Archives par mot-clé : théorie

6e atelier méthodologique : la photographie de mode et la « post-photographie »

Le mardi 13 juin aura lieu le 6e atelier méthodologique de l’ARIP.
Nous aurons le plaisir d’accueillir Marlène Van de Casteele (Université Lumière LYON 2) et Julie Martin (Université Toulouse Jean Jaurès).

 

Marlène Van de Casteele :  « La photographie de mode, une approche multi-méthodologique. »

Résumé : La photographie de mode cristallise en elle les tensions existantes au cœur du système de valeurs de la culture. Perçue comme une ressource documentaire, testimoniale et promotionnelle au service de la mode, avant d’être considérée comme un mode de représentation et un objet d’études scientifiques, elle constitue un phénomène culturel à la rencontre du high et du low. De ce fait, n’est-elle pas un médium manifeste venu remettre en question les champs disciplinaires ? Relayant une histoire de la mode et du genre, une histoire esthétique et sociale, une histoire des techniques, elle s’inscrit dans une pluralité de la pensée et non seulement dans une histoire de la photographie. Afin d’analyser les spécificités de la photographie de mode et de révéler la complexité du processus de conversion d’une image de mode commerciale en un objet esthétique décontextualisé, ne semble-t-il pas plus approprié d’adopter une approche multi-méthodologique ? La photographie de mode appelle en effet à une variété d’approches extraites de différentes disciplines (Fashion Studies, Cultural Studies, Visual Studies, Museum Studies, Exhibitions Studies et études matérielles) pour déterminer les diverses spécificités de production, de collecte d’images de mode au sein des institutions muséales françaises et de sa finalité, l’exposition.

Julie Martin, « Post-médium, post-internet, post-photographie, post documentaire. Un champ d’étude qualifié en post : des étiquettes neutralisantes ou des concepts prometteurs ? »

Résumé : Le contexte artistique et photographique actuel est fréquemment qualifié en post : post-médium, post-photographique, post-internet, post-documentaire. Ces termes sont couramment convoqués par les commissaires d’exposition et les critiques d’art pour identifier et singulariser certaines démarches artistiques.
Cependant, nous nous demandons actuellement comment recourir, dans une recherche universitaire, à ces jeunes notions pour certaines encore peu théorisées. Si le préfixe post désigne une succession, après quoi se situe-t-on ? Le concept de post-média a été commenté et largement analysé (Guattari, Krauss, Manovich), peut-on considérer que les concepts de post-internet et post-photographique constituent des ramifications de cette réflexion ? Les démarches artistiques ainsi désignées ne couvrent-elles pas un champ si hétérogène que le concept devient inopérant ?
Plutôt qu’à un usage classificatoire ne pourrait-on pas avoir recours à ces termes dans une visée plus analytique ? Plutôt que de critères typologiques ne s’agirait-il pas plutôt d’en faire des outils d’étude des œuvres ?

Rendez-vous le mardi 13 juin en salle CIRHAC
de 18h à 20h à l’INHA
2 rue Vivienne, 75002 Paris

Nous vous invitons à ramener de quoi boire et/ou grignoter pour plus de convivialité.

Atelier de l’ARIP : Théorie et méthodologie des études photographiques – 13 décembre, INHA

Ateliers méthodologiques de l’ARIP

Séance 1 : Méthode et théorie en photographie

Mardi 13 décembre 2016, 18h30 – 20h30

INHA, salle 112

L’ARIP vous convie à la séance inaugurale de son cycle d’ateliers méthodologiques 2016-2017. Cette première séance vise à interroger les rapports entre théorie et méthode dans le champ des études photographiques. Plusieurs questions seront posées : quelles sont les théories historiques de la photographie, et comment ont-elles évolué jusqu’à aujourd’hui ? Quelle relation entretiennent-elles désormais avec les nouveaux modes de lecture des images, notamment les visual, cultural ou encore gender studies ? Ces théories peuvent-elles avoir valeur de méthodologie pour les chercheurs en histoire de la photographie ? Cette combinatoire disciplinaire, qui croise les approches pour tenter de saisir au mieux l’objet photographique, sera au cœur de notre réflexion. Celle-ci s’appuiera notamment sur une lecture critique du dossier intitulé « Que dit la théorie de la photographie ? » dans le dernier numéro de la revue Études photographiques : https://etudesphotographiques.revues.org/index.html

En France, les études photographiques constituent un champ relativement bien établi. Envisagé principalement comme un sous-domaine de l’histoire de l’art, l’histoire de la photographie a pu se nourrir dès les années 1980 d’importants apports théoriques, de la sociologie (dès les études pionnières de Bourdieu), à la sémiologie (Barthes), en passant par de nombreuses investigations philosophiques (voir à ce sujet le dernier numéro d’Etudes photographiques). Aujourd’hui, il ne s’agit plus de défendre l’importance d’un medium longtemps considéré comme le parent pauvre de l’art. Les approches théoriques élaborées dans les années 1970-1980 étaient encore marquées du sceau de cette quête de légitimité, conduisant à une vision excessivement essentialiste du médium (la théorie de l’index) au dépens d’une analyse des usages sociaux de l’image, ancrée dans l’histoire.

Un renouvellement des approches est déjà sensible, sous l’influence des « savoirs situés » anglo-saxons (cultural studies, visual studies, gender studies, postcolonial studies, etc.) qui tentent de dépasser la neutralité axiologique souvent présentée comme le seul horizon possible dans la recherche historique. Parallèlement, la discipline historique elle-même a renouvelé ses méthodes : prosopographie, méthodes quantitatives, iconographie politique, etc. Les études photographiques se situent à l’intersection de ces différentes approches, reflétant la diversité des pratiques photographiques elles-mêmes.

Pour ce premier atelier, nous vous invitons donc à réfléchir ensemble, de manière ouverte et conviviale, à l’articulation entre théorie et méthodologie, de manière à voir comment, outre la revendication d’un certain ancrage théorique, se met en place concrètement le travail de recherche. Nous espérons pouvoir ainsi poser ensemble des bases de discussion pour la série d’ateliers de méthodologie que l’ARIP organise à partir de janvier 2017.

Illustration : Illustration of « portable » camera obscura in Kircher’s Ars Magna Lucis Et Umbra (1646)