Archives par mot-clé : méthodologie

Compte-rendu de l’atelier du 10 mai 2016

Compte-rendu l’atelier de l’ARIP du 10 mai 2016

Une dizaine de personnes est présente lors de cette réunion qui se tient en salle Demargne. Nous accueillons Mathilde Redaud pour une présentation intitulée “Les archives inédites de l’ARPA : une source précieuse aux enjeux méthodologiques”.

Mathilde Redaud a achevé son Master à l’Université Bordeaux Montaigne et se propose de revenir sur les enjeux méthodologiques de son travail deux ans après sa soutenance et en vue d’un projet de thèse.

Sa présentation se développe selon trois axes :

  1. Présentation de l’association « Action et Recherche Photographique d’Aquitaine » (sa création, son ancrage dans un territoire, ses activités) et définition des enjeux de la recherche.
  2. Les difficultés matérielles qu’elle a rencontrées lorsqu’il a fallu se confronter aux archives de l’association (accès tardif, fonds saccagé, éléments prélevés par un des fondateurs et local partiellement squatté)
  3. Les choix opérés pour traiter ce fonds de documents (méthodes quantitatives, acceptation d’une forme d’arbitraire) et les résultats obtenus suite à l’interprétation des données.

***

  1. Présentation du sujet et des enjeux de recherche

L’ARPA est une association (loi 1901) fondée en avril 1978 à Bordeaux par quatre jeunes photographes passionnés, dont Jean-Marc Lacabe (futur directeur de la galerie du Château d’eau à Toulouse, à la suite de Dieuzaide en 2001). Elle se donne pour vocation première de diffuser de manière éducative la photographie à une échelle locale, et d’en défendre la valeur artistique dans un contexte national encore peu enclin à en faire la promotion au niveau des institutions culturelles.

Enjeux :

  • travailler, à partir d’un exemple local, sur le thème historique de la légitimation de la photographie par les institutions culturelles françaises ;
  • questionner la valeur artistique de la photographie, sa définition dans les années 1980, la notion d’auteur ;
  • rôle et position de l’ARPA dans le champ photographique émergent. Analyse de ses actions et leurs conséquences pour la photographie elle-même et le public aquitain ;
  • spécificités esthétiques, créatives et théoriques de l’ARPA en regard de son contexte ;
  • réception locale et nationale de la photographie et du projet associatif global de l’ARPA ;
  • raisons et formes de son déclin progressif à la fin des années 1980.
  1. Difficultés rencontrées

Les difficultés de cette étude ont été doubles relativement aux archives de l’association : un accès tardif et une mauvaise conservation.

Jean-Marc Lacabe, avec qui elle échange depuis le début de ses recherches, lui a mentionné l’existence d’un fonds d’archives de l’ARPA mais sans en préciser l’importance ni la localisation. Durant la première année de son Master et en l’absence de plus d’informations sur ce fonds, Mathilde Redaud n’a pas eu d’autre choix que de développer ses connaissances sur le contexte historique, esthétique et théorique de la photographie entre les années 1970 et 1990 en France.

Ce n’est que durant sa seconde année de master, en novembre 2013, qu’elle finit par accéder au fonds d’archives situé rue des Faures (Quartier Saint-Michel) à Bordeaux. (Il ne s’agit pas du lieu originel des actions de l’ARPA car en 1987, celle-ci connaît des difficultés financières et c’est alors que ses locaux sont déplacés au 2ème étage de cet immeuble). Avec l’aide de Jean-Marc Lacabe elle peut enfin pénétrer dans le local mais y trouve un fonds saccagé et menacé de destruction (en raison d’un projet immobilier de réhabilitation du bâtiment en logement social). De fait, Mathilde Redaud obtient l’autorisation de la mairie de se rendre sur les lieux, mais pendant la durée très limitée d’une semaine : temps extrêmement court pour traiter le fonds.

Face à cet état de conservation critique et l’urgence du traitement des données, la question suivante s’est posée : Quels choix opérer face à un fonds saccagé ? Qu’emporter ? Que laisser ? Qu’est-ce qui importe ?

Mathilde Redaud se laisse guider en partie par la subjectivité de Jean-Marc Lacabe mais souhaite établir ses propres critères de tri (ex : lui déconseille de prendre les coupures et dossiers de presse ; alors que le regard journalistique de l’époque est crucial pour mesurer la réception de l’ARPA durant cette période).

