Compte-rendu de la réunion du 6 mai

I. Présentation du plan de mémoire d’Isabella Senuita : « La construction du marché des tirages photographiques entre Paris et New York (1970-1990) » (Master 2)

La borne chronologique, 1970-1990, correspond à la période de légitimation de la photographie artistique. Les choix géographiques ont été basés sur la journée d’étude « Photographies et institution(s) : échanges transatlantiques entre Paris et New York (XIXe et XXe siècle) » à l’Université Paris Diderot – Paris 7, le 23 mars 2007 ; ensuite publié dans le n°21 d’Études Photographiques sous le titre : « Paris-New-York ».

Les limites géographiques sont étendues à Arles avec l’intégration de deux figures, Lucien Clergue et Jean Dieuzaide, personnalités essentielles pour cette époque.

Le corpus exclut les photographies de presse et le marché des agences qui y est lié.

La problématique s’articule autour de la façon dont les échanges ont pu être favorisés pendant cette période. Comment les bases du marché ont été posées, en deux décennies ? Quel est le rapport entre marchands, collectionneurs et institutions ?

Le plan s’organise de façon chronologique tout en étant axé sur les acteurs et les institutions.  Les titres actuels et l’organisation sont encore provisoires. Les titres sont plus de l’ordre du descriptif.

Cette recherche ne se concentre pas que sur des questions économiques mais s’attache aussi à dégager les échanges d’idées et l’ esthétique qui caractérise une époque.

CHAPITRE 1 : Développement progressif d’un marché Paris-New York

I. Fondements

A/ approche historique

B/ intérêt grandissant

C/ valorisation patrimoine

 

– Dans la période de l’entre-deux-guerres, Julien Levy pose les bases du marché.

– Dans les années 1970, la photographie entre dans le système éducatif, notamment à l’Université de Princeton sous l’impulsion de Peter Bunnell.

– Développement des critiques de photographies dans les magazines.

– Les tirages sont valorisés grâce à l’édiction de nouvelles règles sur les tirages et restaurations.

II. Contexte favorable

A/ situation économique et sociale

B/ Les politiques gouvernementales

C/ Les lois participant à l’essor

 

–  New-York commence à devenir la capitale mondiale artistique.

– Aux États-Unis, peu d’interventions de l’État. Ce sont les individus au sein des institutions qui vont impulser un dynamisme au marché.

– La photographie se définit toujours par des catégories thématiques (paysages, portraits, genre …), depuis longtemps abandonnées en peinture.

 

III. Entre unicité et reproductibilité

A/ Les différents types de marché de la photographie

B/ Le tirage photographique : une notion complexe

C/ Les stratégies de légitimation du tirage photographique

 

– La notion de tirage est une notion complexe.

Questions/Remarques :

Q :                         Est-ce que la notion de tirage, telle que tu l’emploies, inclut les tirages anciens, qu’on dit parfois “vintages” ?

Isabella :                   J’utilise plutôt le terme de tirages anciens et tirages modernes, et non “vintages”, mais oui, j’inclus le marché des tirages anciens dans mon étude.

Q :             Peux-tu préciser ta définition du tirage ? Par exemple, est-ce qu’elle se restreint au tirage réalisé par le photographe lui-même (avec l’idée, au-delà d’une gestion de tous les paramètres de l’exemplaire final par l’auteur du négatif, que le photographe ait été en contact avec l’exemplaire vendu, soit avec l’idée de relique) ou est-ce qu’elle inclut ceux réalisés par un tireur ?

Isabella :               Pour l’instant, je ne maîtrise pas assez ces questions. Il faudrait que je rencontre un expert pour en apprendre plus.

Q :             Est-ce que la partie intitulée III. C/ “le tirage photographique : une notion complexe” se concentrera sur la période des années 1970, qui est à peu près celle du premier chapitre, ou est-ce qu’elle vaudra pour l’ensemble de la période que tu as délimitée ?

Isabella :               Je suis en train d’essayer de comprendre ce que recouvre le terme, d’en établir les paramètres. J’essaye par exemple de savoir si c’est l’artiste qui l’a tiré ? S’il s’agit d’un tireur ? Ou encore à combien d’exemplaires le tirage a-t-il été édité ?

Q :         Inclus-tu la question du format dans ces paramètres ? Et si oui quelles sont ses évolutions ?

Isabella :               Non, je ne m’intéresse pas à cette question.

Bernard Perrine, qui assiste à la présentation, intervient : Il existe une grande différence entre la France et les États-Unis. Aux États-Unis, beaucoup d’artistes font eux-mêmes leurs tirages, alors qu’en France les photographes s’adressent plutôt à des tireurs.

                             Quand Magnum est fondée en 1947, Pierre Gassmann crée le service « Picto », donnant ainsi une notion différente du tirage que celle prévalant dans l’école américaine. Ces grandes différences se sont gommées après les années 1990.

                             Dans les années 1970, les photographes Joël Meyerowitz et William Eggleston ont ouvert une nouvelle brèche en introduisant la couleur de façon plus importante. Cette école est arrivée pour la première fois à Arles en 1977.

                             Avant cette date, il existait uniquement quelques expositions à la Bibliothèque Nationale avec des photographies punaisées directement sur les murs. Toutes les personnalités de la côte Ouest des Etats-Unis, alors inconnus, sont venus par le biais des Rencontres photographiques en Arles : Lee Friedlander, Weston Naef, Peter Bunnell. Pour voir leur travail auparavant, il fallait être abonné à San Francisco Camera.

                             Les premières Rencontres sérieuses se sont déroulées en 1974. C’était la révélation d’une autre photographie, puisqu’en France, nous en étions encore à la photographie humaniste d’après-guerre.

                             Vous avez entièrement raison de vous intéresser au tirage. Aujourd’hui en France, sur le marché, 80 % des tirages sont volés, pris directement dans les agences. Aujourd’hui, le marché va à vau-l’eau.

Quelques références bibliographiques sont données, qui traitent des liens entre collectionneurs, institutions muséales, constitution d’une histoire de la photographie indexée sur l’histoire de l’art et marché du tirage, notamment du tirage ancien. C’est ici la figure d’André Jammes qui est évoquée.

             – référence à l’article d’Abigail Solomon-Godeau, « Calotypomania : The Gourmet Guide to Nineteenth-Century Photography » (paru dans After-Image (été 1983), traduit dans Etudes Photographiques n°12. http://etudesphotographiques.revues.org/316  ;

  – référence au catalogue d’exposition Une passion française (photographies de la collection Roger Therond), exposition à la Maison Européenne de la Photographie sous le commissariat d’Anne de Mondenard en 1999 ;

– référence à un article de François Cheval sur la collection Jammes.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ARIP (15 mai 2014). Compte-rendu de la réunion du 6 mai. ARIP. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/cx3p


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search