[ARIP x Circulation(s)] Soldates, suffragettes et citoyennes : les femmes photographes et le politique (Paris, 2 mai)

 

Graphisme : Sarah Boris

 

Lieu :  le 104, 5 Rue Curial, 75019 Paris, 104 factory (à droite de l’entrée), 1er étage, salon incubateur
Date : mercredi 2 mai 2018

Pour la deuxième fois, l’ARIP s’associe à FETART dans le cadre du festival Circulation(s). Porté·e·s par l’envie de renforcer les liens entre pratiques de l’exposition et recherche sur l’image photographique, les organisatrices vous proposent une « Journée de la Recherche » le mercredi 2 mai au 104.

« Soldates, suffragettes et citoyennes :  les femmes photographes et le politique »

La fin de l’année 2017 et le début de l’année 2018 sont marqués par l’émergence des enjeux politiques du penser féminin dans l’espace public. Ces questions font débat sur différentes plateformes, il semble légitime de se demander quelle est la place de la photographie et de ses institutions dans ces discussions. Si cette question intéresse tous les domaines, qu’en est-il de l’histoire de l’art et plus spécifiquement de l’histoire de la photographie contemporaine ?

Le titre de cette journée dédiée la recherche : « Soldates, suffragettes et citoyennes » invite ainsi pleinement à réfléchir à l’investissement des femmes dans la profession photographique et leurs engagements. Plus largement il s’agit donc de questionner la pensée du politique à travers le prisme du sexe ou du genre.

Le genre en photographie a déjà fait l’objet de plusieurs initiatives dans le contexte français. Le Musée de l’Orangerie et le Musée d’Orsay proposaient en 2016 une exposition au titre provocateur : « Qui a peur des femmes photographes ? » Les deux institutions essayaient de déconstruire l’idée selon laquelle la photographie aurait été une invention mais aussi une appropriation exclusivement masculine. La chronologie de l’exposition s’arrêtait en 1945. À son tour, l’Ecole du Louvre, lors d’une journée d’étude intitulée « Femmes photographes : travestissements, théâtralité, représentations » (le 18 janvier 2018) énonçait la nécessité de poursuivre le débat.

La « Journée de la Recherche » proposée par l’ARIP et le festival Circulation(s) propose ainsi de continuer la réflexion en s’attachant plus particulièrement à la question du politique. Cette journée sera d’une part l’occasion d’élargir les bornes chronologiques (1945-2018) mais aussi de réduire l’axe d’étude à la question du politique. L’idée est d’interroger les positionnements, les discours et les corpus de femmes photographes durant la seconde moitié du XXe siècle et début du XXIe.

Il s’agira de comprendre la multitude des rapports que les femmes photographes entretiennent avec le médium et les enjeux qu’il porte lorsque la femme derrière l’appareil est animée par des engagements, des convictions, des combats. La photographie sera considérée dans ses fonctions documentaires,  artistiques, journalistiques, ou encore vernaculaires, ainsi que dans ses procédés, ses technologies et ses réceptions.

 

PROGRAMME : 

13h30 / Ouverture des portes et accueil

14h-14h15 / Introduction par l’ARIP

Ier panel – “Femmes photographes” : Construction et déconstruction d’une notion

Modératrice : Amandine Gabriac (Doctorante et Membre du bureau de l’ARIP)

14h15-14H45  / Léa Barbisan

Gisèle Freund, théorie et pratique d’une photographie politique féministe

14h45-15h15 / Clara Bouveresse 

Détourner les étiquettes ? “Femmes photographes” et “photographie féministe”

15h15-15h30 / Pause

IIe panel – Le collectif : l’engagement photographique puriel(le)

Modératrice : Taous R. Dahmani (Doctorante et Membre du bureau de l’ARIP)

15h30-16h / Andrea Delaplace

La ‘ville moderne’ à travers le regard de femmes photographes : Gertrude Altschul, Hildegard Rosenthal et Alice Brill

16h-16h30 / Camille Balenieri 

Le parti-pris de l’intime : 5 femmes photographes de Boston dans les années 1980

16h30-17h/ Mathilde Bertrand

L’agence de photographie Format, un collectif féministe (Royaume-Uni, 1983-2000)

17h-17H15 / Pause

IIIe panel – Géographies des politiques photographiques

Modératrice : Amandine Gabriac (Doctorante et Membre du bureau de l’ARIP)

17h15-17h45 / Hélène Orain

Géographies du quotidien : l’engagement photographique de Mouna Saboni

17h45-18h15  / Aurélie Journée

La photographie, un outil de résilience politique pour les femmes amérindiennes. L’exemple de la série “An Exploration of Resilience” de l’artiste Kali Spitzer.

18h15-18h30 / Pause

 

IVe panel – Rencontre avec la photographe Lucile Boiron

18h30-19h45 / Entretien entre la photographe Lucile Boiron et Taous R. Dahmani 

 

Toutes les informations sont aussi sur l’événement Facebook de l’ARIP : cliquez-ici.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *