Archives par mot-clé : historiographie

Appel à participation : Atelier de l’ARIP (2016-2017)

Appel à participation

Atelier mensuel de l’ARIP – 2016-2017

 

Au vu de l’intérêt qu’ont suscité les séminaires menés par l’Association de recherche sur l’image photographique les années passées, l’ARIP reconduit un cycle de rendez-vous pour l’année 2016-2017.

Ils prendront la forme d’ateliers mensuels avec un objectif double : ils seront d’une part l’occasion de découvrir des sujets de recherche inédits sur la photographie et d’autre part, ils permettront d’aborder et d’explorer des questionnements méthodologiques soulevés par un travail de recherche en photographie, et auxquels se trouvent souvent confronté·e·s nombre de (jeunes) chercheur·e·s. dans ce domaine.

Ces ateliers veulent constituer un lieu participatif et bienveillant d’échanges horizontaux, avec comme enjeu essentiel de partager, voire de construire ensemble, des savoirs méthodologiques. Il ne s’agira en aucun cas de présentations académiques, du type conférence.

Chaque séance sera l’occasion de découvrir le travail d’un·e jeune chercheur·e à travers la présentation d’un problème méthodologique qu’il/elle rencontre ou a rencontré au cours de ses recherches. La forme des ateliers sera la suivante : une présentation du sujet de la recherche (10 min.), puis une explicitation du problème méthodologique rencontré (10 min.), et enfin une discussion ouverte avec les participant.e.s (40 min. environ). Le but est que ces échanges fassent avancer non seulement la personne qui présente ses recherches, mais aussi, par leurs résonances avec d’autres questionnements, toutes les personnes présentes.

Pour ce faire, une attention particulière sera portée aux sources utilisées pour la recherche. La projection d’exemples de sources est plus que recommandée durant la présentation, de manière à ce qu’elles soient au cœur de la réflexion et constituent une base pour la réflexion commune avec les personnes présentes. Il s’agira de présenter le projet de recherche en en montrant la genèse, les enjeux et les difficultés.

Les propositions feront donc état du problème méthodologique qu’elles souhaitent présenter, en lien avec les problématiques spécifiques aux études sur la photographie. Voici quelques questionnements que l’ARIP aimerait aborder durant cette année (liste non exhaustive) :

  • la constitution du corpus
  • la problématisation
  • la mise en place du plan
  • les méthodes abordées (quantitative, iconographique)
  • l’historiographie
  • le cadre théorique (histoire sociale, cultural studies, rapport aux études littéraires…)
  • l’engagement politique du jeune chercheur

Cet appel à participation s’adresse ainsi avant tout aux jeunes chercheur.e.s intéressé.e.s pour évoquer leurs questions de recherche, plutôt que leurs objets.

MODALITÉS DE SOUMISSION

Les jeunes chercheur·e·s de tous les champs disciplinaires rattachés aux humanités, aux arts et aux sciences sociales sont particulièrement encouragé·e·s à candidater. Les propositions de participation comprendront :

  • Nom et prénom de l’auteur·e / des auteur·e·s
  • Affiliation(s) et statut(s)
  • Titre de la proposition
  • Résumé présentant la thématique de recherche (10 lignes maximum)
  • Présentation du problème méthodologique abordé, et éventuellement des sources utilisées (20 lignes maximum)

Elles seront envoyées au plus tard le 20 mars 2017 à l’adresse suivante : arip.contact[at]gmail.com

Les ateliers se dérouleront à l’INHA (2, rue Vivienne, Paris) à partir d’avril.

Image : Skating with Bror Myer (1921)

Entretien public avec Claude Nori, Paris, 2 décembre 2015

C’est avec grand plaisir que nous vous invitons au huitième entretien du cycle 1960-1990. Les voix de la photographie lancé par le chantier de recherche Import/Export. Aux sources du langage sur la photographie. À l’occasion de cette séance, nous recevrons Claude Nori, photographe, éditeur, galeriste et écrivain.

 Rendez-vous le
  mercredi 2 décembre, 18h30-20h30
salle Jullian (1er étage) à l’INHA
2 rue Vivienne
75002 Paris

