Compte-rendu de la réunion du 6 mai

III. Retour sur conférence : Études Photographiques n°31

Après un an et demi d’interruption de sa publication, la revue Études photographiques a fait paraître un nouveau numéro en mars 2014. Pour célébrer cette renaissance et faire le point sur les changements opérés aux niveaux du comité de rédaction et des options de la revue, une conférence de presse a été organisée le 8 avril 2014 au musée Delacroix à Paris.

De nombreux et nombreuses étudiant.e.s et doctorant.e.s étaient présent.e.s et l’association a donc pensé qu’il serait intéressant de faire un débriefing de ce qui s’était dit durant cette conférence. Laureline Meizel, qui a assisté à l’événement et qui a publié dans les deux derniers numéros de la revue, s’est proposée pour retracer les orientations du nouveau comité de rédaction.

 

En premier lieu, est rappelé qu’Études photographiques est la seule revue francophone consacrée uniquement aux études portant sur la photographie. Ce point a été longuement exposé par André Gunthert durant la conférence, qui a insisté sur la spécificité française des recherches portant sur l’objet photographique, parlant notamment de “chéroutisation” de l’histoire de la photographie. Ce néologisme, attesté pour la première fois dans un billet d’A. Gunthert du 18 mars 2014 paru dans l’Atelier des icônes sur Culture Visuelle (“Orsay choisit un accident photographique” : http://culturevisuelle.org/icones/2957), puis repris par Aurore Fossard le  8 avril suivant (“Paparazzi : l’exposition. Il était temps…” : http://culturevisuelle.org/paparazzi/archives/117), fait référence à la fortune théorique et critique des travaux de l’actuel conservateur des photographies du Centre Pompidou, Clément Chéroux.

C’est un point qui n’a pas vraiment été discuté pendant la conférence, ni même pendant la réunion, bien qu’il mérite qu’on s’y arrête. Existe-t-il réellement une spécificité nationale, ou même francophone ? N’est-ce pas plutôt une limitation ? A l’heure de la globalisation, est-il pertinent de chercher à définir des spécificités nationales ? Comment est perçue cette revendication par les collègues étrangers ? Etc.

Quoi qu’il en soit, les caractéristiques d’Études photographiques en font un lieu de publication privilégié pour les membres de l’ARIP-photo, qu’il est donc utile d’évoquer dans le cadre de ses réunions.

Pour mémoire, on rappelle qu’Études photographiques a été fondée en 1996, notamment par André Gunthert, Michel Poivert et Paul-Louis Roubert. Ces dernières années, la revue était dirigée par Clément Chéroux et Thierry Gervais. Elle paraissait sur papier dans une version bilingue, afin d’accroître la réception des articles. Les orientations des sujets traités étaient plutôt historiques, historiographiques et littéraires. Pour alléger les coûts de fabrication et en accroître la diffusion, les notes de lecture étaient directement publiées sur le site de la revue (http://etudesphotographiques.revues.org/index.html), mais non traduites. Les articles étaient mis en ligne dans leur version bilingue à peu près un an après leur publication papier.

Suite à des dissensions entre les membres de son comité de rédaction, la revue a cessé de paraître en décembre 2012, après la publication du n°30. Une nouvelle équipe a été installée en juin-juillet 2013, composée d’André Gunthert, de Michel Poivert et de Paul-Louis Roubert. L’annonce et les raisons de cette reprise ont notamment été évoquées sur son blog par André Gunthert (“Études photographiques, replay !”, posté le 20 juin 2013 sur l’Atelier des icônes (intégré dans la ferme de blogs créée par A. Gunthert : “Culture visuelle”). Au moment de la rédaction de ce CR, le lien vers cet article ne fonctionne plus).

Quelques mois plus tard, en mars 2014, paraissait donc le n°31 de la revue, dont la forme montre déjà quelques changements.

Pour diminuer les coûts de production, la revue papier n’est plus bilingue. Elle a par contre réintégré les notes de lecture.

En parcourant le sommaire et les articles, une plus grande diversité apparente dans les sujets, dans les approches et dans les styles, semble distinguer ce nouveau numéro des précédents.

Par ailleurs, le volet numérique a été déployé et diversifié. Désormais, les articles ainsi que les notes de lecture sont publiés sur le site de la revue quasi simultanément à leur parution sur papier, ce choix original actant de la complémentarité et de la non-concurrence des supports papier et numérique.

Lorsque la version bilingue existe (qu’elle soit anglaise, allemande, italienne ou autre), elle est parallèlement publiée sur le site. Il est par ailleurs prévu que les articles soient traduits en anglais au fur et à mesure.

En outre, un nouvel espace d’expression a fait son apparition sur le site de la revue : la rubrique “Séminaire”. Pendant la conférence, cette rubrique a été décrite comme étant dédiée particulièrement aux travaux de jeunes chercheurs. L’un de ses avantages est de pouvoir accueillir des textes dont la longueur ne correspond pas aux 35.000 signes espaces compris, format qui est de tradition dans la revue papier. Elle peut accueillir des textes de formes très différentes (par exemple, des comptes rendus d’exposition ou de très longs articles). A termes, elle est appelée à être développée.

