Archives par mot-clé : journée d’études

Appel à communication : Le « nous » en images, approches critiques des pratiques photographiques et de la sociabilité

APPEL A COMMUNICATION

Journée d’études : Le « nous » en images : Approches critiques des pratiques photographiques et de la sociabilité

3 mai 2018, Université Paris 8

Injonctions à la production et au partage d’images au sein de plateformes socio-numériques, modélisations et mises en avant de la photographie dans des dispositifs sociotechniques tels que le téléphone mobile, visibilité croissante du rôle de l’image dans les interactions sociales : les pratiques visuelles paraissent envahir notre quotidien, le réarchitecturer et agencer de nouvelles figures et formes de sociabilité.

Le lien entre photographie et sociabilité ne s’inaugure pourtant pas avec l’avènement des TIC. Il semblerait plutôt que la sociabilité soit imbriquée dans l’essence même de certaines pratiques de l’image. Pierre Bourdieu a bien établi l’usage de la photographie comme une sorte de ciment familial, qui renforce « l’intégration du groupe familial en réaffirmant le sentiment qu’il a de lui-même et de son unité » (Bourdieu, 1965 : 39). Il semblerait donc qu’à l’heure actuelle nous assistions à de nouvelles manières d’interagir à propos et avec des photos, qui ne se substituent pas aux pratiques antérieures, bien qu’elles déploient de nouveaux territoires (Beuscart et al, 2009 : 93-94) et fassent émerger de nouveaux enjeux.

Le but de cette journée d’étude est d’interroger les relations entre les pratiques photographiques,  les représentations qu’elles engendrent et les formes de sociabilité dans lesquelles elles sont prises ou dont elles sont le support. Les « pratiques » sont ici entendues comme une façon cohérente d’effectuer une action et de déployer certains objets, connaissances, gestes corporels et émotions (Rose, 2012 : 549) ; les « représentations » saisies non comme simple reflet de la réalité, mais travail signifiant participant de la construction de la réalité (Hall, 2007 : 91) ; les « sociabilités » en tant que dynamiques d’animation du lien social (Rivière, 2004 : 223).

Si des travaux de recherche ont déjà abondamment interrogé les relations entre pratiques et représentations photographiques (Beuscart, Cardon, Pissard, Prieur, 2009 ; Gunthert, 2014 ; Allard, 2014), il n’en est pas de même pour la photographie et la sociabilité. Nous avons préféré la notion de sociabilité à celle de « photographie conversationnelle » (Gunthert, 2014) car elle nous semble particulièrement utile au projet d’une approche critique des pratiques et représentations photographiques contemporaines, et cela pour deux raisons.

Si la conversation en tant qu’échange oral structuré par le tour de parole est considérée comme un fondement de la sociabilité (Gunthert, 2014 : § 22), elle n’en est pourtant pas le seul élément. Il existe en effet différentes pratiques avec et autour des images qui ne peuvent pas être caractérisées comme conversations et qui constituent pourtant des modes de sociabilité.

Nous considérons la notion de sociabilité comme plus adaptée pour son imbrication avec des normes, des discours et des rapports sociaux. Il nous semblerait donc qu’en interrogeant les pratiques photographiques et la sociabilité nous pouvons « réfléchir aux rapports de pouvoir qui produisent, sont articulés, et peuvent être contestés à travers des manières de regarder et faire des images » (Rose, 2012 : xix).

Cette journée d’étude est articulée autour de trois axes de réflexion :

1. Cartographier les pratiques : répertoires, références, sociabilités : Cet axe a pour but de situer, délimiter et interroger les sociabilités médiées par l’image à partir des questionnements suivants :

  • Au delà des discours dominants qui prônent une révolution totale de l’image avec l’explosion des TIC, quelle place accorder aux continuités temporelles et esthétiques des répertoires de pratiques photographiques ?

  • Comment caractériser les ajustements de pratiques photographiques qui viennent s’opérer en fonction d’éléments contextuels et de sociabilité pris en compte par le sujet ?

  • Quels gestes, objets/sujets représentés, références visuelles sont convoqués dans différentes situations de sociabilité médiées par l’image ? Quels processus d’appropriation de ces références et quelles tactiques d’hybridation sont déployées et mises en œuvre ?

2. Repérer les injonctions, les modélisations et les résistances : Cet axe a pour objectif d’interroger l’influence des contraintes modelées par des déterminants économiques, politiques, sociaux et techniques sur les pratiques, représentations et sociabilités à partir des questions suivantes :

  • Dans quelle mesure les pratiques photographiques sont-elles parties prenantes des stratégies propres au « web affectif » et à la modélisation des émotions (Alloing, Pierre, 2015) ?

  • Quel est le rôle des dispositifs sociotechniques dans les déterminations de l’image ?

  • Quels sont les détournements possibles et les résistances des pratiquant.e.s face à ces injonctions multimodales ?

  • Comment et dans quelle mesure les pratiques photographiques peuvent contribuer à des sociabilités qui seront orientées vers des pratiques émancipatrices ou vers des résistances ?

3. Les discours sur la photographie et sur la sociabilité : Cet axe a pour but d’explorer les discours construits par les acteurs économiques, médiatiques, politiques, scientifiques, ainsi que par les usagers/ères sur les dispositifs, les pratiques photographiques et la sociabilité. Il sera aiguillé par les questionnements suivants :

  • Quels systèmes de valeurs, idéologies et philosophies d’action sont véhiculés par ces discours autour de la sociabilité liée aux pratiques photographiques ?

  • Comment circulent ces discours et sous quelles conditions ? Quelles stratégies discursives sont mises en œuvre pour orienter les pratiques photographiques et stimuler le désir d’expression ?

  • Quelles sont les représentations dominantes au sein de la communauté scientifique autour des pratiques photographiques ? Comment envisager un cadre critique d’analyse permettant de rendre compte des enjeux épistémologiques, méthodologiques et éthiques inhérents à la constitution de la relation entre pratiques photographiques et sociabilité en objet de recherche ?

Modalités de participation

Les propositions de communications (3500 signes maximum espaces compris, bibliographie indicative non incluse, au format PDF) devront être envoyées en anglais ou en français, avec l’indication du nom, prénom et appartenance institutionnelle à l’adresse mail photoetsociabilites@gmail.com

Les trois axes de réflexion proposés sont des supports à partir desquels orienter les propositions de communication, mais ils ne doivent pas être entendus ou compris comme des cadres rigides : nous encourageons d’ailleurs la mise en tension de tout ou partie des axes dans les propositions de communication.

Calendrier

20 novembre 2017 : Publication de l’appel à communications

15 janvier 2018 : Date limite pour l’envoi de propositions de communication

5 février 2018 : Résultats de la sélection de communications

3 mai 2018 : Date de la journée d’études

Comité scientifique

María ALCALÁ, Université Paris 8, Labex-ArtsH2H – CEMTI

Sébastien APPIOTTI, Université Paris 8, CEMTI

Maxime CERVULLE, Université Paris 8, CEMTI

Alexandra SAEMMER, Université Paris 8, CEMTI

Comité d’organisation

María ALCALÁ, Université Paris 8, Labex-ArtsH2H – CEMTI

Sébastien APPIOTTI, Université Paris 8, CEMTI

Bibliographie

Allard, Laurence, « Express Yourself 3.0 ! Le mobile comme technologie pour soi et quelques autres entre double agir communicationnel et continuum disjonctif soma-technologique », in Allard Laurence, Creton,Laurent, Odin Roger (dir.), Téléphone Mobile & Création,  Paris, Éditions Armand Colin/Recherches, 2014

Alloing, Camille, Pierre, Julien, « Questionner le digital labor par le prisme des émotions : le capitalisme affectif comme métadispositif ? » La communication numérique au cœur des sociétés : dispositifs, logiques de développement et pratiques, Mai 2015, Echirolles, France. 2015.

