Compte-rendu de la réunion du 6 mai

CHAPITRE 2 : Les actions privées et le processus de reconnaissance

I. La photographie dans les galeries

A/ En France

B/ Aux États-Unis

 

–     Exemple de la galeriste Agathe Gaillard, Paris

–     Contributions des photographes

–     Galerie Zabriskie, Paris

C/ Exemple des galeries Castelli (NYC) et Baudoin Lebon (Paris)

– Galeries qui ne sont pas spécialisées en photographie, mais qui l’intègrent dans des expositions aux côtés de la peinture et autres arts.

II. La photographie dans les salles de ventes aux enchères publiques

A/ Les maisons de vente françaises

– Cornette de Saint-Cyr

B/Les grandes maisons

– Christie’s

– Sotheby’s

– Toutes deux ont une pratique différente.

C/ Naissance d’une expertise en photographie

– Dans les années 70, Harry H. Lunn part de Washington et vient en France. Il prend un rôle important dans les échanges entre Paris et New-York.

– Gérard Levy, Paris

III. La photographie dans les musées

A/ Les institutions à Paris et aux Etats-Unis

–  Analyse entre l’ICP et l’ICPN

B/ Les départements de photographie dans les musées

–  Politique claire du MoMA, NYC

– Arrivée plus tardive du Centre Pompidou

 

C/ L’importance des initiatives provinciales en France : Arles et Toulouse

Questions/Remarques :

Q :              Dans cette partie III. B, intègres-tu le musée d’Orsay ? Cela fonctionnerait d’autant mieux pour ton sujet que Françoise Heilbrun, qui constituera la collection du musée avec philippe Néagu en amont de l’ouverture d’Orsay, est envoyée dans les années 70 pour étudier l’histoire de la photographie à Princeton.

Isabella :               Oui, elle a dû hiérarchiser et trier entre les tirages d’Orsay. C’était le chaos.

Q :             On a un mouvement similaire avec la nomination de Françoise Reynaud à la tête des collections de photographies du Musée Carnavalet. D’ailleurs, ce mouvement est peut-être dû en partie à l’approche des commémorations du cent-cinquantenaire de la divulgation du daguerréotype et de son don au monde par l’Etat français, cent-cinquantenaire qui concorde en outre avec le bicentenaire de la Révolution. Par ailleurs, avant les années 1980, la BnF menait une politique d’acquisition de photographies. L’intègres-tu dans cette partie ?

Isabella :               Il existe un écart entre les musées et la BnF car c’est une institution dont le rôle est plus spécifique. Léo Martinez {thèse soutenue en 2011 : « Le rôle des expositions dans la valorisation de la photographie comme expression artistique en France de 1970 à 2005} me l’a déconseillé.

Q :             Pour tempérer cette vision d’une légitimation du statut artistique de la photographie intervenant en France à partir des années 1970 seulement, référence à un article de Dominique de Font-Reaulx dans Études Photographiques (sur l’exposition de 1a BN, “Un siècle de vision nouvelle” (1955) : « Les audaces d’une position française » (n°25, mai 2010). http://etudesphotographiques.revues.org/3059 ;

                             Référence à la thèse d’Eléonore Challine : « Une étrange défaite. Les projets de musées photographiques en France (1850-1945) », soutenue en février 2014 ;

                             Référence à la thèse de Véronique Figini : “L’État et le patrimoine photographique. Des collectes aléatoires aux politiques spécifiques, les enrichissements des collections publiques et leur rôle dans la valorisation du statut de la photographie. France, seconde moitié du XXe siècle.”, soutenue en novembre 2013.

Bernard Perrine : La première collection a été faite au Musée d’Arles, c’est pour cela que les rencontres ont été créées dans les années 60.

Q :             Donc vous ne prenez pas en considération la collection de la BnF ?

Bernard Perrine : Si, mais jusqu’à l’arrivée de Jean-Claude Lemagny, les collections étaient construites par le biais du dépôt légal. Elles ne répondaient pas à une politique d’acquisition définie. J.-C. Lemagny, nommé par Jean Adhémar, a augmenté la collection en rencontrant les photographes américains. Référence au catalogue d’exposition, La photographie américaine 70’s, BnF, commissariat d’exposition : Anne Biroleau, en 2008

Q :             Donc pour cette partie B, un biais pourrait être de s’intéresser aux politiques d’acquisition de ces deux types d’institutions : la bibliothèque, le musée.

Isabella :               Oui, mais je ne sais pas encore à quel moment cela diffère pour les institutions.

Bernard Perrine : Le changement suivant arrive avec Jack Lang et les FRAC puis avec Michel Guy (CNC). Il a le déclic lors d’une visite à l’ICP où il voit les photographies de trois otages.

                             Il faut aussi se rappeler qu’en 1981, lorsque Jack Lang a affirmé que les photographies sont des œuvres d’art, le taux de TVA était toujours à 19,6 % pour les photographies. Il a fallu attendre encore une dizaine d’années pour qu’il atteigne celui des oeuvres d’art, soit 5,5 %.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ARIP (15 mai 2014). Compte-rendu de la réunion du 6 mai. ARIP. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/cx3p


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search