photographies. Déposés sous forme de séquences phrasées, construites en terrasse, les petits cadres blancs accueillant les tirages d’époque dessinent sur les murs rouge ocre des lignes en pointillé, telles celles qui se forment sur le banc de montage. Ces photographies viennent ainsi s’inscrire comme une partition visuelle offerte à nos yeux. Cette résonance scénographique avec le film d’Agnès Varda dynamise la déambulation en évitant l’ennui d’un agencement linéaire classique. Elle ouvre aussi la réflexion sur les qualités cinétiques de l’image photographique. Ici, la séquence est un élément de mobilité primordiale. La prise de vue en continu qu’avait opérée Agnès Varda, presque en rafale, décompose le mouvement et densifie le temps de l’image. L’accrochage de la Galerie de photographies opère une fusion formelle supplémentaire des médiums photographique et cinématographique grâce à ces deux lignes blanches parallèles ouvragées. Car elles pointent et mènent symétriquement vers l’écran géant qui ferme la salle. Il diffuse en boucle Salut les Cubains (30′), film photographique réalisé au banc titre et monté au rythme conjoint de la musique et du récit lu en alternance par Agnès Varda et Michel Piccoli.

Monté uniquement en cut, le film ne comporte que peu d’effets cinématographiques : au plus, quelques zoomages et dézoomages ou travellings verticaux dans l’image et quelques bulles de dialogues en insert. Le rythme est surtout donné par la cadence variée avec laquelle les images sont montées. Parfois ondulant, parfois saccadé, le tempo auquel se succèdent les images photographiques suit tant les mélodies cubaines que le récit littéraire d’Agnès Varda. Ici, dans la diction, l’alternance d’une voie féminine et d’une autre masculine apporte un mouvement supplémentaire. Peut-on pour autant parler de photographies animées comme le proposent les commissaires Clément Chéroux et Katerina Ziebinska-Lewandowska ? L’animation des images provient de la durée de leur diffusion à l’écran, de leur enchaînement séquentiel et de leur fusion avec le découpage sonore. Contrairement à ce que l’on observe dans le dessin animé, les personnages ne parlent pas. Nous suivons tout au long du film le commentaire littéraire de la documentariste. Les mouvements des personnes lorsqu’ils sont présents (notamment dans les danses et la coupe de la canne) apparaissent sous une forme décomposée et saccadée, quoique mélodique. Bien sûr, il y a une prouesse et une virtuosité à faire si bien jouer temps photographique et rythme musical dans ce film composé de prises de vue photographiques. Il est vrai même que l’écriture filmique de Salut les Cubains a coïncidé avec celle des Parapluies de Cherbourg (1964) par Michel Legrand et Jacques Demy, époux d’Agnès Varda. Mais nous sommes plus près de la chronophotographie et du diaporama sonore que du gif animé contemporain.

En réalisant Salut les Cubains, film photographique, film à images fixes, documentaire photo sonorisé et scénarisé, ancêtre du POM1 et de la vidéographie, Agnès Varda a-t-elle été influencée par La Jetée (1962) de Chris Marker ? Dans son entretien avec Katerina Ziebinska-Lewandowska, la réalisatrice reconnait son intérêt et son admiration pour le cinéma expérimental d’Europe de l’Est de l’époque. Elle mentionne aussi le choix que lui offrait l’appareil photo face à la camera 16 ou 35 mm, pour la mobilité technique. Quant à Chris Marker, c’est bien lui qui, à son retour de l’île avec son film Cuba, si (1961) bloqué par la censure française, lui aurait mis le pied à l’étrier et aurait été l’instigateur du projet ou tout du moins son promoteur. Peut-on penser aussi que les avancées technologiques en matière d’appareil de prise de vue aient pu être source de ces innovations formelles ? Peut-on voir dans cet engouement pour le film photographique, à l’instar du diaporama sonore, l’une des conséquences de l’arrivée et du développement des appareils reflex sur le marché ? Les propos d’Antoine Bonfanti corroborent cette hypothèse2. C’est sur le tournage du Joli Mai qu’aurait été conçue La Jetée, après que Chris Maker ait jeté son dévolu sur le Pentax 24×36 que Fontani venait de rapporter d’Hong-Kong. Miroir à retour rapide et réarmement par levier auraient facilité la rapidité du déclenchement et la prise en rafale. Agnès Varda utilisa prodigieusement cette rapidité d’exécution qui permet un découpage du mouvement chronophotographique.

