Archives par mot-clé : times

Compte-rendu de l’atelier du 5 avril 2016

 

Une quinzaine de personnes sont présentes lors de cette réunion qui se tient à la salle du CIRHAC.

 

Letters to the Editors et archives des mouvements antiguerre – Retracer l’origine de la thèse de l’influence des médias et des icônes pendant la guerre du Vietnam

Camille Rouquet (Paris VII – UFR d’études anglophones)

 

Intervention

 

Camille Rouquet est en troisième année de thèse à Paris VII, à l’UFR d’études anglophones, qui regroupe un certain nombre de spécialités, notamment celles des arts et de la culture visuelle des pays anglophones. Elle s’intéresse plus précisément à l’histoire du photojournalisme, et à son influence sur la société américaine durant la guerre du Vietnam.

A la base de sa recherche de doctorat se trouve le concept d’ «  icône photographique » qu’elle circonscrit de la sorte :

  • une image universelle, connue de tous,
  • détachée de son contexte journalistique et/ou artistique,
  • de fait, réutilisable hors de son contexte d’origine, à des fins détournées,
  • avec un fort contenu émotionnel et symbolique.

A partir des années 1930, certaines photographies commencent à prendre une place considérable dans la culture visuelle américaine, caractérisée par un goût prononcé pour le sensationnalisme sous toutes ses formes. Mais c’est surtout dans les années 1960, avec l’avènement du photojournalisme comme catégorie indépendante et la multiplication des magazines illustrées (dont Life et le New York Times sont les revues les plus prolifiques) que se met en place un processus d’ « iconification ». Le développement des techniques de transmission des images facilite aussi ce processus : il y a une nouvelle « immédiateté » qui prend toute son importance au moment de la guerre du Vietnam (plus encore que lors de la Seconde Guerre mondiale ou durant la guerre de Corée). Les images passent très rapidement du front jusque dans les kiosques américains. On commence alors à penser qu’elles tiennent un rôle central dans les changements d’opinion du public américain et qu’elles deviennent une arme essentielle dans le discours des mouvements antiguerre.

Chez les historiens, la théorie d’influence des médias est déjà présente chez Edmund Burke à la fin de XVIIIe siècle. L’idée de la presse comme un quatrième pouvoir s’impose progressivement durant la première partie du XXe siècle, et trouve d’ailleurs un écho dans la culture américaine (et notamment dans certaines œuvres cinématographiques comme Citizen Kane, d’Orson Welles). De là, le pouvoir des médias s’est transmis aux images médiatiques. Dès lors, beaucoup d’historiens considèrent que les médias fournissent et orientent l’opinion publique, et imposent finalement la thèse selon laquelle elles ont mis fin à la guerre du Vietnam. C’est une idée séduisante et très partagée (encore de nos jours), mais qui n’a jamais vraiment pu être prouvée. D’ailleurs, à partir des années 1990, plusieurs historiens s’inscrivent en rupture avec ces théories « pro-influence » : si les médias peuvent avoir un impact sur le contenu de l’information diffusée, leur influence véritable sur l’opinion publique est bien moindre. Elle reste d’ailleurs très difficile, voire impossible, à mesurer si l’on prend en compte le peu de données statistiques existantes (du moins dans les années 1960-70).

La problématique alors développée  dans ce travail de doctorat est la suivante : au vu des arguments des historiens « anti-influence » et de l’existence de nombreux facteurs sociaux, comment se fait-il que se perpétue l’idée d’une influence de la presse, et plus particulièrement, de l’influence des « icônes photographiques » dans la fin de la guerre du Vietnam ?

Pour désamorcer cette problématique, dont l’écho contemporain est encore très fort, Camille Rouquet décide d’appuyer sa réflexion sur un corpus prédéfini, à savoir quatre icônes photographiques qui ont marqué la chronologie de la guerre du Vietnam :

  • 1963 : The Burning Monk (Immolation d’un moine bouddhiste à Saigon) par Malcolm Browne ;
  • 1968 : Execution of a Vietcong (Execution d’un Viet-Cong à Saigon) par Edward Adams ;
  • 1970 : Kent State Shootings (Fusillade à l’université d’Etat de Kent) par John Filo,
  • 1972 : Little girl burned by napalm (Petite fille brûlée au napalm) par Nick Ut.

A cela, en fonction des résultats obtenus, elle décidera d’ajouter, ou non, quelques photographies du massacre de Mỹ Lai (1968-9).