Beaudouin, Valérie, « De la publication à la conversation. Lecture et écriture électroniques », Réseaux, 116, 2002, p. 199-225.

Beuscart, Jean-Samuel, Cardon, Dominique, Pissard, Nicolas, Prieur, Christophe, « Pourquoi partager mes photos de vacances avec des inconnus ? Les usages de Flickr », Réseaux, 154, 2009, p. 91-129.

Bourdieu, Pierre Un art moyen : essai sur les usages sociaux de la photographie, Paris, Éditions de Minuit, 1965.

Crary, Jonathan, Techniques de l’observateur ; vision et modernité au XIX siècle, traduit par Frédéric Maurin Paris, Dehors, 2016.

Gunthert, André, « L’image conversationnelle », Études photographiques, 31, 2014,

mis en ligne le 10 avril 2014, URL : http://etudesphotographiques.revues.org/3387

Gunthert, André, L’image partagée, La photographie numérique, Paris, Textuel, 2015.

Hall, Stuart, Identités et cultures. Politiques des Cultural Studies, édition établie par Maxime Cervulle, trad. de C. Jaquet, Éditions Amsterdam, Paris, 2007.

Huet, Armel, Ion, Jacques, Lefèbvre, Alain, Miège, Bernard, Péron, René, Capitalisme et industries culturelles, Grenoble, PUG, 1984

Jeanneret, Yves, Critique de la trivialité : la médiation de la communication, enjeu de pouvoir, Paris, Non Standard, 2014.

Labelle, Sarah,   La ville inscrite dans « la société de l’information » : formes d’investissement d’un objet symbolique, Thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication, Université Paris IV Sorbonne / Celsa, 2007.

Rivière, Carole Anne, « La spécificité française de la construction sociologique du concept de sociabilité », Réseaux, 123, 2004, p. 207-231.

Summers, Fiona, « Photography and Visual Culture », in Heywood Ian, Sandyweel Barry (dir.), The  Handbook of Visual Culture, Londres, Berg, 2012, p. 447-463..

JE : « Écrire l’image. Dialogues en histoire de la photographie autour des sources et de leurs usages » (Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine, 20 avr. 2017)

Les Archives nationales organisent une journée d’étude à l’occasion de leur participation au Mois de la Photo du Grand Paris 2017. La publication de l’ouvrage De l’image fixe à l’image animée (1820-1910) : actes des notaires de Paris pour servir à l’histoire des photographes et de la photographie en 2015, en est un point de départ, ainsi que l’exposition En avion au-dessus de…, dialogues entre Mathieu Pernot et le fonds LAPIE, présentée du 4 avril au 19 septembre 2017 sur les deux sites des Archives nationales.
L’objectif de cette journée est de croiser différentes approches sur les sources, écrites ou imagées, qui enrichissent une histoire du visuel et leurs usages dans différents contextes. Des initiatives individuelles, universitaires et institutionnelles sont à l’origine de la constitution d’outils prosopographiques. Quelles méthodologies ont été envisagées ? Quels usages chercheurs, représentants d’institutions, professionnels du marché de l’art et collectionneurs font-ils de ces mêmes outils dans leurs domaines d’expertise respectifs ?

Au-delà des outils, l’histoire de la culture visuelle, vaste champ d’investigation en sciences sociales, se bâtit aussi autour des échanges entre ces différents acteurs. C’est pourquoi, à travers plusieurs études de cas à deux voix, il s’agira d’ouvrir la réflexion sur l’exploration et l’exploitation des sources dans les domaines de l’image fixe comme de l’image animée. Les photographies constituant par ailleurs un type de source abondamment représenté dans les archives publiques, se pose la question de leur identification comme de leur repérage et de leur valorisation, qui sera abordée lors d’une quatrième session.

L’archive photographique peut enfin inspirer un travail de création, comme en témoigne l’oeuvre de Mathieu Pernot, conçue à partir de cartes postales issues du fonds LAPIE des Archives nationales. Jeux visuels et déplacements de sens traduisent le dialogue de l’artiste avec l’objet photographique : la présentation de son travail par l’artiste lui-même débouchera, à l’issue de la journée, sur l’inauguration de l’exposition.