Dans l’exposition, la mise en valeur des images permet aussi de prendre la mesure de cette prédominance du format 2/3, car les cadres, débarrassés de l’engoncement de la marie-louise, laissent apparaître l’épreuve plein cadre, ainsi que le filet noir qui marque la limite de l’image capturée. Ce sont les épreuves de travail d’Agnès Varda qu’elle a tirées elle-même. Elles sont près de 200. Beaucoup sont annotées pour le tournage au banc-titre qui fait passer l’image fixe au format film. « F » pour Fidel, « S » pour Sucre, « RE » pour l’iconographie de la Révolution sont les abréviations que l’on peut y lire. Toutes les images du film n’y sont pas exposées, loin de là, car il y en avait près de 4000 au départ. Une fois triées et assemblées, c’est près de 2000 qui seront utilisées pour composer ce film poético-musical sur une île, flambeau de la Révolution « tropicalo-socialiste », comme la cinéaste aime à le dire. Ce film, c’est le portrait d’une société en pleine vitalité, tournée vers l’utopie politique, avant le dégrisement de la stagnation et de la répression. Le ton est toujours entre naïveté et taquinerie, entre politique et amusement. Agnès Varda s’amuse à défaire, mais aussi, à refaire les clichés et l’exposition de la Galerie de photographies, avec son catalogue qui reproduit son séquencier de travail, nous mène harmonieusement au cœur de cette fabrique du regard vardien.

Ce travail curatorial et scénographique fait écho à une autre traversée de l’image photographique, à une autre mise en valeur d’une fabrique d’un regard. C’est l’œuvre cubaine de Luc Chessex qui avait été présentée par Daniel Girardin au Musée de l’Elysée durant l’été 2014 (alors encore sous la direction de Sam Stourdzé), sous le titre acronyme de CCCC pour Chercher la femme, Cuba, Castro et Che. Ici comme chez Varda, même temps, même espace, mais autre parcours et autres pratiques. En 1961, Luc Chessex, jeune photographe diplômé de l’école de Vevey, part s’installer quelques mois à Cuba. Il y résidera 14 ans avant d’en être expulsé. Très tôt, il cherche à se défaire d’une photographie trop normée. Le cadre perd de l’assurance, l’axe de prise de vue bascule, la frontalité disparaît. On entre dans une prise de vue libre, presque fébrile et hâtive, hors de l’efficacité de la composition classique très présente dans le travail de Varda à Cuba. Reporter pour les médias et les institutions cubaines, il réalise un travail qui interroge nos usages de l’image. Notamment, il tente de diversifier la représentation de la femme cubaine avec Foto-mentira, une exposition organisée à La Havane en 1966. Fasciné par la présence de l’imagerie politique et publicitaire dans l’espace public, il en donne une vision balancée entre surprésence des leaders politiques et persistance visuelle de l’American Way of Life à travers la bouteille de Coca-Cola. Très tôt porté sur l’édition de livres photographiques, il en publie plusieurs sur Cuba. C’est ce parcours fait d’engagements et de questionnements que le musée de l’Elysée exposa à l’été 2014. Combinaison d’épreuves argentiques, de tirages géants sur papier-affiche collés, la scénographie offrait aussi l’intégralité du livre Quand il n’y a plus d’Eldorado, imprimé cette fois sur un seul et même pan mural, disponible à la vue d’un seul coup d’œil.

CCCC et Varda / Cuba sont deux expositions qui présentent le travail de photographes engagés un temps dans la révolution cubaine. Ce sont aussi deux expositions qui, dans le même temps, mettent en danger les formes traditionnelles d’accrochage et cherchent une scénographie pertinente, en synergie avec les questionnements formels que posent les œuvres exposées.

Image de couverture : Vue d’exposition, Varda/Cuba, à la Galerie de Photographie du Centre Pompidou, 11/11/15 – 01/02/16 © Mireille Besnard

1. P.O.M. : Petite Œuvre Multimédia

2. « Témoignage d’Antoine Bonfanti : ingénieur du son », recueilli par Olivier Khon et Hubert Niogret, Positif, n° 433, mars 1997, p. 92-93.

