Compte-rendu de la réunion du 6 octobre

La réunion compte 20 participants. Elle commence à 18h, en salle Cirhac à l’INHA. Les principaux ordres du jour concernent la présentation de l’ARIP et de son fonctionnement (I), ainsi que le programme envisagé pour l’année à venir et les chantiers (II).

I. PRÉSENTATION DE L’ARIP, SON FONCTIONNEMENT ET SES RÉUNIONS

* Présentation du fonctionnement de l’organisation
Il s’agit d’une organisation horizontale. Le bureau a un rôle organisateur et modérateur. Il veille à proposer des axes de recherches et à susciter l’investissement des membres au sein de l’association mais chacun peut proposer de lui-même un ajout à l’ordre du jour des réunions ou une idée d’axe de recherche, de chantier, de projet.

 * Présentation du déroulement des réunions de l’année dernière et de ce qui est envisagé pour cette année
– un appel à communication qui court jusqu’au 15 octobre, ouvert à tous, a été lancé et diffusé par nos canaux habituels de communication (visuel, photohist, carnet de recherche de l’ARIP, mailing list).
– cette année, chaque personne choisie suite à l’appel à communication présentera le sujet qu’elle a proposé en première partie de réunion, et en discutera avec les membres. Les membres sont tou·te·s invité·e·s à proposer de présenter leurs recherches en cours et les problèmes qu’elles suscitent, dans le cadre de l’appel à communication comme de façon informelle au cours de l’année.
– le reste du temps de la réunion sera dédié au partage d’informations, à des suggestions d’idées quant aux modalités de travail au sein de l’ARIP, à des questions relatives à nos objets de recherche…

* Présentation du carnet de recherches sur hypothèses
http://arip.hypotheses.org. Carnet de recherche hébergé par le site international OpenEdition. Il s’agit d’un carnet de recherche collectif pour publier les CR des réunions et autres informations liées aux activités de l’ARIP, ainsi que pour proposer une possibilité de publication plus libre que les canaux classiques de publication/communication (revues, etc.). Le carnet est ouvert à tou·te·s et chacun·e peut y proposer une publication.

* Un tour de table de présentation des membres et de leur recherche est fait
Le bureau rappelle aux membres qu’ils sont invités à s’ajouter au répertoire des membres accessible depuis le Google Drive de l’ARIP : Répertoire membres ARIP. Le bureau prend la décision d’envoyer un mail contenant les liens du Google Drive, et plus précisément ceux du répertoire et du compte-rendu de la réunion aux anciens et nouveaux membres.

II. PRÉSENTATION DU PROGRAMME DE L’ANNÉE

* Le bureau a pris la décision, avec l’aide et les suggestions de certains membres d’ouvrir des chantiers de recherche. Deux chantiers sont déjà proposés : le premier porte sur le langage photographique, le second sur l’intérêt et l’apport potentiel des études anglo-saxonnes dans le champ de l’histoire de la photographie en France.

* Présentation du but des chantiers
Les chantiers auront leur propre calendrier, non calé sur celui des réunions. L’idée est de travailler en groupe, de réunir plusieurs jeunes chercheur·e·s autour d’intérêts communs qui parcourent transversalement leurs recherches respectives. La possibilité pour chacun·e de proposer leurs propres chantiers est réaffirmée.

Il s’agit à la fois de :

  • Mettre en commun des réflexions méthodologiques et créer un savoir collectif

  • Renforcer les affinités scientifiques et intellectuelles entre des personnes aux sujets différents mais complémentaires

  • Faire avancer des thématiques de recherche ou des épistémologies qui nous semblent jusque là insuffisamment exploitées

  • Permettre une certaine autonomisation des groupes de travail afin d’éviter la saturation organisationnelle du bureau de l’ARIP

* Présentation du chantier de recherche proposé par Laureline Meizel

I. Le projet

1. Sujet

Pourrait s’intituler : « Import/Export : aux sources du langage (théorique) sur la photographie ».
Le but serait de questionner l’évidence actuelle de certaines expressions utilisées dans le champ de la photographie et devenues idiomatiques, telles que « medium photographique » ou « surface sensible ». En parallèle, on pourrait s’occuper de certains concepts utilisés dans différents champs disciplinaires qui dérivent de la pratique et du dispositif photographique (par exemple, le concept de « boîte noire » chez Flusser, Bruno Latour).