A partir de ce bref corpus, le but est d’étudier le discours « pro-influence » des historiens, et de voir de quelle manière les icônes y participent, comme métonymie du rôle de la presse. Les premiers arguments de pro-influence sont d’ailleurs simples : sensationnalisme des images, permanence dans une culture visuelle américaine, correspondance chronologique avec les premiers mouvements de contestation publique à l’encontre de la guerre. Cependant, ils oublient un certain nombre de facteurs importants : le fort devoir d’objectivité de la presse, la longueur générale du conflit, le très grand nombre de victimes civiles et militaires, etc.

Le corpus bibliographique à la base de ces études sur l’influence des photographies journalistiques durant la guerre du Vietnam se compose de sept rubriques :

  • histoire de la photographie,
  • histoire de la photographie de guerre,
  • histoire de la guerre du Vietnam,
  • étude des médias et de la communication,
  • étude de l’héritage (legacy en anglais, qui recoupe un sens plus large),
  • écrits des journalistes,
  • écrits et discours des figures publiques (en particulier ceux des hommes politiques et militaires).

D’ailleurs cette dernière rubrique participe beaucoup, dans l’imaginaire social, aux théories « pro-influence », les politiques ayant développé une certaine paranoïa envers les journalistes. Ils voient en eux des contestataires systématiques, les révélateurs de secrets bien gardés, qui s’opposeront naturellement, quoi qu’il se passe, à la vision positive du conflit qu’ils essayent d’instaurer. Malgré la volonté de ne pas prendre parti, de ne se faire que le relais d’une information libre, les médias pâtissent de cette réputation souvent à la base du discours « pro-influence ». Mais, encore une fois, c’est oublier l’existence d’autres facteurs essentiels ;  et il faut attendre les années 1990 pour que l’on s’y intéresse de plus près. La nouvelle de la prise de Saigon a un effet chaotique sur l’opinion publique, bien plus que les images relayées à ce moment-là.

Mais l’opinion publique est souvent bancale, difficile à comprendre. Son fonctionnement reste complexe et les sondages qui tentent de la décortiquer sont peu légitimes, très peu fiables. D’ailleurs, les penseurs « pro-influence » s’en remettent rarement à ces données statistiques préférant arguer d’une logique « l’acceptation universelle » qui reste difficile à contredire, tant elle est profondément inscrite dans les discours depuis les années 1960. Les années 1990-2000 verront alors nombre d’historiens balayer ces théories s’intéressant à des données plus ponctuelles.

 

Ainsi, le travail de doctorat veut procéder en deux temps :

I/- Comment s’est formé le discours « pro-influence » ?

II/- Quels sont les facteurs historico-sociaux qui permettent d’expliquer, autrement que par la diffusion de ces images, les grands changements de l’opinion publique ?

 

Pour répondre à cette seconde interrogation qui nous intéresse plus particulièrement d’un point de vue méthodologique, l’étude va s’appuyer sur quatre sources :

  • la couverture de la guerre par les médias (1),
  • le courrier des lecteurs reçu et publié par les rédacteurs (2),
  • les documents produits par les mouvements antiguerre (3),
  • les manuels scolaires (4).

Un premier biais est tout de suite évoqué : la très grande quantité et disparité de documents à étudier. Mais revenons point par point sur les difficultés méthodologiques spécifiques à  chaque source.

 

1. Couverture de la guerre par les médias

Un premier choix est de s’intéresser à une opinion publique générale et nationale (et donc à laisser de côté les publications locales. Ainsi, le corpus se compose de :

  • 5 quotidiens nationaux, à grand tirage, et aux tendances politiques variées (le New York Times et le Wall Street Journal plutôt libéraux, le Los Angeles Times et le Chicago Tribune plutôt conservateur et enfin le Washington Post réputé indépendant)
  • 3 hebdomadaires (Times et Life pro-guerre jusqu’en 1966-67 puis anti-guerre, Newsweek plutôt conservateur)

Les dates de la guerre sont très variables (1961-1975, le plus souvent), mais la première icône photographique est réalisée en 1963. Cela fait beaucoup de pages à  lire du point de vue quantitatif. Camille Rouquet a cherché à procéder de plusieurs manières différentes en fonction des journaux étudiés :

  • pour les publications en ligne, recherches par mots-clés pour voir la façon dont ces mots sont utilisés (monk, Viêt-Cong, exécution, guérilla, Saïgon, etc.),
  • recherche sur la plateforme Proquest en ligne,
  • recherche sur googlebooks pour les revues disponibles (Life Magazine par exemple),
  • Recherche en ligne plus difficile pour certains journaux plus conservateurs (Times et Newsweek qui se font par microfilm).

Malgré cela, le travail de recherche est bien trop lourd et ne peut prétendre à l’exhaustivité. Donc, il faut tenter de réduire la recherche à des moments-clés pour diminuer les champs, les intervalles temporels.

