Archives par mot-clé : séminaire

Bureau de l’ARIP : le relais est passé !

Au cours de l’Assemblée Générale du 14 novembre 2016, les membre de l’ARIP ont élu un nouveau bureau, qui prend le relais du projet porté par Véra Léon, Guillaume Blanc, Anaïs Mauuarin, Virag Boroczfy, Mathilde Kiener, Marie Auger et Sara Lo Porto.

Le nouveau bureau est composé de :

Camille Balenieri, Max Bonhomme, Taous Dahmani, Amandine Gabriac, Morgane Hamon et Svitlana Kovalova

Bienvenue à la nouvelle équipe !!

De nombreux projets et de nouvelles envies ont aussi été largement discutés : les perspectives sont riches, et une nouvelle réunion aura lieu très bientôt !
Un compte rendu plus détaillé de l’Assemblée générale vous apprendra bientôt plus !

Image
Anna Atkins
, from Cyanotypes of British Algae (1843)

Appel à participation : Atelier de l’ARIP (2015-2016)

Appel à participation

Atelier mensuel de l’ARIP – 2015-2016

 

Au vu de l’intérêt qu’ont suscité les séminaires menés par l’Association de recherche sur l’image photographique l’an passé, l’ARIP reconduit un cycle de rendez-vous pour l’année 2015-2016. Elles prendront la forme d’ateliers mensuels avec un objectif double : ils seront d’une part l’occasion de découvrir des sujets de recherche inédits sur la photographie et d’autre part, ils permettront d’aborder et d’explorer des questionnements méthodologiques soulevés par un travail de recherche en photographie, et auxquels se trouvent souvent confronté·e·s nombre de (jeunes) chercheur·e·s. dans ce domaine.

Plus encore que l’année passée, ces ateliers veulent constituer un lieu participatif et bienveillant d’échanges horizontaux, avec comme enjeu essentiel de partager, voire de construire ensemble, des savoirs méthodologiques. Il ne s’agira en aucun cas de présentations académiques, du type conférence.

Chaque séance sera l’occasion de découvrir le travail d’un·e jeune chercheur·e à travers la présentation d’un problème méthodologique qu’il/elle rencontre ou a rencontré au cours de ses recherches. La forme des ateliers sera la suivante : une présentation du sujet de la recherche (5-10 min), puis une explicitation du problème méthodologique rencontré (10-15 min), et enfin une discussion ouverte avec les participant.e.s (40 min environ). Le but est que ces échanges fassent avancer non seulement la personne qui présente ses recherches, mais aussi, par ses résonances avec d’autres questionnements, toutes les personnes présentes.

Pour ce faire, une attention particulière sera portée aux sources utilisées pour la recherche. La projection d’exemples de sources est plus que recommandée durant la présentation, de manière à ce qu’elles soient au cœur de la réflexion et constituent une base pour la réflexion commune avec les personnes présentes. Il s’agira de présenter le projet de recherche en en montrant la genèse, les enjeux et les difficultés.

Les propositions feront donc état du problème méthodologique qu’elles souhaitent présenter, en lien avec les problématiques spécifiques aux études sur la photographie. Voici quelques questionnements que l’ARIP aimerait aborder durant cette année (liste non exhaustive) :

  • la constitution du corpus
  • la problématisation
  • la mise en place du plan
  • les méthodes abordées (quantitatives, …)
  • l’historiographie
  • la rédaction
  • l’engagement politique du jeune chercheur

Cet appel à participation s’adresse ainsi avant tout aux jeunes chercheur.e.s intéressé.e.s pour évoquer leurs questions de recherche, plutôt que leurs objets.

MODALITES DE SOUMISSION

Les jeunes chercheur·e·s de tous les champs disciplinaires rattachés aux humanités, aux arts et aux sciences sociales sont particulièrement encouragé·e·s à candidater. Les propositions de participation comprendront :

  • Nom et prénom de l’auteur·e / des auteur·e·s
  • Affiliation(s) et statut(s)
  • Titre de la proposition
  • Résumé présentant la thématique de recherche (10 lignes maximum)
  • Présentation du problème méthodologique abordé, et éventuellement des sources utilisées (20 lignes maximum)

Elles seront envoyées au plus tard le 30 octobre 2015 à l’adresse suivante : arip.contact[at]gmail.com

Les ateliers auront lieu chaque mois à l’Institut national d’histoire de l’art (INHA, 2, rue Vivienne, Paris). La première séance se déroulera fin novembre.