PROGRAMME

9h – Accueil des participants
9h20 – Ouverture de la journée d’étude (Françoise Banat-Berger, directrice des Archives nationales)

Présidence : Gilles Désiré dit Gosset, directeur de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine

Session 1. – Dictionnaires et répertoires. Exemples de productions institutionnelle, personnelle et collaborative : quelle méthodologie pour leur élaboration ?

9h30 – Le dictionnaire des photographes d’après les minutes des notaires de Paris : méthodologie, moyens, résultats (Marc Durand, Archives nationales, Minutier central des notaires de Paris)
9h50 – Recensement des photographes professionnels au XIXe siècle (François Boisjoly, photographe, fondateur du musée de la Photographie de Saint-Bonnet-de-Mure)
10h10 – Le monde du livre à l’ère de l’open source : l’expérience du Dictionnaire des éditeurs français du XIXe siècle [DEF19] (Jean-Charles Geslot et Viera Rebolledo-Dhuin, université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines/CHCSC)
10h30 – Pause

Session 2. Expositions, marché de l’art, recherche universitaire. Outils prosopographiques : quels apports, quels usages pour le domaine photographique ?

10h50 – Les sources du dictionnaire des calotypistes français publié dans le catalogue de l’exposition Primitifs de la photographie : le calotype en France, 1843-1860, BnF/SFP, 2010 (Paul-Louis Roubert, président de la Société française de photographie, maître de conférences à l’université Paris VIII et Sylvie Aubenas, BnF, directrice du département des Estampes et de la Photographie)
11h10 – L’expertise et le marché de l’art : l’apport des dictionnaires, des répertoires et des systèmes de classement (Serge Plantureux, marchand de photographies et expert)
11h30 – Les virtualités du dictionnaire, de l’invention du livre illustré de photographies à l’émergence des acteurs de sa mise en circulation (Laureline Meizel, doctorante en histoire de la photographie, université Paris I-Panthéon Sorbonne)
11h50 – Discussion

12h15 – Pause déjeuner

Présidence : Emmanuel Rousseau, directeur des Fonds aux Archives nationales

Session 3. – Le visuel en histoire : dialogue autour des sources entre responsables de collections, collectionneurs et chercheurs

13h30 – Écrire l’histoire visuelle des XIXe-XXIe siècles : quelles sources ? (André Gunthert, maître de conférences à l’École des hautes études en sciences sociales)
13h50 – Le rôle d’un comité scientifique dans le cadre de la rénovation du musée départemental Albert Kahn (Valérie Perlès, directrice)
Une étude comparée des Archives de la planète et des actualités Gaumont pour l’année 1925 (Jacques Siracusa, maître de conférences à l’université Paris VIII)
14h10 – Henri Gaden, photographe en Afrique de l’Ouest, 1894-1939 (Isabelle Dion, responsable des fonds aux Archives nationales d’outre-mer et Roy Dilley, chercheur de l’université de St Andrews)
14h30 – Le dialogue collection privée/recherche, ou partager une curiosité pour la photographie (Kim Timby, chercheur indépendante, chargée de cours à l’École du Louvre et Serge Kakou, collectionneur de photographies du XIXe siècle)
14h50 – Pause

Session 4. Les sources de l’histoire de la photographie dans les archives : état des lieux et perspectives

15h20 – Recenser les photographies, identifier les contextes de production. État des sources photographiques aux Archives nationales (Sandrine Bula et Marie-Ève Bouillon, Archives nationales, Mission de la photographie)
15h40 – Réseau des archives et photographie : panorama de l’offre des archives départementales (François Bordes, inspecteur des Patrimoines (collège Archives) et Sylvie Le Goëdec, Archives nationales, Bibliothèque)
16h – Entre documentation et mémoire : les Archives nationales dans l’œil de l’objectif (Claire Béchu, Archives nationales, Mission de la diffusion scientifique)
16h20 – « Appelez-moi Dorica » : des usages des archives photographiques (Mathieu Pernot, Dorica Castra, installation aux Archives nationales dans le cadre du Mois de la Photo du Grand Paris)
16h40 – Discussion

