Archives par mot-clé : genre

Atelier du chantier Photo/savoirs/critiques : 26 mai 2016

Pour relancer nos fructueux échanges en cette fin d‘année 2015-2016, nous vous proposons de participer à un nouvel atelier du chantier Photo/savoirs/critiques.

Rendez-vous
jeudi 26 mai, 18h-20h
salle CIRHAC
(INHA, 2 rue Vivienne, 75002)


Nous avons pensé cet atelier -comme le précédent- de manière très participative, nous vous remercions donc d’avance de bien vouloir vous inscrire ici.

L’atelier comportera deux volets.

Dans un premier temps, nous souhaitons aborder des questions méthodologiques : il s’agira pour chacun.e de présenter (de manière très libre et informelle) les questions et problèmes concrets qu’il/elle a en ce moment dans sa recherche (sous une forme courte, 5-10 min maximum), pour que nous puissions ensuite dialoguer ensemble sur ces questions et nous faire avancer mutuellement, en croisant les expériences et les points de vue.

La thématique est double -et fidèle à notre ligne directrice- : à la fois sur la méthodologie adoptée vis-à-vis des sources, et sur l’épistémologie du/de la chercheur.e par rapport à son sujet -une question que nous avions commencé à soulever dans notre appel à communication pour le JE du 7 décembre, et que nous souhaitons toujours développer.

Dans un deuxième temps, l’idée est aussi de réfléchir tou·te·s ensemble aux projets que nous souhaiterions mettre en place pour l’année 2016-2017, de manière collaborative et en envisageant l’alternance des prises d’initiatives et de responsabilité en ce qui concerne notamment les ateliers.
 
Merci d’avance de nous signaler votre intérêt et votre éventuelle présence lors de cette réunion de fin d’année.
N’hésitez pas également à apporter de quoi boire/manger pour que la discussion soit plus conviviale !
 

Au plaisir de vous retrouver pour cette occasion,

Le chantier Photo/Savoirs/Critique

_____
Image :
Augustus Sherman,
Ruthenian woman (Ellis Island portrait), vers 1906 (détail).
CC – source : http://publicdomainreview.org/collections/portraits-of-ellis-island-immigrants/

Lee Miller : une guerre photographique à Londres, par Véra Léon

L’Imperial War Museum de Londres accueille jusqu’au 24 avril 2016 une exposition intitulée Lee Miller: A Woman’s War, conçue par Hilary Roberts, commissaire et auteure du catalogue éponyme. Stimulante à plus d’un titre, cette exposition consacre la richesse de la production de la photographe Lee Miller.

Comme le titre de l’exposition l’indique, son travail est interrogé au carrefour de deux axes principaux. Le premier consiste à scruter l’importance de la guerre dans sa carrière, tant comme période clé que comme signifiant socioculturel irriguant toute la société d’alors, y compris en dehors des bornes chronologiques conventionnelles, en incluant donc l’entre-deux-guerres et l’après-guerre. Choisir cette approche, c’est focaliser stratégiquement l’attention du public sur la carrière de photoreporter de Lee Miller, trop longtemps oubliée au profit de son statut de modèle pour Vogue ou de muse de Man Ray. Le second angle d’approche consiste en la définition d’une thématique : le corpus est principalement axé sur la représentation des femmes. Il revient à mettre en avant et à questionner le genre de la photoreporter de guerre – femme dans un métier d’homme – tout autant que les questions de genre dans les représentations à proprement parler que cette dernière produit. En ce sens, les textes explicatifs amènent un éclairage très informé sur ces questions, tout au long des quatre sections, Women before the Second World War ; Women in Wartime Britain ; Women in Wartime Europe ; Women after the Second World War.

Le plaisir est grand à parcourir ces salles et à y découvrir la sélection d’images, d’une grande qualité. L’accrochage, quoique relativement conventionnel, révèle les talents accomplis et multiples de la photographe, sans tomber dans le piège de l’hagiographie : non seulement il présente d’excellentes images produites dans des contextes austères, notamment de fascinants instantanés sur le quotidien des femmes britanniques pleinement engagées dans la guerre et dans l’appareil militaire, mais encore il démontre que par ses cadrages, ses sujets, ses points de vue, Lee Miller témoignait d’une grande réflexivité et d’un humour certain, que ce soit sur les rapports de genre, sur le monde de la mode ou sur la culture de guerre. L’exposition constitue en cela un manifeste efficace pour la reconnaissance du travail de la photographe au même titre que ses meilleurs alter ego contemporains, qu’ils soient surréalistes ou photoreporters.