Image en-tête :
Jules Sylvestre, Ateliers P.L.M. à Oullins, à la fin du XIXe siècle, ca. 1890, tirage noir et blanc ; 15,5 x 23 cm, Bibliothèque municipale de Lyon / P0546 SA 19/13.

Compte-rendu de la Réunion de rentrée, le 23 septembre 2015

Réunion de rentrée

Environ 16 participants sont réunis, qui se présentent lors du tour de table.

1/ Présentation de l’ARIP

Mars 2014 – Elisa Baitelli, Helène Orain, membres de bureau de l’association, ont souhaité céder leur place pour écrire leurs thèses. Passation du flambeau.

Membres du bureau actuel : Guillaume Blanc, Véra Léon, Anaïs Mauuarin, Sara Lo Porto.

Credo se pense comme un lieu de dialogue et d’échange avant tout.

2/ Activités

De l’an dernier – l’an dernier avait été mis en place un séminaire où deux intervenants faisaient l’un après l’autre des présentations structurées de 30 minutes, suivies d’un échange avec l’auditoire composé de membres de l’ARIP et de gens de l’extérieur, universitaires de tous horizons, professionnels et curieux (qui intégraient le plus souvent l’association à cette occasion).

Nouvelle orientation – les retours critiques sur le déroulement de ce séminaire, depuis juin 2015, ont suscité l’envie de prendre une nouvelle orientation pour cette année.

Afin de retrouver une meilleure qualité d’échange, où le dialogue soit plus horizontal, nous avons choisi d’adopter une formule d’ateliers. Il s’agira de faire découvrir de nouveaux sujets de recherches, tout en mettant l’accent sur des questions méthodologiques transversales, parlant à tou.te.s. Chaque atelier comprendra a priori une ou deux participations.

Ils suivront le modèle suivant :

  • 10 minutes pour présenter la genèse de la recherche, son objet, ses sources.
  • 10 minutes pour exposer le.s problème.s rencontré.s (pb de sources, corpus, discours etc.).
  • 40 minutes d’échange avec l’auditoire

Double visée : d’une part, permettre à l’intervenant d’avancer et de trouver des solutions concrètes à ses problèmes méthodologiques ; d’autre part, permettre à d’autres personnes dans l’auditoire de trouver un écho à leurs propres problématiques de recherche.

Un appel à participation sera envoyé le 5 oct. au plus tard. Il sera bien précisé qu’il ne s’agit pas d’un exercice relevant d’une communication académique. Le but est de se « décomplexer » vis à vis des pierres d’achoppement rencontrées.

Les séances pourront éventuellement être enregistrées par qui le souhaite (en accord avec les intervenant.e.s) mais pour sa part, l’ARIP s’assurera uniquement d’un compte-rendu détaillé et publié par la suite sur le carnet de recherche de l’association.

Deux chantiers (à part des assemblées générales)

– « Photo/savoirs/Critiques » piloté par Véra Léon et Anaïs Mauuarin
https://arip.hypotheses.org/category/chantier-photosavoirscritiques

Une journée d’étude  « (Re)politiser les discours sur la photographie » est en cours de préparation au sein de ce chantier, et se tiendra le 7 décembre à Paris VII.
http://blog.apahau.org/appel-a-communication-repolitiser-les-discours-sur-la-photographie-repoliticizing-discourses-on-photography-paris-7-decembre-2015/

– « Import/Export. Aux sources du langage photographique » piloté par Marie Auger et Isabella Senuita
http://arip.hypotheses.org/chantiers/chantier-importexport

Ce chantier appelle à de nouvelles participations pour faire vivre la seconde moitié de son cycle d’entretiens publics. Il est possible aux personnes motivées de proposer d’elles-mêmes des intervenants autres que ceux présents sur la pré-liste en partage sur le Drive.
La partie réservée à la constitution d’un lexique est pour le moment en friche pour des raisons de temps d’investissement personnel. Il reste donc pour l’heure à terminer le cycle (finir les 7 entretiens) avant de se mettre en quête d’un éditeur.

Les possibilités au sein de l’ARIP :
-Trouver de l’aide au sein des réseaux de chercheurs et professionnels
-Proposer de nouvelles idées d’activités (créer et animer de nouveaux chantiers, co-organiser une journée d’étude, auditions blanches à la carte, relecture d’article, etc.)