2. Buts

Le propos serait de retracer la généalogie de ces expressions afin de comprendre :

  • quelle(s) tradition(s) théorique(s), disciplinaire(s), épistémologique(s), culturelle(s) et linguistique(s), nous convoquons lorsque nous les employons

  • et donc de quels transferts (théoriques, etc.) elles sont issues

D’où le titre proposé.

II. Pistes méthodologiques et réflexives du chantier

Concrètement, la méthodologie consisterait à revenir aux textes, à partir du XIXe siècle et jusqu’à aujourd’hui, pour :
1. Repérer les occurrences des expressions que nous employons aujourd’hui, en parallèle d’une recherche étymologique
2. Les recontextualiser, en faire émerger les imaginaires
3. Non seulement en français mais aussi en anglais, allemand, italien, etc.
4. Peut-être à partir d’études de cas.

Cela suppose donc un chantier
– ouvert sur un temps long,
– susceptible de se modifier en cours de route
par ex. : la liste d’expressions ou de notions a vocation à s’allonger, en fonction des propositions de chacun
– et, bien sûr, ouvert à tous

Ce serait évidemment un chantier interdisciplinaire (historiens de la photographie, des sciences, de l’art, esthéticiens, linguistes, littéraires et sociologues seraient les bienvenus), qui pourrait, s’il marche bien, devenir international (chercheurs anglo-saxons, germaniques, italiens, etc.).

III. Réalisations proposées

1. Outils

Un lexique, par exemple sur le blog de l’ARIP, nous permettrait de proposer des synthèses de nos recherches (synthèses non-définitives donc, mais synthèses peut-être signées du nom de celui qui aura pris la peine de les rédiger au nom du collectif.). Un bon ex. pourrait être : http://ressources-socius.info/index.php/lexique

On pourrait également essayer de monter un cycle d’entretien avec des historiens de la photographie, des conservateurs, des collectionneurs, des photographes, des galeristes, des critiques, qui ont participé à l’émergence de ce langage. Un cycle non régulier, en dehors des réunions de l’ARIP.

2. Diffusion

En plus de ces deux réalisations, deux autres concrétisations possibles :
– une journée d’études ;
– et un numéro thématique de revue.

* Présentation du deuxième chantier par Anaïs Mauuarin et Véra Léon

Ce chantier pourrait s’intituler (provisoirement) : « Que faire de l’historiographie anglo-saxonne pour l’étude de la photographie ? ». Il propose de s’interroger sur les études anglo-saxonnes  (notamment les cultural et visual studies mais aussi les postcolonial studies, les gender studies, etc.) dans leurs interactions avec l’étude de la photographie en tant que descendante de l’histoire de l’art française.

  1. Un constat d’invisibilité : au-delà d’un véritable manque de formation à ce niveau dans les études universitaires suivies à Paris 1 et dans d’autres universités franciliennes, se pose la question de l’ouverture d’un débat scientifique autour de ces questions. Certes, la tradition de l’histoire culturelle française est très riche et a permis des remises en question importantes pour l’histoire de la photographie, comme la fin de l’hégémonie des études de la photographie artistique sous un angle purement esthétique. Cependant, les apports d’autres traditions historiographiques, qu’elles soient extra nationales ou extra disciplinaires sont rarement discutées, alors même qu’elles suscitent des débats très vifs, par exemple dans des contextes universitaires européens proches des nôtres (Allemagne, Pays-Bas…). De même, il semble que cela soit en partie une spécificité de l’histoire de l’art comme discipline, puisque d’autres discipliens comme l’histoire, les sciences de l’information et de la communication ou encore les études littéraires ont intégré une partie de ces questionnements. Pourquoi ces études sont-elles invisibilisées en histoire de l’art en France ?