17h10 – Conclusion (Michel Quétin, conservateur général honoraire aux Archives nationales, et Sandrine Bula)

17h30 – Inauguration de l’exposition En avion au-dessus de…, dialogues entre Mathieu Pernot et le fonds LAPIE et de l’installation Dorica Castra, cartes postales, présentées aux Archives nationales dans le cadre du Mois de la Photo du Grand Paris, en présence de Mathieu Pernot

Image à la une : Delintraz, Exposition universelle de 1878 : palais du Champ-de-Mars et statue de la Liberté du sculpteur Bartholdi. Archives nationales, F/12/11914.

JE « Eighties Incomprises. Art et société dans les années 1980 » (11 mai, Centre Pompidou)

EIGHTIES INCOMPRISES

 ART ET SOCIÉTÉ DANS LES ANNÉES 1980 

Longtemps mal aimé et mal compris, l’art des années 1980 fait depuis peu l’objet de nouvelles lectures de la part de l’histoire de l’art. La décennie 1980 tend en effet à être perçue comme un moment hédoniste et « léger », succédant au « moment théorique » des années 1960-1970. Or, l’inflexion récente des méthodes de l’histoire de l’art en direction de l’histoire culturelle permet de réévaluer la décennie 1980, marquée certes par un certain désenchantement politique, mais aussi par de nouvelles formes de réinvestissement social de l’art. Dans la décennie du « grand tout culturel » se pose la question du lien entre l’art et les industries de l’image (publicité, clips vidéo), mais aussi celle de l’aspect visuel de nouvelles contre-cultures.
La photographie connaît alors un profond changement,
avec le déclin des modèles du photojournalisme au profit d’une photographie dite « plasticienne », cultivant
une certaine hybridité avec le pictural et le théâtral. Alors même que semble triompher « l’image fabriquée
», s’élaborent parallèlement de nouvelles stratégies documentaires. En lien avec l’exposition « Les années 1980, l’insoutenable légèreté », cette journée d’étude sera
donc l’occasion de revisiter les enjeux socioculturels
de l’art des années 1980 en s’appuyant sur la contribution de critiques, d’historiens de l’art et des idées, constituant ainsi une plateforme d’échanges pour des recherches en cours.

Equipe organisatrice :  

Jean-Pierre Criqui,
 Inès Henzler
 – Centre Pompidou Service de la Parole

Karolina Ziebinska-Lewandowska – Cabinet de la Photographie

Marie Auger, Clara Bastid,
 Max Bonhomme
 – Association Profession Photographie

Partenaires : Université Paris I Panthéon–Sorbonne : EA 4100, Histoire
 Culturelle et Sociale de l’Art  / Université Paris X-Nanterre : Laboratoire HAR, 
Ecole doctorale 395

Graphisme : Matthieu David – Fisheye

PROGRAMME :

11H : Introduction 

JEAN-PIERRE CRIQUI, KAROLINA ZIEBINSKA-LEWANDOWSKA. ASSOCIATION PROFESSION PHOTOGRAPHIE 

11H30 : FRANÇOIS CUSSET, professeur à l’université Paris X – Nanterre. / « Les équivoques du visible: ostentation décomplexée et pulsion scopique dans la culture des années 1980 »

12 H : CHRISTINE BUIGNET, professeure à l’université Toulouse Jean-Jaurès. / « Fiction : la “part maudite” de la photographie ? »

12H30 : MICHEL GAUTHIER, conservateur au MNAM Centre Pompidou, professeur associé à l’université Paris IV. / « La photographie sans le réel »

14h30 : THIBAULT BOULVAIN, chargé d’études et de recherche, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), doctorant à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. / « Histoires de voir. La représentation du sida dans la photographie des années 1980-1990 »

15H : NICOLAS BALLET, chargé d’études et de recherche, Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), doctorant à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. / « « After Cease to Exist ». Le vertige des musiques industrielles »

15H30 : MARIE VICET, doctorante, Université Paris Ouest Nanterre La Défense / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. / « Le clip vidéo: un nouveau format de création pour les artistes? »

16H00 : Table Ronde avec KAREN KNORR, artiste et
MARTIN GUTTMANNartiste, du duo Clegg & Guttmann / discussion menée par l’historienne de la photographie Marion DUQUERROY

Image à la Une: Hergo, Sophie, série « Mythos », 1994, épreuve gélatino-argentique, Centre Pompidou, Musée national d’art moderne. Don de l’artiste, 2014

JE « Photographie et sculpture: de l’interaction à l’hybridation depuis 1960 » (13 avril 2016, Musée Rodin)

En lien avec l’exposition Entre sculpture et photographie, cette journée d’études propose d’aborder les alliances très fécondes qui se sont nouées entre ces deux médiums depuis la fin des années 1960, moment décisif de redéfinition et d’élargissement des catégories esthétiques traditionnelles. Si les relations entre photographie et sculpture ont fait l’objet de nombreuses publications et expositions, il s’agira de privilégier les usages conceptuels du médium photographique, qui ont contribué à une reformulation radicale de la notion de sculpture. Seront ainsi éclairées les préoccupations communes d’artistes dans l’élaboration d’une « sculpture photographique » témoignant des diverses modalités d’interaction entre ces deux vocabulaires formels, jusqu’à un processus d’hybridation les rendant indissociables.

Responsable scientifique 

Alexandre Quoi, Maître de conférences en histoire de l’art contemporain, Aix-Marseille Université, UMR Telemme-CNRS

Comité scientifique et de coordination

Michel Frizot, Historien de la photographie, commissaire de l’exposition « Entre sculpture et photographie »

Hélène Pinet, Chef du service de la Recherche, commissaire de l’exposition « Entre sculpture et photographie », en charge de la collection de photographies, Musée Rodin

Hélène Zanin, Chargée des colloques, service de la recherche, de la bibliothèque, des archives et de la documentation, Musée Rodin

PROGRAMME

9h 15 – 9h30 Accueil des auditeurs

9h30 Hélène Pinet, Musée Rodin

9h45 Michel Frizot, Historien de la photographie, commissaire de l’exposition « Entre sculpture et photographie »

1966-1970 : décidément « entre sculpture et photographie »

10H30 Alexandre Quoi, Aix-Marseille Université

Une photosculpture mise en scène, autour de Bruce Nauman, William Wegman et Robert Cumming

11h00 Pause

11h15 Alexander Streitberger, Université Catholique de Louvain

Une présence scénique. Les sculptures photographiques de Michael Kirby entre situation et théâtre

11h45 Discussion

14h00 – 14h15 Accueil des auditeurs

14h15 Giuliano Sergio, Accademia di Belle Arti d’Urbino

Giuseppe Penone : analyse du corps, formes du document

14h45 Marie Auger, Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Photographie et sculpture : une comparaison révélée par le format de l’exposition de 1970 à nos jours

15h15 Claire Kueny, Université Paris VIII Vincennes-Saint-Denis

Un idéal inter-média. L’ombre entre photographie et sculpture et vice-versa

16h15 Discussion suivie d’une pause

16h45 Mac Adams, State University of New York, College at Old Westbury

The narrative void

Mercredi 13 avril 2016 de 9 h 30 à 18 h 00, 21 boulevard des Invalides, 75007 Paris. Accessible aux personnes à mobilité réduite. Entrée libre, dans la limite des places disponibles. Ouverture des portes 15 minutes avant le début de la journée d’études

Image à la Une:  Mac Adams, Rabbit, Shadow-Sculpture, 2010, Paris © Galerie gb agency

JE : « La photographie comme arme », Photographie sociale et documentaire dans les années 30, (25 mars 2016, INHA)

Rendez-vous à 9h, à l’INHA, salle Vasari (1er étage)

Proposée par Christian Joschke et Clément Chéroux, coordonnée  avec le concours de Max Bonhomme (membre de l’ARIP), cette journée sera l’occasion de revenir sur l’implication des photographes dans les organisations communistes dans les années 1930, ainsi que sur les différents organes de diffusion (la revue Regards en particulier).