3 / Présentation du  Carnet de recherche

Rentre dans les normes scientifiques du carnet de recherche et figure désormais sur la plate-forme scientifique Hypothèse. Est également syndiqué sur Culture Visuelle.

Chacun peut proposer soit un article soit un billet.
Rappel des modalités pour contribuer (http://arip.hypotheses.org/a-propos/contribuez) :

  • mode « billet », la relecture à trait le plus souvent à des remarques de formes.
  • mode « article » le relecture est plus approfondie et a trait à des remarques aussi bien de formes que de fond.

La relecture est dans tous les cas anonyme. Réception par Thierry Itaru qui anonymise les textes avant de les envoyer au comité de lecture qui se doit de suivre une charte.

A noter qu’il est possible également de relayer l’actualité des membres (ex : organisation de journée d’étude, communications, publications etc.)

4 / Autres mentions

– A partir d’aujourd’hui, possibilité tacite de manger pendant les réunions !
Faire un petit point avec projecteur pour faire comprendre le fonctionnement du Drive et des fichiers partagés à la prochaine réunion.
– Présentation du projet de colloque sur les années 1980 en partenariat avec le Centre Georges Pompidou.

Hommage à  Luce Abélès – chercheuse indépendante spécialiste de l’illustration du XIXe s. Collectionneuse par ailleurs, qui avait de fait une approche très matérielle de ses objets d’étude.

Félicitations à Guillaume Blanc, reçu ce jour même au poste de chargé d’études et de recherche de l’INHA.

NB : Report de l’élection du bureau en raison de l’absence de Véra et Anaïs.

*  *  *

Image :
Pieter Brueghel l’Ancien, Jeux d’enfants (1560). Huile sur bois exposée au Kunsthistorisches Museum, Vienne.

Réunion de rentrée de l’ARIP le 23 septembre 2015

Après le succès du séminaire de l’an dernier, l’Association de Recherche sur l’Image Photographique souhaite continuer sur sa lancée.

Nous vous invitons à la réunion de rentrée de l’ARIP le mercredi 23 septembre à 18h30 à l’INHA (Paris). Ces réunions sont ouvertes à tou·te·s les jeunes chercheur·e·s, du master au post-doc, venant de tous les horizons et de toutes les disciplines, ainsi qu’aux professionnel·le·s du monde de la photographie.

Cette réunion sera l’occasion d’actualiser les buts et les enjeux de l’association, qui reposent sur la mutualisation des recherches et des expériences concernant l’image photographique. Nous ferons le point de ce qui est déjà concrètement en place (carnet en ligne, chantiers de recherche..) et sur tout ce que l’association peut apporter à chacun d’entre nous (bienveillance, dialogue, circulation des informations, soutien dans la recherche, etc).

Il s’agira également de construire ensemble le projet commun pour cette année. Un temps sera consacré à l’appel à participation que lancera l’association : nous vous invitons à lire ici un document de travail, et à y réfléchir, afin que nous l’améliorions grâce aux apports de tout·e·s. A travers cet appel, il s’agit d’élaborer ensemble un projet commun pour l’année à venir.

Dans un dernier temps, nous aborderons la question de l’équipe qui se portera volontaire pour porter ce projet. Toutes les personnes intéressées pourront se présenter et faire part de leur motivation.

Au plaisir de vous retrouver nombreux·ses.

mercredi 23 septembre 2015
18h30-20h30, salle Cirhac (1er étage)

INHA, 2 rue Vivienne, Paris 2e

 

Image en Une :
Classe de filles, Ecole d’Hellemmes (Nord), circ. 1900, Archives Départementales du Nord

Compte-rendu de l’Assemblée générale, du 2 juin 2015

La réunion commence à 18h à l’INHA et réunit environ vingt-cinq personnes. Après la présentation d’Amandine Servais : « L’histoire et ses marges: les récits photographiques d’Arlette Farge » et un moment de retours et d’échange sur ce sujet (qui fera l’objet d’un autre compte-rendu), l’Assemblée Générale commence vers 19h.

La discussion s’ouvre autour de l’idée d’une modification de la forme adoptée pour le rendez-vous mensuel de l’Arip :

> sommes-nous satisfaits par le format séminaire, traité de manière classique, académique ?
> ne devrions-nous pas penser une rencontre plus participative sur le mode du workshop ?