  2. De potentiels apports historiographiques, méthodologiques et conceptuels : les apports de ces différentes traditions n’ont pas été questionnés, ou le plus souvent de façon critique -elles seraient le produit de traditions intellectuelles atlantiques auxquelles nous ne pourrions pas nous rattacher, elles seraient le produit d’un impérialisme scientifique, elles porteraient atteinte à la spécificité des études françaises… Pourtant, le meilleur moyen de discuter des positions sont encore de les lire et de se les approprier, quitte à les critiquer ensuite. Serait-il possible d’intégrer ces méthodologies à l’histoire de la photographie française et comment ? Comment cela peut-il transformer notre regard d’historien·ne·s de la photographie, à la fois en termes d’objets envisagés et en termes de méthodes ? Quelles limites peut-on définir à ces traditions et comment peut-on les compléter/circonscrire ?

  3. Vers de nouvelles problématiques de recherche : la particularité d’un certain nombre de champs de recherche évoqués plus haut réside dans la prise en compte d’un regard critique sur notre société et ses rapports de domination, en particulier à travers les concepts de genre, de classe et de race. Comment intégrer ces perspectives dans les études sur la photographie ? La photographie peut-elle faire l’objet de savoirs critiques et comment ? Mener de telles réflexions permettra de lutter contre un cloisonnement tant social que disciplinaire de nos activités. Cela alimentera également une certaine réflexivité vis-à-vis de notre positionnement en tant que chercheur, pour mieux questionner nos outils méthodologiques et épistémologiques.

Finalement, quels sont les buts de ce chantier, amenés à évoluer :

  • Lire, s’approprier et critiquer des textes des traditions anglo-saxonnes : cultural studies, gender studies, subaltern studies, visual studies…

  • Constituer une ou plusieurs bibliographies permettant de situer ces recherches par rapport à l’historiographie française (notamment à l’histoire culturelle) et plus spécifiquement par rapport aux études sur la photographie.

  • Contribuer à un positionnement plus réflexif, en tant que jeune chercheur.e et dans/par sa recherche, épistémologiquement et méthodologiquement.

* Dernier tour de table des membres présent·e·s à propos des chantiers

  • Il est décidé qu’un tableur sur Google Doc récapitulant les différents chantiers serait ouvert : chacun·e a la possibilité de s’y inscrire selon ses affinités, afin de faciliter la discussion au sein des groupes de travail.

  • Il est fait proposition d’ouvrir un blog par chantier/rubrique sur le carnet de recherche. Discussion sur les avantages et inconvénients de chaque forme. Un membre avance que le blog permet d’avoir une arborescence plus simple à établir que dans une rubrique sous le carnet de recherches. La nécessité de faire des points régulièrement est mise en avant.

  • Dans ce même sens, est soulignée la nécessité de mettre en avant les chantiers sur le carnet de recherches pour que ce soit symboliquement fort sur la page d’accueil et qu’ils apparaissent clairement comme l’une des principales activités scientifiques de l’ARIP.

  • Une personne propose d’élargir le second chantier à toutes les autres approches applicables à la photographie, aux autres disciplines envisagées comme méthodes dans l’histoire de la photographie. Une autre personne, de nationalité étrangère et en doctorat en France, affirme pour sa part la nécessité du second chantier sous sa forme proposée, car il travaille essentiellement avec les études anglo-saxonnes et ne trouve pas son compte en France.

  • Une personne propose un chantier sur la poétique de l’image, sur la question créative, évolution de la critique génétique au Brésil qui s’appelle la critique des processus : critique de la construction d’une œuvre artistique.

  • Une personne émet l’idée d’inviter une physicienne (Charlotte Bigue) pour l’interroger sur sa conception du medium.

  • Deux membres évoquent aussi les problèmes de traduction d’une langue à l’autre, ce qui questionne les différences d’origines contextuelles d’un même terme dans deux langues différentes (medium par exemple).



Citer ce billet
ARIP (2014, 19 octobre). Compte-rendu de la réunion du 6 octobre. ARIP. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cx3x

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search