Archives par mot-clé : visual studies

Atelier du chantier Photo/savoirs/critiques : 26 mai 2016

Pour relancer nos fructueux échanges en cette fin d‘année 2015-2016, nous vous proposons de participer à un nouvel atelier du chantier Photo/savoirs/critiques.

Rendez-vous
jeudi 26 mai, 18h-20h
salle CIRHAC
(INHA, 2 rue Vivienne, 75002)


Nous avons pensé cet atelier -comme le précédent- de manière très participative, nous vous remercions donc d’avance de bien vouloir vous inscrire ici.

L’atelier comportera deux volets.

Dans un premier temps, nous souhaitons aborder des questions méthodologiques : il s’agira pour chacun.e de présenter (de manière très libre et informelle) les questions et problèmes concrets qu’il/elle a en ce moment dans sa recherche (sous une forme courte, 5-10 min maximum), pour que nous puissions ensuite dialoguer ensemble sur ces questions et nous faire avancer mutuellement, en croisant les expériences et les points de vue.

La thématique est double -et fidèle à notre ligne directrice- : à la fois sur la méthodologie adoptée vis-à-vis des sources, et sur l’épistémologie du/de la chercheur.e par rapport à son sujet -une question que nous avions commencé à soulever dans notre appel à communication pour le JE du 7 décembre, et que nous souhaitons toujours développer.

Dans un deuxième temps, l’idée est aussi de réfléchir tou·te·s ensemble aux projets que nous souhaiterions mettre en place pour l’année 2016-2017, de manière collaborative et en envisageant l’alternance des prises d’initiatives et de responsabilité en ce qui concerne notamment les ateliers.
 
Merci d’avance de nous signaler votre intérêt et votre éventuelle présence lors de cette réunion de fin d’année.
N’hésitez pas également à apporter de quoi boire/manger pour que la discussion soit plus conviviale !
 

Au plaisir de vous retrouver pour cette occasion,

Le chantier Photo/Savoirs/Critique

_____
Image :
Augustus Sherman,
Ruthenian woman (Ellis Island portrait), vers 1906 (détail).
CC – source : http://publicdomainreview.org/collections/portraits-of-ellis-island-immigrants/

JE : « Sur le vif », photographie et dessin en anthropologie, 1900-1950 (8 avril 2016, INHA)

Cher.e.s membres, cher.e.s collègues,

Deux membres de l’ARIP, Camille Joseph et Anaïs Mauuarin, vous invitent à la journée d’étude « Sur le vif : méthodes et pratiques de terrain », organisée dans le cadre d’un projet Photographie et dessin en anthropologie (1900-1950).

Elle aura lieu le vendredi 8 avril à l’INHA (2 rue Vivienne, Paris), Salle Vasari (1er étage).

pgm3 Sur le vif_pgm

Résumé :

Alors que l’anthropologie visuelle tend à se constituer en champ de recherche depuis les années 1970, l’histoire des pratiques visuelles en l’anthropologie au XXe siècle reste largement à faire. Les travaux se sont essentiellement intéressés au film, laissant de côté la question de la photographie et du dessin, pourtant historiquement liée à la constitution de la discipline, en Europe et aux Etats-Unis. Cette journée d’étude – premier temps d’un projet de recherche plus large – souhaite engager une réflexion historique sur ce sujet, en envisageant les pratiques et les méthodes visuelles de terrain en anthropologie dans la première moitié du XXe siècle.

Programme :

9h | Accueil et introduction

Session 1
Présidente de séance : Christine Barthe (Musée du quai Branly)

9h15 | Elizabeth Edwards (De Montfort University) :
Embracing Abundance: Towards Field Photography

10h | Anaïs Mauuarin (Université Paris I Panthéon-Sorbonne) :
L’ethnologie en métaphore : Marcel Mauss et la photographie

10h45-11h / Pause

Session 2
Président de séance : Grégory Delaplace (Université Paris Ouest Nanterre La Défense)

11h | Valeria Prischepova (Musée d’ethnographie et d’anthropologie Pierre-le-Grand, Saint-Pétersbourg) :
L’œuvre de Samuel Doudine (1900-1920) et son rôle dans le développement de l’anthropologie visuelle

11h45 | Dmitry Arzyutov (University of Aberdeen) :
Sergei and Elizabeth Shirokogoroff in Manchuria and Their Visual
Legacy

12h30-14h / Déjeuner

Session 3
Présidente de séance : Camille Joseph (Université Paris VIII)

14h | Emily Voelker (Boston University) :
Photographic Fieldwork Practices and the Native Informant as Author in the Ethnographic Work of Elsie Clews Parsons

14h45 | Christopher Morton (Pitt Rivers Museum, Oxford) :
The Graphicalization of Description: Henry Balfour’s Travel Journals of the 1920s and 30s

15h30 | Eric Jolly (CNRS) :
Les photographies des missions Griaule (1928-1939) : normes et choix individuels

Au plaisir de vous y rencontrer nombreuses et nombreux !