Un tour de table est lancée, et de manière générale deux aspects sont soulevés :
1/ Le séminaire est perçu comme l’opportunité de découvrir des recherches auxquelles nous n’aurions pas accès autrement, et cet aspect se doit d’être préservé.
2/ Cependant, le format de présentation est jugé trop formel par plusieurs membres, qui attendent notamment des séances plus de réflexivité sur le processus de recherche lui-même, autour de problématiques méthodologiques, de façon à ce que cela rentre davantage en résonance avec leur propre travail.

A/ QUEL GENRE DE REUNION METTRE EN PLACE ?

Retours sur la forme séminaire telle qu’elle était adoptée cette année :

– le temps de dialogue réservé après chaque présentation a souvent généré des frustrations : deux heures ne semblent pas suffisantes (pour deux présentations) afin de développer et d’instaurer l’échange souhaité, considérant le potentiel de celui-ci, et le besoin d’un temps de distanciation et de mise en confiance pour que chacun puisse s’investir.

– l’horaire de 18h pose problème pour les personnes qui travaillent, et semble exclure de nombreux·se·s participant·e·s potentiel·le·s. Il est suggéré de démarrer les séances à 18h30.

– pour enrichir le dialogue, l’intervenant·e pourrait proposer des lectures préalables (extrait de textes, bibliographie). Mais cela suppose un travail en amont qu’on ne peut strictement exiger.

– en fin de séance, nous pourrions échanger plus longuement et librement autour d’un pot (avec une participation au chapeau).

> Est proposée l’organisation de workshops ou ateliers autour d’une problématique méthodologique. Proposition qui suscite beaucoup de débats.

Pour combiner séminaire et workshop, il a été évoqué plusieurs solutions :

– remplacer le séminaire par une journée d’étude. Cette idée est rejetée par certains : préférant un rendez-vous régulier plutôt qu’unique, trop dense et souvent peu cohérent, l’organisation d’une telle journée serait difficile à assumer par le bureau, et il est difficile pour certain·e·s d’être libre une journée entière. L’organisation de deux rendez-vous par an d’un après-midi est évoquée.

– associer une présentation de type séminaire et un workshop méthodologique au sein d’une même séance.

– alterner entre workshop et séminaire un mois sur deux

Sans qu’une décision soit prise quant à la forme des réunions de l’année prochaine, plusieurs conseils sont évoqués pour l’organisation générale :

– afin de mettre à exécution les workshops il serait nécessaire d’en définir des règles précises. Cela soulève notamment la question de l’appel à communication : quelle forme celui-ci doit-il prendre ? Plus délicat qu’une simple proposition de présentation de recherche, il doit être clair aux yeux de l’intervenant·e et suppose de s’entendre au préalable sur des problématiques communes.

– idée de nommer un·e modérateur/trice par séance. Qu’il s’agisse d’un séminaire ou d’un workshop, celui-ci engagerait des points de rencontre entre les membres, au regard des spécialités de chacun. En offrant l’opportunité à celles et ceux qui le souhaitent de se soumettre à l’exercice du modérateur, cette idée correspondrait bien à la mission de formation de l’ARIP. Le rôle restera toutefois à mieux définir une fois la forme des réunions décidées.

B/ ORGANISATION et CALENDRIER

L’élection du bureau est reportée à la prochaine réunion exceptionnelle qui se tiendra en juin, voire à la réunion de septembre. Les membres actuels ont malgré tout exprimé leur souhait de continuer, et une composition de cinq membres semble satisfaisante.

L’appel à communication ou participation pour l’année 2015-2016 devra commencé à être écrit dans l’été (par les membres du bureau et de l’ARIP), mais ne devra être finalisé qu’à la rentrée par le bureau élu. Il pourra fait l’objet d’une discussion en réunion avant d’être lancé à la rentrée.

Une réunion des membres est prévue avant les congés universitaires. Elle devra permettre de choisir la nouvelle forme de réunions, séminaires, workshops.
Elle sera aussi l’occasion de traiter les sujets non abordés : les éventuels partenariats avec d’autres institutions et jeunes chercheurs, l’articulation des chantiers au sein de l’instance globale de l’association, etc.

Il avait également été proposé d’échanger autour de la question des financements, des contrats doctoraux, des bourses de thèse… nous espérons que la prochaine réunion en sera l’occasion.

Image : Gunjan Vaishnav, Group discussion
https://www.flickr.com/photos/gunjanvaishnav/