Anna Leska, Air Transport Auxilliary, Polish pilot flying a spitfire, White Waltham, Berkshire, England 1942 by Lee MillerAnna Leska, Air Transport Auxilliary, Polish pilot flying a spitfire, White Waltham, Berkshire, England 1942, Lee Miller © Lee Miller Archives, England, 2014.

Ainsi, si l’exposition peut être critiquée, ce serait plutôt pour l’usage quasi exclusif qui est fait du fonds d’archives de l’artiste et pour sa mise en scène parfois douteuse. Pour rassembler les matériaux constituant l’exposition, la commissaire s’est en effet appuyée essentiellement sur ce fonds d’archives (Lee Miller Archives), fondé par le fils, Anthony Penrose, après la mort de sa mère et toujours dirigé par lui. Certes, cet apport essentiel a donné accès à des images jusque là peu connues du public voire jamais tirées, donnant à ces tirages modernes un savoureux caractère d’inédit ; de même, ont ainsi été rendus visibles des pans de correspondance entre Lee Miller et ses commanditaires, parmi d’autres intéressants documents relevant du for privé. Cela dit, on peut s’étonner du recours un peu anachronique aux vitrines exposant des objets d’époque – des appareils photographiques aux tenues militaires – ayant appartenu à la photographe. Surtout, cet appel aux objets comme garants d’authenticité peine à compenser l’absence totale de tirages originaux.

Car autant la fétichisation du tirage vintage est à questionner, autant on s’étonne qu’un fonds d’archives comprenant 60 000 négatifs et 20 000 tirages originaux ne permette de présenter que des tirages modernes – quoique la qualité de ces derniers soit remarquable. Il suffit de consulter la base en ligne de 4 000 images présente sur le site dédié pour débusquer des planches contacts et des tirages d’époque qu’il aurait été passionnant de confronter avec ces images contemporaines, forcément un peu moins fidèles et plus homogénéisantes. Imaginerait-on que la peinture de Picasso figurant Lee Miller montrée au début de l’exposition ne soit pas présentée dans sa version originale ? De même, la mise en contexte de ces images, destinées à la publication pour la plupart, par leur présentation dans les journaux illustrés de l’époque aurait été plus que judicieuse.

Ainsi, si l’exposition réjouit sur plusieurs aspects, elle laisse planer une question qui n’a probablement pas finie d’être posée à une heure où les objectifs grand public et d’exigence ne vont pas toujours de pair : dans quelle mesure les expositions photographiques, en plein essor dans les programmations culturelles actuelles, peuvent-elles se passer de leurs objets originaux ? Œuvrer pour la visibilité grandissante de la photographie sans accompagner ce travail de la reconnaissance de ses spécificités – notamment sa matérialité et sa circulation – pourrait revenir à scier la branche sur laquelle on est assis.

Image de couverture : Fire Masks, London, England 1941, Lee Miller © Lee Miller Archives, England, 2014.

Table-ronde : histoire visuelle du travail et du genre (Montreuil, 7 novembre)

Nous avons le plaisir de diffuser l’annonce d’une table-ronde à laquelle participe Véra Léon, membre de l’ARIP, le 7 novembre à 16h, intitulée :

Regards sur l’histoire du travail. Femmes dans les
métiers techniques, XIXe-XXe siècle

Gratuit et ouvert au grand public, cet événement se tient à l’occasion d’une exposition organisée par Juliette Rennes, maîtresse de conférences à l’EHESS, autour de cartes postales de la Belle-Epoque représentant les « Femmes en métiers d’hommes » (lien vers l’ouvrage).

Dans le prolongement de l’exposition sur l’histoire de l’accès des femmes aux métiers traditionnellement masculins, cette table-ronde se penche sur les rapports sociologiques et historiques entre genre et technique depuis le 19e siècle.

