[Workshop] L’image scientifique existe-t-elle ? Réflexions sur les approches en histoire de la photographie et du cinéma

Anna Atkins, Darea cicutaria, Jamaica, 1853, Cyanotype, 25.4 × 19.4 cm. Courtesy of Getty Images

Lieu : Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), 2 rue Vivienne, 75002, Paris. Salle Ingres, 2ème étage.

Date : Mercredi 4 avril, 18h – 20h.

L’association doctorale d’histoire du cinéma Les Trois lumières s’associe à l’ARIP pour un atelier interdisciplinaire sur les méthodes et approches croisées en histoire de la photographie et du cinéma.

L’image scientifique existe-t-elle ? Réflexions sur les approches en histoire de la photographie et du cinéma.

Une certaine tendance historiographique vise à asseoir la réciprocité originelle entre la science et les images photographiques d’une part et les images cinématographiques d’autre part. Pourtant, une fois cette histoire de la genèse passée, les images que la science à produit semblent n’être considérées que par un double prisme : celui de son usage pour la vulgarisation et la diffusion des sciences et celui de sa récupération artistique postérieure.

Malgré cela, les exemples multiples de scientifiques à la production d’imagerie prolifique sans volonté de vulgarisation voire même de lui conférer une quelconque utilité questionnent.

Dès lors comment historiciser ces images scientifiques ?

Au cours de ce workshop, il sera question de repenser les outils méthodologiques qui ont guidé les approches historiques de ces corpus, en embrassant pleinement l’intersection disciplinaire dans laquelle ces objets se situent. Le décloisonnement épistémologique que connaît l’histoire des sciences et le renouveau des méthodes en histoire de la photographie et du cinéma sont autant de pistes qui doivent nous permettre de créer de nouvelles approches et nous en discuterons alors.



Animé par Alice Aigrain et Alban Ferreira (HiCSA)

Alice Aigrain est doctorante contractuelle en Histoire de la photographie à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Sa thèse, menée sous la direction de Michel Poivert, porte sur les projets de musées de photographies dans les institutions médicales et notamment à l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris.

Alban Ferreira est doctorant contractuel à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne au sein du Laboratoire d’Histoire culturelle et sociale de l’Art (EA 4100) sous la direction de Sylvie Lindeperg.
Sa thèse : « Jean Painlevé, un autre cinéma : la science comme expression de la révolte » s’intéresse aux relations entre la science, le cinéma et la politique dans l’oeuvre du cinéaste et biologiste Jean Painlevé.

Toutes les informations sont aussi sur l’événement Facebook  : cliquez-ici.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *