Archives par mot-clé : photographie sociale

JE : « L’INTERNATIONALE DE LA PHOTOGRAPHIE SOCIALE » (3 MARS 2017, INHA)

L’Internationale de la photographie sociale

Les réseaux transnationaux dans le Paris des années 1930

 

Lieu : INHA, Salle Vasari, premier étage

2, rue Vivienne, 75002 Paris

9h30 – 17h30

Organisé par Damarice Amao et Christian Joschke

L’arrivée d’une jeune génération de photographes venue de toute l’Europe a inscrit le Paris des années 1930 dans des réseaux internationaux de la photographie sociale. Aussi furent éditées, vues et discutées les productions visuelles de nombreux pays. Les photographes furent associés aux organisations culturelles de la gauche internationaliste et anticolonialiste, contribuant à faire de Paris tout à la fois une caisse de résonance des transformations du monde et un haut-lieu de débats sur les rapports entre les images et la politique.

Cette journée d’étude s’inscrit dans la suite de celle du 25 mars 2016 sur la « photographie comme arme de classe » et s’intéressera tout particulièrement aux circulations transnationales et aux transferts culturels dans la gauche des années 1930.

Télécharger ici le programme détaillé

Matin

9:30 Introduction : Damarice Amao & Gabrielle de la Selle

Modération : Bernard Lebrun

10:00 Gwenn Riou : Les théories soviétiques sur l’art en France dans les années 1930. Diffusion, réception, réadaptation.

10:30 Max Bonhomme : Le photomontage en France dans les années 1930, identités politiques et transferts culturels

11:00 Pause

Modération : Damarice Amao

11:15 Béla Albertini : The photo group of the Hungarian Munka-kör (Work-circle) 1930-1932

11:45 Fedora Parkmann : Aspects internationaux de la photographie sociale en Tchécoslovaquie

12:15 Karolina Lewandowska : Brassaï et la « sensibilité sociale »

12:45 pause

Après-midi

Modération : Françoise Denoyelle

14:00 Kerstin Meincke : Germaine Krull and the Media Configuration of « World Art »

14:30 Lorraine Audric : Devenir photographe. Gisèle Freund et le monde communiste dans les années 1930

Modération : Christian Joschke

14:45 Sarah Frioux-Salgas : La presse panafricaine anticolonialiste à Paris dans les années 1920-1930. Description d’un corpus

15:15 Julie Jones : Vers une image « authentique » de l’Afro-Américain ? Usage de la photographie documentaire dans la Negro Anthology (1934).

15:45 pause

Archives

16:00 Hendrik Ollivier : Les collections photographiques d’Amsab-Institut d’histoire sociale

16:30 Eric Lafon : La photographie sociale, amateur et professionnelle du Front populaire en banlieue. L’exemple de Marcel Cerf, France Demay, Jan Renard et anonyme

17:00 Conclusion

Cette journée d’étude est organisée dans le cadre du projet « Captures du monde social. Photographie sociale et documentaire des années 1930 », mené conjointement par le HAR EA 4414 (Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense), le EPHA EA1040 (Université Paris 8) et le Centre Pompidou. Elle bénéficie d’une aide de l’ANR au titre du programme Investissements d’avenir (ANR-10-LABX-80-01). 

Légende du visuel : Carlo Rim et Maximilien Vox, Tout est foutu, édité par VU, Paris, 23 avril 1932, p. 25.

JE : « La photographie comme arme », Photographie sociale et documentaire dans les années 30, (25 mars 2016, INHA)

Rendez-vous à 9h, à l’INHA, salle Vasari (1er étage)

Proposée par Christian Joschke et Clément Chéroux, coordonnée  avec le concours de Max Bonhomme (membre de l’ARIP), cette journée sera l’occasion de revenir sur l’implication des photographes dans les organisations communistes dans les années 1930, ainsi que sur les différents organes de diffusion (la revue Regards en particulier).

Résumé
L’engagement des photographes dans les structures de la gauche révolutionnaire des années 1930 est aujourd’hui encore une zone d’ombre de l’histoire de la photographie et de la presse illustrée. Pour de nombreux photographes, la photographie représentait pourtant le médium révolutionnaire par excellence. En travaillant pour la presse illustrée communiste (Regards, L’Humanité, Ce Soir) et en s’engageant dans l’ Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires (AEAR), ils défendaient une vision politique de leur activité, considérant la photographie comme une « arme de classe ».

Matin

Que sait-on des photographes de l’AEAR ?

9:00 Accueil

9:30 Clément Chéroux, Christian Joschke, Damarice Amao : Introduction

10:00 Simon Dell : Qu’est ce que l’AEAR aujourd’hui ?

10:30 Damarice Amao : Eli Lotar, un photographe engagé ?

11:00 Eva Verkest : La peinture en échec face à la photographie ? A propos de deux expositions de l’AEAR

11:30 Discussion

11:45 Pause

12:00 Patrice Allain : Le surréalisme et l’AEAR : champ-contrechamp

12:30 Nathalie Neumann : Willy Ronis – ses années caméléon entre avant-gardes et photographie traditionnelle

13:00 Pause déjeuner

Après-midi

Le magazine Regards et ses photographes

14:30 Clément Chéroux : Henri Cartier-Bresson, dans l’ombre de la maison brune

15:00 Valérie Vignaux : Georges Sadoul et le cinéma à Regards ou la photographie 24 images par seconde

15:30 Christian Joschke : Regards et l’AIZ : analyse d’un transfert culturel

16:00 Discussion et pause

16:30 Mathilde Esnault : De la photographie amateur à la photographie d’auteur : le magazine Regards et ses photographes

17:00 Maxime Courban : Le fonds iconographique de L’Humanité aux AD de Seine Saint-Denis

17:30 Dominique Versavel : Le fonds iconographique Ce Soir-L’Humanité de la BNF

18:00 – 18:30 Discussion finale

Cette journée d’études est organisée dans le cadre du projet « Captures du monde social. Photographies sociales et documentaires des années 1930 », mené conjointement par le HAR EA 4414 (Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense), le EPHA EA1040 (Université Paris 8) et le Centre Pompidou, dans le cadre du Labex Arts H2H.

Présentation du projet
Pour de nombreux photographes comme Claude Cahun, Eli Lotar, Pierre Jamet, Loré Krüger, Germaine Krull, Tracol, André Papillon, René Zuber, Henri Cartier-Bresson ou Willy Ronis, la photographie représentait pourtant le médium démocratique par excellence. Ces photographes travaillaient pour la presse illustrée communiste (Regards, L’Humanité, Ce Soir) et s’engagèrent dans l’Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires (AEAR) créée par Paul Vaillant-Couturier en 1932.

Par le biais de ces structures, dans les différents médias et au cours des différentes expositions organisées par l’AEAR, ils défendaient une vision politique de leur activité, considérant la photographie comme une « arme de classe ». Certains d’entre eux publièrent des appels aux amateurs et organisèrent des collectes d’images et des concours d’amateurs photographes ouvriers ; d’autres fondèrent bientôt les premières coopératives indépendantes de photographes.

Mais à glorifier la figure du photographe engagé, ne risque-t-on pas de tomber dans l’illusion biographique et de mettre au second plan l’action motrice des structures collectives ? A brosser l’idéal type de la culture visuelle communiste, ne risque-t-on pas non plus d’oblitérer les tensions tant esthétiques que politiques d’un mouvement aussi riche que contrasté ?