DUST, par Mireille Besnard

Le visiteur qui pénètre dans la première salle de DUST, exposition présentée par David Campany au Bal jusqu’au 17 janvier 2016, est immédiatement magnétisé par l’image accrochée, seule, à l’autre extrémité de la pièce. Ce petit tirage tardif (1968) de l’Élevage de poussière a un pouvoir d’attraction phénoménal qui dépasse de loin l’intention d’origine de ses deux concepteurs, Marcel Duchamp et Man Ray. Le visiteur vient, ainsi, se coller tout près de la vitre pour lécher, de tout son œil, les gris doux et volumiques de cette vue d’en haut, de cette plongée oblique sur le Grand verre. Comme si, par là-même, on pouvait être transporté dans l’atelier new-yorkais de Duchamp en cette année 1920, date de la prise de vue, et assister à l’élaboration de La Mariée mise à nu par ses célibataires, même, autre titre du Grand Verre ; comme si on pouvait, nous aussi, y laisser un peu de notre poussière, tandis que l’opérateur, Man Ray, et le concepteur, Marcel Duchamp, seraient partis manger un morceau. Alors, nous aurions une heure devant nous, durée de la pose, avant que le photographe américain ne vienne refermer l’obturateur.

Cette durée pendant laquelle la lumière s’est engouffrée dans la chambre photographique, celle qui nous permet cette petite digression mentale sur notre possible présence sur les lieux de la prise de vue, évoque un temps accumulé plus qu’un temps arrêté. La fabrication de cette image est, en effet, la combinaison de 6 mois de dépôt de poussière et d’une heure de pause-déjeuner prise par les deux compères. Cette poussière, Duchamp l’a laissée intentionnellement se déposer pour obtenir une matière transparente — une couleur, même, dit-il —, celle qui remplira les « Tamis » dans la partie inférieure du Grand Verre. Man Ray, lui, expérimentateur infatigable et joueur, viendra plus tard en tirer autre chose : un paysage. Grâce à l’action simultanée d’un rapprochement et d’une plongée, le photographe déréalise la scène photographiée pour la faire accéder à une autre dimension. Le regardeur est ainsi projeté dans l’espace, il lui semble scruter la terre depuis le ciel. L’oblique de la prise de vue diminue l’effet d’écrasement du regard zénithal et impulse un mouvement à l’intérieur de l’image. L’œil vient balayer le sol et cherche à en comprendre la nature : terrain cultivé, neige en poudreuse, coton sauvage amassé ? Non, juste un nid de poussières formé grâce à quelques fils de plomb posés sur une plaque de verre. Voici dévoilés les subterfuges du médium photographique, capable de nous faire perdre, d’un seul changement de point de vue, nos repères spatiaux.

Il faut voir dans cette divulgation des capacités trompeuses de la photographie l’une des grandes forces de l’Élevage de poussière. C’est probablement pourquoi beaucoup ont perçu dans cette image à la parenté double, mais aussi dans le Grand Verre, une proposition paradigmatique des bouleversements apportés par la photographie. David Campany, penseur incontournable de la photographie, tout à la fois historien et commissaire, déploie dans les salles du Bal la charge explosive de ce cliché. Il propose un panel bigarré d’images symbolisant tout à la fois le déroulement erratique de la révolution duchampienne et le déferlement de l’image photographique dans nos vies ; un déferlement toujours plus pénétrant et incessant tel que peut l’être un dépôt de poussière. Avec cet alliage contingent de l’image photographique et de la poussière, redondance temporelle à portée poétique, David Campany nous mène à travers une histoire inédite de la photographie, qui aurait pris sa source dans ce fragment photographique du Grand Verre. Confrontées aux paradoxes et aux forces contradictoires du temps, la poussière comme la photographie viennent autant comme un « rien », une marque de négligence passagère et futile, que comme les « restes » des pires catastrophes naturelles et humaines (depuis les tempêtes du Middle East diffusées en cartes postales jusqu’à la pulvérisation et l’anéantissement des villes d’Hiroshima et de Nagasaki). La visite de la salle du rez-de-chaussée nous fait circuler dans l’espace qui réunit ces deux guerres mondiales, entre surréalisme, tornades, aventures militaires et armes de destruction massive. La salle en sous-sol nous fait pénétrer dans le monde de « l’après ». L’après Hiroshima, l’après de l’Élevage de poussière, nous mènent alors autant au cœur de la catastrophe qu’au centre de la révolution duchampienne, laquelle nous place, en fin de compte, de plain-pied dans le conceptualisme. Comme si cette œuvre et cette photographie avaient pu faire basculer le monde dans une autre dimension, comme si cette poussière était bien cette matière grise que Marcel Duchamp recherchait pour nous désenchanter du monde et de l’emprise du frisson rétinien.

