[Séminaire] L’archive photographique – du local au national

Smithsonian Archives of American Art, Interior shot of the storage facilities at the Archives of American Art’s Washington, D.C. headquarters.

 

Type : séminaire
Date et heure : le 19 janvier 2018 de 14h à 16h
Lieu : Campus Paris Diderot, bât. Olympe de Gouges, sale 340

 

Emmanuel Falguières, EHESS
L’adolescent photographe : étude de cas pour penser l’image de la localité (Kansas, 1909-1912)

Entre 1909 et 1912, L. W. Halbe, 15 ans en 1909, pris plus de 4 000 photographies. Sur ces 4 000 clichés environ 1 500 nous sont parvenus intacts sous forme de négatifs sur plaque de verre de format 5 x 7 pouces, aujourd’hui jalousement conservés par la société historique du Kansas à Topeka. Les photographies couvrent un large éventail de sujets, mais se déploient uniquement au sein de la petite communauté rurale dans laquelle L. W. Halbe résidait. Aux portraits des habitants et de sa famille se disputent les images de différents métiers, les évènement climatiques (neiges, inondations), les moments de la communauté (cirques, foires, matches de baseball), les paysages, les lieux communaux (écoles, églises, courthouses), etc. Cette archive, déjà très riche, s’accompagne du journal intime précis et exhaustif que Halbe tint durant ses années-là.
Cet ensemble pose l’épineuse question des enjeux, conscients ou non, d’une telle photographie pour le praticien, et de ses usages, attendus ou non, par les différents spectateurs (personnes photographiées, Time-Life reprenant les photographies, la société historique du Kansas, etc.). Comme de nombreux « amateurs » de l’époque, L. W. Halbe se situe à la frontière de la photographie commerciale et du hobby appris dans les magazines pour jeunes garçons : s’il monnaye dès le départ ses services, de nombreuses photographies ont une vocation domestique. Mais c’est plutôt la position liminale de l’adolescent-photographe au sein de la communauté qui nous semble pertinente. L’ensemble photographique devient alors un signe de l’étendue et du fonctionnement des réseaux de sociabilité de l’opérateur dans sa communauté. Nous chercherons donc à retracer ce que ces mouvements dans l’espace et dans les couches sociales construisent comme image de la communauté.
Dans un second temps, nous proposerons une étude de cette « image » dans un contexte plus large d’apparition d’un régime de visibilité pour le local de la ruralité dans l’ère progressiste hantée par la fermeture de la « frontière ». En effet le travail photographique de Halbe s’inscrit dans un ensemble de régimes de savoirs auxquels est soumise la ruralité de l’Ouest à cette époque : sociologie rurale, Country Life Movement, histoire locale, journaux locaux, etc. Ces tentatives hétérogènes font basculer la ruralité du paradigme du front pionnier à celui du centre symbolique et physique —le Heartland— de l’Union et c’est par ce prisme que nous chercherons donc à penser la « production de la localité » (Appadurai, 1996) que les photographies de Halbe capturent et performent.

Davide Nerini, Université de Lausanne
La photographie dans le système bibliothécaire états-unien autour de la Deuxième Guerre mondiale

Entre les années 1930 et 1970, la photographie fait l’objet d’un intérêt inédit de la part des grandes bibliothèques et des services d’archives institutionnels aux États-Unis. À la croisée de plusieurs mouvements de modernisation – celui de la photographie documentaire et des sciences de l’information par exemple –, ce nouvel ancrage institutionnel de la photographie au sein de structures collectives préexistantes induit le développement d’une série de compétences nouvelles, tant au niveau des réflexions théoriques qu’à celui des pratiques effectives liées à la place de l’iconographie documentaire dans les collections publiques.
Je propose de discuter ce moment important pour l’histoire du médium à travers le cas de la Bibliothèque du Congrès américain. Au début des années 1940, un projet de création d’une archive nationale de photographies documentaires confronte en effet cette dernière à l’inadéquation tant de ses méthodes pour penser que de ses structures pour coordonner les images innombrables qu’elle souhaite absorber. Pour répondre à cela, l’institution est alors transformée en terrain d’expérimentation où des figures telles que l’iconographe Paul Vanderbilt (1905-1992) et l’historien de l’art Edgar Breitenbach (1903-1977) mettent à l’épreuve de la tradition bibliothécaire une pensée de la photographie marquée par le grand nombre, celui de la multitude de vues accumulées comme celui des interprétations portées massivement sur ces mêmes images tout au long de leurs « vies sociales ».
L’hypothèse que je propose de mettre au travail est que le processus d’institutionnalisation de la photographie dans le milieu bibliothécaire a généré un nouvel espace de discussion et expérimentation où des considérations très pragmatiques sur l’organisation et la diffusion de l’information visuelle ont été encadrées par une véritable « théorie des images » avec laquelle l’institution et ses acteurs ont cherché à articuler la part de l’esthétique et la part de l’information dans l’évaluation de l’iconographie documentaire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.