Résumé
L’engagement des photographes dans les structures de la gauche révolutionnaire des années 1930 est aujourd’hui encore une zone d’ombre de l’histoire de la photographie et de la presse illustrée. Pour de nombreux photographes, la photographie représentait pourtant le médium révolutionnaire par excellence. En travaillant pour la presse illustrée communiste (Regards, L’Humanité, Ce Soir) et en s’engageant dans l’ Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires (AEAR), ils défendaient une vision politique de leur activité, considérant la photographie comme une « arme de classe ».

Matin

Que sait-on des photographes de l’AEAR ?

9:00 Accueil

9:30 Clément Chéroux, Christian Joschke, Damarice Amao : Introduction

10:00 Simon Dell : Qu’est ce que l’AEAR aujourd’hui ?

10:30 Damarice Amao : Eli Lotar, un photographe engagé ?

11:00 Eva Verkest : La peinture en échec face à la photographie ? A propos de deux expositions de l’AEAR

11:30 Discussion

11:45 Pause

12:00 Patrice Allain : Le surréalisme et l’AEAR : champ-contrechamp

12:30 Nathalie Neumann : Willy Ronis – ses années caméléon entre avant-gardes et photographie traditionnelle

13:00 Pause déjeuner

Après-midi

Le magazine Regards et ses photographes

14:30 Clément Chéroux : Henri Cartier-Bresson, dans l’ombre de la maison brune

15:00 Valérie Vignaux : Georges Sadoul et le cinéma à Regards ou la photographie 24 images par seconde

15:30 Christian Joschke : Regards et l’AIZ : analyse d’un transfert culturel

16:00 Discussion et pause

16:30 Mathilde Esnault : De la photographie amateur à la photographie d’auteur : le magazine Regards et ses photographes

17:00 Maxime Courban : Le fonds iconographique de L’Humanité aux AD de Seine Saint-Denis

17:30 Dominique Versavel : Le fonds iconographique Ce Soir-L’Humanité de la BNF

18:00 – 18:30 Discussion finale

Cette journée d’études est organisée dans le cadre du projet « Captures du monde social. Photographies sociales et documentaires des années 1930 », mené conjointement par le HAR EA 4414 (Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense), le EPHA EA1040 (Université Paris 8) et le Centre Pompidou, dans le cadre du Labex Arts H2H.

Présentation du projet
Pour de nombreux photographes comme Claude Cahun, Eli Lotar, Pierre Jamet, Loré Krüger, Germaine Krull, Tracol, André Papillon, René Zuber, Henri Cartier-Bresson ou Willy Ronis, la photographie représentait pourtant le médium démocratique par excellence. Ces photographes travaillaient pour la presse illustrée communiste (Regards, L’Humanité, Ce Soir) et s’engagèrent dans l’Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires (AEAR) créée par Paul Vaillant-Couturier en 1932.

Par le biais de ces structures, dans les différents médias et au cours des différentes expositions organisées par l’AEAR, ils défendaient une vision politique de leur activité, considérant la photographie comme une « arme de classe ». Certains d’entre eux publièrent des appels aux amateurs et organisèrent des collectes d’images et des concours d’amateurs photographes ouvriers ; d’autres fondèrent bientôt les premières coopératives indépendantes de photographes.

Mais à glorifier la figure du photographe engagé, ne risque-t-on pas de tomber dans l’illusion biographique et de mettre au second plan l’action motrice des structures collectives ? A brosser l’idéal type de la culture visuelle communiste, ne risque-t-on pas non plus d’oblitérer les tensions tant esthétiques que politiques d’un mouvement aussi riche que contrasté ?