DUST, par Mireille Besnard

Le visiteur qui pénètre dans la première salle de DUST, exposition présentée par David Campany au Bal jusqu’au 17 janvier 2016, est immédiatement magnétisé par l’image accrochée, seule, à l’autre extrémité de la pièce. Ce petit tirage tardif (1968) de l’Élevage de poussière a un pouvoir d’attraction phénoménal qui dépasse de loin l’intention d’origine de ses deux concepteurs, Marcel Duchamp et Man Ray. Le visiteur vient, ainsi, se coller tout près de la vitre pour lécher, de tout son œil, les gris doux et volumiques de cette vue d’en haut, de cette plongée oblique sur le Grand verre. Comme si, par là-même, on pouvait être transporté dans l’atelier new-yorkais de Duchamp en cette année 1920, date de la prise de vue, et assister à l’élaboration de La Mariée mise à nu par ses célibataires, même, autre titre du Grand Verre ; comme si on pouvait, nous aussi, y laisser un peu de notre poussière, tandis que l’opérateur, Man Ray, et le concepteur, Marcel Duchamp, seraient partis manger un morceau. Alors, nous aurions une heure devant nous, durée de la pose, avant que le photographe américain ne vienne refermer l’obturateur.

Cette durée pendant laquelle la lumière s’est engouffrée dans la chambre photographique, celle qui nous permet cette petite digression mentale sur notre possible présence sur les lieux de la prise de vue, évoque un temps accumulé plus qu’un temps arrêté. La fabrication de cette image est, en effet, la combinaison de 6 mois de dépôt de poussière et d’une heure de pause-déjeuner prise par les deux compères. Cette poussière, Duchamp l’a laissée intentionnellement se déposer pour obtenir une matière transparente — une couleur, même, dit-il —, celle qui remplira les « Tamis » dans la partie inférieure du Grand Verre. Man Ray, lui, expérimentateur infatigable et joueur, viendra plus tard en tirer autre chose : un paysage. Grâce à l’action simultanée d’un rapprochement et d’une plongée, le photographe déréalise la scène photographiée pour la faire accéder à une autre dimension. Le regardeur est ainsi projeté dans l’espace, il lui semble scruter la terre depuis le ciel. L’oblique de la prise de vue diminue l’effet d’écrasement du regard zénithal et impulse un mouvement à l’intérieur de l’image. L’œil vient balayer le sol et cherche à en comprendre la nature : terrain cultivé, neige en poudreuse, coton sauvage amassé ? Non, juste un nid de poussières formé grâce à quelques fils de plomb posés sur une plaque de verre. Voici dévoilés les subterfuges du médium photographique, capable de nous faire perdre, d’un seul changement de point de vue, nos repères spatiaux.

Il faut voir dans cette divulgation des capacités trompeuses de la photographie l’une des grandes forces de l’Élevage de poussière. C’est probablement pourquoi beaucoup ont perçu dans cette image à la parenté double, mais aussi dans le Grand Verre, une proposition paradigmatique des bouleversements apportés par la photographie. David Campany, penseur incontournable de la photographie, tout à la fois historien et commissaire, déploie dans les salles du Bal la charge explosive de ce cliché. Il propose un panel bigarré d’images symbolisant tout à la fois le déroulement erratique de la révolution duchampienne et le déferlement de l’image photographique dans nos vies ; un déferlement toujours plus pénétrant et incessant tel que peut l’être un dépôt de poussière. Avec cet alliage contingent de l’image photographique et de la poussière, redondance temporelle à portée poétique, David Campany nous mène à travers une histoire inédite de la photographie, qui aurait pris sa source dans ce fragment photographique du Grand Verre. Confrontées aux paradoxes et aux forces contradictoires du temps, la poussière comme la photographie viennent autant comme un « rien », une marque de négligence passagère et futile, que comme les « restes » des pires catastrophes naturelles et humaines (depuis les tempêtes du Middle East diffusées en cartes postales jusqu’à la pulvérisation et l’anéantissement des villes d’Hiroshima et de Nagasaki). La visite de la salle du rez-de-chaussée nous fait circuler dans l’espace qui réunit ces deux guerres mondiales, entre surréalisme, tornades, aventures militaires et armes de destruction massive. La salle en sous-sol nous fait pénétrer dans le monde de « l’après ». L’après Hiroshima, l’après de l’Élevage de poussière, nous mènent alors autant au cœur de la catastrophe qu’au centre de la révolution duchampienne, laquelle nous place, en fin de compte, de plain-pied dans le conceptualisme. Comme si cette œuvre et cette photographie avaient pu faire basculer le monde dans une autre dimension, comme si cette poussière était bien cette matière grise que Marcel Duchamp recherchait pour nous désenchanter du monde et de l’emprise du frisson rétinien.

Image à la une : Vue de l’exposition DUST, 16.10.2015-17.01.2016, Le Bal, Paris © Mireille Besnard


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.