Originaire du Sud-Ouest, Claude Nori découvre la photographie en 1968. Trois ans plus tard, il expose pour la première fois à Toulouse, aux côtés de son ami Patrick Chapuis. Ensemble, ils défendent une photographie sans retenue esthétique, libérée des contingences commerciales et professionnelles, dont on retrouve les accents dans Le Manifeste photobiographique publié avec Gilles Mora en 1983, aux Éditions de l’Étoile. Dans les années 1970, Claude Nori se lie d’amitié avec Jean Dieuzaide à Toulouse, puis avec Bernard Plossu lorsqu’il s’installe à Paris. Un groupe se formant, il fonde Contrejour dans le quartier Montparnasse, à la fois galerie, maison d’édition et journal. Il y publiera son premier ouvrage en 1976 (Lunettes, préfacé par Agnès Varda), mais aussi ceux de nombreux photographes : Guy le Querrec, Arnaud Claass, Pierre et Gilles, Gilles Peress, Luigi Ghirri, Sabine Weiss, etc. Parallèlement, il participe à la fondation de deux importantes revues photographiques des années 1980 : Les Cahiers de la Photographie (avec Bernard Plossu, Denis Roche ou encore Jean-Claude Lemagny) et Camera International (avec Gabriel Bauret). L’entretien sera l’occasion de revenir sur ses activités d’acteur et de promoteur d’une photographie décomplexée, des années 1970 à la fermeture de Contrejour en 1995, relancé en 2011.

L’animation de cet entretien sera assurée par Guillaume Blanc (Paris 1 | ED 441 Histoire de l’art | HiCSA | INHA) et Laureline Meizel (Paris 1 | ED 441 Histoire de l’art | HiCSA).

Avec le soutien du Collège des Écoles doctorales de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ainsi que de l’École doctorale 441 – Histoire de l’art de Paris 1.

ED441_texte_v* Image à la une : Claude Nori © Isabelle Nori

logo_coul_fr

Atelier de lecture Photo/savoirs/critiques : le 24 novembre

Nous avons le plaisir de vous inviter à un atelier de lecture de l’ARIP :

Mardi 24 novembre
18h30-20h30, salle CiRHAC (1er étage)
INHA, 2 rue Vivienne, Paris 2e

Cet atelier est organisé par le chantier Photo/savoirs/critiques, qui organise le 7 décembre à l’Université Paris Diderot une journée d’étude intitulée « (Re)politiser les discours sur la photographie » (lire l’appel -désormais clôs- ici, programme en cours d’élaboration).

Il a pour but de nourrir la réflexion sur ces questions et de s’armer d’outils théoriques à travers la lecture de textes sur cette thématique. Nous consacrerons cette séance à Ariella Azoulay.

L’oeuvre d’Ariella Azoulay représente aujourd’hui une entreprise majeure de politisation du discours sur la photographie. Dans ses travaux (The Civil Contract of Photography (2008), Civil Imagination : The Political Ontology of Photography(2012) elle reconceptualise de manière ambitieuse la photographie et la notion de politique autour du « civil ». Elle embrasse à la fois l’histoire du médium et des discours qui l’ont entouré, et les reconfigurations des concepts politiques qui sont au coeur des régimes démocratique nés des Lumières, afin de repenser le fonctionnement socio-politique des documents photographiques dans un contexte de pouvoir.

Dans ce cadre, vous êtes tou·te·s les bienvenu·e·s pour participer à l’atelier. Si vous souhaitez recevoir les deux textes qui seront discutés, merci d’envoyer un mail à photo(dot)savoirs(dot)critiques(at)gmail(dot)com

Au plaisir de vous retrouver nombreux·ses

Report de la table-ronde : Une histoire de contacts (Paris, INHA, 16 nov. 2015)

Suite aux attentas de vendredi, la table-ronde est reportée. / The round-table is postponed.
L’université sera ouverte lundi mais les manifestations publiques sont reportées. / University will open on Monday but public events are postponed.

[English below]

Nous avons le grand plaisir de vous annoncer la table-ronde UNE HISTOIRE DE CONTACTS. Quelle méthode pour explorer et préserver nos archives photographiques ?, organisée sous la direction de Clara Bouveresse et Michel Poivert.

Rendez-vous le
Lundi 16 novembre 2015, 9h30-13h
Salle Walter Benjamin, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

Argumentaire et programme détaillé

Les planches-contacts, exposées et célébrées, nous fascinent. Elles témoignent de la quête originale d’un photographe, de son expérience sur le terrain. Elles contiennent aussi les germes de futures publications : les images sélectionnées voyagent ensuite vers les journaux, les magazines, les livres. Entre la sensibilité unique du photographe et la vie publiée d’une image, la planche-contact est un objet pivot.
Comment explorer et préserver les planches-contacts ? A partir d’exemples, au contact des photographes et de leurs archives, nous essaierons de connecter les témoignages oraux et les documents physiques, pour ébaucher un guide pratique.

9h30 : Café d’accueil 

10h : Introduction par Michel Poivert, autour des planches-contacts de Gilles Caron

Michel Poivert est historien de l’art. Il est professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, titulaire de la chaire d’histoire de la photographie et directeur de l’École doctorale d’Histoire de l’art (ED441). Il co-dirige le Master Histoire de la photographie à l’École du Louvre. Il est l’auteur du livre et de l’exposition Gilles Caron, Le Conflit Intérieur.

