Compte-rendu de la réunion du 6 mai

CHAPITRE 3. Avènement d’un marché transatlantique des tirages photographiques

I. Consécration de la figure du photographe artiste

A/ Du photographe auteur au photographe artiste

B/ Implication des photographes dans le développement du marché

– Tradition perpétuée des photo-clubs.

C/ Collaboration transatlantique

–     Cette partie est encore temporaire, il faut peut-être la supprimer.

–     A l’exception d’Arles, les échanges sont plutôt informels.

–     Dans l’état actuel de mes recherches, je n’ai pas encore trouvé d’éléments concluants.

II. Rôle de l’exposition

A/ Le rôle de l’exposition en photographie

B/ Les différentes formes d’exposition

C/ Les expositions phares de la période

 

– État des lieux des foires : quelles galeries y sont présentes, la récurrence, les résultats, trouver des notions de prix (mais ils sont très souvent gardés secrets)

– Focaliser sur les expositions phares : Léo Martinez m’a conseillé de chercher autour de Lartigue, d’abord exposé au MoMA puis aux Arts Décoratifs. De même, il m’a conseillé l’exposition française de 1989, L’invention d’un art à Pompidou.

III. La photographie chez les collectionneurs

A/ le développement des premières collections de photographies

B/ Le rôle des collectionneurs dans la valorisation de la photographie

C/ Une évolution du goût en photographie, de l’esthétique

– André Jammes : premières ventes aux enchères

Questions/Remarques :

Q :              A propos de Jammes, il faut vraiment que tu lises l’article de Solomon-Godeau ainsi que celui de Cheval. Si je me rappelle bien ce dernier, il explique que Jammes avait prévu de longue date la vente de ses collections, qu’il aurait préparée par leur mise en valeur à travers les expositions qu’il a pu monter aux États-Unis, ainsi que les colloques et les ouvrages qu’il a publiés.

Bernard Perrine : Non, l’article de Cheval est plus subtil. Et puis Jammes, au départ, s’est spécialisé dans les procédés photomécaniques. A mon avis, il faudrait surtout que vous rencontriez Christophe Lunn, le fils d’Harry Lunn, qui est notamment expert en photographie pour Artcurial. Il opère un lien important entre les États-Unis et la France.

Q :             A mon sens, les problèmes soulevés par la présentation de ton plan proviennent de difficultés à définir les termes du sujet, le marché d’abord – qui englobe les tirages anciens et modernes -, les institutions également – bibliothèque ou musées -, les acteurs – collectionneurs, marchands, conservateurs -, ainsi que les enjeux induits par ta problématique, qu’il faudrait ensuite hiérarchiser.

Isabella :               Ce sujet est trop large, ici je veux simplement en poser les bases. Tout participe d’un même mouvement pour l’autonomisation de la photographie.

Q :             Finalement, est-ce que tu veux montrer l’influence du marché de l’art sur la politique culturelle française et américaine ou est-ce que tout participe d’un même mouvement, qui serait celui des conditions de la légitimation du statut artistique de la photographie à cette période ?

                             Par ailleurs, il me semble que finalement, la définition du tirage apparaît dans toutes les parties de ton plan et que, de ce fait, tu pourrais supprimer la sous-partie qui lui est consacrée dans le premier chapitre pour la traiter à travers l’ensemble de ton mémoire.

Isabella :               L’idée est la légitimation.

Q :             Donc, comment le marché a-t-il influencé les institutions, l’enseignement, la recherche, la critique, les politiques culturelles ?

                             Dans ce cas, ce n’est plus la question de la constitution du marché de l’art, mais bien celle de la légitimation du caractère intrinsèquement artistique de la photographie, par des instances dont l’autorité varie au cours du temps.

Q :            C’est vrai que, par exemple, je n’ai pas senti la dimension économique dans ton travail, bien qu’il traite d’un marché.

Q : C’est une mécanique complexe. La construction du marché participe à la légitimation et inversement.

Q :             Oui, mais tu ne peux pas mettre tout sur le même plan. Actuellement, c’est le marché de l’art qui est au premier plan dans le travail d’Isabella, notamment dans le titre. Finalement, est-ce que le sujet n’est pas autre ?

Isabella :               Mon titre se veut révélateur de cette lente construction.

Q :             Parler des enseignements, c’est bien mais, dans l’idée de poursuivre ce travail de recherche en thèse, il faudrait peut-être penser à un plan thématique au lieu d’un plan chronologique, qui permettrait par exemple de discuter la variabilité du statut de ces instances légitimantes.

Isabella :               En fait, c’est plus l’axe Paris-New York qui m’intéresse, soit les échanges qui s’établissent entre ces deux capitales.

Q :                    Dans ce cas, il faudrait peut-être extraire un cas. L’idée du plan détaillé pour le Master 2 est peut-être aussi une solution.

Isabella :               L’idée est de faire un mémoire qui ne soit pas un plan détaillé. Je délimite les années 70-90 mais je perçois très bien qu’il y a déjà une percée auparavant.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ARIP (15 mai 2014). Compte-rendu de la réunion du 6 mai. ARIP. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/cx3p


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search