DUST, par Mireille Besnard

Le visiteur qui pénètre dans la première salle de DUST, exposition présentée par David Campany au Bal jusqu’au 17 janvier 2016, est immédiatement magnétisé par l’image accrochée, seule, à l’autre extrémité de la pièce. Ce petit tirage tardif (1968) de l’Élevage de poussière a un pouvoir d’attraction phénoménal qui dépasse de loin l’intention d’origine de ses deux concepteurs, Marcel Duchamp et Man Ray. Le visiteur vient, ainsi, se coller tout près de la vitre pour lécher, de tout son œil, les gris doux et volumiques de cette vue d’en haut, de cette plongée oblique sur le Grand verre. Comme si, par là-même, on pouvait être transporté dans l’atelier new-yorkais de Duchamp en cette année 1920, date de la prise de vue, et assister à l’élaboration de La Mariée mise à nu par ses célibataires, même, autre titre du Grand Verre ; comme si on pouvait, nous aussi, y laisser un peu de notre poussière, tandis que l’opérateur, Man Ray, et le concepteur, Marcel Duchamp, seraient partis manger un morceau. Alors, nous aurions une heure devant nous, durée de la pose, avant que le photographe américain ne vienne refermer l’obturateur.

Cette durée pendant laquelle la lumière s’est engouffrée dans la chambre photographique, celle qui nous permet cette petite digression mentale sur notre possible présence sur les lieux de la prise de vue, évoque un temps accumulé plus qu’un temps arrêté. La fabrication de cette image est, en effet, la combinaison de 6 mois de dépôt de poussière et d’une heure de pause-déjeuner prise par les deux compères. Cette poussière, Duchamp l’a laissée intentionnellement se déposer pour obtenir une matière transparente — une couleur, même, dit-il —, celle qui remplira les « Tamis » dans la partie inférieure du Grand Verre. Man Ray, lui, expérimentateur infatigable et joueur, viendra plus tard en tirer autre chose : un paysage. Grâce à l’action simultanée d’un rapprochement et d’une plongée, le photographe déréalise la scène photographiée pour la faire accéder à une autre dimension. Le regardeur est ainsi projeté dans l’espace, il lui semble scruter la terre depuis le ciel. L’oblique de la prise de vue diminue l’effet d’écrasement du regard zénithal et impulse un mouvement à l’intérieur de l’image. L’œil vient balayer le sol et cherche à en comprendre la nature : terrain cultivé, neige en poudreuse, coton sauvage amassé ? Non, juste un nid de poussières formé grâce à quelques fils de plomb posés sur une plaque de verre. Voici dévoilés les subterfuges du médium photographique, capable de nous faire perdre, d’un seul changement de point de vue, nos repères spatiaux.

Il faut voir dans cette divulgation des capacités trompeuses de la photographie l’une des grandes forces de l’Élevage de poussière. C’est probablement pourquoi beaucoup ont perçu dans cette image à la parenté double, mais aussi dans le Grand Verre, une proposition paradigmatique des bouleversements apportés par la photographie. David Campany, penseur incontournable de la photographie, tout à la fois historien et commissaire, déploie dans les salles du Bal la charge explosive de ce cliché. Il propose un panel bigarré d’images symbolisant tout à la fois le déroulement erratique de la révolution duchampienne et le déferlement de l’image photographique dans nos vies ; un déferlement toujours plus pénétrant et incessant tel que peut l’être un dépôt de poussière. Avec cet alliage contingent de l’image photographique et de la poussière, redondance temporelle à portée poétique, David Campany nous mène à travers une histoire inédite de la photographie, qui aurait pris sa source dans ce fragment photographique du Grand Verre. Confrontées aux paradoxes et aux forces contradictoires du temps, la poussière comme la photographie viennent autant comme un « rien », une marque de négligence passagère et futile, que comme les « restes » des pires catastrophes naturelles et humaines (depuis les tempêtes du Middle East diffusées en cartes postales jusqu’à la pulvérisation et l’anéantissement des villes d’Hiroshima et de Nagasaki). La visite de la salle du rez-de-chaussée nous fait circuler dans l’espace qui réunit ces deux guerres mondiales, entre surréalisme, tornades, aventures militaires et armes de destruction massive. La salle en sous-sol nous fait pénétrer dans le monde de « l’après ». L’après Hiroshima, l’après de l’Élevage de poussière, nous mènent alors autant au cœur de la catastrophe qu’au centre de la révolution duchampienne, laquelle nous place, en fin de compte, de plain-pied dans le conceptualisme. Comme si cette œuvre et cette photographie avaient pu faire basculer le monde dans une autre dimension, comme si cette poussière était bien cette matière grise que Marcel Duchamp recherchait pour nous désenchanter du monde et de l’emprise du frisson rétinien.

Image à la une : Vue de l’exposition DUST, 16.10.2015-17.01.2016, Le Bal, Paris © Mireille Besnard