Gilles Caron (1939-1970) est un photographe français, cofondateur de l’agence Gamma. Il a couvert l’actualité politique et internationale, le monde du cinéma, et plusieurs conflits, jusqu’à la guerre du Cambodge où il trouvera la mort à l’âge de trente ans.

10h30 : Conversation avec Susan Meiselas 
Susan Meiselas s’entretiendra avec Clara Bouveresse, et se prêtera au jeu de l’exploration de l’une de ses planches-contacts du Kurdistan.

Susan Meiselas est photographe, membre de Magnum Photos et présidente de la Fondation Magnum à New York. Elle est particulièrement connue pour son travail Strip-Tease Forain aux Etats-Unis et pour ses photographies de la révolution sandiniste, publiées dans Nicaragua. Elle a travaillé pendant plus d’une décennie sur les droits de l’homme en Amérique Latine, et conduit un vaste projet collaboratif à partir des archives photographiques du peuple kurde.

Clara Bouveresse est doctorante à l’université Paris 1. Sa thèse porte sur l’histoire de l’agence Magnum Photos depuis sa création en 1947.

11h15 : Daniel Girardin, Une planche-contact de René Burri

Daniel Girardin, historien de l’art, est conservateur en chef au Musée de l’Elysée à Lausanne. Il est notamment co-auteur du livre et de l’exposition Controverses, une histoire éthique et juridique de la photographie. Il a dirigé des projets à partir de fonds importants comprenant des planches-contact, notamment sur Ella Maillart, Nicolas Bouvier et Hans Steiner. Il travaille à partir de planches-contacts pour une exposition et un livre des années suisses de Werner Bischof. Il présentera une planche-contact de René Burri.

René Burri (1933-2014) est un photographe suisse, membre de l’agence Magnum. Il voyage dans l’Europe d’après-guerre, au Moyen-Orient et en Amérique latine dans les années 1950. Il réalise en 1963 à Cuba le célèbre portrait de Che Guevara. Il poursuit sa pratique documentaire et expérimente aussi le film, les collages et le dessin. La Fondation René Burri, créée en 2013 à Lausanne, a déposé un fonds important au Musée de l’Élysée.

12h : Débat et questions

Cette table-ronde est organisée par l’École Doctorale 441 Histoire de l’art – Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, le Fonds de Dotation Magnum Photos et la Magnum Foundation.

 


 

ROUND-TABLE: A STORY OF CONTACTS
Exploring and preserving our photo archives

Monday, November 16, 2015, 9:30 am-1 pm
Salle Walter Benjamin, INHA, 2 rue Vivienne, 75002 Paris

 

Directed by Michel Poivert and Clara Bouveresse

Organized by the Art History Doctoral School of Paris 1 Panthéon-Sorbonne University, the Fonds de Dotation Magnum and the Magnum Foundation.

Argument and detailed program

Contact sheets, exhibited and celebrated, are fascinating objects. They record a photographer’s original quest on the field. They also bear the marks of editings and contain the seeds of future publications. Selected pictures will end up in newspapers, magazines and books. In-between the unique sensitivity of the photographer, and the published life of a picture, the contact sheet is a pivotal object. How may we explore and preserve contact sheets?
Starting from the contact itself, we will try to connect oral histories and physical archives, and to outline some practical guidelines.

9:30 am: Welcome coffee

10 am: Introduction by Michel Poivert, around Gilles Caron’s contact sheets

Michel Poivert is an art historian, Professor at Paris I Panthéon-Sorbonne University (History of Photography chair), and director of the Art History Doctoral School. He co directs the History of Photography Master Degree at the Ecole du Louvre. He is the author of the book and exhibition Gilles Caron, Le Conflit Intérieur.

Gilles Caron (1939-1970) is a French photographer, cofounder of Gamma photo agency. He covered political and international news, the film industry, and conflicts, until the war in Cambodia, where he died at age 30.

10:30 am: Conversation with Susan Meiselas

In dialogue with Clara Bouveresse, Susan Meiselas will explore one of her contact sheets from Kurdistan.

Susan Meiselas is a photographer, member of Magnum Photos and president of the Magnum Foundation in New York. She is best known for her work Carnival Strippers in the United States and the Sandinista revolution in Nicaragua. She spent over a decade focused on human rights in Latin America and conducted a vast collaborative project drawing on the photographic archives of the Kurds.

Clara Bouveresse is a PhD student at Paris 1 Panthéon-Sorbonne University. Her doctoral research focuses on the history of Magnum Photos since its creation in 1947.