Image à la une : Vue de l’exposition DUST, 16.10.2015-17.01.2016, Le Bal, Paris © Mireille Besnard

Atelier de l’ARIP : mercredi 9 décembre à 18h30

Nous vous invitons chaleureusement au deuxième atelier du cycle de rendez-vous mené par l’Association de Recherche sur l’Image Photographique (ARIP) : 

Rendez-vous mercredi 9 décembre
18h30-20h30, salle Jullian (1er étage)
INHA, 2 rue Vivienne, Paris 2e

 

Nous aurons le plaisir d’accueillir deux intervenantes, Virag Boroczfy et Amandine Gabriac.

Chacune viendra présenter ses recherches et nous exposer un problème méthodologique spécifique :

Virag Boroczfy, doctorante, ED 267, Sorbonne Nouvelle – Paris 3
Migration, disparition/dispersion des fonds photographiques et valorisations

Participant aux flux migratoires de l’entre-deux-guerres, de nombreux photographes hongrois se sont installés temporairement ou définitivement dans des grandes villes européennes, dont Paris. Circulant au sein de magazines illustrés reconnus, leurs clichés sont largement présents dans la presse des années 1920 et 1930. Pourtant, les fonds de ces auteurs sont rarement conservés et souvent difficiles d’accès. Dans quelle mesure est-il possible de reconstituer un fonds disparu ? Peut-on établir un lien causal clair entre la facilité d’accès de certains fonds et leurs valorisations passée et actuelle ?

Amandine Gabriac, Master 2, Paris 1 – Panthéon-Sorbonne
La photographie de brevets d’invention, un style à définir ? (1854-1890)

Entre 1854 et 1890, au cœur de la révolution Industrielle et à l’heure où la photographie rencontre le progrès technique, quelques 900 photographies inédites, récemment découvertes parmi les 400 000 dossiers originaux du fonds patrimonial conservé par l’Institut National de la Propriété Industrielle (INPI), constituent l’objet d’une recherche sans précédent.
Images d’instruments et de machines, mises en scène de procédés et d’inventions, ces photographies échappent encore à toute définition. Convoquant un imaginaire technique et/ou poétique, c’est cette nécessaire définition qui cristallise les enjeux méthodologiques de la recherche. Aussi, à travers l’univers particulier de l’invention et de sa protection, la séance visera à identifier des caractéristiques déterminant ce style photographique particulier afin de préciser un corpus opérant.

Au plaisir de vous retrouver nombreuses et nombreux

L’ARIP
Virag Boroczfy, Guillaume Blanc, Mathilde Kiener, Véra Léon, Sara Lo Porto, Anaïs Mauuarin

 

L’ARIP reconduit pour la saison 2015-2016 un cycle de rendez­-vous. Ces ateliers mensuels ont un objectif double : ils seront d’une part l’occasion de d​écouvrir des sujets de recherche inédits en étude sur la photographie e​t d’autre part, ils permettront d’aborder et d’e​xplorer des questionnements méthodologiques soulevés par un travail de recherche en photographie,​ et auxquels se trouvent souvent confronté.e.s nombre de (jeunes) chercheur.e.s. dans ce domaine.

Image à la une :
Brevet de 15 ans déposé le 27.10.1865 par Benoit-Gilbert DUTEL pour une Machine et accessoires pour faire mécaniquement l’incrustation et la mosaïque sur tous objets quelconques, bois, pierre, marbre, etc. 1BB69181, Institut national de la propriété industrielle.

 

 

 

Les innovations photo/graphiques au service du peuple, conférence par Laureline Meizel (Paris, 1er déc. 2015)

La prochaine conférence du cycle Histoires de photographies (2). 1914-2016 : un siècle d’appropriations ?, réalisé par Laureline Meizel, membre de l’ARIP, se tiendra le mardi 1er décembre 2015, de 19h à 21h, au Pavillon Carré de Baudouin (Paris, 20e).

Elle s’intitule « Les innovations photo/graphiques au service du peuple« .

L’entrée est libre et gratuite.

RésuméDans les années 1920, les avant-gardes allemandes et russes font de la photographie l’un de leurs principaux matériaux de création. Elles la considèrent en effet comme un moyen apte à émanciper le regard de l’individu dans une société de l’information visuelle en plein essor. Progressivement, les innovations photo/graphiques mises en place dans ce cadre vont nourrir les médias de masse. On s’attachera ici à étudier les enjeux de cette rencontre, jusqu’au possible dévoiement des idéaux politiques qui animaient les artistes du Bauhaus et des Vkhutemas.

Image à la une : Aleksander Rodchenko, Lengiz. Livres sur toutes les branches de la connaissance, affiche publicitaire pour le Département de Gosizdat à Leningrad, gouache et papiers découpés sur photographie, 1924 © The Pushkin State Museum of Fine Arts