En partant d’archives visuelles et d’autres matériaux d’enquêtes, les intervenantes exploreront plus spécifiquement quatre domaines en faisant dialoguer histoire et temps présent : la constitution d’un enseignement commercial et technique destinés aux filles (à partir du 19e siècle en France), les carrières des femmes et hommes photographes dans la seconde moitié du 20e siècle, celles des ingénieures, et l’expérience contemporaine des femmes minoritaires dans les formations de mécanique et de maçonnerie.

Rendez-vous le samedi 7 novembre, de 16h à 18h
Musée de l’Histoire vivante
30 bd Théophile Sueur, 93100 Montreuil

Appel à communication : (Re)politiser les discours sur la photographie (7/12/2015, Paris Diderot)

APPEL A COMMUNICATION

Journée d’étude organisée dans le cadre
du chantier de recherche Photo/savoirs/critiques  de l’ARIP

(Re)politiser les discours sur la photographie

7 décembre 2015 à Paris Diderot – Paris 7

Cette manifestation scientifique s’adresse prioritairement aux jeunes chercheur·e·s.

Si l’histoire de la photographie s’est sensiblement développée dans le contexte universitaire français depuis une quarantaine d’années, plutôt rares sont les travaux qui ont analysé les images, les usages ou les pratiques de la photographie comme des lieux investis par le politique. L’usage apolitique du discours esthétisant sur la photographie comme outil de légitimation du médium explique en partie cet état de fait. Il faut y ajouter un contexte plus général, qui est celui de l’espace intellectuel de l’après-1989 où la reconfiguration néo-libérale des catégories du politique s’accompagne souvent d’une dilution des conflictualités.

L’étude de la photographie a pourtant su être un outil puissant pour repenser les discours sur l’art. Elle serait en mesure, avec la même charge critique, de porter des questionnements d’ordre plus directement politique, en recourant par exemple à des catégories comme celles de classe, race ou genre – qui sont encore relativement peu explorées dans les recherches françaises sur la photographie. En participant au processus de politisation des cadres d’analyse des productions culturelles, les chercheurs sur la photographie pourraient s’inscrire dans une reconfiguration plus générale du politique.

Nous souhaitons en effet penser les rapports entre photographie et politique au-delà de stricts usages de l’un par l’autre (photographie engagée, photographie de propagande…). On peut considérer la photographie comme plus largement sous-tendue, informée, investie par des pratiques et des catégories politiques – qu’il s’agisse de constructions idéologiques, d’enjeux de visibilité et de représentation, ou des manières dont le pouvoir s’exerce, s’actualise et se conteste dans et par les pratiques culturelles. Pour approfondir l’étude de la photographie comme partie intégrante du champ social – à partir de son contexte de production et de circulation -, il nous semble nécessaire de réintroduire des cadres d’analyse plus spécifiquement politiques comme ceux d’action, de conflit et de collectif.

L’un des enjeux de la journée sera ainsi d’aller au-delà d’une réflexion sur la photographie comme ensemble de phénomènes politiques, afin de réfléchir à la pertinence d’approches politisées. Il s’agira également d’entamer une réflexion sur la façon dont les redéfinitions du politique peuvent aujourd’hui nourrir et renouveler les approches académiques de la photographie.

Cette journée d’étude a pour objectif de faire découvrir, dialoguer et se confronter les travaux de jeunes chercheur·e·s sensibles à ces questionnements et venant de France mais aussi d’autres contextes nationaux, avec la volonté de croiser des approches de différentes disciplines. Plusieurs axes de réflexions sont envisagés, de façon non exhaustive.

Axes de réflexion

1- Comment les chercheur·e·s travaillant sur la photographie peuvent-ils/elles intégrer les cadres d’analyse (tels que classe/race/genre) adoptés largement par les études culturelles et les sciences sociales ? A quelles conditions et de quelles manières ces concepts sont-ils en capacité de donner une prise politique aux études photographiques ? Dans quelle mesure de telles catégories, qui participent d’une reconfiguration des rapports politique/social/culturel, peuvent-elles encore porter une charge critique, alors qu’elles appartiennent de plus en plus à un vocabulaire académique mainstream ?