11:15 am: Daniel Girardin, René Burri’s contact sheets

Daniel Girardin is an art historian and chief curator at the Musée de l’Elysée in Lausanne. He co-authored the book and exhibition Controversies: a Legal and Ethical History of Photography. He directed projects on important collections including contacts, in particular on Ella Maillart, Nicolas Bouvier and Hans Steiner. He is currently working on contact sheets for an exhibition and a book on Werner Bischof’s Swiss years. He will present a contact sheet of René Burri.

René Burri (1933-2014) is a Swiss photographer and member of Magnum Photos. He worked as a photojournalist in post-war Europe, the Middle-East and Latin America in the 1950s. In 1963, he took in Cuba the famous portrait of Che Guevara. He then pursued his documentary practice and experimented film, collage and drawing. The René Burri Foundation was created in 2013 in Lausanne, and entrusted an important collection to the Musée de l’Elysée.

12 am: Debate and questions

Image à la une : Susan Meiselas, Travaux à la maison à New York ; Veuve devant une tombe de masse à Koreme, Nord de l’Irak, 1992 (planche- contact) © Susan Meiselas/Magnum

Appel à participation : Atelier de l’ARIP (2015-2016)

Appel à participation

Atelier mensuel de l’ARIP – 2015-2016

 

Au vu de l’intérêt qu’ont suscité les séminaires menés par l’Association de recherche sur l’image photographique l’an passé, l’ARIP reconduit un cycle de rendez-vous pour l’année 2015-2016. Elles prendront la forme d’ateliers mensuels avec un objectif double : ils seront d’une part l’occasion de découvrir des sujets de recherche inédits sur la photographie et d’autre part, ils permettront d’aborder et d’explorer des questionnements méthodologiques soulevés par un travail de recherche en photographie, et auxquels se trouvent souvent confronté·e·s nombre de (jeunes) chercheur·e·s. dans ce domaine.

Plus encore que l’année passée, ces ateliers veulent constituer un lieu participatif et bienveillant d’échanges horizontaux, avec comme enjeu essentiel de partager, voire de construire ensemble, des savoirs méthodologiques. Il ne s’agira en aucun cas de présentations académiques, du type conférence.

Chaque séance sera l’occasion de découvrir le travail d’un·e jeune chercheur·e à travers la présentation d’un problème méthodologique qu’il/elle rencontre ou a rencontré au cours de ses recherches. La forme des ateliers sera la suivante : une présentation du sujet de la recherche (5-10 min), puis une explicitation du problème méthodologique rencontré (10-15 min), et enfin une discussion ouverte avec les participant.e.s (40 min environ). Le but est que ces échanges fassent avancer non seulement la personne qui présente ses recherches, mais aussi, par ses résonances avec d’autres questionnements, toutes les personnes présentes.

Pour ce faire, une attention particulière sera portée aux sources utilisées pour la recherche. La projection d’exemples de sources est plus que recommandée durant la présentation, de manière à ce qu’elles soient au cœur de la réflexion et constituent une base pour la réflexion commune avec les personnes présentes. Il s’agira de présenter le projet de recherche en en montrant la genèse, les enjeux et les difficultés.

Les propositions feront donc état du problème méthodologique qu’elles souhaitent présenter, en lien avec les problématiques spécifiques aux études sur la photographie. Voici quelques questionnements que l’ARIP aimerait aborder durant cette année (liste non exhaustive) :

  • la constitution du corpus
  • la problématisation
  • la mise en place du plan
  • les méthodes abordées (quantitatives, …)
  • l’historiographie
  • la rédaction
  • l’engagement politique du jeune chercheur

Cet appel à participation s’adresse ainsi avant tout aux jeunes chercheur.e.s intéressé.e.s pour évoquer leurs questions de recherche, plutôt que leurs objets.

MODALITES DE SOUMISSION

Les jeunes chercheur·e·s de tous les champs disciplinaires rattachés aux humanités, aux arts et aux sciences sociales sont particulièrement encouragé·e·s à candidater. Les propositions de participation comprendront :

  • Nom et prénom de l’auteur·e / des auteur·e·s
  • Affiliation(s) et statut(s)
  • Titre de la proposition
  • Résumé présentant la thématique de recherche (10 lignes maximum)
  • Présentation du problème méthodologique abordé, et éventuellement des sources utilisées (20 lignes maximum)

Elles seront envoyées au plus tard le 30 octobre 2015 à l’adresse suivante : arip.contact[at]gmail.com

Les ateliers auront lieu chaque mois à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA, 2, rue Vivienne, Paris). La première séance se déroulera fin novembre.

Image en-tête :
Jules Sylvestre, Ateliers P.L.M. à Oullins, à la fin du XIXe siècle, ca. 1890, tirage noir et blanc ; 15,5 x 23 cm, Bibliothèque municipale de Lyon / P0546 SA 19/13.