La dernière des nouvelles orientations de la revue est de favoriser la discussion, ou plutôt la conversation, pour reprendre les termes d’A. Gunthert (http://culturevisuelle.org/icones/2822).

Pour cela, certains des articles ont été postés par leur auteur sur le blog qu’ils animent sur la plateforme Culture visuelle (voir Fatima Aziz : http://culturevisuelle.org/imagecircle/2014/04/08/transactions-visuelles-facebook-ressource-de-la-rencontre-amoureuse/ ; Raphaële Bertho : http://culturevisuelle.org/territoire/653 ; A. Gunthert : http://culturevisuelle.org/icones/2965 et http://culturevisuelle.org/icones/2966).

Si cette décision va dans le sens d’une plus grande visibilité de la recherche pour créer de l’émulation et une mutualisation de la réflexion, le problème soulevé pendant la conférence a été que tous les auteurs publiant dans Études photographiques ne possèdent pas un blog sur cette plateforme. En outre, la création d’un blog à cette fin sur Culture Visuelle est actuellement impossible, puisque la plateforme est en train de gérer sa migration vers Hypotheses.org. Si d’autres solutions n’étaient pas proposées, le choix actuel pourrait être perçu comme une forme de concentration des moyens de diffusion et de discussion. Il faudrait donc réfléchir à d’autres possibilités de dialogue autour des articles, qui soient plus légères pour les auteurs. La possibilité de la conversation sur le site d’Etudes photographiques lui-même pourrait ainsi être une piste, si l’on pouvait trouver un moyen de permettre la publication de commentaires par les lecteurs, ce qui n’est pas le cas dans la forme actuelle du site.

 

Pendant la conférence, a de même été soulevée la question des conditions de publication d’un article dans la revue. Études photographiques a pour particularité de ne pas proposer d’appel à contributions. L’auteur potentiel d’un article a donc le choix entre deux solutions :

  • envoyer son texte au comité de rédaction par le biais de l’adresse indiquée sur le site,

  • passer par l’un de ses membres, avec qui il travaillera sa proposition en amont de la présentation de son texte au comité, qui doit approuver la publication après corrections éventuelles.

Ce principe, il faut le souligner, existe aussi pour la nouvelle rubrique “Séminaire”.

La deuxième voie de publication est assez fréquente et la question de l’appel à contribution n’a pas obtenue de réponse définitive par les membres du comité de rédaction.

Dans le même ordre d’idées, les conférenciers ont été interrogés sur la possibilité de comités de rédaction intervenant ponctuellement, après avoir proposé un sujet au comité de rédaction régulier qui ait été validé, comme cela se fait dans d’autres revues. Les conférenciers ont rappelé que certains colloques avaient pu être publiés dans la revue, et la question d’un comité de rédaction invité est resté en suspend. Enfin, la question des rapports en double aveugle a été réglée par la négative.

 

Pour conclure, il faut d’abord se réjouir que la revue n’ait pas périclité. Depuis longtemps, elle constitue un espace d’expression et de construction de la recherche en photographie, où de nombreux jeunes chercheurs ont pu se faire leurs armes.

La volonté de multiplier les supports, de diversifier les contenus, les approches, les formes et les styles des articles, de favoriser le multilinguisme, ainsi que le dialogue autour des jalons que les auteurs tâchent de circonscrire, témoigne d’une dynamique qu’il faut saluer : celle de la visibilisation accrue d’une recherche en train de se faire, au sein duquel on favorise par des moyens concrets l’émulation et la mutualisation des réflexions par la conversation.

Pour pallier ce qui pourrait apparaître comme une certaine opacité ou quelque concentration des moyens et des pouvoirs dans cette fabrique, bref, pour poursuivre dans la voie présentée lors de la conférence de presse, on espère donc que la réflexion sur les moyens concrets de cette orientation sera poursuivie au sein du comité de rédaction.

Il est enfin rappelé aux participants de la réunion de l’ARIP-photo qu’Études photographiques s’inscrit dans un réseau de revues, auquel il est également possible de proposer des articles, selon des modalités propres à chacune d’elles. Entre autres exemples : History of Photography, Image [&] Narrative, la Revue de l’art.

A cette occasion, est évoquée la possibilité que les membres de l’ARIP-photo s’envoient leurs articles à paraître ou à proposer pour relecture, de même que la possibilité de faire une communication blanche pendant les réunions de l’association, afin de préparer un colloque ou une journée d’études.

Sur l’acceptation de cette proposition, la séance est clôturée à 20 h.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ARIP (15 mai 2014). Compte-rendu de la réunion du 6 mai. ARIP. Consulté le 13 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/cx3p


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search