2- Dans le sillage des travaux de Michel Foucault, la lecture politique de la photographie qui a été la mieux intégrée par les chercheur·e·s est celle qui voit dans la photographie un dispositif de pouvoir. Que faire des discours sur l’impérialisme du regard photographique ou sur la puissance démocratique du médium comme accès à la représentation et à l’empowerment ? De quelle manière peut-on penser les producteurs d’images et les individus photographiés comme acteurs d’une politique des visibilités ?

3- En quoi les chercheur·e·s, à l’instar des objets et pratiques photographiques, sont-ils/elles traversé·e·s par des rapports sociaux, politiques et économiques qui les situent dans une configuration des pouvoirs ? Quelle posture réflexive peuvent-ils/elles adopter à travers une épistémologie du point de vue ? Dans quelle mesure l’étude de la photographie peut-elle se faire le lieu d’une critique des savoirs dominants sur l’art et plus globalement sur le monde social ?

La journée s’achèvera par une table ronde avec les participants et le président de séance invité, Jorge Ribalta, artiste, critique et commissaire d’exposition (A Hard, Merciless Light. The Worker Photography Movement, 1926-1939, Museo nacional centro de arte Reina Sofia, 2011).

Modalités de soumission

Les jeunes chercheur·e·s de tous les champs disciplinaires rattachés aux humanités et aux sciences sociales sont particulièrement encouragé·e·s à candidater. Les propositions émanant de personnes n’exerçant pas la recherche à titre principal, mais souhaitant investir ce domaine depuis leurs propres champs de compétence (conservation, pratique artistique…) sont également les bienvenues. Les communications, d’une durée de 20 minutes, pourront être faites en français ou en anglais.

Les propositions de communication se présenteront sous la forme suivante :

  • Nom et prénom de l’auteur·e / des auteur·e·s
  • Affiliation(s) et statut(s)
  • Titre de l’intervention
  • Résumé d’environ 3000 signes (espaces compris) de l’intervention. Ce résumé précisera l’objet de la communication, l’axe ou les axes dans lesquels elle s’inscrit, ainsi que la méthodologie et/ou les sources sur lesquelles elle s’appuie. Une courte bibliographie pourra également être incluse.

Elles seront envoyées au plus tard le 18 septembre 2015 à l’adresse suivante : photo.savoirs.critiques@gmail.com

Une prise en charge partielle des frais de déplacement pourra être étudiée le cas échéant.
Une publication est envisagée sous un format qui reste à définir.

Calendrier

Date de clôture de l’appel : 18 septembre 2015
Retour des avis : début octobre 2015
Journée d’étude (Paris Diderot – Paris 7) : 7 décembre 2015

Comité scientifique

Eliane de Larminat (Université Paris 7-Diderot / LARCA)
Véra Léon (Université Paris 5-Descartes / CERLIS)
Anaïs Mauuarin (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne / HiCSA)
Alice Morin (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle / CREW)

*   *   *

(Re)Politicizing discourses on photography

December 7th, 2015, to be held at Paris Diderot-Paris 7, France

This event is directed primarily at young researchers.

The history of photography has been the object of increasing interest amongst French academics over the past 40 years, and yet to this day there are relatively few works that consider the political investment inherent in photographic images, uses, and practices. This situation can partly be ascribed to apolitical uses of estheticizing discourses that are meant to legitimize both the medium and its academic study. It is also produced by the general context of a post-1989 intellectual landscape, in which the neo-liberal reconfiguration of political categories often entails a dissolution of conflict.

The study of photography has undeniably proven to be a powerful tool for reshaping discourses on art. It could also, and with the same critical drive, address more directly political questions – for instance through the use of the categories of race, class, or gender, which are relatively seldom explored in French photographic studies. In taking part in this ongoing politicization of the analytical frameworks used to study cultural productions, scholars working on photography could contribute to a more general reconfiguration of the political category as such.

This symposium will be the occasion to reflect on the interaction of the photographic and the political beyond simple appropriation of one by the other (politically-committed photography, propaganda, etc…). The practice of photography, considered in this light, is more generally underlain, informed and invested by political categories and practices – be they ideological constructions, questions of visibility and representation, or the various ways in which power is exerted, contested or actualized in cultural practices. In order to better analyze photography as an integral part of the social realm (where it is produced, where it circulates, and where it acts), we deem it necessary to reintroduce analytical frameworks that are more specifically political – such as those of conflict and individual or collective action.