Elle choisit finalement de récupérer tout ce qui se rapproche des activités de l’association : expositions, rencontres, conférences, stages, workshops. De récupérer des documents de presse et administratifs en vue d’un dépôt aux Archives Municipales de Bordeaux. Après quoi, elle établit un classement de ces documents par nature :

  • documents de présentation de ses expositions
  • catalogues d’exposition
  • affiches d’exposition, flyers, cartons d’invitation aux vernissages, des cartes postales
  • contrats d’exposition
  • correspondances avec les photographes
  • cassettes audio
  • photographies, planches contacts et négatifs
  • compte-rendu de réunions, des rapports d’activités, des bilans financiers, des tableaux de comptabilité
  • correspondances avec les instances dirigeantes culturelles ou politiques, avec la presse, des entreprises privées…
  1. Quels choix pour quelle recherche ?

Après un classement par nature des documents une autre question s’est imposée : quelle méthode appliquer pour extraire de sources brutes la matière suffisante pour mener à bien le travail de recherche ?

Mathilde opte finalement pour :

-Le tri chronologique des documents en divisant en deux temporalités distinctes : 1980’s-1990’s.

-Le classement thématique : entre diffusion et éducation à la photographie. Elle distingue quatre thèmes : les expositions et rencontres/conférences ; l’apprentissage technique ; la réception de l’association ; l’associatif.

-L’analyse. Extraire de diverses sources suffisamment de matière pour problématiser l’objet étudié dans le but de construire un travail de recherche solide. Réalisation de documents de démonstration.

De l’interprétation des données il ressort de très nombreuses informations.

Concernant les sources liées aux expositions, aux rencontres et aux conférences. Elles nous apprennent que l’association connaît son apogée dans les années 1983 et 1985. Années correspondant à des expositions itinérantes de grande envergure que des institutions culturelles proposèrent à l’ARPA (Ministère Culture-Communication ; Fondation Le Corbusier, Centre Pompidou). Que la politique des expositions comprend un large programme allant de la présentation des grands maîtres de la photographie (Robert Demachy, Étienne Carjat, HCB, Édouard Boubat, R. Doisneau) à la création contemporaine (Plossu, Guibert, Mora, Nori, Fontcuberta, les Batho, Luigi Ghirri, Dieter Appelt). Ces expositions sont tantôt celles d’auteurs-photographes sous la forme de monographies, tantôt thématiques, mais abordent toutes les problématiques de l’acte photographique et de l’auteur.

Concernant les sources liées aux rencontres-débats et conférences. Elles nous renseignent sur la présence de grandes figures de l’institutionnalisation de la photographie telle Jean-François Chevrier, Gilles Mora, Jean-Claude Lemagny et Patrick Roegiers et sur la volonté de l’ARPA à proposer une réflexion sur l’image photographique dans un espace où peuvent se rencontrer les acteurs du champ photographique et le public.

Concernant les sources liées aux workshops, aux stages de photos et autres actions pédagogiques. Nous permettent d’approfondir et d’envisager l’ampleur du volet pédagogique de l’ARPA à la fois auprès des amateurs, mais aussi des milieux solaires (1982 : projet pilote d’animation dans une école primaire du Bouscat ensuite proposé aux établissements scolaires de la région).

L’étude de Matilde Redaud interroge également la réception de ces activités. Surnommée à l’époque le « sanctuaire de la photographie […] à Bordeaux » par Jean Eimer, l’ARPA bénéficiait d’une presse bienveillante qui soulignait l’impact de son action sur le milieu photographique local et, au-delà, sur la dynamique culturelle de la région.

Selon les rapports administratifs, l’une des raisons du déclin de l’association est en partie liée aux difficultés financières rencontrées. On note également une divergence croissante de conception de la photographie parmi ses membres fondateurs. Aujourd’hui, l’association n’est pas encore dissoute officiellement et Mathilde Redaud cherche à entériner le dépôt des archives auprès de l’administration des archives municipales de la ville de Bordeaux. Jean-Marc Lacabe, sans s’y opposer frontalement, se montre réticent ; un cas d’étude qui montre à quel point les archives sont des supports de mémoire, et que l’historien, en s’y confrontant, doit composer avec l’humain et des données sensibles.

Discussion

Première remarque. Félicitation pour le travail accompli et annonce : le processus dépôt légal des archives de l’ARPA est en état d’avancement. Le choix des expositions réalisées par l’ARPA se conforme à un modèle adopté en région : soit une rotation entre des expositions de photographes « historiques », de photographes contemporains français, et de photographes internationaux.

Deuxième remarque. Porte sur l’histoire officielle de l’institutionnalisation de la photographie et ceux révisionnistes qui sont en train d’émerger avec des travaux comme ceux de Mathilde. Il devient de plus en plus évident aujourd’hui que l’institutionnalisation et la patrimonialisation de la photographie n’a pas seulement été le fait d’une volonté politique émanant d’un pouvoir centralisé mais que celles-ci n’auraient pas pu advenir sans une multitude d’initiatives plus discrètes, de la part de passionnés qui ont œuvré dans le sillage des photo-clubs, en cherchant notamment à dépasser leurs travers corporatistes pour aller au devant du public.