 

2. Courrier des lecteurs reçu et publié par les rédacteurs

C’est une partie très lourde qu’il va falloir circonscrire plus clairement pour réduire les champs d’études. L’attention est portée sur le texte et la visibilité de l’icône, son impact sur le grand public. L’intérêt des courriers consiste en la déclaration volontaire d’une opinion de la part de quelqu’un d’intéressé et réactif. Cependant, il faut bien avoir en tête que :

  • Cela ne vaut pas un sondage d’opinion, qui ne sont d’ailleurs pas très précis à l’époque (questions très suggestives, peu de variétés dans les échantillons, etc.) ;
  • Il y a un travail de sélection par les rédacteurs (biais : orientation des avis, nombre d’auteurs restreints, mais aux opinions marquées) ;

Cela donne tout de même à voir une certaine variété d’opinion qui participe à la construction de l’icône.

D’un point de vue quantitatif, ce travail de lecture est bien trop fastidieux :

  • lire en entier toutes les lettres est impossible (particulièrement avec la mise en page de l’époque) ;
  • grande difficulté, voire impossibilité, d’effectuer des recherches par mots-clés ;
  • une lecture très attentive est nécessaire pour bien saisir certaines opinions parfois peu évidentes à saisir ;
  • la grande variété des sujets abordés fait que les lettres d’un même numéro n’abordent pas forcément le même sujet.

Dès lors, Camille Rouquet a mis en place une certaine méthodologie d’action :

  • une recherche aléatoire par mots-clés faisant référence aux icônes étudiées (fastidieux et sans trop d’espoir),
  • un travail approfondi sur le corpus de lettres publiées dans un intervalle de deux mois après les événements photographiés (après, l’effet de choc semble passé),
  • recherche par intervalle aléatoire en fonction des moments-clés de la vie politique et sociale.

Cela étant dit, afin de traiter ces données le plus objectivement possible, il faut rassembler pour chaque lecteur les informations suivantes : position affichée, nationalité, emploi, rapport à l’événement en question, etc.

3. Les documents produits par les mouvements anti-guerre

L’intérêt pour l’étude de ce domaine est très grand, étant donné qu’il s’agit du reliquat des propos anti-guerre. Il y a certes moins de publications à lire, mais elles sont terriblement difficiles à retrouver. Leur usage médiatique à fort impact était souvent éphémère. On distingue ainsi trois sources de documents :

  • Les étudiants anti-guerre,
  • Les associations de vétérans,
  • La presse underground (simple, court, mais très irrégulier ; archives consultables à Berkeley).

De prime abord on peut observer un fort contraste avec ce qui est diffusé dans la presse officielle. Et on rencontre les mêmes séries de difficultés, cette fois-ci accrues : comment déterminer l’impact véritable sur l’opinion publique ? Qui avait accès à ces images ?

D’un point de vue logistique, cela donne encore de lourds volumes à étudier, mais les images sautent rapidement aux yeux.

 

4. Les manuels scolaires

Si le matériel semble très riche, il en est d’autant plus difficile à analyser. Il n’est pas directement représentatif des opinions de l’époque étant donné que les icônes sont assimilées plus tardivement (à partir des années 1980).  Cependant, ils marquent un acte conscient d’iconification, l’intégrant pleinement au processus d’éducation, en en faisant un objet de mémoire.

 

Conclusion

Au-delà de l’ensemble des problèmes méthodologiques évoqués ci-dessus, il faut bien comprendre certains points :

  • ce travail de recherche est une sorte d’archéologie des icônes (destinées à comprendre la manière dont elles ont acquis ce statut puis leur influence) qui nécessite de se poser certaines limites (c’est-à-dire savoir quand l’icône influence ou quand elle est influencée) ;
  • il y a une véritable asymétrie dans la représentativité des sources ;
  • enfin, les icônes n’ont pas la visibilité que l’on pense (les théories « pro-influence » vont chercher leur justification ailleurs).

 

Discussion

 

Première remarque

Plus que des visual studies, il semble que cette recherche soit surtout une étude du discours qu’elles engendrent : elle s’appuie moins sur les images et leur composition, que sur leur réception critique. En effet, l’étude en cours ne s’intéresse pas au potentiel rhétorique des images (thèse de Hariman et Lucaites dans No Caption Needed, 2007), mais considère l’image en tant qu’objet prédéfini comme icône. L’explicitation de son pouvoir visuel n’est pas l’élément premier de cette recherche, mais seulement son statut de justificatif potentiel d’un discours pro-influence.