One of the goals of this symposium will thus be to move from looking at photography as a network of political phenomenona to considering the relevance of politicized approaches. We would also like to open a conversation on how contemporary redefinitions of “the political” could enrich and reinvigorate academic approaches to photography.

This symposium will bring together young researchers who share an interest in these issues. We would also like to see various fields of research and various European perspectives meet in the process. The following, non-exhaustive, list of themes could be developed:

1 – How can researchers studying photography adopt analytic frameworks such as race, class, and gender, which have been developed by the social sciences and which have been deployed to great effect by cultural studies? Under what conditions would such concepts allow photographic studies to become more effectively political? To what extent can such categories, which are central to a new articulation of the political, the social, and the cultural, still convey a critical charge, while they are more and more integrated into a mainstream academic vocabulary?

2 – In the wake of Michel Foucault’s work, the best assimilated politicized reading of photography consists in interpreting the medium as a power apparatus. How can we use the discourses describing the imperialism of the photographic gaze, or the democratic power of the medium as a way to access representation and empowerment? Can the subjects producing the images and those being photographed be thought of as agents crafting a new politics of visibilities?

3 – How are researchers – just like photographic objects and practices – part of social, political and economic patterns of relations which situate them within the configuration of power? What reflexive postures can these researchers adopt through a standpoint epistemology? To what extent can photographic studies be a site from which to take a critical stance on the dominant point of view on art, and, more generally, on the world as a social system?

The symposium will end with a round table with all participants and the invited keynote speaker, Jorge Ribalta, artist, critic, and curator (A Hard, Merciless Light. The Worker Photography Movement, 1926-1939, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofia, 2011).

Submission Procedure

Young researchers in all fields of the humanities and social sciences are welcome to apply. Independent scholars and those working on the matter through their practice (preservation, curation, artistic practice) are also encouraged to send their proposals. Papers should be twenty minutes in length, and can be delivered in French or English.

Proposals for papers, should follow the template below and should be sent by email to photo.savoirs.critiques@gmail.com by September, 18th 2015.

  • Full name of the author(s)
  • Affiliation(s) and position(s)
  • Title
  • Abstract (about 3000 characters, spaces included). This abstract should include the subject of the paper, the theme(s) into which it falls, the methodology that will be used and/or several theoretical references. A short bibliography can be added as well.

Some funding for travel expenses might be available.

We hope to publish the papers presented at the symposium. The format is still to be determined.

Schedule

Deadline to respond to the call for papers: September 18th, 2015
Decisions emailed to participants: early October, 2015
Symposium: December 7, 2015 at Paris Diderot – Paris 7

Scientific Committee

Eliane de Larminat (Université Paris 7-Diderot / LARCA)
Véra Léon (Université Paris 5-Descartes / CERLIS)
Anaïs Mauuarin (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne / HiCSA)
Alice Morin (Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle / CREW)


Image : Woman of color, Victorian Era, from 1860-1901
http://downtownlalife.tripod.com/id535.html

Relire une collection nationale sous le prisme de l’érotisme, par Véra Léon

En ce moment, et jusqu’au 15 mars 2015, se tient au Museo Nacional de Bellas Artes de Buenos Aires (Argentine) une exposition intitulée “La seducción fatal. Imaginarios eróticos del siglo XIX”, proposée par la commissaire d’exposition Laura Malosetti Costa. Elle présente un riche éclairage sur les représentations érotiques du long XIXe siècle, faisant dialoguer leurs caractéristiques esthétiques avec leurs contextes de production socio-culturels. En effet, comment parler aujourd’hui de l’érotisme des œuvres de cette époque sans s’intéresser aux rapports mêlés de pouvoir et de désir ? C’est ce qu’explore cette exposition avec une certaine finesse, en présentant sous l’angle du genre, de la classe et de la race des œuvres issues des riches collections du MNBA, et complétées par d’autres issues de la bibliothèque nationale argentine. Continuer la lecture de Relire une collection nationale sous le prisme de l’érotisme, par Véra Léon