Image à la Une: Vue des archives de l’association ARPA, 2013 © Mathilde Redaud

Atelier du chantier Photo/savoirs/critiques : 26 mai 2016

Pour relancer nos fructueux échanges en cette fin d‘année 2015-2016, nous vous proposons de participer à un nouvel atelier du chantier Photo/savoirs/critiques.

Rendez-vous
jeudi 26 mai, 18h-20h
salle CIRHAC
(INHA, 2 rue Vivienne, 75002)


Nous avons pensé cet atelier -comme le précédent- de manière très participative, nous vous remercions donc d’avance de bien vouloir vous inscrire ici.

L’atelier comportera deux volets.

Dans un premier temps, nous souhaitons aborder des questions méthodologiques : il s’agira pour chacun.e de présenter (de manière très libre et informelle) les questions et problèmes concrets qu’il/elle a en ce moment dans sa recherche (sous une forme courte, 5-10 min maximum), pour que nous puissions ensuite dialoguer ensemble sur ces questions et nous faire avancer mutuellement, en croisant les expériences et les points de vue.

La thématique est double -et fidèle à notre ligne directrice- : à la fois sur la méthodologie adoptée vis-à-vis des sources, et sur l’épistémologie du/de la chercheur.e par rapport à son sujet -une question que nous avions commencé à soulever dans notre appel à communication pour le JE du 7 décembre, et que nous souhaitons toujours développer.

Dans un deuxième temps, l’idée est aussi de réfléchir tou·te·s ensemble aux projets que nous souhaiterions mettre en place pour l’année 2016-2017, de manière collaborative et en envisageant l’alternance des prises d’initiatives et de responsabilité en ce qui concerne notamment les ateliers.
 
Merci d’avance de nous signaler votre intérêt et votre éventuelle présence lors de cette réunion de fin d’année.
N’hésitez pas également à apporter de quoi boire/manger pour que la discussion soit plus conviviale !
 

Au plaisir de vous retrouver pour cette occasion,

Le chantier Photo/Savoirs/Critique

_____
Image :
Augustus Sherman,
Ruthenian woman (Ellis Island portrait), vers 1906 (détail).
CC – source : http://publicdomainreview.org/collections/portraits-of-ellis-island-immigrants/

Nouvel atelier de l’ARIP : mardi 10 mai 2016 à 18h30

Chères et chers collègues,

Nous vous invitons chaleureusement le mardi 10 mai au septième atelier du cycle mené par l’Association de Recherche sur l’Image Photographique (ARIP).

Avec toujours comme objectifs de découvrir de nouveaux sujets de recherche et d’aborder des questions de méthodologie de la recherche en histoire de la photographie, dans un cadre bienveillant et participatif, nous aurons le plaisir d’accueillir Mathilde Redaud, qui viendra nous parler de son sujet de recherche de Master mené à Bordeaux III :

  • Les archives inédites de l’Association Action et Recherche Photographique d’Aquitaine (ARPA) : une source précieuse aux enjeux méthodologiques

À partir de 1978, l’association Action et Recherche Photographique d’Aquitaine (ARPA) diffuse la photographie et y sensibilise le public. Cette initiative locale est caractéristique du contexte culturel français des années 1970 et 1980 lequel est marqué par la légitimation institutionnelle de la photographie et par la constitution des bases du champ photographique français. Abandonnées au sein d’anciens locaux et menacées de destruction, les archives inédites de l’ARPA ont joué un rôle primordial dans la conduite de cette recherche. Quels choix opérer face à un fonds saccagé ? Quelle méthode appliquer pour extraire de sources brutes la matière suffisante pour mener à bien le travail de recherche?

Rendez-vous mardi 10 mai

18h30-20h30, Salle Demargne (rdc)

INHA (2, rue vivienne, Paris 2e)

Au plaisir de vous retrouver nombreuses et nombreux !

L’ARIP

Virag Boroczfy, Guillaume Blanc, Mathilde Kiener, Véra Léon, Sara Lo Porto, Anaïs Mauuarin

arip.contact@gmail.com

arip.hypotheses.org

L’ARIP reconduit pour la saison 2015-2016 un cycle de rendez­-vous. Ces ateliers mensuels ont un objectif double : ils seront d’une part l’occasion de d​écouvrir des sujets de recherche inédits en étude sur la photographie e​t d’autre part, ils permettront d’aborder et d’e​xplorer des questionnements méthodologiques soulevés par un travail de recherche en photographie,​ et auxquels se trouvent souvent confronté.e.s nombre de (jeunes) chercheur.e.s. dans ce domaine.