Deuxième remarque

De quelle manière a été défini ce corpus iconique restreint ?  De fait, avec le recul des années, ces quatre images sont les plus emblématiques du conflit vietnamien, celles qui sont le plus ancrées dans la conscience collective. Elles ont été récompensées par de nombreux prix (comme le Pulitzer) au moment de leur parution. Pour les jeunes générations, ce sont les seules images qui demeurent véritablement du conflit (parfois grâce aux manuels scolaires, souvent grâce à l’historiographie générale) : les autres ont été presqu’oubliées.

Troisième remarque

Au sujet du pouvoir des icônes, un parallèle est dressé avec les images de propagande utilisées notamment en Allemagne dans les années 1930 ; les historiens, là aussi, ont été amené dans l’historiographie récente à relativiser largement ce pouvoir, en faisant notamment appel à d’autres types de justifications socio-économiques. Si elles provoquent des réactions multiples (discours, etc.), les images ne poussent pas à l’action, du moins dans la majorité des cas. L’icône, aussi forte soit-elle, n’entraine pas forcément, au-delà du choc premier de l’image, un changement de comportement, d’opinion. Elles se banalisent d’ailleurs très vite.

Quatrième remarque

Concernant la remise en cause de la déontologie journalistique, du devoir de neutralité des organes de presse étudiés (notamment par les politiciens), à quel point ces accusations sont-elles fondées ? Il est vrai qu’il y a une dimension économique dans les images choisies : elles étaient la plupart du temps transmises par une agence photographique (Associated Press), et les journaux faisaient leur choix selon ce qui serait le plus vendeur (et non en fonction de leur coût). C’est un des enjeux du photojournalisme : il faut qu’une image marque les esprits. Bien entendu, la renommée d’une agence, d’un photographe sont aussi des facteurs qui sont à prendre en compte.

Cinquième remarque

Quantitativement, est-il possible de voir les images qui ont eu le plus d’impact (par leur diffusion par exemple) ? Les chiffres sont plus ou moins disponibles ; cependant, il est difficile (voire impossible) de tout voir. C’est pour cela que ce travail de recherche se focalise sur les effets tangibles sur l’opinion publique (lettres des lecteurs, sondages, etc.) afin de dégager une tendance générale. En quelque sorte, l’objectif est d’étudier l’écho d’une image à partir de sa première publication : combien de fois a-t-elle été reprise ? Par quels journaux ? Avec quels commentaires, quelles légendes ? C’est pourquoi, pour mieux circonscrire cet écho, l’étude s’intéresse aux publications du courrier des lecteurs sur une période d’une semaine avant la publication et deux mois après.

Légende de l'image en Une : Titre de section quotidienne des lettres au rédacteur, New York Times, © The New York Times Company, février 1968.

Prochain atelier de l’ARIP : mardi 5 avril (18h30, INHA)

L’ARIP poursuit au premier semestre 2016 son cycle de rendez­-vous.

Ces ateliers mensuels ont un objectif double : ils sont d’une part l’occasion de d​écouvrir des sujets de recherche inédits sur la photographie e​t d’autre part, ils permettent d’aborder et d’explorer des questionnements méthodologiques soulevés par un travail de recherche en photographie,​ et auxquels se trouvent souvent confronté.e.s nombre de (jeunes) chercheur.e.s. dans ce domaine.

 

Prochain atelier le mardi 5 avril
18h30-20h30, salle CIRHAC (1e étage)
INHA, 2 rue Vivienne, Paris 2e

 

Nous aurons le plaisir d’accueillir Camille Rouquet (Paris-Diderot, LARCA), qui nous présentera ses recherches lors d’une intervention intitulée :

Letters to the Editor et archives des mouvements antiguerres – Retracer l’origine de la thèse de l’influence des médias et des icônes pendant la guerre du Vietnam”

L’historiographie et la mémoire de la guerre du Vietnam se sont construites autour de la thèse de l’influence des médias et des icônes photojournalistiques sur l’opinion publique, devenue réelle croyance qui, bien qu’ayant été infirmée par nombre d’historiens, demeure de nos jours presque intouchable.

Une étude de l’historiographie a révélé que la thèse de l’influence puise ses origines dans l’antagonisme des dirigeants américains pour les médias, cependant la prépondérance de ce discours et sa contamination de l’historiographie journalistique et académique n’aurait pu se faire sans d’autres facteurs contribuant à sa propagation, qu’il s’agit ici de découvrir et d’analyser. Or, les acteurs sont nombreux – journalistes, historiens, politiciens, citoyens – et il est difficile de trouver, dans les larges corpus disponibles, quels moments et quels écrits ont contribué à la formation de ce discours.

Au plaisir de vous y retrouver nombreuses et nombreux !

Légende de l'image en Une : Saigon Execution © Eddie Adams/AP, 1er février 1968.