Légende de l’image à la une : photographie de l’exposition Roland Laboye, 5 février-1er mars 1980, 10×15 cm, © archives de l’ARPA, Bordeaux.

Atelier de l’ARIP : mercredi 16 mars (18h30, INHA)

Chères et chers collègues,

L’ARIP poursuit au premier semestre 2016 son cycle de rendez­-vous. Ces ateliers mensuels ont un objectif double : ils sont d’une part l’occasion de d​écouvrir des sujets de recherche inédits sur la photographie e​t d’autre part, ils permettent d’aborder et d’explorer des questionnements méthodologiques soulevés par un travail de recherche en photographie,​ et auxquels se trouvent souvent confronté.e.s nombre de (jeunes) chercheur.e.s. dans ce domaine.

Rendez-vous mercredi 16 mars

18h30-20h30, salle Demargne (RDC)

INHA, 2 rue Vivienne, Paris 2e

Nous aurons le plaisir d’accueillir Mathilde Kiener (CRAL – EHESS). Elle viendra nous présenter ses recherches concernant l’introduction de la photographie dans la publicité en France sous l’angle méthodologique suivant:

“Chronologie, corpus, problématique : quelles interdépendances ?”

L’introduction de la photographie dans la publicité en France est l’une des manifestations des mutations du statut de l’image dans les années 1920. La question récurrente des rôles respectifs du texte et de l’illustration dans la publicité est amplifiée et modifiée par l’usage de l’image argentique et ses hybridations qui la lient à de nouvelles conceptions de la typographie et de la page imprimée. Ces phénomènes s’intègrent dans un processus global : la médiatisation de la photographie, son utilisation au sein de la presse et de l’édition, c’est-à-dire son entrée dans la culture de masse.

Entre 1927 et 1935,  l’essor de la photographie dans le champ publicitaire se révèle par les multiples formes qu’elle prend dans les publications. La presse spécialisée – en particulier les magazines Arts et métiers Graphiques, Vendre, et La Publicité – commence à désigner cette pratique et à lui consacrer une critique spécifique.

Dans le processus d’écriture d’une histoire de la photographie publicitaire, les fonds monographiques restent encore aujourd’hui des sources privilégiées. Cependant, il est important de ne pas s’en tenir à quelques noms de photographes ou de studios connus ou oubliés. La photographie publicitaire étant conçue pour être diffusée, il peut s’avérer judicieux et nécessaire de centrer son étude sur ses supports de médiatisation, afin de préciser les enjeux culturels, économiques et techniques de son apparition.

Cette présentation sera l’occasion d’observer comment un tel parti pris détermine non seulement une chronologie, mais l’affinement du corpus, et par là, une redéfinition potentielle de la problématique.

Au plaisir de vous y retrouver nombreux!

Éditions Paul Martial, annonce presse, Arts et Métiers Graphiques, « Photographie », numéro spécial, 1931, p. 149

Éditions Paul Martial, annonce presse, Arts et Métiers Graphiques, «Photographie», numéro spécial, 1931, p. 149

Atelier de l’ARIP : jeudi 18 février (18h30, INHA)

Nous avons le plaisir de vous inviter à la quatrième séance des ateliers méthodologiques de l’ARIP (Association de recherche sur l’image photographique).

Rendez-vous JEUDI 18 février
18h30-20h30, salle Cirhac  (1er étage)
INHA, 2 rue Vivienne, Paris 2e

 

Cette séance, programmée à mi-parcours de l’année 2015-2016, aura pour but de faire le bilan, tou·te·s ensemble, des ateliers mensuels, et pourra être l’occasion d’évoquer autres activités menées au sein de l’ARIP.

Cette rencontre n’est pas soumise à un ordre du jour prédéfini : elle sera l’occasion pour chacun·e d’exprimer son avis, ses souhaits et ses envies pour la suite de l’année.

Venez faire part de vos suggestions, évoquer des projets que vous voudriez coordonner au sein de l’association, ou soulever des questions plus larges, partager une information ou une actualité (monde de la recherche, des expositions, etc.).

Pour rendre cette rencontre encore plus conviviale, vous êtes tou·te·s invité·e·s à amener des petites choses à boire ou à manger !

Au plaisir de vous retrouver nombreuses et nombreux !

L’ARIP
Marie Auger, Virag Boroczfy, Guillaume Blanc, Mathilde Kiener, Véra Léon, Sara Lo Porto, Anaïs Mauuarin

Image en tête :
Luigi Ghirri,
Marina di Ravenna, 1986, in Il profilo delle nuvole (1980-1992), in Paesaggio Italiano (1980-1992), C-print, vintage, 17,8 x 22,5 cm, Photothèque Bibliothèque Panizzi, Reggio d’Émilie, Italie.

© Eredi Ghirri